Apocalypse 2 : 18-29

Écris à l'ange de l'Église de Thyatire :
Voici ce que dit le Fils de Dieu, celui qui a les yeux comme une flamme de feu, et dont les pieds sont semblables à de l'airain ardent :
Je connais tes œuvres, ton amour, ta foi, ton fidèle service, ta constance, et tes dernières œuvres plus nombreuses que les premières.
Mais ce que j'ai contre toi, c'est que tu laisses la femme Jézabel, qui se dit prophétesse, enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu'ils se livrent à l'impudicité et qu'ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles. Je lui ai donné du temps, afin qu'elle se repentît, et elle ne veut pas se repentir de son impudicité.
Voici, je vais la jeter sur un lit, et envoyer une grande tribulation à ceux qui commettent adultère avec elle, à moins qu'ils ne se repentent de leurs œuvres. Je ferai mourir de mort ses enfants ; et toutes les Églises connaîtront que je suis celui qui sonde les reins et les cœurs, et je vous rendrai à chacun selon vos œuvres.
A vous, à tous les autres de Thyatire, qui ne reçoivent pas cette doctrine, et qui n'ont pas connu les profondeurs de Satan, comme ils les appellent, je vous dis : Je ne mets pas sur vous d'autre fardeau ; seulement, ce que vous avez, retenez-le jusqu'à ce que je vienne.
A celui qui vaincra, et qui gardera jusqu'à la fin mes œuvres, je donnerai autorité sur les nations. Il les paîtra avec une verge de fer, comme on brise les vases d'argile, ainsi que moi-même j'en ai reçu le pouvoir de mon Père. Et je lui donnerai l'étoile du matin.
Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises !

Introduction

La lettre à l'église de Thyatire est un encouragement pour les membres des églises dont les responsables spirituels se sont malheureusement écartés du droit chemin.

Le principal problème de l'église locale de Thyatire est qu'une personne que Jésus-Christ nomme symboliquement Jézabel a pris le leadership spirituel de l'église. À travers cette personne, nous voyons toute la patience de Dieu, tout son amour pour ses ennemis et l'une des utilités de l'église locale : un lieu pour entendre le message de la bonne nouvelle du salut en Jésus-Christ. Cette lettre rappelle donc la nécessité d'annoncer constamment le message de l'Évangile dans les assemblées.

Thyatire est une petite ville tranquille avec sa spécialité du coin : le pourpre. Les chrétiens ne souffrent pas de la persécution extérieure mais de tensions intérieures. À travers cette petite église, Dieu rappelle aussi qu'Il n'a pas oublié que ses enfants sont des fils adoptés et qu'Il ne les laissera pas indéfiniment sous la direction des non-convertis. Ceci dit, il y a un temps pour tout. Un temps pour la patience de Dieu pour leurs conversions et un temps où Christ reviendra régner, et les chrétiens règneront avec Lui.
Résumé de la vie de Jézabel

Pour comprendre ce que cette église a vécu, il est important de comprendre la vie qu'a eue Jézabel.

Cette femme, d'origine sidonienne, a vécu au IXe siècle av. J.-C. ; elle fut la femme d'Achab, roi d'Israël (1 Roi 16 : 29-33).

Achab fit ce qui était mal aux yeux de Dieu, et il suivit sa femme dans l'idolâtrie. En effet, Achab est coupable d'avoir accepté l'influence de sa femme :

Il n'y a eu personne qui se soit vendu comme Achab pour faire ce qui est mal aux yeux de l'Éternel, et Jézabel, sa femme, l'y excitait.
1 Roi 21 : 25

Elle a notamment voulu tuer tous les prophètes de l'Éternel mais heureusement que Abdias, intendant du roi, en a sauvé une centaine (1 Roi 18 : 1-4).

Dieu a arrêté son jugement sur le couple royal quand, poussés par la convoitise, ils ont décidé de tuer Naboth pour acquérir ses terres :

Voici, je (Dieu) vais faire venir le malheur sur toi ; je te balaierai, j'exterminerai quiconque appartient à Achab, celui qui est esclave et celui qui est libre en Israël, et je rendrai ta maison semblable à la maison de Jéroboam, fils de Nebath, et à la maison de Baescha, fils d'Achija, parce que tu m'as
irrité et que tu as fais pécher Israël.L'Éternel parle aussi sur Jézabel, et il dit :
Les chiens mangeront Jézabel près du rempart de Jizreel. Celui de la maison d'Achab qui mourra dans la ville sera mangé par les chiens, et celui qui mourra dans les champs sera mangé par les oiseaux du ciel.
1 Roi 21 : 21-24

Achab, en entendant cette condamnation fit semblant de se convertir mais son vrai cœur s'est dévoilé lorsqu'il a choisi d'écouter de faux prophètes plutôt que Michée sur la question de partir en guerre ou non contre le roi de Syrie (1 Roi 22 : 19-23). Ainsi, Achab mourut comme le prophète Élie avait dit.

De son côté, la reine Jézabel vit trois rois passés (2 Roi 1 : 17) :

  • Achab, son mari.
  • Achazia, fils d'Achab.
  • Joram, fils de Josaphat, roi de Juda ; car il n'avait point de fils.

Elle vit aussi la puissance de Dieu à travers deux prophètes :

  • Élie
  • Élisée

Mais malgré tout le témoignage de Dieu, elle n'a pas pris le temps de s'humilier devant lui. Elle est restée avec ses idoles et au temps décrété par Dieu, sa condamnation a été mise en application, par la main de Jéhu, nouveau roi d'Israël (2 Roi 9 : 30-37).

1. Celui qui parle

L'auteur de cette lettre est Jésus-Christ. Il reprend une de ses caractéristiques du chapitre premier :

ses yeux étaient comme une flamme de feu ; ses pieds étaient semblables à de l'airain ardent
Apocalypse 1 : 14b-15a

Cette présentation de Christ expose que Jésus-Christ voit tout. Il n'est pas comme un être humain qui ne s'arrête qu'aux apparences : il voit les réelles motivations qui animent le zèle de tout homme.

Par exemple, le Seigneur ne s'est pas trompé sur le roi qui succèdera à Saül. Il a choisi David, un enfant et berger, plutôt que ses frères ainés qui étaient forts et vigoureux, selon qu'il est écrit :

Lorsqu'ils entrèrent, il se dit, en voyant Éliab : Certainement, l'oint de l'Éternel est ici devant lui. Et l'Éternel dit à Samuel :
Ne prends point garde à son apparence et à la hauteur de sa taille, car je l'ai rejeté. L'Éternel ne considère pas ce que l'homme considère ; l'homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l'Éternel regarde au cœur.
1 Samuel 16 : 7

Une des conséquences est que nul ne peut mentir à Dieu. Le couple Ananias et Saphira l'ont appris au prix de leurs vies dans Actes 5 : 1-11. Le Seigneur prévient  par la bouche de l'apôtre Pierre que mentir aux hommes, c'est d'abord mentir à Dieu :

Ce n'est pas à des hommes que tu (Ananias) as menti, mais à Dieu.
Actes 5 : 4

Ainsi, dans une assemblée, Dieu reconnait les siens. Pour ceux qui ne sont pas encore à Lui, cette lettre à l'église de Thyatire montre que le Seigneur use de patience envers eux car Il veut que tous les hommes se convertissent pour leur faire éviter la condamnation éternelle.

En effet, le Seigneur se présente aussi comme celui qui a les pieds semblables à de l'airain ardent. Dans la Bible, l'airain est souvent associé au jugement de Dieu. Si le Seigneur illustre ses pieds par de l'airain ardent, c'est pour signifier qu'il arrive et quand il sera venu, il jugera chacun selon ses œuvres :

Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui.
Jean 6 : 36

Mais, le Seigneur n'est pas encore là. Et s'Il n'est pas encore là, c'est qu'Il laisse le temps au monde de se repentir car Il voit déjà la méchanceté du cœur des hommes.

2. Ce qui est bon

Le Seigneur sait comment cette église locale travaille, comment elle prend part aux œuvres que le Messie a commencé : son amour, sa foi, son fidèle service et sa constance.

Dans les églises locales qui œuvrent de plus en plus, il y aura toujours des « Naboth » pour manifester l'amour envers le Seigneur. Effectivement, Naboth a préféré garder ses terres parce qu'il voulait obéir à la Loi en ne cédant ses terres qu'à quelqu'un de la famille (Lévitique 25 : 23-28). De même, une église qui avance spirituellement aura toujours le souci d'être en conformité avec la Parole plutôt que d'aimer ce siècle en s'y conformant, selon qu'il écirt :

Celui qui a mes commandements et qui les garde, c'est celui qui m'aime ; et celui qui m'aime sera aimé de mon Père, je l'aimerai, et je me ferai connaître à lui
Jean 14 : 21

Il y aura aussi toujours dans ses rangs des « Élie » ou des « Élisée » pour démontrer par la foi la puissance invisible de Dieu. En effet, sa foi lui a donné la force de prononcer devant Achab et Jézabel de rapporter ce que Dieu lui a dit : il ne pleuvra pas pendant trois ans. Et la chose arriva. De même de nos jours, comme pour Élie, la foi est toujours simplement de croire et rapporter ce que Dieu dit dans sa Parole, selon qu'il est écrit :

Or la foi est une ferme assurance des choses qu'on espère, une démonstration de celles qu'on ne voit pas
Hébreux 11 : 1

Quand une église locale vit pour son Seigneur et Sauveur, elle comptera dans ses membres de « Abdias » pour personnifie la fidélité dans le service. En effet, celui-ci a joué sa place d'intendant pour sauver des prophètes de Dieu. De même, de nos jours, des frères regardent leurs vies comme néant et sont prêts à se sacrifier pour les élus de Dieu en leur rendant tel ou tel service.

Car Dieu n'est pas injuste, pour oublier votre travail et l'amour que vous avez montré pour son nom, ayant rendu et rendant encore des services aux saints
Hébreux 6 : 10

Enfin, dans une église locale fondée sur Christ, il y aura toujours des « Michée » pour faire preuve de constance. Alors que toute la cour royale est contre lui, il reste sur sa position car il sait que son message vient de Dieu. Cette constance, une église peut l'acquérir si elle n'altère pas le message de la bonne nouvelle en Jésus-Christ malgré les tendances libérales de nos jours. Cette église demeurera donc dans la Parole, car elle est née de la Parole :

Nous vous y trompez pas, mes frères bien-aimés : toute grâce excellente et tout don parfait descendent d'en haut, du Père des lumières, chez lequel il n'y a ni changement ni ombre de variation. Il nous a engendrés selon sa volonté, par la parole de vérité, afin que nous soyons en quelque sorte les prémices de ses créatures.
Jacques 1 : 16-18

N'oublions jamais que si une église va de progrès en progrès dans son amour, sa foi, son fidèle service et sa constance, c'est dû au fait que Christ a d'abord manifesté ces qualités pour l'église, selon le passage dans Éphésiens 5 : 25-33 :

  • Il a aimé l'église au point de l'appeler son épouse
  • Il sait qu'Il la fera paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible
  • Il est fidèle dans son service car il est allé jusqu'à se livrer pour Elle
  • Il est constamment là pour Elle, en prenant soin d'Elle

Au final, une église avancera si au travers de ses membres, elle reflète l'œuvre de Christ pour son église.

3. Ce qui est mauvais

Ce que le Seigneur reproche à cette église, c'est d'avoir abandonné la direction de l'assemblée à cette personne nommée Jézabel. Dans certains manuscrits grecs, le texte présente cette femme comme l'épouse de l'ancien de l'église. Cela rappelle exactement la situation qu'Israël a connue : Achab, celui qui est censé gérer le royaume, a laissé toute l'autorité à sa femme Jézabel. Celui-ci permit même à sa femme de prendre le sceau royal pour faire appliquer des décisions (1 Roi 21 : 8) !

Ce qui est grave dans l'affaire, c'est qu'elle a pris la direction spirituelle. En effet, Jézabel était celle qui décidait qui officierait comme prophète : ceux de son faux dieu Baal. De même, dans l'église de Thyatire, cette femme a apparemment pris aussi la direction spirituelle, ce qui a des conséquences spirituelles : l’idolâtrie et la débauche qui va de pair.

C'est intéressant de voir que comme Jézabel à son époque, le Seigneur a laissé à cette dame du temps pour se repentir. Le Seigneur a usé de patience envers elle. Certainement qu'avant d'arriver dans cette église, elle n'avait pas entendu parler de Jésus alors le Seigneur donne une chance. Malheureusement, elle a fait le choix de rester avec son passé et comme Jézabel, le Seigneur qui voit tout et juge tout condamnera non seulement cette tentatrice mais en plus, tous ceux qui l'auront accompagné dans sa déchéance.

Leur principal chef d'accusation est qu'ils ont entendu la vérité qui libère du péché mais, malgré cela, ils ont préféré pratiquer des abominations qu'ils appellent eux-mêmes « les profondeurs de Satan ».

Remarquons la bonté du Seigneur qui laisse toujours un temps pour se repentir. Achab a eu ce temps pour se repentir de son association avec sa femme mais il n'a pas saisi l'occasion.

Le but du Seigneur est double dans la condamnation de cette femme et de ceux qui ont commis l'adultère spirituel avec elle :

  • Juger le coupable
  • Rassurer les églises de toutes les époques qui liront cette lettre

En effet, peut-être que dans nos églises il y a des responsables qui entrainent l'église dans de mauvais chemins. Si c'est le cas de notre église, le Seigneur veut que nous nous souvenions qu'Il voit les mauvais agissements mais il espère une conversion avant le jour où il jugera ces personnes.

4. Ce qui reste à faire

Contrairement aux églises précédentes, il n'y a rien à faire. En effet, de son temps, Jézabel était la reine et le Seigneur n'a jamais appelé à faire une révolution pour renverser le gouvernement au pouvoir. La seule chose à faire est de rester fidèle et attendre dans la confiance que Dieu s'occupe de ces cas.

Le Seigneur sait que la situation est très difficile parce qu'elle vient de l'intérieur. Nous voyons donc toute la compassion du Seigneur qui dit qu'Il ne permettra pas qu'il ait d'autres épreuves. La plus grande épreuve dans ces moments est de se décourager dans son amour, sa foi, son fidèle service et sa constance. Car si le chrétien s'écarte d'un iota de sa consécration, n'est-ce pas là une forme d'acceptation de cette doctrine qualifiée de profondeurs de Satan ?

Retenir fermement la Parole du Seigneur est aller plus loin dans notre vie chrétienne : plutôt que de se plaindre constamment de mauvais dirigeants, prions pour eux car le Seigneur veut les voir se repentir. Pour nous, nous savons que notre salut ne passe par ces hommes alors soyons toujours animés de l'amour du Seigneur pour avoir la grâce d'être témoin de la grandeur de Dieu : voir des ennemis du Seigneur venir à Lui.

Pour Jézabel, la fin fut tragique, pour cette femme de Thyatire, sa fin sera tragique aussi parce que la Parole nous dit qu'elle a refusé de se repentir. Mais, pour ceux de notre assemblée ? Demandons au Seigneur de la sagesse pour savoir comment amener à Lui ceux qui nous entourent toutes les semaines avant de penser à ceux qui sont loin. C'est pour cela qu'il est important de ne pas se lasser d'annoncer régulièrement le message de l'Évangile.

5. Promesse au vainqueur

Au vainqueur, le Seigneur promet le règne avec Lui. Ce règne de Christ, tel qu'il est décrit, fait écho au Psaume 2 :

Je publierai le décret ; L'Éternel m'a dit : Tu es mon fils ! Je t'ai engendré aujourd'hui. Demande-moi et je te donnerai les nations pour héritage, Les extrémités de la terre pour possession ; Tu les briseras avec une verge de fer, Tu les briseras comme le vase d'un potier. Et maintenant, rois, conduisez-vous avec sagesse ! Juges de la terre, recevez instruction !
Psaume 2 : 7-10

Effectivement, dans ce psaume, le Père avait promis au Fils le règne. Pour le vainqueur, Jésus lui promet de partager sa gloire.

Remarquons que dans la logique des choses, ça devrait être ceux qui sont fidèles au Seigneur qui devraient diriger l'Église mais, ils n'ont pas à être frustrés car le Seigneur les comblera.

L'autre récompense est le don de l'étoile du matin. Ceci évoque Jésus Lui-même selon qu'il est écrit :

Moi, Jésus, j'ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Églises. Je suis le rejeton et la postérité de David, l'étoile brillante du matin.
Apocalypse 22 : 16

Cela montre la pleine communion que le vainqueur aura avec le Messie.

Conclusion

À partir de cette quatrième lettre, l'exhortation à écouter se trouve en dernière phrase. Cela souligne qu'il faut davantage être sur ses gardes car les pièges sont de plus en plus subtils. La persécution est visible mais si c'est les dirigeants qui font fausse route, alors il faut davantage plus de sagesse pour ne pas se laisser égarer loin de la bonne doctrine.

Pour se maintenir dans la bonne doctrine, le seul moyen est de toujours rappeler à l'assemblée la grâce faite aux hommes d'être épargné de l'enfer à cause de leurs péchés ; et rappeler aussi que s'approprier cette grâce est possible uniquement qu'en mettant sa foi en Jésus-Christ. N'est-ce d'ailleurs pas là la signification de la pratique régulière de la sainte cène dans nos assemblées ?

Enfin, ayons tous les mêmes sentiments que Christ envers ceux qui ne le connaissent pas en leur rappelant ceci :

Croyez que la patience de notre Seigneur est votre salut, comme notre bien-aimé frère Paul vous l'a aussi écrit, selon la sagesse qui lui a été donnée.
2 Pierre 3 : 15