Bonne année 2018 !

Introduction

Il est de coutume de se souhaiter plein de bonnes choses pour la nouvelle année. Pour ma part, je vous souhaite de vivre dans la grâce de Dieu et dans la paix en Jésus-Christ.

La formule « la grâce et la paix » n’est pas de moi. Nous la retrouvons dans quasiment toutes les introductions des Épîtres de Paul. Et c’est en remarquant cela que je voulais vous partager ce petit message, car au fond, tout que nous nous souhaitons (bonheur, réussite, santé, argent ...) n’ont-ils pas pour objectifs d’amener la paix intérieure ?

La grâce de Dieu est primordiale pour recommencer une nouvelle année, d’ailleurs, cela est vrai pour tout recommencement. Et si Dieu nous fait grâce, alors nous aurons certainement la paix.

Le propos de ce billet est de nous rappeler que la vraie paix n’est pas d’éviter les mauvaises circonstances ; la vraie paix vient quand on a agi comme Jésus-Christ aurait agi. La vraie paix, c’est de s’endormir le soir en sachant qu’on a plu à notre Seigneur.

Mais soyons lucides. Pour avoir la capacité d’agir selon la volonté de Dieu, nous avons besoin qu’Il nous fasse la grâce de nous aider, tel un père qui éduque son enfant.

1. La grâce de Dieu

Nous pouvons nous souhaiter que les mauvaises circonstances ne nous atteignent pas pour cette année, mais nous savons que ça ne sert à rien parce que personne ne peut maîtriser sa vie et encore moins celle de l’autre.

Par contre, en tant que chrétien, nous pouvons nous souhaiter de bien profiter de la grâce de Dieu, c’est-à-dire nous souhaiter qu’aucun d’entre nous ne néglige la grâce qu’Il nous offre, selon qu’il est écrit :

Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu (Hébreux 12 : 15)

La plus grande grâce que Dieu nous accorde est le salut en Jésus-Christ. Par cela, Dieu nous adopte et fait de nous son enfant. Or, un aspect de la relation parent-enfant est l’éducation. Dans le cas qui nous intéresse, le projet pédagogique de Dieu pour nous est que nous ressemblions de plus en plus à Jésus-Christ, le fils parfait.

Disons-le tout de suite : Dieu y arrivera, quand Jésus reviendra ! En attendant ce bien heureux jour, souvenons-nous qu’Il nous change jour après jour à l’image de son fils.

Ainsi, dans notre vie de tous les jours, nous avons besoin de cette faveur que Dieu nous accorde pour recommencer une nouvelle année. Par Sa divine grâce, nous avons donc l’assurance que nous serons davantage semblables à Christ en 2018 qu’en 2017, du moins, si nous sommes réellement son enfant.

Mes amis, comprenons que c’est là la plus grande grâce que nous pouvons vivre sur cette terre ! Peut-être qu’un non-chrétien rejettera cette idée, mais si nous sommes morts et ressuscités avec Jésus-Christ, alors, le fait de savoir que Dieu va nous aider à être de plus en plus conforme à Christ est notre espérance et notre joie.

Nous savons que Dieu accorde Sa grâce à ses enfants. Je le répète, un aspect de cette grâce consiste à ce que nous sachions réagir de plus en plus comme Christ cette année que l’année dernière.

  • Ainsi, ne soyons pas étonné que nos persécuteurs continuent leur travail, mais dans Sa grâce, peut-être qu’enfin en 2018, nous comprendrons ce que signifie ; tendre l’autre joue.

  • N’attendons pas que nos finances fassent un bond de 1000 %, mais attendons-nous à ce que Dieu nous donne la grâce d’abandonner des dépenses inutiles (nos idolâtries personnelles), et ainsi, en 2018, nous vivions dans le contentement et la reconnaissance et peut être même, puisque la grâce de Dieu est infinie, peut-être même que nous nous retrouverons en situation de donner et non de recevoir !!!

  • N’attendons pas non plus que notre proche parent demande pardon pour le tord qu’il nous a fait en 1975, mais peut-être qu’en 2018, nous saurons enfin aimer le premier comme Dieu nous a aimés.

  • Nous nous sentions seuls et isolés le 31 décembre 2017, mais en 2018, peut-être que nous saurons être comblé par la communion dans la prière et dans la communion fraternelle de telle sorte que nous chanterons joyeusement le cantique « jamais tout seul » !

  • On pourrait prendre un dernier exemple avec la santé : peut-être que nous allons réaliser en 2018 que la grâce de Dieu nous suffit et que Sa puissance s’accomplit dans notre impuissance.

Mon souhait pour vous, et pour moi, n’est pas au niveau des circonstances. Mon souhait pour chacun d’entre nous est que nous ne vous privons pas la grâce de Dieu : abandonner d’avantage notre vieil homme pour revêtir encore plus Christ !

Comment savoir que vivons de la grâce de Dieu ?
C’est très simple : en retour, notre bouche sera remplie d’actions de grâce. Pas un jour de l’année 2018 ne passera que notre cœur élèvera des remerciements pour Dieu, pour ces bénédictions et aussi pour ces épreuves qui sont permises uniquement pour la fortification de notre âme.

2. La paix en Jésus-Christ

Il est écrit :

Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose, faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces.
Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus Christ.
Philppiens 4 : 6-7

Voici un beau verset qui fait la transition entre la grâce et la paix.

Quand on vit de la grâce de Dieu, les inquiétudes de la vie partent, notre cœur déborde en actions de grâce et nos âmes trouvent cette paix que Jésus avait promise lorsqu’il dit :

Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point. (Jean 14 : 27)

Je pense que la paix intérieure est la chose qui a le plus de valeur sur cette terre. Que nous soyons religieux ou pas, c’est ce que tout le monde recherche.

Il est vrai que, par ses mensonges, le prince de monde peut induire en erreur :

  • Avoir de l’argent donne l’illusion qu’on peut parer à tous les problèmes

  • Avoir la santé donne l’impression d’être fort et immortel

  • Être populaire donne la sensation que nous sommes justes malgré que notre conscience nous accuse

Mais la vérité, c’est que ces choses ne résistent pas à la moindre épreuve de la vie. La vanité des biens matériels, la beauté qui flétrit, la solitude au milieu de la foule ... il y a tant de circonstances qui font voler en éclats nos certitudes basées sur les mensonges du diable. C’est alors que resurgissent les angoisses ...

Mais, la grâce de Dieu nous assure de trouver la véritable paix, celle que le monde ne peut pas connaître, celle qui résiste à l’érosion du temps :

  • Le pardon de nos péchés par la foi en Jésus-Christ lave réellement notre conscience et lui donne la paix

  • La foi en la résurrection de Jésus-Christ peut se ressentir physiquement, au-delà de notre maladie

  • L’amour pour Dieu et pour nos prochains donne la légèreté à notre sommeil

  • ... etc ...

Comme nous avons déjà vu, l’équipement que Dieu donne par Sa grâce est déconcertant à vue humaine : L’amour, la piété, le contentement, le pardon ... À vue humaine, cela nous met en position de faiblesse.

Mais pourtant, c’est le chemin que Jésus-Christ nous a laissé et c’est donc le seul chemin qui nous mènera à la paix. Notons que Jésus a parcouru ce chemin avant nous.
Pour avoir une idée plus précise de ce que je voudrais dire, relisez le serment sur la montagne (Matthieu 5-7). Il finit par exhorter à baser sa vie sur le roc, c’est-à-dire, sur Jésus-Christ.
Que cela signifie-t-il ? C’est faire confiance à Jésus-Christ pour mettre en pratique ce qu’Il vient d’énoncer comme aimer ses ennemis !

Pour finir ce paragraphe, je voudrais faire remarquer que la paix n’est pas simplement un sentiment. La paix, c’est une disposition de cœur. C’est donc un cœur façonné par le Seigneur à force de Le côtoyer plus intimement. Nous le côtoyons par la lecture de Bible, la prière et en côtoyant les frères et sœurs ...

C’est pour cela que notre verset dans Philippiens nous associe la « paix » à « garder nos pensées en Christ ». La paix est donc bien plus qu’un sentiment. C’est une vie, vivante, près du Messie. C’est en étant proche de notre Sauveur que nos yeux verront la nécessité de Le suivre dans ces apparentes faiblesses (exemple : bénir ceux qui nous maudissent) et ainsi, trouver cette précieuse paix.

Notons donc que la paix en Jésus-Christ ne peut venir que de la grâce de Dieu. En effet, comment un pécheur souillé comme moi peut-il être éduqué par Dieu le Père, s’Il ne m’accorde pas Sa grâce ?

Ainsi, si vous prenez la bonne résolution de vous laisser façonner par la grâce de Dieu, la grandeur de votre paix sera proportionnelle à votre connaissance de Jésus-Christ.

Conclusion

La grâce de Dieu est infinie et j’ai abordé dans ce passage qu’un aspect : durant notre séjour ici-bas, Dieu nous fait la grâce de nous rendre conformes à son Fils petit à petit.

C’est dans ce processus de transformation que nous trouverons la paix au travers des victoires : on a réussi à agir comme Christ, le Fils parfait, aurait agi !

En effet, demandons-nous ceci : Si nous choisissons de vivre de la grâce pour cette année 2018, comment pensons-nous mettre en pratique ce divin don ?
Certainement par le pardon (sous-entendu qu’on a été offensé), par le contentement (sous-entendu qu’on a été frustré), par la joie du salut (sous-entendu que l’attirance pour ce monde a été forte) ou par la pureté (sous-entendu que la tentation se soit présentée) ...

Soyons donc prêts à recevoir la grâce de Dieu et à trouver la paix en toute circonstance ! Dieu veut nous faire grâce encore cette année et ne nous en privons pas de cette faveur imméritée. En effet, notre salaire sera à la hauteur : la vraie paix intérieure liée à la joie de plaire à notre Seigneur.

N’ayons donc pas peur des défis pour cette année 2018. Ne soyons pas comme ceux qui n’ont pas d’espérance et qui pensent qu’une bonne année est une année sans encombre. En effet, le juste ne craint pas les mauvaises circonstances, selon qu’il est écrit :

Il ne craint point les mauvaises nouvelles ; son cœur est ferme, confiant en l’Éternel. (Psaume 112 : 7)

Confiant que notre Dieu a un projet de paix, rejetons toute crainte, car même si nous sommes faibles selon ce monde, dans Sa grâce, Dieu nous aidera à aborder diverses situations selon Son plan parfait et nous sommes assurés qu’en 2018, nous connaîtrons la paix en Jésus-Christ.

Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ ! (Philippiens 1 : 2)