1 Thessaloniciens 1:1-10

Paul, et Silvain, et Timothée, à l'Église des Thessaloniciens, qui est en Dieu le Père et en Jésus Christ le Seigneur : que la grâce et la paix vous soient données !
Nous rendons continuellement grâces à Dieu pour vous tous, faisant mention de vous dans nos prières, nous rappelant sans cesse l'oeuvre de votre foi, le travail de votre charité, et la fermeté de votre espérance en notre Seigneur Jésus Christ, devant Dieu notre Père.
Nous savons, frères bien-aimés de Dieu, que vous avez été élus, notre Évangile ne vous ayant pas été prêché en paroles seulement, mais avec puissance, avec l'Esprit Saint, et avec une pleine persuasion ; car vous n'ignorez pas que nous nous sommes montrés ainsi parmi vous, à cause de vous.
Et vous-mêmes, vous avez été mes imitateurs et ceux du Seigneur, en recevant la parole au milieu de beaucoup de tribulations, avec la joie du Saint Esprit, en sorte que vous êtes devenus un modèle pour tous les croyants de la Macédoine et de l'Achaïe. Non seulement, en effet, la parole du Seigneur a retenti de chez vous dans la Macédoine et dans l'Achaïe, mais votre foi en Dieu s'est fait connaître en tout lieu, de telle manière que nous n'avons pas besoin d'en parler. Car on raconte, à notre sujet, quel accès nous avons eu auprès de vous, et comment vous vous êtes convertis à Dieu, en abandonnant les idoles pour servir le Dieu vivant et vrai, et pour attendre des cieux son Fils, qu'il a ressuscité des morts, Jésus, qui nous délivre de la colère à venir.

Introduction

Quels critères peut-on prendre pour mesurer l'efficacité d'une Église ?

  • Pour une équipe de foot, ce sont les points au classement.
  • Pour un parti politique, c'est le nombre d’adhérents, le nombre d'élus représentés dans diverses institutions.

Mais pour une Église, quelles données sont pertinentes pour attester sa réussite ?

Le piège est de mesurer avec des critères non bibliques.
À travers ce premier chapitre de 1 Thessaloniciens, nous allons voir que dans une Église qui marche avec Jésus-Christ, seuls la foi, l'espérance et l'amour sont les critères que Dieu a choisis pour mesurer la santé spirituelle.

Travail de l'amour

Le mot travail ici est le mot grec « kopos ». Si le mot « ergon » est un travail visible, le mot « kopos » parle plus d'un travail intérieur.
Ce mot nous parle du souci que l'on a dans notre cœur pour atteindre tel ou tel but ; et le but ici, c'est l'amour.
De ce travail naîtront alors la consécration, la persévérance et la minutie.
S'il n'y a pas ce travail intérieur, le travail tangible sera bâclé et négligé.

Ici, Paul dit de ces chrétiens que le souci de leur cœur est d'aimer.
Tous les efforts qu'ils produisent sont donc motivés pour que l'amour abonde.
En effet, 1 Corinthiens 13:1-3 nous rappelle que si l'on n’agit pas avec amour, alors cela ne sert à rien.

Pour ce qui est de l'amour fraternel, les thessaloniciens avaient appris de Dieu à s'aimer les uns les autres.
Cet amour mutuel concernait les frères et sœurs en Christ seulement (1 Thessaloniciens 4 : 9 -10).
Le mot « amour mutuel » ici est l'amour divin (« agape »).

Nous pouvons retrouver le même mot dans le verset suivant :

Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.
Romains 5 : 8

Dieu demande à ces chrétiens d'avoir à cœur d'aimer les autres chrétiens parce que Lui-même l'a fait avant. La preuve, Il est mort pour chacun d'eux.

Mais Paul les exhorte d'aller plus loin et d'avoir aussi à cœur les personnes non chrétiennes bien que les thessaloniciens vivaient dans un contexte très difficile: la persécution.
Aussi, il devait lutter dans le cœur pour mettre leur honneur à vivre tranquille, à s'occuper de leurs propres affaires, et à travailler de leurs mains (1 Thessaloniciens 4:11).

Conclusion

Ainsi, d'un point de vue collectif, les Églises doivent s'efforcer d'aimer les frères et sœurs d'un amour divin, mais pour ceux de dehors ?
Le plus grand geste d'amour que l'on puisse leur apporter est de leur annoncer Christ, mort pour eux.
Si les Églises annoncent autre chose que ce message simple et direct, les Églises les laisseront périr en enfer.
Par amour pour eux, les membres d'une Église doivent avoir un comportement exemplaire pour ne pas décrédibiliser le témoignage que Dieu veut faire à travers son Église.

Comme Paul dit plus loin dans cette lettre, revêtons la cuirasse de l'amour (1 Thessaloniciens 5 : 8) pour stopper toutes les flèches de l'ennemi, c'est-à-dire, pour ne pas se laisser gagner par l'indifférence du devoir d'amour envers les frères et de la perdition éternelle de nos contemporains.