Introduction

Il y a un personnage dans la Bible qui m'encourage beaucoup : c'est Léa, femme de Jacob, mère de Lévi et de Juda.

Ce qui m'encourage, c'est de voir comment Dieu s'est montré bon envers elle au point qu'au plus fort du découragement, elle a pu être joyeuse.

Léa joue un rôle assez secondaire, mais la Bible prend le temps de nous décrire son cœur. Comme tout un chacun, elle a ses victoires et défaites dans les combats, mais au final, nous voyons une femme qui a arrêté de chercher d'être aimé des hommes, car elle a appris à être comblée par l'amour de Dieu.

Ainsi, la vie de Léa nous apprend le secret pour arriver à la joie parfaite. D'une part, nous devons apprendre à ne rien attendre des hommes, même les affections les plus légitimes ; et d'autre part, nous devons apprendre à être aimés de Dieu. Oui, tout ça s'apprend !

Pour Léa, elle a appris cela. Nous verrons donc que lorsque Dieu aime une personne et qu'elle se sait aimée de Dieu, son Père céleste lui apporte la gloire divine (avec la paix, la joie, l'amour...), une gloire infiniment plus grande que la gloire qui vient des hommes.

1. Présentation

Léa nous est présentée quand elle est déjà adulte. Nous faisons connaissance avec elle lorsque Jacob s'enfuit de devant son frère Esaü lorsqu'il lui usurpa la bénédiction de Isaac, leur père. Pour éviter l'ire de son fils aîné, Esaü, Rebecca donna le conseil à son fils cadet, Jacob, de partir chez son frère Laban à Charan.

Laban, lui, a eu au moins 2 filles. Léa était l’aînée et Rachel la cadette.

Léa s'inscrit donc dans la lignée de la famille d'Abraham. Puisque son père, Laban, est le frère de Sara, Jacob et Léa sont donc des cousins.

2. Sa personnalité

Si nous nous concentrons maintenant sur Léa, nous pouvons dire que la Bible nous la présente comme une personne déconsidérée. Pourtant, nous verrons que Dieu se plaît à honorer ceux qui sont méprisés des hommes.

Ainsi donc, je pense que Léa a été toute sa vie mise au rang des personnes viles. Par exemple, lorsqu'elle est décrite pour la première fois, elle est présentée comme celle qui a des yeux délicats en opposition à la beauté de sa sœur :

Léa avait les yeux délicats ; mais Rachel était belle de taille et belle de figure. (Genèse 29 : 17)

Nous ne savons pas ce que signifie "avoir les yeux délicats" :

  • Avait-elle une mauvaise vue ?

  • Louchait-elle ? Où une autre infirmité au niveau des yeux ?

  • Les 2 à la fois ?

Dans tous les cas, cela devait être au mieux handicapant, au pire disgracieux. Cette tare se manifeste d'autant plus devant la perfection physique de sa petite sœur !

Quoi qu'il en soit, nous voyons qu'elle était une femme impossible à marier ! Pour elle, cela devrait être un poids à porter ...

3. La fourberie de Laban

Quand Jacob arriva chez Laban pour trouver refuge, il rencontra en premier Rachel. La Bible nous montre que le courant est très bien passé entre les 2 jeunes et c'est tout naturellement, Jacob envisage vite de l'épouser.

Laban saisit cette occasion pour mal agir. Le jour des noces, il ordonne à ces filles que c'est Léa qui ira vers le marié au lieu de Rachel !

Dans ce partage, je voudrais qu'on se focalise surtout sur Léa. Je ne sais pas quand Laban a exposé son plan à ses filles, mais imaginez-vous l'humiliation qu'elle a dû vivre. Je ne sais comment Laban lui a expliqué que personne ne voudra d'elle et que c'est le seul moyen si elle veut être casée un jour.

Quoi qu'il en soit, ce mariage entérine l'idée qu'elle n'a aucune valeur. Elle devra vivre avec un homme qui ne l'aimera jamais, car tout le monde sait que Jacob aime sa sœur, celle à qui on l'a toujours comparée pour rappeler qu'elle est disgracieuse …

Bref, Léa est condamnée à être humiliée toute sa vie.

4. Léa, l'aimée de Dieu

Une semaine après le mariage imprévu entre Jacob et Léa, les noces avec Rachel ont finalement lieu et Jacob se retrouve avec 2 femmes.

Mais ce qui devait arriver arriva :

Jacob alla aussi vers Rachel, qu'il aimait plus que Léa (Genèse 29:30)

Vous savez, quand on n’est pas aimé, on le ressent … Léa est doublement une mal-aimée, mais avec ce mariage, elle est triplement mal aimée :

  • Méprisée par son père

  • Rivale pour sa sœur

  • Un poids pour son mari

Si l'histoire se finissait là, ça serait terrible.

Mais ce qui compte dans la vie, c'est d'être aimée de Dieu.

L'Éternel vit que Léa n'était pas aimée ; et il la rendit féconde, tandis que Rachel était stérile. (Genèse 29:31)

C'est vraiment ce qui m'encourage dans la vie de Léa : elle est rejetée des hommes, mais aimée de Dieu. Nous pouvons donc avoir la certitude que Dieu prend soin de nous et qu'en tant que Père, il nous donnera le meilleur.

Quelle est donc la meilleure des choses que Dieu veut pour Léa ?
Non, ce n'est pas la tendresse de son père Laban, ce n'est pas non plus l'amitié complice qu'elle pourrait recevoir sa sœur ni l'amour de son mari. Autrement dit, ce qu'il y a de meilleur pour nous ne vient des hommes.

La plus grande des bénédictions pour Léa, comme pour nous tous, est liée à l'amour de Dieu.

La première des bénédictions est totalement liée à Dieu : aimer celle qui digne d'être rejetée. Ensuite, Dieu va lui donner la deuxième des plus grandes bénédictions qu'une personne peut recevoir : savoir que Dieu l'aime.

Ainsi, voici dans l'ordre les 2 plus grandes bénédictions, pour un être humain :

  • Être aimé de Dieu

  • Se savoir aimé de Dieu

Avec ces deux choses, notre vie ici bas prend une tout autre tournure, car nous pouvons jouir d'une joie parfaite : cette joie qui ne dépend pas des hommes ou des circonstances, mais de Dieu, Celui qui est tout puissant.

5. L'apprentissage de Léa

Être aimé de Dieu dépend totalement de Dieu. Nous y sommes pour rien, car cela ne dépend pas de ce que nous sommes ou de ce que nous faisons.

En effet, Dieu est capable de nous aimer alors que nous sommes son ennemi, selon qu'il est écrit :

Car nous aussi, nous étions autrefois insensés ... dignes d'être haïs, et nous haïssant les uns les autres. Mais, lorsque la bonté de Dieu, notre Sauveur et son amour pour les hommes ont été manifestés, il nous a sauvé … (Tite 3:3-5)

Certainement que Léa a dû éprouver de la haine, de la jalousie, de l'amertume … mais ce qui est important pour elle, c'est que Dieu l'a aimé.

Maintenant, elle a besoin de recevoir la seconde bénédiction : apprendre à le savoir. En effet, dans la vie, tout s'apprend.

Voyons comment Dieu, notre divin instituteur, s'y est pris :

Léa devint enceinte, et enfanta un fils, à qui elle donna le nom de Ruben ; car elle dit : L'Éternel a vu mon humiliation, et maintenant mon mari m'aimera.
Elle devint encore enceinte, et enfanta un fils, et elle dit : L'Éternel a entendu que je n'étais pas aimée, et il m'a aussi accordé celui-ci. Et elle lui donna le nom de Siméon.
Elle devint encore enceinte, et enfanta un fils, et elle dit : pour cette fois, mon mari s'attachera à moi ; car je lui ai enfanté trois fils. C'est pourquoi on lui donna le nom de Lévi.
Elle devint encore enceinte, et enfanta un fils, et elle dit : cette fois, je louerai l'Éternel. C'est pourquoi elle lui donna le nom de Juda. Et elle cessa d'enfanter.
Genèse 29 : 32-35
  • Avec la naissance de Ruben, elle prend conscience que Dieu la voit bien qu'elle espérait encore que la providence divine lui amènerait la gloire des hommes.
    Mais Dieu persévère dans son apprentissage ...

  • Avec Siméon, elle prend conscience que Dieu l'entend. Je pense donc qu'elle était une femme de prière … ce qui est normal. Si nous savons que Dieu nous voit, alors, nous entrons en communication avec Lui. Mais à cette étape, elle recherchait encore la gloire venant de son mari.
    Mais Dieu persévère dans son apprentissage ...

  • Avec Lévi, elle revient un peu en arrière. Dans l'apprentissage, on avance et on recule, mais le plus important est que Dieu persévère alors, nous persévérons aussi.
    Mais Dieu persévère dans son apprentissage ...

  • Avec Juda, elle comprit ! Elle loue le Seigneur. Nous voyons que la fin de ces grossesses symbolise la fin de l'apprentissage.

Mes amis, mon vœu pour nous tous est que dans le découragement, nous arrivions tous à comprendre que Dieu nous aime et ainsi, nous aurons appris à nous contenter de sa grâce.

Au plus de notre découragement, que Dieu nous donne la grâce de dire : Cette fois-ci, je louerai l’Éternel !

Mais comme Léa, Dieu va persévérer dans pour nous l'enseigner.

6. L'honneur de Léa

Bien sûr, ça ne veut pas dire que Léa est parfaite. Elle sera querelleuse et prendra des décisions charnelles comme donner pour femme à son mari sa servante … mais nous voyons avec la naissance de Gad et Aser qu'elle est restée dans la joie.

Ce qui est important, c'est que Dieu a aimé Léa et que Léa le sache et qu'elle persévère dans cet amour malgré les chutes.

Pour finir, voyons 3 aspects de l'honneur que Dieu a accordé à Léa :

  • Elle est la mère de Lévi et de Juda (ceux qui auront le sacerdoce terrestre et éternel)

  • Léa est la mère de 6 des 12 fils de Jacob (soit la moitié des pères d'Israël)

  • C'est elle qui sera enterrée dans la tombe des patriarches contrairement à Rachel. Dans ce tombeau, on trouvera les couples Abraham/Sarah, Isaac/Rebecca et donc Jacob/Léa.

Cela est décrit lorsque Jacob exprima ces vœux pour son enterrement :

Là on a enterré Abraham et Sara, sa femme ; là on a enterré Isaac et Rebecca, sa femme ; et là j'ai enterré Léa. (Genèse 49 : 31)

Notez que ces bénédictions sont vraiment des bénédictions spirituelles et non terrestres. En effet, seul le Saint-Esprit peut nous faire comprendre l'honneur que Dieu accorda à Léa. L'honneur que Dieu donna à Léa est bien meilleur que n'importe quel être humain aurait pu lui donner.

Conclusion

Notez que je me suis focalisé sur Léa, mais je veux aussi rappeler que Dieu a aimé Jacob et ses 4 femmes. Car de ces 4 femmes, naîtra le peuple d'Israël.

Mais avec Léa, nous voyons que la joie parfaite est dans les bénédictions de Dieu.

Comment voit-on que Léa est comblée ?

Au plus fort de son abattement, elle arrive à dire : Cette fois-ci, je louerai l’Éternel !

De plus, ce qui montre son salut, c'est qu'elle persévère. Lorsqu'elle quitta son père, elle ne prit point les idoles, contrairement à Rachel. Vraiment, l'Éternel lui suffisait même si elle devait partir pour un lieu étranger. Elle avait compris que ni son père, ni ses anciens dieux n'apporteraient rien dans sa vie. Elle avait appris que Dieu seul est essentiel.

Ainsi, elle quitta son père avec ses 2 trésors :

  • Être aimé de Dieu

  • Se savoir aimé de Dieu

Quand on a ces 2 bénédictions dans sa vie, nous trouvons la paix et la force de persévérer pour davantage rechercher ce qui est essentiel : vivre pour le royaume et la justice de Dieu.

Nous serons alors libérés des vaines quêtes : vivre grâce à l'amour, l'affection ou la gloire venant des hommes. Nous n’attendrons plus rien des hommes, même les choses les plus légitimes, car nous serons comblés par Celui qui nous a aimés le premier.

Alors, au lieu de chercher à être aimés, nous aimerons de manière inconditionnelle comme Dieu nous a aimé le premier de manière inconditionnelle, selon qu'il est écrit :

Pour nous, nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier. (1 Jean 4:19)