Jean 3 : 1-21

Mais il y eut un homme d'entre les pharisiens, nommé Nicodème, un chef des Juifs, qui vint, lui, auprès de Jésus, de nuit, et lui dit :
Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu ; car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, si Dieu n'est avec lui.
Jésus lui répondit :
En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu.
Nicodème lui dit :
Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître ?
Jésus répondit :
En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est Esprit. Ne t'étonne pas que je t'aie dit : Il faut que vous naissiez de nouveau.
Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit.
Nicodème lui dit :
Comment cela peut-il se faire ?
Jésus lui répondit :
Tu es le docteur d'Israël, et tu ne sais pas ces choses ! En vérité, en vérité, je te le dis, nous disons ce que nous savons, et nous rendons témoignage de ce que nous avons vu ; et vous ne recevez pas notre témoignage.
Si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses célestes ?
Personne n'est monté au ciel, si ce n'est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme qui est dans le ciel.
Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l'homme soit élevé, afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle. Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.
Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Celui qui croit en lui n'est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et ce jugement c'est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises.
Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dévoilées ; mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient manifestées, parce qu'elles sont faites en Dieu.

Introduction

Dans ce passage, Jésus explique à Nicodème, un pharisien, la nouvelle naissance.

Les pharisiens étaient les membres d'un parti religieux juif dont les membres étaient strictement attachés à l'observance de la Loi et des règlements que la tradition juive avait ajoutés. Malheureusement, ils sont tombés dans l'orgueil et ils ont cherché davantage la gloire venant des hommes que celle qui vient de Dieu. La conséquence est que leur vie était marquée par l'hypocrisie.

Mais Nicodème était un pharisien atypique. Il a eu l'humilité de venir à Jésus car en tant que bon docteur de la Loi de Moïse, il attendait que le Messie vienne délivrer le peuple.

Mais, le texte enseigne que Christ est venu avant tout pour délivrer les hommes de leur destinée individuelle : l'enfer. Cette délivrance s'appelle la nouvelle naissance.

1. La rencontre avec Nicodème

À la connaissance des miracles opérés par Jésus, Nicodème veut connaître davantage le personnage. Il Lui rend alors visite discrètement de nuit, certainement par peur de la réaction de ses compères. Il aborde Jésus de manière très humble et à travers ses salutations, nous sentons que Nicodème entretient dans son cœur l'espoir que Jésus de Nazareth soit le Messie. Ainsi, il verrait de son vivant le royaume de Dieu.

La réponse de Jésus à la salutation de Nicodème est remarquable car Il coupe court aux choses futiles pour passer directement à l'essentiel : dévoiler comment entrer dans le royaume de Dieu. Cette entrée en matière de Jésus indique que Nicodème était attendu et que Jésus savait la véritable réponse dont Nicodème avait besoin.

Cette rencontre enseigne beaucoup de choses sur Jésus :

  • Il nous connait avant même que nous venions à Lui.
  • Il connait parfaitement ce dont nous avons besoin.

Notre part est juste de faire comme Nicodème : venir auprès du Messie pour l'écouter et dans sa grâce, Il nous enseignera. Son enseignement n'est pas un ensemble de percepts à suivre ; son enseignement changera notre éternité.

2. Besoin d'une nouvelle naissance

Dieu a décidé de prendre des illustrations terrestres pour parler des réalités célestes. Parmi ces réalités célestes, il y a la conversion.

L'erreur est de penser que la conversion se limite à adopter une nouvelle religion. En effet, Nicodème en tant que pharisien, était un religieux. Pourtant il n'avait rien compris à ce que Dieu entend par conversion.

La conversion que Dieu attend possède des similitudes avec le fait de naître une deuxième fois.

Pourquoi une deuxième fois ?
Simplement parce que tout homme naît une première fois puis, pour entrer dans le royaume de Dieu, il faut naître une deuxième fois. Cela sous-entend que pour naître une deuxième fois, il y a eu une première mort.

Reprenons tout cela dans l'ordre :
Lorsqu'une personne arrive au monde, aux yeux de Dieu, elle est innocente d'un point de vue juridique : un nouveau-né n'a fait ni bien ni mal. Mais tout parent sait que cet état d'innocence ne dure pas toute la vie. Je ne sais pas à quel âge, mais un beau jour l'enfant comprend ce qu'est le bien et ce qu'est le mal et en toute conscience, il décide de faire le mal.

Peut-être s'agit-il d'un mensonge, ou alors peut-être s'agit-il d'un acte de méchanceté envers son petit frère... qu'importe car la première fois que l'enfant décide de faire consciemment le mal, à cette seconde, aux yeux de Dieu, d'un point de vue juridique, l'enfant devient coupable.

Croire qu'un petit mensonge, un acte de violence, une mauvaise pensée ou toute autre chose qui déplaît à Dieu n'est pas grave révèle une méconnaissance de sa sainteté : Dieu est tellement saint qu'Il ne peut pas accepter la moindre tâche.

Dieu voit tout, même ce qui est dans les cœurs. Il juge donc de tout avec équité. Dans son juste jugement, Il décrète l'enfant coupable. Cette culpabilité est donc sur toute personne car nul ne peut affirmer : « je n'ai jamais menti » ou « je ne me suis jamais moqué d'un camarade de classe » ou encore « je n'ai jamais insulté mon prochain même en pensée ».

Oui, devant Dieu nous sommes tous coupables et le verdict est terrible : la séparation avec Dieu.

  • Cette séparation se passe dans un lieu : l'enfer.
  • Cette séparation a une durée : l'éternité.
  • Cette séparation est un état : la mort.

Ainsi, celui qui a commis au moins un péché a cette condamnation au-dessus de sa tête. Sa vie est comparable à un prisonnier aux États-Unis d'Amérique qui attend dans le couloir de la mort la date fatidique. En effet, nul ne connait l'heure de sa mort car la sentence de Dieu s'appliquera pleinement à ce moment-là.

Ne serait-il pas merveilleux de pouvoir tout recommencer ? Ne serait-il pas merveilleux d'enlever les erreurs du passé ?
Oui, mais il y a un problème : Tel un récidiviste, nous retomberions assez vite dans les mêmes travers.

Non ! l'idéal est de tout recommencer mais avec la force de ne plus être défaitiste quand vient l'épreuve. L'idéal est de pouvoir tout recommencer avec la capacité d'être agréé de Dieu et de mener ainsi une vie victorieuse.

Cette nouvelle vie victorieuse est la nouvelle naissance. Aujourd'hui nous sommes morts à cause de nos péchés et Jésus se présente comme Celui qui permet de renaître de nouveau ; avec la capacité d'avoir définitivement une vie approuvée par Dieu car la nouvelle naissance que Jésus-Christ donne est compatible avec les standards très élevés de sainteté du Père Céleste.

3. La nouvelle vie : Être équipé spirituellement

Prenons le temps d'analyser pourquoi la première naissance conduit inévitablement à la mort.

C'est pourquoi, comme par un seul homme (Adam) le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort s'est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché.
Romains 5 : 12

La Parole de Dieu affirme donc qu'Adam, le premier homme que Dieu a créé, a transmis à tous ses descendants sa nature pécheresse et avec elle sa conséquence : la mort. Celui qui est né de la chaire, c'est-à-dire de sa mère, a fatalement en lui les faiblesses de la chaire.

J'entends encore mon fils de trois ans dire littéralement : « Je veux faire le mal ». Il n'y a rien d'étonnant car cette tendance naturelle à faire le mal, il l'a hérité de moi, comme je l'ai hérité moi-même de mon père et ainsi de suite jusqu'à Adam.

Nicodème avait pensé que la nouvelle naissance était une nouvelle naissance physique. Évidemment, cela est impossible mais même si ça l'avait été, cela n'aurait rien résolu : nous aurions toujours la même nature humaine ; c'est-à-dire celle qui incline nos cœurs vers le mal.

Alors Dieu, dans sa miséricorde, a donné une sortie de secours avec la nouvelle naissance. En effet, ce qui est né de l'Esprit est esprit. Ainsi, celui qui nait de nouveau, mais cette fois-ci de l'Esprit a les caractéristiques du Saint-Esprit, c'est-à-dire que la personne sera poussée à faire ce qui est convenable devant Dieu.

Celui qui nait de nouveau a les moyens de vivre une vie agréée de Dieu.

4. La nouvelle vie : À saisir par la foi

Ce processus est complexe et il a bien des questions autour de ce sujet : comment nait-on précisément de l'Esprit ?
Jésus-Christ explique ici que non n'avons pas besoin de savoir comment cela se passe mais, nous avons besoin de savoir que cela se passe.

En effet, à la question de la manière, Jésus dit que nous avons juste besoin de voir les conséquences, à l'exemple du vent : les seules choses qui attestent l'existence du vent sont ses effets (bruit, sensation sur la peau, sa puissance pour pousser un bateau... ). Puisque l'homme sait que le vent existe, il a appris à en bénéficier.

Il est de même de la nouvelle naissance : Nous voyons les effets (vies transformées, paix intérieure, joie ineffable, espérance céleste...)  et nous avons juste besoin de savoir que Dieu rendu cette nouvelle naissance accessible.

Ceci étant dit, Jésus laisse le chemin par lequel une personne doit passer pour naître de nouveau : croire. Mais il ne s'agit pas de croire n'importe quoi. Croire en Dieu ne suffit pas par exemple !

Comment croire ? Une deuxième fois, Jésus illustre ses propos en prenant une histoire qui est arrivée aux juifs, avant d'expliquer d'une manière plus doctrinale.

L'histoire qui est arrivée aux juifs est relatée en Nombres 21. Pour donner suite à leur désobéissance, Dieu a puni le peuple leur envoyant des serpents. Le seul moyen d'être guéri de la morsure était de regarder la statue d'un serpent, fabriqué en airain (alliage de cuivre et d'étain), que Moïse devait porter en haut d'une perche.

Quelles caractéristiques avaient celui qui a sauvé sa vie :

  • Ce n'était pas celui qui combattait les serpents mais celui qui mettait en pratique ce que Dieu avait dit : regarder le serpent d'airain.
  • Ce n'était pas celui qui mettait sa confiance dans les soins médicaux mais celui qui mettait sa confiance dans la Parole de Dieu : regarder le serpent d'airain.
  • Ce n'était pas non plus celui qui regardait par terre pour guetter l'arrivée des serpents mais celui qui levait les yeux vers le ciel, vers le serpent d'airain.

Le verset Jean 3 : 16 explique ce que nous devons croire pour être sauvés. Nous devons croire que Dieu est Juste et qu'Il ne tolère pas le moindre péché. Ces péchés sont aussi inévitables que l'arrivée des serpents brûlants. La pratique du péché entraine les mêmes effets que la morsure d'un serpent : la mort. Mais dans sa grâce, Dieu Lui-même a pourvu à un moyen qui n'a aucun rapport avec les moyens humains. De même que les juifs devaient lever les yeux vers le serpent d'airain ; de même nous devons lever nos yeux vers Jésus-Christ.

Qui est sauvé de la condamnation de ses péchés ? Qui est celui qui naît de nouveau ?

  • Ce n'est pas celui qui combat ses propres péchés mais celui qui met en pratique la Parole de Dieu : regarder à Christ.
  • Ce n'est pas celui qui met sa confiance dans ses bonnes résolutions mais celui qui met sa confiance dans la Parole de Dieu : regarder à Christ.
  • Ce n'est pas non plus celui qui regarde au monde visible mais celui qui lève les yeux vers le ciel, vers le Jésus-Christ.

Or, ces trois points requièrent la foi :

  • La foi qu'en nous-mêmes, nous n'avons aucune ressource pour nous sauver.
  • La foi que Dieu seul peut nous sauver : Le nom « Jésus » signifie littéralement « Dieu sauve ».

5. La nouvelle vie : Explication

Jésus explique que Dieu n'est pas venu dans le monde pour le juger. En effet, Il aurait très bien pu le faire depuis le ciel. Si le Messie est descendu du ciel, c'est pour nous sauver.

Comment le Messie nous sauve-t-il ?

L'Éternel est lent à la colère et riche en bonté, il pardonne l'iniquité et la rébellion ; mais il ne tient point le coupable pour innocent
Nombres 14 : 18

L'Éternel pardonne mais s'il y a eu faute, il faut la réparer. S'il s'agissait simplement d'un dégât matériel, il suffirait d'acheter un nouvel objet mais comment rachèterions-nous la vie perdue par la mort spirituelle entrainée par le premier péché ?

Seule une vie vaut le prix d'une vie. Alors Dieu est venu sur la terre en la personne de Jésus-Christ et le Messie a accepté de jouer notre rôle de coupable avec toutes ses conséquences : la mort. Cette mort s'est passée de manière publique (sur la croix) afin que toute personne ait la capacité de lever les yeux vers Lui.

Lever les yeux vers le Messie, c'est croire que c'est nous qui méritions d'être sur la croix mais dans son amour inconditionnel, Dieu qui y est allé.

Comme Jésus est plus fort que la mort, le troisième jour, il est ressuscité. Ainsi, celui qui a cru que sa vie perdue par son premier péché a été réparée par la mort de Christ a l'assurance qu'il a la vie éternelle.

Conclusion

Cette nouvelle vie commence dès à présent et continuera même si notre corps s'éteint. En effet, lassé de notre ancienne vie, nous levons les yeux vers Jésus-Christ pour repartir en nouveauté de vie, le cœur purifié.

La bonne nouvelle en Jésus-Christ, c'est que désormais nous ne sommes plus sous l'esclavage du péché. Bien sûr, tant que nous sommes ici bas, nous avons des batailles à mener contre nos désirs charnels et surement qu'il nous arrivera d'en perdre, mais nous savons que la guerre est déjà gagnée grâce aux mérites de Jésus-Christ.

Désormais, nous pouvons venir à la lumière car notre cœur Lui est consacré et nous comptons uniquement sur Lui pour grandir spirituellement, tel un bébé qui grandi nourrit par ses parents.

courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi
Hébreux 12 : 1-2