Actes 17 : 1-5

Paul et Silas passèrent par Amphipolis et Apollonie, et ils arrivèrent à Thessalonique, où les Juifs avaient une synagogue. Paul y entra, selon sa coutume. Pendant trois sabbats, il discuta avec eux, d'après les Écritures, expliquant et établissant que le Christ devait souffrir et ressusciter des morts. Et Jésus que je vous annonce, disait-il, c'est lui qui est le Christ.
Quelques-uns d'entre eux furent persuadés, et se joignirent à Paul et à Silas, ainsi qu'une grande multitude de Grecs craignant Dieu, et beaucoup de femmes de qualité.
Mais les Juifs, jaloux prirent avec eux quelques méchants hommes de la populace, provoquèrent des attroupements, et répandirent l'agitation dans la ville. Ils se portèrent à la maison de Jason, et ils cherchèrent Paul et Silas, pour les amener vers le peuple.

1 Thessaloniciens 2 : 1-14

Vous savez vous-mêmes, frères, que notre arrivée chez vous n'a pas été sans résultat.  Après avoir souffert et reçu des outrages à Philippes, comme vous le savez, nous prîmes de l'assurance en notre Dieu, pour vous annoncer l'Évangile de Dieu, au milieu de bien des combats.
Car notre prédication ne repose ni sur l'erreur, ni sur des motifs impurs, ni sur la fraude ; mais, selon que Dieu nous a jugés dignes de nous confier l'Évangile, ainsi nous parlons, non comme pour plaire à des hommes, mais pour plaire à Dieu, qui sonde nos coeurs.
Jamais, en effet, nous n'avons usé de paroles flatteuse, comme vous le savez ; jamais nous n'avons eu la cupidité pour mobile, Dieu en est témoin.
Nous n'avons point cherché la gloire qui vient des hommes, ni de vous ni des autres ; nous aurions pu nous produire avec autorité comme apôtres de Christ, mais nous avons été pleins de douceur au milieu de vous.
De même qu'une nourrice prend un tendre soin de ses enfants, nous aurions voulu, dans notre vive affection pour vous, non seulement vous donner l'Évangile de Dieu, mais encore nos propres vies, tant vous nous étiez devenus chers.
Vous vous rappelez, frères, notre travail et notre peine : nuit et jour à l'oeuvre, pour n'être à charge à aucun de vous, nous vous avons prêché l'Évangile de Dieu.
Vous êtes témoins, et Dieu l'est aussi, que nous avons eu envers vous qui croyez une conduite sainte, juste et irréprochable. Vous savez aussi que nous avons été pour chacun de vous ce qu'un père est pour ses enfants, vous exhortant, vous consolant, vous conjurant de marcher d'une manière digne de Dieu, qui vous appelle à son royaume et à sa gloire.
C'est pourquoi nous rendons continuellement grâces à Dieu de ce qu'en recevant la parole de Dieu, que nous vous avons fait entendre, vous l'avez reçue, non comme la parole des hommes, mais, ainsi qu'elle l'est véritablement, comme la parole de Dieu, qui agit en vous qui croyez. Car vous, frères, vous êtes devenus les imitateurs des Églises de Dieu qui sont en Jésus Christ dans la Judée, parce que vous aussi, vous avez souffert de la part de vos propres compatriotes les mêmes maux qu'elles ont soufferts de la part des Juifs.

Introduction

Nous allons voir qu'un témoignage exemplaire amène des conversions exemplaires.

Le passage dans le livre des Actes des Apôtres nous montre les circonstances extérieures de la conversion des thessaloniciens, le chapitre 2 de la Première Épitre aux Thessaloniciens nous montre les circonstances intérieures.

Le témoignage exemplaire montré par Paul réside dans son message et le suivi exemplaire qu'il a laissés aux thessaloniciens.

Quel est l'enjeu ?
Si on a des conversions exemplaires, les transformations que Dieu opère se verront dans la vie de ces personnes sinon il y aura des faux chrétiens, c'est-à-dire des personnes professant une appartenance au christianisme sans avoir professé Christ comme leur Seigneur et Sauveur.
C'est pour cela qu'il est important de voir que seul un témoignage exemplaire bibliquement amène des conversions exemplaires.

1. Message exemplaire

Paul leur rappelle comment il leur a annoncé l'évangile. Il semblerait qu'il y avait des détracteurs qui accusaient Paul d'avoir de mauvaises motivations. Ce sont sûrement les juifs jaloux du nombre de conversions suscité par le message de Paul (Actes 17 : 5).

Pour contrer cela, Paul rappelle qu'il cherche avant tout la gloire de Dieu et non celle des hommes.
Ce modèle, il le tient de Jésus lui-même.

Celui qui parle de par lui-même cherche sa propre gloire; mais celui qui cherche la gloire de celui qui l'a envoyé, celui-là est vrai, et il n'y a point d'injustice en lui.
Jean 7 : 18

Voyons comment Paul leur a annoncé l'Évangile dans Actes 17 :

  • Un message exemplaire est basé sur la bible : d'après les Écritures...
  • Un message exemplaire contient le rappel de la venue du Messie.
  • Un message exemplaire rappelle que le Messie devait être crucifié pour nos péchés.
  • Un message exemplaire est de dire que Jésus est le Messie.

Si nous parlons de Dieu, que notre message soit exemplaire. Si nous acceptons d'entendre un message religieux que ce message soit exemplaire.

2. Conversion exemplaire

J'ai eu l'occasion de connaître divers milieux chrétiens et il est étonnant de voir que certains chrétiens ont une mauvaise conception d'une vraie conversion :

  • Ce n'est pas quelqu'un qui vient tous les dimanches à l'Église.
  • Ce n'est pas quelqu'un qui est rempli de connaissances bibliques.
  • Ce n'est pas quelqu'un qui a des fonctions dans une église (il y a des conducteurs religieux athées).

Au verset 9 du chapitre 1, nous voyons la conversion exemplaire des thessaloniciens: l'abandon des idoles passées pour servir Dieu en attendant son fils.

Que cela signifie-t-il ?
Avant une conversion, une personne vivait pour elle-même en attendant que sa mort. En effet, notre première idole, c'est nous-mêmes, mais la seule chose éternelle qu'on peut se donner, c'est la mort.

Mais après une vraie conversion, quoi que fasse la personne, c'est en vue de glorifier Dieu car elle sait que le jour où Christ reviendra, elle vivra éternellement avec Lui.

Au verset 13, nous voyons qu'une conversion exemplaire, c'est l'acceptation du message de l'Évangile.

Une vraie conversion n'est pas la soumission à un homme, ou la soumission à un mouvement religieux mais la soumission à la Bible. L'erreur est de se dire que lire ou connaître la Bible fait de moi un chrétien. Non, il faut plus que cela, il faut s'y soumettre.

Toujours au verset 13, on voit que dans une vraie conversion, la Parole de Dieu agit en ceux qui croient. Et c'est vrai !

C'est comme ce frère qui était imbuvable socialement et qui à travers la lecture et ensuite la soumission à la Parole de Dieu, s'est adouci.
Ou alors cet autre frère embourbé dans le péché, qui après étude de la Parole de Dieu, a compris tous les dégâts intérieurs qu'entraînait sa vie dissolue.

Dans la conversion d'une personne, les personnes extérieures peuvent voir que la Parole de Dieu agit efficacement dans sa vie.
Cette action pourrait être résumée par le verset 14: devenus les imitateurs de Christ.

Imiter Jésus est le premier pas vers la vie de disciple.

3. Suivi exemplaire

Après une conversion, une personne a besoin d'être suivie, de même qu'un nouveau-né a besoin de ses parents pour être éduqué. Comme l'évangélisation, le suivi concerne chaque chrétien car Dieu a voulu que ce soit l'Église qui accueille les nouveaux convertis.

Un suivi exemplaire est plein de douceur telle une nourrice (verset 7).

La part de l'Église est d'être disponible et la part du Saint-Esprit est de sanctifier. Ne confondons jamais les rôles car la douceur encourage, réconforte, répond aux questions, oriente... mais la sanctification émonde les branches mortes. En effet, l'action du Saint-Esprit pousse une personne à rejeter telle partie de sa vie ou bien elle pousse à prendre de nouvelles responsabilités.

Un suivi exemplaire ne fait pas compromis avec le péché (verset 12).

Un suivi exemplaire ne fait pas compromis avec le péché car nous participons à son royaume et sa gloire. L'Église doit rappeler que la gloire de Dieu ne peut pas être entachée par le péché. L'Église doit donc exhorter et conjurer à marcher d'une manière digne de Dieu.

Peut-être que parfois il faut exclure un temps un frère des assemblées dans le but de le retrouver mais, la décision finale de marcher d'une manière digne du Seigneur, c'est le frère qui la prendra sous l'impulsion du Saint-Esprit, si du moins il ne Lui résiste pas.

Au milieu des verbes exhorter et conjurer, il y a le verbe consoler. Jésus a prévenu que le chemin pour le suivre est étroit et cela implique que pour le suivre, on doit laisser des choses de notre vie ancienne derrière nous. Parfois, ce sont les choses anciennes qui nous quittent (la famille non chrétienne rejette le chrétien). Et dans tout cela, il faut beaucoup de consolation pour éviter tout compromis.

Mais le consolateur, l'Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.
Jean 14:26

N'oublions jamais que notre vrai consolateur est le Saint-Esprit qui réside dans tous les chrétiens. Un suivi exemplaire est plein amour (verset 8).

Par ceci nous avons connu l'amour, c'est que Lui a laissé sa vie pour nous ; et nous, nous devons laisser nos vies pour les frères.
1 Jean 3 : 16

Entre chrétiens, l'amour fraternel devrait être présent. Si cela ne vient pas naturellement, nous devons y travailler selon qu'il est écrit :

Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres, car celui qui aime les autres a accompli la loi.
Romains 13 : 8

Conclusion

La conversion au christianisme est tout d'abord une conversion à la personne de Jésus-Christ. Ce n'est pas une action mystérieuse car la Bible nous éclaire bien sur la manière dont cela se passe.

Une conversion exemplaire précède un message exemplaire où Christ est annoncé comme celui qui sauve et est le maître.

Une conversion exemplaire est suivie d'une marche digne selon le Seigneur, sanctifiée par le Saint-Esprit et encouragée par les autres frères au sein d'une Église.