Apocalypse 2 : 12-17

Écris à l'ange de l'Église de Pergame :
Voici ce que dit celui qui a l'épée aiguë, à deux tranchants :
Je sais où tu demeures, je sais que là est le trône de Satan. Tu retiens mon nom, et tu n'as pas renié ma foi, même aux jours d'Antipas, mon témoin fidèle, qui a été mis à mort chez vous, là où Satan a sa demeure.
Mais j'ai quelque chose contre toi, c'est que tu as là des gens attachés à la doctrine de Balaam, qui enseignait à Balak à mettre une pierre d'achoppement devant les fils d'Israël, pour qu'ils mangeassent des viandes sacrifiées aux idoles et qu'ils se livrassent à l'impudicité.
De même, toi aussi, tu as des gens attachés pareillement à la doctrine des Nicolaïtes.
Repens-toi donc ; sinon, je viendrai à toi bientôt, et je les combattrai avec l'épée de ma bouche.
Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises : A celui qui vaincra je donnerai de la manne cachée, et je lui donnerai un caillou blanc ; et sur ce caillou est écrit un nom nouveau, que personne ne connaît, si ce n'est celui qui le reçoit.

Introduction

La lettre à l'église de Pergame appelle les églises à rester vigilantes d'un point de vue doctrinal. Resté fidèle dans la doctrine n'est pas facile parce que celui qui reste fidèle à la Parole du Seigneur est haï par ce monde. Ne soyons pas étonnés d'une réaction aussi radicale car Jésus-Christ avait déjà averti son église :

Si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant vous. Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui ; mais parce que vous n'êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait.
Jean 15 : 18-19

En grec, le mot « église » vient du mot grec « ekklesia ». Ce mot grec est le groupement de deux mots : « ek », qui signifie « hors de » et « klaleo » qui veut dire appeler. Au final, le mot signifie littéralement : « Ceux qui sont appelés à sortir de », c’est à dire appelés à sortir de la manière de vivre et de penser du monde qui les entoure.

Le problème décrit dans la lettre à l'église de Pergame est que la séparation spirituelle, et non sociale, n'est pas respectée par le monde car le monde a envahi l'église. Les chrétiens sont donc appelés à rester vigilants. Le seul moyen pour une église locale de rester vigilante est de bien rester sous la soumission à celui qui a l'épée aiguë, à deux tranchants : Jésus-Christ et sa doctrine expliquée dans la Bible.

1. Celui qui parle

L'auteur de cette lettre est Jésus-Christ. Il reprend une de ses caractéristiques du chapitre premier :

De sa bouche sortait une épée aiguë, à deux tranchants
Apocalypse 1 : 16

Dans le Nouveau Testament, l'épée est l'image de la Parole infaillible de Dieu. Cette Parole est bien plus que des mots, Elle représente toute la sagesse de Dieu. Cette Parole est Dieu Lui-même et Elle s'est personnifiée en la personne de Jésus-Christ selon qu'il est écrit :

Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.
Jean 1 : 1
Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.
Jean 1 : 14

De ce fait, celui qui se confie en Jésus-Christ se confie dans la sagesse de Dieu.

Cette sagesse divine est en totale opposition à la sagesse humaine de notre monde, selon qu'il est écrit :

Car la sagesse de ce monde est une folie devant Dieu. Aussi est-il écrit : Il prend les sages dans leur ruse. Et encore : Le Seigneur connaît les pensées des sages, Il sait qu'elles sont vaines.
1 Corinthiens 3 : 19-20

Tant qu'il vit sur cette terre, chaque chrétien a en lui ces deux sagesses qui cohabitent : sa propre sagesse humaine et la sagesse de Dieu par le Saint-Esprit. Comment le chrétien saura-t-il quelle sagesse inspire ses pensées ?

Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu'une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager âme et esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du cœur.
Hébreux 4 : 12

Le chrétien a donc besoin de la Bible. Elle est comme une épée aigüe parce qu'elle pointe précisément le problème du péché et elle a deux tranchants car elle dissocie dans sa tête ce qui vient de sa nature pécheresse de ce qui vient du Saint-Esprit. La Bible aidera donc le chrétien à faire la part des choses entre les sentiments qui viennent de l'âme de la sagesse qui vient de l'Esprit.

Jésus se présente à cette église locale en tant que celui qui a la Parole, la sagesse de Dieu : Le seul sur qui l'église peux compter pour rester fidèle à la bonne doctrine.

2. Ce qui est bon

Le Seigneur commence par dire à deux reprises qu'Il sait que dans la ville de Pergame, Satan à son trône. En effet, l'étymologie de Pergame montre que la ville est la citadelle des parchemins, c'est-à-dire une petite forteresse où est assemblée la doctrine idolâtre des hommes. Ainsi Christ oppose sa Parole, sagesse de Dieu, à la grande bibliothèque de Pergame, sagesse de l'homme.

Satan a vraiment son trône parce que là sont rassemblées les théories et les pratiques occultes. Cela montre que :

  • Le combat pour l'église est d'ordre spirituel
  • Tel l'évêque de nos âmes, le Seigneur surveille et ne livre pas son église à elle-même

La communion que Jésus offre, l'église de Pergame ne l'a pas oublié malgré les grandes épreuves par lesquelles elle passe. L'église a gardé dans son cœur le nom de son « seigneur » et « sauveur », qui est la signification littérale du nom de Jésus (Dieu sauve).

Antipas illustre la fidélité de cette église. Peut-être qu'il a été pris en exemple parce que son nom signifie littéralement « seul contre tous » : cela montre l'intensité de la haine que manifestait toute la ville contre les chrétiens. Malgré cette épreuve, l'église n'a pas abandonné la foi, c'est-à-dire la croyance dans les paroles de Dieu. Jusqu'à la mort, ils sont demeurés ancrés en Christ.

Le Seigneur a qualifié Antipas de « témoin fidèle ». Cette qualification est attribuée à Jésus Lui-même (Apocalypse 1 : 5). Cela nous rappelle la grande implication d'être un chrétien : être un petit christ. En effet, le chrétien est appelé à vivre ce qu'a vécu son maître parce que par définition, un chrétien est un disciple de Christ. Et le Seigneur a prévenu que le disciple n'est pas plus grand que le maître (cf: Jean 15 : 18-19, cité en introduction).

3. Ce qui est mauvais

La faiblesse de l'église est qu'elle a laissé entrer des faux frères chez elle : des gens qui suivent la doctrine de Balaam et des nicolaïtes : des individus qui veulent la perte de l'église locale en la poussant à s'éloigner de la Bible par des compromis.

Qui est Balaam ?
Son histoire est racontée du chapitre vingt-deux au chapitre vingt-quatre du livre des Nombres :
Au temps de Moïse, Dieu a délivré son peuple des Égyptiens et fait route vers le pays promis. Au moment où les juifs allaient traverser le pays de Moab, Balak, roi de Moab, a eu peur d'eux et a fait appel à Balaam le prophète pour maudire ce peuple mais, à chaque fois qu'il essaya, Dieu fit sortir des bénédictions de sa bouche.

Quelle est la doctrine de Balaam ?
L'objectif de cette doctrine est de s'en prendre au peuple de Dieu. Pour parvenir à cette fin, il a employé deux manières d'agir : l’occultisme (Nombres 24 : 1) et des stratagèmes pour faire pêcher le peuple de Dieu afin qu'il soit rejeté de Dieu (Nombres 31 : 16). En effet, voyant qu'il ne parvenait pas à maudire les juifs, il a conseillé à Balak de faire pécher le peuple de Dieu en les séduisant par des femmes étrangères. Ces dernières ont entrainé les hommes à l'idolâtrie en mangeant par exemple de la viande sacrifiée aux idoles.

Comment tombe-t-on dans cette doctrine ?
La Bible montre comment Balaam a préféré les richesses de ce monde à la gloire du ciel (2 Pierre 2 : 15). À cause de son amour pour les biens périssables, il a agi à l'encontre la volonté claire de Dieu (Nombres 22 : 18-19).

Des personnes attachées à la doctrine de Balaam existent toujours aujourd'hui. Sous l'impulsion du dieu de siècle, des sommes d'argent sont mises en œuvres pour démonter la Bible et faire entrer la sagesse humaine dans l'église. L'histoire a montré que la force n'a pas éteint l'Église alors Satan attaque le corps de Christ de l'intérieur. La Bible a déjà averti que des faux frères infiltreront les églises locales, selon qu'il est écrit :

Et cela, à cause des faux frères qui s'étaient furtivement introduits et glissés parmi nous, pour épier la liberté que nous avons en Jésus Christ, avec l'intention de nous asservir.
Galates 2 : 4

En effet la vraie liberté est de s'attacher à la Bible uniquement, source de notre salut car Elle dévoile la personne de Jésus-Christ.

Mais, si nous voulons être objectifs, il faut constater que ces faux frères ont fait beaucoup de dégâts : des chrétiens sont revenus sous l'esclavage de la loi, d'autres sous la pression de ce monde ont nié l'œuvre créatrice telle qu'elle décrite dans Genèse, d'autres encore sont totalement tournés vers ce qui est terrestre (santé, argent, amour, bien-être) ; et que penser de ceux qui ont perdu la confiance dans la puissance de la Parole au profit de la psychologie …

La conséquence de ces attaques est que les églises locales, toutes dénominations confondues, se retrouvent envahies par des personnes qui les poussent à enlever la Bible des assemblées et la remplace par la musique, le sport, des miracles… par n'importe quelle activité qui détourne les yeux de la Bible. Ces activités ne sont jamais mauvaises en elles-mêmes mais, sans la source biblique, la foi de beaucoup s'éteindra et avec le temps, l'église tombera dans l'apostasie.

Les églises locales doivent avoir le courage de les démasquer pour les rejeter. Les nicolaïtes, sectes très méconnues aujourd'hui, étaient présents chez les éphésiens mais, eux ont eu le courage de haïr leurs œuvres. Leur présence à Pergame montre qu'ils attaquaient les églises locales sans cesse. Peut-être que le temps a joué en leur faveur et la vigilance de cette église a baissé à cause de la dure persécution et ainsi, ils ont pu infiltrer cette église.

Dans tous les cas, seul l'amour de la Parole donnera le discernement aux églises pour rejeter toutes déviances.

4. Ce qui reste à faire

Le Seigneur dans sa grâce veut enlever tout ce qui peut être ténèbres en nous. Pour enlever ce qui est tortueux dans nos vies, le Seigneur attend de nous uniquement la repentance : reconnaître nos péchés et Le reconnaître comme seul sauveur. Ce qui est vrai pour la sanctification individuelle est apparemment vrai pour l'église.

Sans rien enlever à la fidélité et la bravoure de l'église de Pergame, le Seigneur veut la voir grandir en passant par une demande de pardon collective pour avoir laissé un temps de fausses doctrines en son sein.

Il faut comprendre la difficulté : en laissant ce genre de personnes dans l'église un certain temps, des affinités humaines naissent. Comment demander à ces personnes de quitter l'assemblée ?
Le Seigneur donne la réponse : le seul moyen, c'est de s'aider des Saintes Écritures selon qu'il est écrit :

Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice
2 Timothée 3 : 16

Si l'église ne change pas de comportement avec l'aide de la Bible, le Seigneur Lui-même viendra combattre ces personnes avec l'épée qui sort de sa bouche, c'est-à-dire, sa Parole.

5. Avertissement

Que signifie l'avertissement du Seigneur quand Il menace de venir Lui-même ?
La Bible montre qu'au retour du Christ, Le Seigneur jugera le monde comme cela est décrit dans la lettre pour l'église de Pergame, selon qu'il est écrit :

De sa bouche sortait une épée aiguë, pour frapper les nations ; il les paîtra avec une verge de fer ; et il foulera la cuve du vin de l'ardente colère du Dieu tout puissant.
Apocalypse 19 : 15

Cela signifie donc que si l'église ne se prend pas en charge pour la pureté doctrinale, le Seigneur reviendra avant qu'elle n'ait eu le temps d'accomplir pleinement son travail en tant qu'Église. Le Seigneur achèvera la tâche pour ses membres.

S'ils ne changent pas de comportement, ils passeront à côté de la joie d'avoir connu une église pure et par conséquent, ils ne connaitront pas la joie d'être des témoins et de voir le Seigneur ajouter des âmes perdues à leur église locale. S'ils ne font pas demi-tour dans leur position actuelle, ils ne verront que partiellement la puissance du Seigneur : fortifier ses enfants en temps de persécution ; mais ils ne connaitront pas la puissance du Seigneur qui fait grandir son Église.

6. Promesse au vainqueur

Celui qui sortira vainqueur est celui qui ne se bornera pas à écouter mais mettra en pratique ce que le Seigneur dit. Le Seigneur promet de donner la manne et un caillou blanc.

La manne fut le pain que Dieu a donné à son peuple dans le désert (Exode 16). Dans les Évangiles, Jésus se présente Lui-même comme le pain venu du ciel :

Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et le pain que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde.
Jean 6 : 51

Dans sa promesse, Jésus annonce donc que celui qui mettra en pratique ce qui est dit dans la lettre à l'église de Pergame aura la bonne nourriture pour vivre éternellement. De plus, Il explique comment il donne cette nourriture : en donnant sa vie sur la croix pour expier le péché du monde. Comment manger de ce pain, comme Jésus exhorte plus loin dans son discours :

Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour.
Jean 6 : 54

Pour réellement manger la chair et boire le sang de Christ, il faut simplement se reconnaître pêcheur et mettre sa confiance en Jésus-Christ. Pécheur signifie être séparé de Dieu à cause de nos offenses. Mettre sa confiance en Jésus-Christ signifie reconnaître que seule l'œuvre de Christ sur la croix peut nous sauver et en aucun cas, un de nos propres efforts.

La conséquence est la pleine communion avec Christ selon qu'il est écrit ensuite :

Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui. Comme le Père qui est vivant m'a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi.
Jean 6 : 56-57

L'autre promesse est de recevoir un caillou blanc sur lequel est écrit un nom nouveau. Ce caillou blanc peut avoir deux significations selon la culture de l'époque :

Lors d'un jugement, les cailloux noirs symbolisaient la condamnation et les blancs l'acquittement. Ainsi, le Seigneur acquittera/affranchira celui qui aura écouté sa Parole lorsqu'Il reviendra.

Le caillou blanc avec le nom dessus était aussi utilisé par le maître de cérémonie pour les invitations à sa fête. Cela rappelle que le Seigneur convoquera à ses noces ceux qui lui ont été obéissants. Ses noces sont décrites dans Apocalypse 19.

Ainsi, ce caillou montre toute l'approbation du Seigneur pour ceux qui sont fidèles à son enseignement.

Conclusion

La société d'aujourd'hui a les mêmes caractéristiques que la ville de Pergame. Elle a exactement les mêmes dieux :

  • Athéna : la sagesse humaine qui a l'orgueil de rejeter celle de Dieu
  • .
  • Bacchus : la fête avant tout
  • .
  • Esculape : la recherche du bien-être
  • .

Le chrétien d'aujourd'hui vit dans cette citadelle où la philosophie humaine règne. La sagesse humaine est telle une religion sur laquelle il est très difficile d'être publiquement opposé, sous peine d'être taxé de secte dans les pays occidentaux et sous peine d'être persécuté ailleurs.

Cependant, le chrétien n'est pas appelé à vivre en dehors de cette société, selon qui est écrit :

Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal.
Jean 17 : 15

Cette prière est exactement l'exhortation que Jésus-Christ adresse à l'église de Pergame et par extension à toutes les églises locales qui professent le nom de Jésus. Alors, préservons-nous du mal en dégainant notre épée :

prenez aussi le casque du salut, et l'épée de l'Esprit, qui est la parole de Dieu.
Éphésiens 6 : 17