Introduction

... A cause de cela, moi Paul, le prisonnier de Christ pour vous païens... si du moins vous avez appris quelle est la dispensation de la grâce de Dieu, qui m'a été donnée pour vous.
C'est par révélation que j'ai eu connaissance du mystère sur lequel je viens d'écrire en peu de mots. En les lisant, vous pouvez vous représenter l'intelligence que j'ai du mystère de Christ. Il n'a pas été manifesté aux fils des hommes dans les autres générations, comme il a été révélé maintenant par l'Esprit aux saints apôtres et prophètes de Christ.
Ce mystère, c'est que les païens sont cohéritiers, forment un même corps, et participent à la même promesse en Jésus Christ par l'Évangile, dont j'ai été fait ministre selon le don de la grâce de Dieu, qui m'a été accordée par l'efficacité de sa puissance. A moi, qui suis le moindre de tous les saints, cette grâce a été accordée d'annoncer aux païens les richesses incompréhensibles de Christ, et de mettre en lumière quelle est la dispensation du mystère caché de tout temps en Dieu qui a créé toutes choses, afin que les dominations et les autorités dans les lieux célestes connaissent aujourd'hui par l'Église la sagesse infiniment variée de Dieu, selon le dessein éternel qu'il a mis à exécution par Jésus Christ notre Seigneur, en qui nous avons, par la foi en lui, la liberté de nous approcher de Dieu avec confiance.
Aussi je vous demande de ne pas perdre courage à cause de mes tribulations pour vous : elles sont votre gloire.

Introduction

Paul s'annonce comme le prisonnier de Christ.

Dit comme ça, on a envie de dire qu'il a une vie très malheureuse car personne n’aimerait être prisonnier ? En effet, comprenons bien que lorsque Paul dit qu'il est le prisonnier de Christ, il est aussi prisonnier tout cours. En effet, il a été incarcéré par les Romains à cause de sa foi.

Mais dans cette expression « prisonnier de Christ » revêt plusieurs aspects :

  • Paul n'a plus son destin entre ses mains car il a soumis sa volonté à celle de Jésus.
  • Paul est en tout temps conduit par Jésus-Christ.
  • La prison humaine n'a aucune importance parce que Dieu est plus grand que ses emprisonneurs.

Tout le monde connaissait la captivité de Paul et par réflexe naturel, on avait tendance à le plaindre. Alors, Paul rappelait souvent dans ses lettres les vérités par rapport à ce que le monde appelle souffrance :

  • Jésus avait prévenu des souffrances.
  • C'est la gloire du chrétien que de souffrir pour Christ.
  • Il y a des bénédictions quand nous connaissons des souffrances pour Christ.

Fort de tout cela, Paul n'appelle jamais à se plaindre de sa situation mais il encourage les frères à ne pas perdre courage.

Le verset clé de ce passage est le verset 13 : ne perdons pas courage à des afflictions que le chrétien vit ici bas. Ne regardons pas les souffrances comme le monde les voit mais demeurons dans l'assurance de notre salut en Jésus-Christ.

1. Jésus avait prévenu des souffrances.

Comment peut-on définir un chrétien ? C'est un ancien ennemi de Dieu.

Cela sous-entend qu'il y avait deux camps :

  • Le camp de Dieu.
  • Le camp de ses ennemis.

Cette opposition a été clairement manifestée quand Jésus est venu dans le monde. En effet, les personnes à qui Jésus a fait du bien l'ont crucifié sur la croix. C'est pour cela que Jésus a annoncé à l'avance :

si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant vous. (Jean 15 : 8)

Peut-être que vous vous dîtes que vous avez des amis non-chrétiens et que ça se passe bien... mais sachez qu'ils haïssent du plus profond de leur être votre côté chrétien. Du coup, la question est : ont-ils vu votre côté chrétien ?

Ce qui se passe en général c'est que nous témoignons de l'amour de Dieu et nous voyons que nos interlocuteurs nous demandent assez vite d'arrêter et de ce fait, nous laissons tomber par respect et courtoisie.

Mais la grande question est : qu'est-ce que nous laissons tomber ?

  • Est-ce qu'on laisse tomber le Seigneur pour sauver une amitié mondaine ?
  • Ou laisse-t-on tomber l'amour du monde pour demeurer dans l'amour du Seigneur ?

Paul a choisi de laisser tomber l'amour du monde et cela a engendré des souffrances à vue humaine. Mais il dit : ne perdez pas courage pour moi car j'ai choisi la bonne part.

Apprenons à nous réjouir quand il y a une victoire spirituelle. Que notre joie ne soit pas dictée par le monde mais par la joie du salut.

2. C'est la gloire du chrétien que de souffrir pour Christ.

Paul dit que ses afflictions sont notre gloire. Cela signifie que l'œuvre que Dieu lui a confiée contribue à la sanctification des frères de l'époque et grâce à la Bible, cela contribue aussi à notre foi aujourd'hui.

Paul se rappelle que Dieu lui a accordé une très grande faveur en lui confiant l'annonce de l'Évangile aux païens.

De plus, Dieu a voulu l'enseigner directement !
La norme est que Dieu se révèle à une personne par une autre personne. Mais pour Paul, c'est Jésus en personne qui l'a appelé au salut et c'est toujours Lui qui l'a formé. Nous trouvons son témoignage dans le premier chapitre aux Galates :

je vous déclare, frères, que l'Évangile qui a été annoncé par moi n'est pas de l'homme ; car je ne l'ai ni reçu ni appris d'un homme, mais par une révélation de Jésus Christ. (Galates 1 : 11-12)

Si Jésus l'a enseigné directement, nous pouvons imaginer de l'intelligence qu'il a du mystère de Christ ! Donc, il sait où il va et il sait de quoi il parle, c'est pour cela qu'il nous rappelle la grande vérité :

Il ne sert à rien de se décourager pour ce que le monde croit être des défaites. Nous nous savons que toute chose est entre les mains de celui qui agit bien plus de ce que nous pensons...

Au-delà de ne pas se décourager, apprenons à combattre le bon combat : celui de la sanctification.

En effet, notre joie est que Dieu change notre cœur. De la sorte, nous avançons vers la perfection de Jésus-Christ. Ainsi, la haine grandissante du monde à notre égard est un signe manifeste qui montre notre avancé, selon qu'il est écrit :

Malheur, lorsque tous les hommes diront du bien de vous, car c'est ainsi qu'agissaient leurs pères à l'égard des faux prophètes ! (Luc 6 : 26)

De plus, Jésus dira :

réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux ; car c'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous. (Matthieu 5 : 12)

Notre espérance est au ciel. C'est pour cela que le monde ne peut comprendre que nous n'attendons rien de cette terre. Toutefois, faisons attention de ne pas nous laisser influer par le monde car l'amour du monde amène inévitablement au découragement du chrétien.

3. Il y a des bénédictions quand nous connaissons des souffrances.

Ces bénédictions sont compréhensibles que si nous comprenons que la finalité de notre salut est la sanctification :

mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l'épreuve de votre foi produit la patience.
Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien. (Jacques 1 : 1-4)

De plus, nous récoltons les bénédictions que Jésus-Christ a laissées sur le chemin qu'il a ouvert :

Car c'est une grâce que de supporter des afflictions par motif de conscience envers Dieu, quand on souffre injustement.
En effet, quelle gloire y a-t-il à supporter de mauvais traitements pour avoir commis des fautes ? Mais si vous supportez la souffrance lorsque vous faites ce qui est bien, c'est une grâce devant Dieu.
Et c'est à cela que vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces (1 Pierre 2 : 19-21)

Les victoires spirituelles sont tellement libératrices que nous tombons en adoration lorsqu'on y repense. Mais attention car les victoires spirituelles sont appelées « défaites » par le monde.

Ne perdons pas courage à cause de ce monde qui ne peut pas apprécier les victoires de Dieu.

/!\ attention

Il y a des souffrances inutiles : celles qui sont liées au péché. Le pire est que les mauvaises souffrances font naître les mauvaises prières :

d'où viennent les luttes, et d’où viennent les querelles parmi vous ? N'est-ce pas de vos passions qui combattent dans vos membres ?
Vous convoitez, et vous ne possédez pas ; vous êtes meurtriers et envieux, et vous ne pouvez pas obtenir ; vous avez des querelles et des luttes, et vous ne possédez pas, parce que vous ne demandez pas.
Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions.
Adultères que vous êtes ! ne savez-vous pas que l'amour du monde est inimitié contre Dieu ? Celui donc qui veut être ami du monde se rend ennemi de Dieu. (Jacques 4 : 1-4)

Conclusion

Ne perdons donc pas courage car voici comment Dieu permet les épreuves dans nos vies :

aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter.
C'est pourquoi, mes bien-aimés, fuyez l'idolâtrie. (1 Corinthiens 10 : 13-14)

Nos victoires sont appelées par le monde « défaites » et c'est avec ce type de découragement que les ennemis de Dieu nous appellent à l'idolâtrie. Restons donc vigilants pour demeurer dans la joie et le zèle de notre salut en Jésus-Christ.