Le baptême du Saint-Esprit

Matthieu 3 : 1-12
En ce temps-là parut Jean Baptiste, prêchant dans le désert de Judée.
Il disait : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche.
Jean est celui qui avait été annoncé par Ésaïe, le prophète, lorsqu’il dit : C’est ici la voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, Aplanissez ses sentiers.
Jean avait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins. Il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage.
Les habitants de Jérusalem, de toute la Judée et de tout le pays des environs du Jourdain, se rendaient auprès de lui ;
et, confessant leurs péchés, ils se faisaient baptiser par lui dans le fleuve du Jourdain.
Mais, voyant venir à son baptême beaucoup de pharisiens et de sadducéens, il leur dit : Races de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir ?
Produisez donc du fruit digne de la repentance,
et ne prétendez pas dire en vous-mêmes : Nous avons Abraham pour père ! Car je vous déclare que de ces pierres-ci Dieu peut susciter des enfants à Abraham.
Déjà la cognée est mise à la racine des arbres : tout arbre donc qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu.
Moi, je vous baptise d’eau, pour vous amener à la repentance ; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu.
Il a son van à la main ; il nettoiera son aire, et il amassera son blé dans le grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s’éteint point.

Introduction

Dans ce passage, nous allons étudier le baptême du Saint-Esprit.

Ce baptême ne sort pas de nulle part :

  • Il a été annoncé par les prophètes

  • Il a été illustré par le baptême de Jean-Baptiste

La définition que je propose est la suivante :

Le baptême du Saint-Esprit est l’action continue que Dieu opère par Jésus-Christ pour enlever le péché dans le cœur du chrétien.

Voici un verset qui illustre ce propos :

Car nous aussi, nous étions autrefois insensés, désobéissants, égarés, asservis à toute espèce de convoitises et de voluptés, vivant dans la méchanceté et dans l’envie, dignes d’être haïs, et nous haïssant les uns les autres.
Mais, lorsque la bonté de Dieu notre Sauveur et son amour pour les hommes ont été manifestés, il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit, qu’il a répandu sur nous avec abondance par Jésus Christ notre Sauveur, afin que, justifiés par sa grâce, nous devenions, en espérance, héritiers de la vie éternelle.
Tite 3:3-7

Ce passage met en avant que le baptême du Saint-Esprit est un processus où Jésus est actif tout au long de la vie du chrétien en vue de la sanctification de son âme. C’est en vertu du baptême du Saint-Esprit qu’un chrétien va passer d’une vie de désobéissances à être un enfant de Dieu.

En effet, une définition de chrétien est le fait que le Saint-Esprit est en lui et demeure en lui.
De même que le baptême de Jean-Baptiste est une immersion dans le but de nettoyer, le baptême de l’Esprit a le même objectif : être immergé de Dieu pour être purifié.

Le baptême du Saint-Esprit est donc simplement la raison pour laquelle le chrétien grandit continuellement dans sa spiritualité. Et c’est sur cette base que le chrétien est l’espérance de la vie éternelle.

1. Jean-Baptiste (versets 1 & 2)

  • Il ne faut pas le confondre avec l’Apôtre Jean

  • Il est un cousin de Jésus-Christ

  • Il est le héraut de Jésus :

    • Prédicateur : son message principal est l’appel à la repentance

    • Celui qui allait mettre en lumière Jésus de Nazareth

Pour avoir plus de détails sur le personnage, voir ici.

2. Le dernier prophète de l’Ancienne Alliance (verset 3)

Le ministère de Jean-Baptiste est annoncé depuis les temps d’Ésaïe (700 av. JC) :

Consolez, consolez mon peuple, Dit votre Dieu.
Parlez au cœur de Jérusalem, et criez lui que sa servitude est finie, que son iniquité est expiée, qu’elle a reçu de la main de l’Éternel au double de tous ses péchés.
Une voix crie : préparez au désert le chemin de l’Éternel, aplanissez dans les lieux arides Une route pour notre Dieu.
Ésaïe 40 : 1-3

L’objectif du message :

  • Préparer le peuple à l’accomplissement des promesses de Dieu par Jésus-Christ.

Le contenu de son message :

  • L’appel à la repentance

  • Dieu accorde son pardon aux humbles de cœur

Conséquences :

  • Consolation

  • Délivrance du péché

  • Expiation

3. Un humble qui appelle les humbles (verset 4-6)

  • Jean était humble d’apparence et vivait très chichement. Cet abaissement volontaire était lié à sa mission :

Il faut qu’il (Jésus) croisse, et que je (Jean) diminue.
Jean 3:30
  • Ainsi, ceux qui venaient à lui comprenaient qu’il fallait s’humilier devant Dieu.

  • Beaucoup de personnes venaient à lui pour répondre à son appel à la repentance :

    • Reconnaître qu’on est coupable devant Dieu et qu’on mérite la mort

    • Si Dieu nous accorde sa grâce, on rejette la vie passée dans le but de repartir de nouveau

  • Notons que le baptême est un acte public

  • Le baptême est accompagné d’une confession, selon qu’il est écrit :

Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut, selon ce que dit l’Écriture : Quiconque croit en lui ne sera point confus.
Romains 10:10-11
  • Concrètement, le baptême est l’immersion de total de la personne dans l’eau :

    • Ceci est un symbole du nettoyage de l’âme

    • C’est comme si le croyant faisait une ablution de son cœur

  • La portée du baptême est donc celui-ci : si j’ai lavé mon esprit, je ne veux plus le salir.
    Autrement dit, si Dieu me pardonne et me purifie, je veux renoncer à mes péchés passés.

  • Que signifie « porter du fruit digne de la repentance » ? C’est vouloir être sanctifié par/pour Dieu :

    • S’humilier devant Dieu

    • Vouloir le pardon de Dieu

    • Vouloir la purification

    • Vouloir se consacrer à Dieu

    • Aimer ce que Dieu aime et haïr ce que Dieu hait

4. Dieu résiste aux orgueilleux (verset 7-10)

  • Jean-Baptiste devenait de plus en plus connu

  • Cela interpela ceux qui croyaient avoir le monopole de faiseurs de disciples : les pharisiens et les sadducéens, les docteurs de la Loi

  • Voyant le succès numérique du ministère de Jean-Baptiste, la jalousie les pousse à venir voir. Mais comme il s’agit de dire devant tout le monde qu’on est pécheur, ils se sentaient au dessus de la nécessité d’aller se faire baptiser.

  • Les arguments étaient les suivants :

    • Ils sont les vrais maîtres théologiques, donc maîtres du peuple.

    • Ils sont descendants directs d’Abraham

    • Ils sont chiquement vêtus, hors de question d’aller dans l’eau

  • Mais Dieu ne regarde pas aux apparences, ni au métier, ni à la position sociale, ni même à la lignée. Il regarde au cœur et voici ce qu’Il voit :

    • Ils font partie de la race de vipère. Autrement dit, eux qui prétendent être de lignée divine, ils ont en réalité pour père le diable, selon qu’il est écrit :

Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père.
Jean 8:44
    • Leur sort est la condamnation éternelle :
      Si un arbre ne porte pas du bon fruit, on prend la hache (cogné), et on le coupe et on le jette au feu.
      Cela signifie que si une personne n’est pas sanctifiée, elle finira en enfer

5. Les limites du baptême de Jean (verset 11a)

  • Dans ce verset 11, Jean compare son baptême à celui que fera Jésus : le baptême du Saint-Esprit

  • Dans cette comparaison, Jean dit que son baptême n’est qu’une préparation au vrai : celui qu’opérera le Messie.

  • Or, une préparation est limitée par rapport à la vraie opération.

  • En effet, le baptême de Jean-Baptiste est un rituel de l’Ancienne Alliance.
    Or, tout rite religieux de la Loi de Moïse à ces 2 caractéristiques :

    • C’est une image de la réalité que fera le Messie

    • Ça n’a aucune force en soi. Le baptême de Jean ne donne pas la force de porter du fruit digne de la repentance.

  • Cela nous est bien expliqué dans l’Épître aux Hébreux :

En effet, la loi, qui possède une ombre des biens à venir, et non l’exacte représentation des choses, ne peut jamais, par les mêmes sacrifices qu’on offre perpétuellement chaque année, amener les assistants à la perfection.
Hébreux 10:1
  • La pratique de la Loi ne donne pas la force d’arriver au niveau de sainteté qui exige la pureté de Dieu.

  • Sommes-nous donc sans espoir ? Non, car ces lois avaient pour but de mettre en exergue que la solution existe, mais elle ne peut venir que de Dieu, selon qu’il est écrit :

la loi n’a rien amené à la perfection, et introduction d’une meilleure espérance, par laquelle nous nous approchons de Dieu
Hébreux 7:19
  • L’œuvre de Dieu seul, accompli par Jésus-Christ, peut nous amener parfaitement auprès du divin Père.

6. Le baptême du Saint-Esprit (verset 11b-12)

  • Comme nous l’avons dit, ce passage est la définition doctrinale du baptême du Saint-Esprit.
    Si la conversion est fortement à la venue du Saint-Esprit dans le cœur du chrétien, le baptême du Saint-Esprit est l’action continue que Dieu opère par Jésus-Christ pour enlever lé péché dans le cœur du chrétien.

  • Rappelons une dernière fois la limite du baptême de Jean, rite appartenant à l’Ancienne Alliance :
    Bien que le repentant professe publiquement le désir de changer de vie, il en est incapable, car son âme est bien disposée, mais sa chair est faible.

    Ainsi, le pécheur va se retrouver à nouveau dans un état de condamnation divine, car, de par sa nature humaine, il pêchera. Il devra donc recourir à nouveau à un rite de purification, mais le surlendemain, il rechutera et ainsi de suite…
    Si on s’en tient seulement aux pratiques de la Loi de Moïse, on ne peut pas avoir l’assurance d’être sauvé.

6.1. La Nouvelle Alliance

Ainsi, depuis la nuit des temps, Dieu avait promis une Nouvelle Alliance, qui remplacera l’Alliance contractée par Moïse sur le mont Sinaï :

Voici, les jours viennent, dit l’Éternel, Où je ferai avec la maison d’Israël et la maison de Juda Une alliance nouvelle, non comme l’alliance que je traitai avec leurs pères, Le jour où je les saisis par la main Pour les faire sortir du pays d’Égypte, Alliance qu’ils ont violée, Quoique je fusse leur maître, dit l’Éternel.
Mais voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël, Après ces jours-là, dit l’Éternel : Je mettrai ma loi au dedans d’eux, Je l’écrirai dans leur cœur ; Et je serai leur Dieu, Et ils seront mon peuple.
Celui-ci n’enseignera plus son prochain, Ni celui-là son frère, en disant : Connaissez l’Éternel ! Car tous me connaîtront, Depuis le plus petit jusqu’au plus grand, dit l’Éternel ; Car je pardonnerai leur iniquité, Et je ne me souviendrai plus de leur péché.
Jérémie 31:31-34
  • Voyons voir les caractéristiques de cette Alliance nouvelle :

    • C’est une promesse où Dieu Lui-même interviendra

    • L’application de l’Alliance se dans le cadre du peuple d’Israël (le salut vient des juifs dira Jésus)

    • Celui qui entre dans cette Alliance est assuré d’être sanctifié ; c’est-à-dire qu’il ira de progrès en progrès jusqu’au bien heureux où le croyant sera à l’image de Jésus-Christ

    • Le plus important : cette Alliance ne pourra pas être violée !
      En effet, Dieu va mettre sa Loi dans le cœur directement si bien que le diable ne pourra plus corrompre la source du salut du pécheur repentant

Voyons un autre verset qui annonce la Nouvelle Alliance :

Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau ; j’ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois.
Ézéchiel 36-26-27
  • Dans ce passage, nous voyons ce que Dieu voulait dire par la bouche de Jérémie lorsque celui dit « mettre la Loi dans votre cœur » :

    • Ce n’est pas une liste d’obligations et d’interdits

    • C’est carrément l’Esprit de Dieu Lui-même !!

    • Ainsi, l’entrée dans la Nouvelle Alliance consiste à ce que notre cœur de pierre (avec toute sa rébellion) soit remplacé par l’Esprit de Dieu avec son lot d’amour

  • Ainsi, le jour de la conversion à Jésus-Christ, le repenti entre dans la Nouvelle Alliance et il a l’assurance que rien ne pourra le dévier de sa route parce que c’est Dieu qui dirige les choses.

6.2 Un baptême nouveau

Revenons à notre passage dans Matthieu 3

On comprend mieux l’image qui illustre le baptême du Saint-Esprit au verset 12 et quelles sont ses conséquences. Voyons la signification des éléments qui constituent ce tableau où un moissonneur nettoie sa récolte avant de l’amasser.

  • Le moissonneur : C’est Dieu qui agit par Jésus-Christ

  • Son aire : Le royaume de Dieu

  • Le blé : Les rachetés de Dieu, celui qui est déjà dans la Nouvelle Alliance suite à sa conversion

  • La paille : Le péché dans le cœur du converti

  • Le grenier : Le paradis

  • Le feu : L’instrument de Dieu par lequel il exerce son jugement. Dans notre cas, cela représente le fait que Dieu détruit et oubli définitivement nos péchés. La suppression de nos péchés est un processus qui dure dans le temps. Il commence le jour de la conversion et sera amené à la perfection le jour où nous serons avec Jésus-Christ au paradis.

  • Nettoyer avec le van : Le van est une pelle pour séparer la paille et le blé, sans abîmer la moisson.
    Le baptême du Saint-Esprit est l’action continue que Dieu opère par Jésus-Christ pour enlever lé péché dans le cœur du chrétien.

  • Le blé dans le grenier : L’assurance du salut, car c’est Jésus qui opère et non le croyant qui essaye de plaire à Dieu. Notons tout de suite que le croyant essaye donc de plaire à Dieu parce qu’il a l’assurance de son salut !

  • En effet, le baptême de Jean-Baptiste, qui était une ablution inefficace, annonçait une œuvre de la même nature. La grande différence, c’est que si c’est Jésus qui opère l’ablution, il le fera de manière efficace, si bien qu’on est assuré de notre salut.

6.3 Illustration de l’œuvre continue

Voyons un autre verset qui montre le travail continu de Dieu, par la main de Jésus-Christ :

Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche ; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit
Jean 15:1-2
  • Le cep est un pied de vigne : c’est Jésus-Christ

  • Le vigneron : C’est Dieu

  • Le sarment est une branche qui part du cep : tous ceux qui prétendent appartenir à Jésus-Christ

  • Le sarment qui ne porte pas de fruit : Les faux frères

  • Le retranchement : La condamnation de Dieu pour ceux qui ont feint d’être des chrétiens

  • Le sarment qui porte des fruits : Les vrais chrétiens

  • Être émondé est le principe de couper les boutures qui ne fleurissent pas pour que celles qui donnent du fruit est davantage de force : C’est le baptême continu du Saint-Esprit

7. Le baptême des chrétiens

Ce n’est pas le sujet, mais on est obligé de dire un mot quand même.

Comment comprendre le baptême chrétien dans tout cela ?

Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés ?
Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.
Romains 6:3-4

Le baptême du chrétien a évidemment des liens et des différences avec le baptême de Jean-Baptiste.

Voyons 4 similitudes :

  • C’est un rite religieux qui illustre une réalité spirituelle : la repentance

  • C’est un baptême par immersion dans l’eau

  • C’est un moment public

  • C’est un temps où on prend des engagements

Voyons 4 différences :

  • C’est un ordre qui vient de Jésus-Christ — et non d’un homme ou de la Loi

  • Le baptême se fait au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, car il se passe après la conversion.
    Donc, le Saint-Esprit agit déjà dans le cœur du baptisé ou plus précisément, l’œuvre du baptême du Saint-Esprit est déjà enclenchée.

  • On illustre une mort et une résurrection — et non un nettoyage

  • On se fait baptiser pour affirmer la victoire sur le péché — et non pour annoncer une lutte dont l’issue est incertaine

Conclusion

Quelle est la volonté la plus générale possible que Dieu attend de nous ?

Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification
1 Thessaloniciens 4 : 3

Comment espérer réussir à obéir à cet ordre sachant que si nous échouons, nous pécherons. Or le salaire du péché, c’est la mort.

La bonne nouvelle est que Dieu avait prévu depuis longtemps un scénario pour rendre possible ce qui est impossible aux hommes : plaire à Dieu.

  • Il a annoncé par les prophètes qu’Il a la solution suprême : changer progressivement notre cœur.

  • Il a annoncé par le dernier prophète, Jean-Baptiste, que le Messie opérera continuellement notre sanctification.

Et comme toujours, ce que Dieu promet, Il a le pouvoir de l’accomplir :

  • Par la repentance, nous entrons dans la Nouvelle Alliance : Le Saint-Esprit vient en nous définitivement

  • Par le baptême du Saint-Esprit, Dieu émonde ce qui reste de rebelle dans notre cœur

Ainsi, nous avons l’assurance du salut et nous pouvons attendre avec joie le retour de Jésus-Christ, car le processus de sanctification aura atteint la perfection.

Si tu sais que Dieu est dans ton cœur et que tu n’es pas baptisé, qu’attends-tu ?

Author: Ghislain