1 Thessaloniciens 1:1-10

Paul, et Silvain, et Timothée, à l'Église des Thessaloniciens, qui est en Dieu le Père et en Jésus Christ le Seigneur : que la grâce et la paix vous soient données !
Nous rendons continuellement grâces à Dieu pour vous tous, faisant mention de vous dans nos prières, nous rappelant sans cesse l'oeuvre de votre foi, le travail de votre charité, et la fermeté de votre espérance en notre Seigneur Jésus Christ, devant Dieu notre Père.
Nous savons, frères bien-aimés de Dieu, que vous avez été élus, notre Évangile ne vous ayant pas été prêché en paroles seulement, mais avec puissance, avec l'Esprit Saint, et avec une pleine persuasion ; car vous n'ignorez pas que nous nous sommes montrés ainsi parmi vous, à cause de vous.
Et vous-mêmes, vous avez été mes imitateurs et ceux du Seigneur, en recevant la parole au milieu de beaucoup de tribulations, avec la joie du Saint Esprit, en sorte que vous êtes devenus un modèle pour tous les croyants de la Macédoine et de l'Achaïe. Non seulement, en effet, la parole du Seigneur a retenti de chez vous dans la Macédoine et dans l'Achaïe, mais votre foi en Dieu s'est fait connaître en tout lieu, de telle manière que nous n'avons pas besoin d'en parler. Car on raconte, à notre sujet, quel accès nous avons eu auprès de vous, et comment vous vous êtes convertis à Dieu, en abandonnant les idoles pour servir le Dieu vivant et vrai, et pour attendre des cieux son Fils, qu'il a ressuscité des morts, Jésus, qui nous délivre de la colère à venir.

Introduction

Quels critères peut-on prendre pour mesurer l'efficacité d'une Église ?

  • Pour une équipe de foot, ce sont les points au classement.
  • Pour un parti politique, c'est le nombre d’adhérents, le nombre d'élus représentés dans diverses institutions.

Mais pour une Église, quelles données sont pertinentes pour attester sa réussite ?

Le piège est de mesurer avec des critères non bibliques.

À travers ce premier chapitre de 1 Thessaloniciens, nous allons voir que dans une Église qui marche avec Jésus-Christ, seuls la foi, l'espérance et l'amour sont les critères que Dieu a choisis pour mesurer la santé spirituelle.

Œuvre de la foi

De notre foi découlent nos œuvres. Le mot œuvre ici est le mot grec « ergon ». Il fait allusion au travail concret et visible.
Mais, ce que fait concrètement une Église dépendra d'où elle a placé sa foi.

Si la foi n'est plus en Jésus-Christ, mort et ressuscité pour le péché des hommes, les œuvres de cette Église ne seront pas dans la volonté de Dieu.
Certaines Églises ont misé sur l'humanisme, alors leurs œuvres sont purement humanitaires en laissant de côté le salut des âmes.
D'autres ont mis Jésus de côté pour s'adonner aux choses surnaturelles, au sensationnalisme, alors leurs œuvres ressemblent plus à un grand show qu'un culte pour Dieu.

Le verset 10 nous dit que la foi des Thessaloniciens est basée sur l'attente du retour de Christ, ressuscité des morts.
Leur première œuvre manifeste est donc la fidélité envers Jésus. En effet, malgré les tribulations, ils ont reçu la Parole avec la joie du Saint-Esprit (verset 6).

Si nos Églises en France ne connaissent pas la persécution, profitons-en pour que l'étude de la Parole soit davantage exploitée.
D'ailleurs, il est étonnant de voir que dans les pays où les chrétiens sont persécutés, les chrétiens ont plus soif de lire la Bible.
En occident, la Bible est malheureusement de moins en moins présente dans les cultes.

Plus loin, en 1 Thessaloniciens 4 : 1, Paul parlera de sanctification.
Ce qui doit être visible dans une Église, c'est la marche des chrétiens qui va de progrès en progrès.
Cela commence par le rejet du péché et continu avec diverses recommandations concrètes au chapitre 5, du verset 12 à 23.

Parmi ces recommandations, il y a « priez sans cesse » (1 Thessaloniciens 5:16).
Si nos Églises ont vraiment la foi, avant toute chose, le temps de prière doit être central.
En effet, la foi implique qu'on reconnaît qu'on ne peut rien sans Christ et que tout ce qu'on a pu faire vient uniquement de Lui (Jean 15:5).
Donc qu'on intercède ou qu'on Lui rende grâce, tout cela passe par la prière personnelle et collective comme le contexte nous le dit.

Ainsi, que notre première œuvre soit de regarder à Jésus en méditant la Bible et en priant
et nous accomplirons les bonnes œuvres que Dieu a préparées d'avance afin que nous les pratiquions. (Éphésiens 2:10).

Comme Paul dit dans cette lettre, revêtons la cuirasse de la foi (1 Thessaloniciens 5:8) pour stopper toutes les flèches de l'ennemi, c'est-à-dire, ne pas se laisser entraîner dans des combats inutiles, non agréés de Dieu.

Conclusion

Ainsi, nous pouvons dire que la foi n'existe pas mais seulement des preuves de la foi.

L’Église qui a foi en Jésus-Christ est une église qui trouve son inspiration dans la Bible et ses œuvres sont donc en alignement avec la volonté de Dieu. Un aspect visible de cela est la réunion d'étude biblique. L'église est remplie le dimanche mais en semaine, combien de personnes sont présentes pour l'étude biblique ?

L’Église qui a foi en Jésus-Christ est une église qui ne compte pas uniquement sur Dieu pour progresser. Un aspect visible de cela est la prière. Les réunions de prières sont-elles suivies, si du moins elles existent ?

Ces preuves doivent être visibles en toute circonstance (persécution, abandon de l'assemblée par un certain nombre, quand tout va bien...)

Enfin, finissons par rappeler que la foi d'une église est avant tout la foi individuelle de chaque membre d'une église.

Cher lecteur, votre foi contribue-t-elle à la foi globale de votre église ?