Romains 5 : 20 - 6 : 4

Or, la loi est intervenue pour que l'offense abondât, mais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé, afin que, comme le péché a régné par la mort, ainsi la grâce régnât par la justice pour la vie éternelle, par Jésus Christ notre Seigneur.

Que dirons-nous donc ? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde ?
Loin de là ! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché ?
Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés ?
Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.

Introduction

Nous voici de nouveau avec l'Épître de Paul aux Romains et nous suivons le développement de sa pensée avec une deuxième série de questions (cliquer ici pour la première série).

Le message de l'Évangile est assez simple :

  • Nous sommes pécheurs et incapables de nous sauver nous-mêmes.
  • Dieu est venu sur terre en la personne de Jésus-Christ pour être puni à notre place.
  • Quiconque croit cela et se repent de ses péchés est sauvé et il a la certitude d'avoir la vie éternelle.

Lorsqu'un chrétien partage ce message, une des objections qu'il peut entendre est :
« C'est trop facile ! puisqu'on est sauvé par la foi, on peut faire ce qu'on veut et reprendre sa vie de patachon... »

Cette question n'a rien de nouveau. Les Romains ont également dû faire face à cette interrogation :
« Vivrions-nous encore dans le péché ? »

La réponse est simple : loin de là !

L'abondance de l'offense

Dans quel état spirituel était le chrétien avant de venir à Christ ?

Il vivait abondamment dans le péché. Le péché n'est pas l'effraction d'un nombre fini de règles mais, c'est le fait que quoi que nous fassions, cela offensera Dieu.

Pour vous donner une idée du péché, c'est comme si Hitler offrait de bon cœur une voiture neuve à une famille juive !
Oui, nous pouvons reconnaître que c'est de bon cœur, que le cadeau a un certain prix mais lorsqu'un peuple est offensé (et ce n’est rien de le dire), la seule chose qui peut apaiser est la peine de mort.

Avec Dieu, c'est la même chose : l’abondance de l'offense est telle que quoi que nous fassions, nous resterons ennemis de Dieu.

Ainsi, sans une conversion, tout homme est vu de Dieu comme Hitler est vu du peuple juif.

L'abondance de la grâce

Lorsqu'on comprend l'abondance de l'offense, on peut commencer à comprendre l'abondance de la grâce.

Je voudrais vous partager l'histoire d'un homme de Dieu connu : il s'appelle Erino Dapozzo. Il a connu toute sorte d'aventures pour le Seigneur et l'une qui m'a le plus marqué est celle qui se déroule dans un camp de concentration nazi :

  • Erino est déporté en 1943 car il a essayé de sauver des juifs.
  • Dénoncé, il partage leur sort : déporté en camp de concentration.
  • Dans ce camp, le commandant se montre exécrable mais Dieu lui donne la force d'aimer son ennemi.
  • Après la libération, Erino a l'occasion de retrouver ce commandant.
  • S'est-il vengé ? Non, il lui a manifesté l'amour de Dieu en lui offrant son pardon.

Cet homme rongé par le remords ne s'attendait plus à trouver grâce auprès de qui que ce soit ! Et sa conscience lui disait tous les jours que cela était à juste titre.

Mais, il est écrit :

Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies.
A peine mourrait-on pour un juste ; quelqu'un peut-être mourrait-il pour un homme de bien.
Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.
Romains 5 : 6-8

L'offense de cet homme serait comme le mont Evrest, mais la grâce de Dieu est si forte qu'elle serait comme un vague haute de 10.000 mètres !!

Quelle abondance de grâce !

Vivre dans la grâce

En voyant tant d'amour et tant de pardon, comment ce commandant s'est-il comporté par la suite ? Lorsque cet homme a vu que les chefs d'accusation qui écrasaient sa conscience à chaque instant ont été graciés, quelle attitude adoptera-t-il dans la suite de sa vie ?

Pensez-vous qu'il se dira :
Comme Erino m'a pardonné, je vais continuer à le maltraiter !

Vous vous doutez bien que son cœur est maintenant habité par la paix, la joie et l'amour.

La seule chose qu'il a envie de faire est de rattraper le temps perdu.

En fait, deux ans plus tard, le commandant et sa famille se sont convertis à Christ. Ils ont trouvé la réconciliation avec les hommes, avec eux-mêmes et surtout avec Dieu, alors ils ont seulement le désir de vivre en conséquence :
C'est ce que notre passage du jour appelle « marcher en nouveauté de vie ».

Conclusion

Vivrions-nous encore dans le péché ?

Cela est impossible pour celui qui a compris :

  • L'abondance de l'offense et l'abondance de tristesse que cela apporte.
  • L'abondance de grâce et l’abondance de joie et de paix que cela apporte.

Lorsque nous comprenons la grâce que Dieu nous accorde, nous avons seulement hâte de marcher en nouveauté de vie où, tout ce que nous souhaitons faire, c'est de glorifier Dieu.

Quelle abondance de grâce !!

Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.
Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation.
2 Corinthiens 5 : 17-18

(retrouvez l'intégralité de l'histoire de Erino Dapozzo en cliquant ici)