Jude 1 : 17-25

Mais vous, bien-aimés, souvenez-vous des choses annoncées d'avance par les apôtres de notre Seigneur Jésus Christ.
Ils vous disaient qu'au dernier temps il y aurait des moqueurs, marchant selon leurs convoitises impies ; ce sont ceux qui provoquent des divisions, hommes sensuels, n'ayant pas l'esprit.
Pour vous, bien-aimés, vous édifiant vous-mêmes sur votre très sainte foi, et priant par le Saint-Esprit, maintenez-vous dans l'amour de Dieu, en attendant la miséricorde de notre Seigneur Jésus Christ pour la vie éternelle.
Reprenez les uns, ceux qui contestent ; sauvez-en d'autres en les arrachant du feu ; et pour d'autres encore, ayez une pitié mêlée de crainte, haïssant jusqu'à la tunique souillée par la chair.
Or, à celui qui peut vous préserver de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire irrépréhensible et dans l'allégresse, à Dieu seul, notre Sauveur, par Jésus Christ notre Seigneur, soient gloire, majesté, force et puissance, dès avant tous les temps, et maintenant, et dans tous les siècles !
Amen !

Introduction

L’Épitre de Jude commence comme suit :

Jude, serviteur de Jésus Christ, et frère de Jacques, à ceux qui ont été appelés, qui sont aimés en Dieu le Père, et gardés pour Jésus Christ
Jude 1 : 1

L'auteur de cette courte lettre se nomme « Jude, serviteur de Jésus-Christ et frère de Jacques ». On considère généralement que ce Jacques est l'auteur de la lettre du Nouveau Testament, « le frère du Seigneur ». Ni Jacques ni Jude ne se prévalent d'ailleurs de cette parenté, ils préfèrent l'humble appellation de « serviteur de Jésus — Christ ».

Quels sont les objectifs de cette Lettre ?

Bien aimé, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes.
Car il s'est glissé parmi vous certains hommes, dont la condamnation est écrite depuis longtemps, des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renient notre seul maître et Seigneur Jésus Christ.
Verset 3-4

Cette lettre est une mise en garde pour que les assemblées aient du discernement pour reconnaître les faux frères. Nous les connaissant parce que d'une part ils renient le Jésus-Christ mais en plus ils entrainent l'assemblée dans la débauche, dans les querelles et les grossièretés.

De ce fait, Jude nous donne le bon équipement pour les combattre et nous maintenir de la bonne doctrine : se maintenir dans l'amour de Dieu.

1. Qui sont ces faux frères?

1.1. Quelle sera leur fin ?
Je veux vous rappeler, à vous qui savez fort bien toutes ces choses, que le Seigneur, après avoir sauvé le peuple et l'avoir tiré du pays d'Égypte, fit ensuite périr les incrédules ; qu'il a réservé pour le jugement du grand jour, enchaîné éternellement par les ténèbres, les anges qui n'ont pas gardé leur dignité, mais qui ont abandonné leur propre demeure !
Jude 1 : 5-7

Jude commence par rappeler qu'on ne se moque pas de Dieu.

Leur fin sera aussi terrible que les incrédules qui se sont mêlés au peuple de Dieu lorsque ceux-ci ont quitté le pays d'Égypte. Mais ces personnes que la Bible qualifie de « ramassis » ont péri sans pouvoir entrer dans le pays promis.

Jude rappelle également que même les êtres les plus puissants ne pourront entrer dans le paradis de Dieu.

Cela est un avertissement pour ces personnes qui font semblant d'être chrétiennes, mais pour nous, c'est un sujet d'encouragement. Cela signifie que Dieu protège son Église. Il est vrai que nous pouvons être infiltrés par toute sorte de personnes mais ils ne pourront jamais nous ôter notre espérance car contrairement à eux, nous verrons Dieu face à face.

La bonne nouvelle pour nous est donc que Dieu règlera leur sort. Nous pouvons nous concentrer directement sur l'essentiel : glorifier Dieu en demeurant dans son amour.

1.2. Que font-ils ?
Que Sodome et Gomorrhe et les villes voisines, qui se livrèrent comme eux à l'impudicité et à des vices contre nature, sont données en exemple, subissant la peine d'un feu éternel.
Jude 1 : 7-8

Jude rappelle que ces gens n'ont pas l'Esprit (verset 19). Les seuls fruits qu'ils manifestent sont ceux qui viennent de la chaire. Or les fruits de la chaire sont manifestes (Galates 5) et nous y trouvons entre autres l'impudicité.

Comment se protéger de cela ?

Une fois de plus, si nous pratiquons ardemment l'amour fraternel, nous nous fortifierons dans la pureté si bien que lorsque la tentation viendra frapper à la porte de notre vrai frère/sœur, ce dernier ne sera pas seul à lutter.
Mais si nous réservons l'amour fraternel seulement le dimanche matin, ne soyons pas étonnés que certains chutent.

Ceci dit, si Jude prend l'exemple de Sodome et Gomorrhe, cela nous rappelle que dans toute la perversité de ces cités, le Seigneur a su préserver Lot, le seul juste.

La bonne nouvelle est que Dieu nous protègera des tentations qui sont au-delà de nos forces, alors concentrons-nous sur l'essentiel : Maintenons-nous dans l'amour fraternel.

1.3. Comment parlent-ils ?
Malgré cela, ces hommes aussi, entraînés par leurs rêveries, souillent pareillement leur chair, méprisent l'autorité et injurient les gloires. Or, l'archange Michel, lorsqu'il contestait avec le diable et lui disputait le corps de Moïse, n'osa pas porter contre lui un jugement injurieux, mais il dit : Que le Seigneur te réprime !
Eux, au contraire, ils parlent d'une manière injurieuse de ce qu'ils ignorent, et ils se corrompent dans ce qu'ils savent naturellement comme les brutes.
Jude 1 : 8-10

Jude rappelle qu'une façon de les reconnaître est de constater que leur champ lexical est emprunt de beaucoup de mépris et d'injures.

Même l'un des anges les plus puissants, l'archange Michel, n'a pas osé parler vulgairement à Satan ! Mais ce n'est pas pour autant qu'il a perdu la bataille.

Cela est important parce que cela veut dire que nous pouvons continuer à bénir ceux qui nous maudissent. Dire du bien pour ceux qui nous insultent n'est pas une faiblesse si Dieu est avec nous !

Nous savons que Dieu est pour nous donc même au pire des affrontements, souvenons-nous que nous avons la liberté de ne pas souiller notre façon de parler. Or, en bénissant nos ennemis, nous nous maintiendrons dans l'amour.

1.4. Comment se comportent-ils ?
Malheur à eux ! car ils ont suivi la voie de Caïn, ils se sont jetés pour un salaire dans l'égarement de Balaam, ils se sont perdus par la révolte de Coré.
Ce sont des écueils dans vos agapes, faisant impudemment bonne chère, se repaissant eux-mêmes. Ce sont des nuées sans eau, poussées par les vents ; des arbres d'automne sans fruits, deux fois morts, déracinés ; des vagues furieuses de la mer, rejetant l'écume de leurs impuretés ; des astres errants, auxquels l'obscurité des ténèbres est réservée pour l'éternité.
Jude 1 : 11-13

Parmi les fruits de la chaire évidente, nous voyons beaucoup de violence envers les frères. Cela ne leur pose aucun problème, à l'image de Caïn qui tua Abel par jalousie.

Nous voyons aussi que ce sont des gens aussi cupides que Balaam qui accepta de prophétiser contre le peuple de Dieu contre un salaire.

Leur but premier est de renverser l'autorité en commençant par celles des églises locales car leur cœur est le même que celui de Coré qui prit avec lui 250 personnes pour renverser l'autorité de Moïse.

Pour atteindre leur but, ils usent de duplicité, ils se mélangent à nous dans le but de séduire une maximum de gens. Mais nous pouvons les reconnaître parce qu'après des mois ou même des années passées au milieu de nous, nous n'avons constaté aucun fruit venant de l'Esprit.

Ce qui est terrible c'est que ce ne sont pas forcément des gens méchants mais de par leur gentillesse apparente, on les a accueillis chez nous, on les a peut-être même logés... mais au final, ces gens qui se disaient chrétiens sont aux yeux de Dieu des personnes mortes deux fois :

  • La première fois parce que nous sommes tous des pécheurs qui méritent d'aller en enfer.
  • La deuxième fois parce qu'ils ont pu gouter à quel point Dieu est bon et qu'ils ont rejeté l'occasion de se convertir.
1.5. Leur jugement est certain
C'est aussi pour eux qu'Énoch, le septième depuis Adam, a prophétisé en ces termes : Voici, le Seigneur est venu avec ses saintes myriades,
pour exercer un jugement contre tous, et pour faire rendre compte à tous les impies parmi eux de tous les actes d'impiété qu'ils ont commis et de toutes les paroles injurieuses qu'ont proférées contre lui des pécheurs impies.
Ce sont des gens qui murmurent, qui se plaignent de leur sort, qui marchent selon leurs convoitises, qui ont à la bouche des paroles hautaines, qui admirent les personnes par motif d'intérêt.
Jude 1 : 14-16

Le Seigneur dit explicitement qu'Il les jugera et les condamnera. La raison de leur culpabilité est évidemment tous les péchés commis parmi lesquels nous trouvons les paroles vaines.

Que sont les vaines paroles ?

  • Ce sont les murmures contre les frères, contre l'assemblée et contre Dieu
  • Les injures et toute sorte de grossièretés.
  • L'orgueil qui est sorti de leur bouche car ils pensaient ne pas avoir besoin de Jésus-Christ pour les bénédictions qu'ils proposent.
  • La flatterie est aussi dans leurs propos.

Pour toutes ces mauvaises paroles, le Seigneur viendra le juger avec sa Parole.

Concentrons-nous donc ici bas à pratiquer l'amour fraternel pour ceux qui se disent frères car le Seigneur Lui-même réglera le compte de ceux qui nous ont trompés par leurs mensonges.

2. Comment pratiquer l'amour ?

Si dans les derniers temps, il y a des moqueurs et des impies, des hommes qui savent séduire par leur parole et leur comportement, Jude nous exhortent à ne pas nous laisser distraire et à nous concentrer sur la pratique de l'amour fraternel.

2.1. Cultiver l'amour
Pour vous, bien-aimé, vous édifiant vous-mêmes sur votre très sainte foi, et priant par le Saint-Esprit, maintenez-vous dans l'amour de Dieu, en attendant la miséricorde de notre Seigneur Jésus Christ pour la vie éternelle.
Jude 1 : 20-21

La première des choses est que nous devons cultiver l'amour que Dieu a versé dans nos cœurs.

  • En s'édifiant les uns les autres :
    Si les faux frères ont plein de choses à dire, le chrétien aussi. Sans cesse, sa bouche doit rappeler la bonne nouvelle en Jésus car l'attachement à l'œuvre du Messie est la seule réponse à tous les problèmes.
  • En priant les uns pour les autres :
    Si les faux frères ont plein de malédictions à prononcer dans les cœurs, le chrétien à plein de bénédictions à élever vers Dieu. Persévérons dans la prière des uns pour les autres.
  • En attendant la miséricorde du Seigneur :
    Si les faux nous pressent en excitant nos convoitises, nous devons au contraire cultiver ensemble le contentement, c'est-à-dire se rappeler constamment que connaître Jésus-Christ comme son Seigneur comble notre vie ici bas.
    Quand nous serons là-haut, nous serons comblés encore plus mais ne cherchons pas à avoir une vie plus agréable que notre Seigneur
.
2.2. Pratiquer la discipline
Reprenez les uns, ceux qui contestent ; sauvez-en d'autres en les arrachant du feu ; et pour d'autres encore, ayez une pitié mêlée de crainte, haïssant jusqu'à la tunique souillée par la chair.
Jude 1 : 22-23

Lorsque nous pensons à l'amour de Dieu, nous constatons qu'il est toujours accompagné de justice. En effet, Dieu se présente tel un père de famille qui reprend ses enfants.

Nous voyons dans la Bible que la discipline n'est que pour les frères, du moins ceux qui se disent « frères ». Le Seigneur nous a donné les principes de conduite dans Matthieu 18 :

  • Si ton frère a péché, parle-lui seul à seul...
  • S'il n'écoute pas, il faut prendre 2 ou 3 témoins...
  • S'il n'écoute toujours pas, parles-en à l'Église...
  • S'il n'écoute toujours pas, considérez-le comme un païen jusqu'à ce qu'il se repente.

C'est le seul et unique moyen que le Seigneur a prévu pour reprendre ceux qui s'égarent dans la foi. Si nous voulons arracher certaines personnes du feu par amour, restons dans les pratiques que le Seigneur a énoncées.

C'est aussi un bon moyen de rester pur face à ce que nous haïssons : le péché.

Si la personne qui a fait naufrage quant à la foi n'est plus présente dans nos moments fraternels intimes, continuons par amour pour lui de nous édifier dans la Parole pour espérer contre toute espérance à sa repentance en priant pour lui que le Seigneur touche de nouveau son cœur.

Conclusion

Si le Seigneur nous a rappelé toutes ces vérités, c'est pour que nous ne nous éparpillons pas toutes les fois que nous voyons entrer une nouvelle personne dans nos assemblées. Nous n'avons surtout pas à faire de chasse à la sorcière pour savoir quelqu'un est un vrai ou faux frère.

Tant que le péché n'est pas manifeste, ou plus précisément, tant que les fruits de l'Esprit semblent être manifestes, persévérons dans l'amour fraternel. Si une personne arrive à tromper toute une assemblée, ne soyons pas effrayés car le Seigneur protègera son Église.

Ainsi, nous devons nous concentrer sur l'essentiel : pratiquer l'amour fraternel en nous édifiant les uns les autres, en priant les uns pour les autres et en attendant uniquement que le Seigneur agisse.

Finissons par louer le Seigneur pour son amour pour nous car au fond, nous ne sommes pas meilleurs que ces faux frères. Mais puisque le Seigneur nous a permis de demeurer dans sa sainte doctrine, rendons-Lui toute la gloire :

Or, à celui qui peut vous préserver de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire irrépréhensible et dans l'allégresse,
à Dieu seul, notre Sauveur, par Jésus Christ notre Seigneur, soient gloire, majesté, force et puissance, dès avant tous les temps, et maintenant, et dans tous les siècles !
Amen !
Jude 1 : 24-25