Introduction

Définition :

Poursuivre un but précis malgré des obstacles.

Verset clé :
Réjouissez-vous en espérance. Soyez patients dans l'affliction. Persévérez dans la prière.
(Romains 12 : 12)

Dans ce verset, nous voyons les trois aspects de la persévérance :

  • Se maintenir dans l'espérance du salut.
  • Supporter les afflictions présentes.
  • Persévérer dans la prière.

Avant de lire et comprendre ce message, il est important de comprendre que Dieu a persévéré pour nous (Cf : le premier message).

En effet, si Dieu a persévéré pour nous, alors nous avons la certitude que notre persévérance pour Lui ne sera pas vaine car Il est un Dieu victorieux.

1. Rappel du but de Dieu

1.1. La volonté de Dieu

Ce que Dieu veut, c'est votre sanctification (1 Thessalonicien 4 : 3)

Que signifie « Dieu veut notre sanctification » ?

  • Dieu veut partager sa sainteté avec nous.
  • Dieu veut être en pleine communion avec nous.

Cette relation se déroule dans un cadre de pureté absolue.

Ainsi, la sanctification n'est pas une liste de bonnes actions à accomplir mais une relation très profonde avec Celui qui est trois fois saint.

Dieu va persévérer pour que nous jouissions de cette relation. Si Dieu persévère pour nous, alors nous pouvons être rassurés car cela signifie que notre persévérance est entre de bonnes mains.

1.2. Le cadre que Dieu a prévu

Nous avons vu dans le premier message que Dieu persévère pour que nous entrions dans son royaume. Or, le programme politique de son règne tient en un mot : amour.

Rappelons le verset qui résume bien cette pensée :

Jésus lui répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C'est le premier et le plus grand commandement.
Et voici le second, qui lui est semblable : tu aimeras ton prochain comme toi-même.
De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.
(Matthieu 22 : 37-40)

Ainsi, lorsque nous disons que Dieu persévère pour nous, cela signifie qu'Il va conduire toute chose dans notre vie pour que nous puissions mettre en pratique notre amour pour Lui ou notre amour pour notre prochain.

À cet effet, Dieu a prévu principalement deux cadres :

  • L'église locale.
  • La famille.

Si vous êtes réellement sauvés et que Jésus est votre Seigneur et votre Sauveur, ce message a pour objectif de mettre des mots sur la direction vers laquelle le Saint-Esprit vous pousse. Ainsi, j'espère que vous discernerez les tentations de la chair et la sanctification que Dieu opère dans votre vie.

Il y aurait beaucoup de choses à dire sur la persévérance dans l'église locale mais j'ai fait le choix arbitraire de me concentrer sur la famille.

Pour chaque aspect de la famille, nous verrons toujours l'exemple suprême à suivre : Jésus-Christ.

2. Être un frère/une sœur

Il est écrit à propos de Jésus-Christ :

mais celui qui a été abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Jésus, nous le voyons couronné de gloire et d'honneur à cause de la mort qu'il a soufferte, afin que, par la grâce de Dieu, il souffrît la mort pour tous.
Il convenait, en effet, que celui pour qui et par qui sont toutes choses, et qui voulait conduire à la gloire beaucoup de fils, élevât à la perfection par les souffrances le Prince de leur salut.
Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d'un seul. C'est pourquoi il n'a pas honte de les appeler frères, lorsqu'il dit : j’annoncerai ton nom à mes frères, Je te célébrerai au milieu de l'assemblée.
Et encore : Je me confierai en toi. Et encore : Me voici, moi et les enfants que Dieu m'a donnés.
Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c'est-à-dire le diable, et qu'il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude.
Car assurément ce n'est pas à des anges qu'il vient en aide, mais c'est à la postérité d'Abraham.
En conséquence, il a dû être rendu semblable en toutes choses à ses frères, afin qu'il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l'expiation des péchés du peuple ; car, ayant été tenté lui-même dans ce qu'il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés.
(Hébreux 2 : 9-18)

Ce texte est très riche mais relevons quelques idées sur ce que Dieu attend des relations entre frères et sœurs dans une famille.

  • Verset 11 :
    Nous ne devons pas avoir honte de nos frères/soeurs. Il n'y a rien de plus triste quand une personne préfère un ami (faux frère) à son propre frère.
  • Verset 12 :
    Entre frères et sœurs, pensons à honorer nos parents. Il n'y a rien de plus triste quand les enfants se mettent ensemble contre les parents.
  • Verset 13 :
    Entre frères et sœurs, pensons à honorer Dieu si nous sommes tous sauvés. Il n'y a rien de plus triste quand je vois des familles chrétiennes où les enfants ne savent pas prier ensemble quand les parents sont absents.
  • Verset 17 :
    Entre frères et sœurs, restons unis sans nous désolidariser. Il n'y a rien de plus triste que de savoir qu'un frère vit dans le luxe tandis que l'autre meurt de faim. Portons nos fardeaux les uns les autres.

Remarquez que je parle bien de la relation entre frères et sœurs de sang. Dieu nous pousse dans ce sens et si nous ne résistons pas au Saint-Esprit, nous serons capables de pratiquer cet amour fraternel dans l'église. Mais si ces principes sont juste des principes, ne soyons pas étonnés que nos églises soient si faibles spirituellement.

Jésus a parfaitement accompli cela et ça devrait nous encourager à le suivre pour nos frères de sang et ainsi, nos frères spirituels.

Je sais bien que les plus grosses douleurs viennent des proches et c'est pour cela que nous devons persévérer dans la prière. C'est là que nous trouverons la consolation car nous savons que nous sommes sauvés. Et c'est au moment de la prière que nous aurons la force de supporter les attaques de nos frères.

Comme Jésus a persévéré dans son amour pour ses semblables, persévérons aussi afin que nous puissions répondre comme Jésus aux offenses : Père, pardonne-leur.

3. Être un enfant

Il est écrit à propos de Jésus-Christ :

quand ses parents (Joseph et Marie) le (Jésus) virent, ils furent saisis d'étonnement, et sa mère lui dit : mon enfant, pourquoi as-tu agi de la sorte avec nous ? Voici, ton père et moi, nous te cherchions avec angoisse.
Il leur dit : pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu'il faut que je m'occupe des affaires de mon Père ?
Mais ils ne comprirent pas ce qu'il leur disait.
Puis il descendit avec eux pour aller à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait toutes ces choses dans son coeur.
Et Jésus croissait en sagesse, en stature, et en grâce, devant Dieu et devant les hommes.
(Luc 2 : 48-52)

Ainsi, que ce soit avec ses parents terrestres ou son père céleste, Jésus a toujours accompli les versets suivants :

Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste. Honore ton père et ta mère (c'est le premier commandement avec une promesse), afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre.
(Éphésiens 6 : 1-3)

Je sais bien que ce n'est pas toujours facile d'obéir à ses parents.

Par exemple, que faire si ces derniers ne veulent pas que nous nous fassions baptiser ?

Je n'ai pas de réponse toute faite mais je sais une chose : nous devons persévérer dans l'amour pour nos parents et nous confier en même temps dans la Parole de Dieu.

Comme cela semble dans certains cas impossible, nous avons besoin de prier pour que le Seigneur nous montre l'issue de secours afin de ne pas tomber dans le péché (ne pas honorer ses parents). En effet, il est écrit :

aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter.
(1 Corinthien 10 : 13)

N'oublions jamais que le seul moyen de voir le moyen de nous en sortir est de prendre du temps pour la prière.

C'est ainsi que Jésus a persévéré dans l'amour pour Marie et Joseph, c'est ainsi que nous devons persévérer dans l'amour de nos propres parents.

4. Être un parent

Il est écrit à propos de Jésus-Christ :

car un enfant nous est né, un fils nous est donné, Et la domination reposera sur son épaule ; on l'appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, père éternel, Prince de la paix.
(Esaïe 9 : 5)

Dans la Bible, Jésus est souvent présenté comme un fils mais dans de rares cas, la Parole de Dieu le présente comme un père. Dans ce passage, nous voyons le programme pour les parents. Je noterais 3 idées :

  • La domination :
    N'ayons pas peur de rappeler que les parents règnent dans leur foyer. Nous vivons dans un monde qui ôte de plus en plus l'autorité aux parents mais persévérons dans les vérités bibliques.
  • Admirable conseiller :
    Les parents ne sont pas là pour être des dictateurs mais pour accompagner leurs enfants à la maturité civile et spirituelle.
  • Prince de la paix :
    Dans notre foyer, les parents doivent persévérer pour maintenir la paix. La paix entre eux et leurs enfants mais aussi la paix entre leurs enfants et les autres et enfin, la paix entre leurs enfants et Dieu.

Pour conclure sur ce sous-point, je laisserai ce verset :

et vous, pères, n'irritez pas vos enfants, mais élevez-les en les corrigeant et en les instruisant selon le Seigneur.
(Éphésiens 6 : 4)

Parfois, la colère mélangée à la fatigue nous fait aller trop loin en parole et en acte. C'est dans ces moments qu'on a envie d'abandonner… Mais souvenons-nous qu'il est écrit :

Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.
(1 Jean 1 : 9)

En tant que parents, nous pouvons faillir. Persévérons donc dans notre rôle de parents en commençant par confesser à Dieu dans la prière nos fautes et Il nous fera grandir en nous affermissant dans notre rôle.

5. Être un mari

Il est écrit à propos de Jésus-Christ :

Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l'Église, et s'est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l'avoir purifiée par le baptême d'eau, afin de faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible.
C'est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s'aime lui-même.
Car jamais personne n'a haï sa propre chair ; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l'Église, parce que nous sommes membres de son corps.
C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair.
(Éphésiens 5 : 25-31)

Tout est très bien dit ici… mais appuyons quelques points :

  • Le mari n'a qu'une seule chose à faire vis-à-vis de sa femme : l'aimer. Que celle-ci soit gentille ou méchante, si l'homme veut persévérer dans son rôle de mari, il doit l'aimer en toutes circonstances.
    Que signifie aimer ?
    La charité est patiente, elle est pleine de bonté ; la charité n'est point envieuse ; la charité ne se vante point, elle ne s'enfle point d'orgueil, elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s'irrite point, elle ne soupçonne point le mal, elle ne se réjouit point de l'injustice, mais elle se réjouit de la vérité ; elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout. La charité ne périt jamais. Les prophéties prendront fin, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra. (1 Corinthien 13 : 4-8)
  • L'objectif du mari est de faire paraître sa femme parfaite. Pour qu'elle apparaisse parfaite dans la société, il faut tout faire pour qu'elle soit en bonne santé physique et morale (paix dans le cœur).
    Pour qu'elle apparaisse parfaite devant Dieu, il faut que le mari apporte une vie spirituelle dans le foyer.
  • Le seul moyen de bien progresser dans le rôle d'époux est de quitter les parents. Cela ne veut pas dire qu'il faut forcément les quitter physiquement car par exemple, certains habitent avec leurs vieux parents et cela est louable. Mais le mari doit marquer une coupure entre le foyer des parents et son propre foyer.

Une fois de plus, le programme est vaste et certains maris peuvent sentir le rôle très au-dessus de leur force.

Mais c'est justement pour cela que nous devons d'autant plus persévérer dans la prière.

6. Être une épouse

Il est écrit au sujet de la femme :

Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur ; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l'Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur. Or, de même que l'Église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l'être à leurs maris en toutes choses.
(Éphésiens 5 : 22-24)

Nous vivons dans une société où les féministes ont gagné et l'ambiance globale de la société interdit aux femmes de se soumettre volontairement à leur mari. Comme si cela ne suffisait pas, certains maris sont si lamentables dans leur vie de tous les jours qu'avec la meilleure disposition de cœur, il est impossible de se soumettre à eux.
Ces deux phénomènes font qu'il est très difficile pour les femmes de se soumettre à leur mari aujourd'hui.

Pourtant, j'ai vu que les seuls couples qui durent (chrétiens ou pas) sont ceux où le mari aime de tout son cœur sa femme et la femme respecte son mari en tout point.

Si ces principes ne sont pas respectés, la vie de couple va devenir difficile. Plus précisément, les couples qui connaissent des difficultés sont ceux qui ont quitté ces principes.

Pierre reprend ces principes et conclut en disant :

qu'il en soit ainsi, afin que rien ne vienne faire obstacle à vos prières. (1 Pierre 3 : 7)

En effet, si le mari ne persévère pas dans son amour et que la femme ne persévère pas dans sa soumission volontaire, le couple ne persévèrera pas dans la prière et ils n'auront aucune force pour supporter les afflictions de ce monde.

Conclusion

Nous arrivons à la fin de cette étude sur la persévérance et nous voyons que Dieu veut que le premier endroit où nous devons persévérer soit au sein de la famille.

Je sais que c'est là qu'il y a les plus grandes douleurs mais si nous persévérons en commençant par la prière, c'est là qu'il y aura les plus grandes victoires ! Ne doutons pas une seconde que la victoire est possible car Dieu persévère pour nous.

Je finirai avec un psaume :

voici, oh ! Qu’il est agréable, qu'il est doux Pour des frères de demeurer ensemble !
(Psaume 133 : 1)

Nous pensons souvent aux membres de l'église quand on lit/chante ces paroles. Mais laissez-moi vous dire que ces paroles sont encore plus belles quand le frère en question est notre frère de sang, notre enfant ou nos parents.

Mais la plus grande des bénédictions, c'est que notre conjoint soit un (e) frère/soeur en Christ pour nous et que rien ne vient faire obstacle à nos prières.

La plus belle des bénédictions demande le combat le plus acharné. Mais il est écrit :

Christ est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous !
(Romains 8 : 34)

Comme Jésus persévère pour nous dans la prière, persévérons pour Lui dans la prière aussi selon ce qui est écrit :

Priez sans cesse. (1 Thessaloniciens 5:17)