Introduction

Contexte :
Le royaume des Hébreux est séparé en deux :

  • Le royaume d'Israël (tribu du Nord).
  • Le royaume de Juda.

Les rois se suivent et se succèdent et la tendance générale est qu'ils firent ce qui est mal aux yeux de l'Éternel. Dit vit cela et décida de mettre fin aux lignées royales.

À l'époque de notre histoire du jour, le royaume d'Israël est déjà déporté et le royaume de Juda ne connaîtra plus que 3 rois avant de partir d'exil à son tour.

Le roi qui nous intéresse est le roi Josias. Son père Amon faisait partie de ceux qui firent ce qui est mal aux yeux de l'Éternel. Mais Josias n'a pas suivi ses mauvaises voies. Au contraire, il est revenu à l'Éternel de tout son cœur. À cause de cela, il fit la plus grande célébration de la pâque.

Aucune Pâque pareille à celle-là n'avait été célébrée en Israël depuis les jours de Samuel le prophète ; et aucun des rois d'Israël n'avait célébré une Pâque pareille à celle que célébrèrent Josias, les sacrificateurs et les Lévites, tout Juda et Israël qui s'y trouvaient, et les habitants de Jérusalem.
2 Chroniques 35 : 18

La célébration de la pâque est la commémoration de la libération du peuple de Dieu de l'esclavage de Pharaon et de ses faux dieux.

Dans ce billet, nous verrons pourquoi un homme qui a grandi dans l'asservissement aux idoles célèbre une aussi grande pâque. Dès l'introduction, nous pouvons déjà affirmer que c'est fortement lié à la rencontre de Dieu dans sa Parole.

1. Temps de tâtonnement

Josias n'a pas encore été confronté à la Bible alors il va tâtonner pour trouver l'Éternel. « Tâtonner » veut dire que lorsqu'une personne cherche Dieu sans connaître sa Parole, elle commence par les choses évidentes.

1.1. Plaire à Dieu
Josias avait huit ans lorsqu'il devint roi, et il régna trente et un ans à Jérusalem. Il fit ce qui est droit aux yeux de l'Éternel, et il marcha dans les voies de David, son père ; il ne s'en détourna ni à droite ni à gauche.
2 Chroniques 34 : 1-2

La Bible nous rapporte que dès son plus jeune âge, Josias avait à cœur de plaire à l'Éternel. Alors Dieu a voulu éprouver cela en le mettant sur le trône. Effectivement, c'est qu'on a le pouvoir que le cœur peut pleinement s'exprimer.

1.2. Chercher la pureté
La huitième année de son règne, comme il était encore jeune, il commença à rechercher le Dieu de David, son père ; et la douzième année, il commença à purifier Juda et Jérusalem des hauts lieux, des idoles, des images taillées et des images en fonte.
2 Chroniques 34 : 3

La première des choses, même si on ne connaît pas la Parole de Dieu, est de rechercher la pureté. En effet, lorsque quelqu'un cherche Dieu, Dieu l'extrait de l'aveuglement du péché en lui faisant comprendre que vivre pour/avec le péché est une vie abjecte.

1.3. Chercher à rétablir le contact
La dix-huitième année de son règne, après qu'il eut purifié le pays et la maison, il envoya Schaphan, fils d'Atsalia, Maaséja, chef de la ville, et Joach, fils de Joachaz, l'archiviste, pour réparer la maison de l'Éternel, son Dieu.
2 Chroniques 34 : 8

Josias savait que Dieu était vivant. En rétablissant le temple, il cherche à se reconnecter avec Dieu.

1.4. L'œuvre de Dieu
Au moment où l'on sortit l'argent qui avait été apporté dans la maison de l'Éternel, le sacrificateur Hilkija trouva le livre de la loi de l'Éternel donnée par Moïse.
2 Chroniques 34 : 14

Lorsqu'on tâtonne pour chercher Dieu, Dieu nous amène vers sa Parole ! La confrontation avec la Bible est le moyen que Dieu a décidé pour qu'on réaliser qui Il est et ce qu'Il veut faire dans nos vies.

L'œuvre de la Parole

Voyons à présent ce qui se passe lorsqu'une personne est confrontée à la Parole.

2.1. La conviction de pécher
Lorsque le roi entendit les paroles de la loi, il déchira ses vêtements.
2 Chroniques 34 : 19

La première chose qu'une personne comprend de la Bible est qu'elle est digne d'aller en enfer. C'est ce que Josias a compris et c'est pour cela qu'il a déchiré ses vêtements.

Remarque :
Cela est étonnant parce qu'il a passé des années à faire le bien ! Mais au contact de la Parole, on comprend que tout le bien que nous pourrions faire n'est rien face à la sainteté de Dieu.

2.2. Le désir de connaître encore plus le Seigneur
Et le roi donna cet ordre à Hilkija, à Achikam, fils de Schaphan, à Abdon, fils de Michée, à Schaphan, le secrétaire, et à Asaja, serviteur du roi :
Allez, consultez l'Éternel pour moi et pour ce qui reste en Israël et en Juda, au sujet des paroles de ce livre qu'on a trouvé ; car grande est la colère de l'Éternel qui s'est répandue sur nous, parce que nos pères n'ont point observé la parole de l'Éternel et n'ont point mis en pratique tout ce qui est écrit dans ce livre.
Hilkija et ceux qu'avait désignés le roi allèrent auprès de la prophétesse Hulda, femme de Schallum, fils de Thokehath, fils de Hasra, gardien des vêtements. Elle habitait à Jérusalem, dans l'autre quartier de la ville. Après qu'ils eurent exprimé ce qu'ils avaient à lui dire, elle leur répondit :
Ainsi parle l'Éternel, le Dieu d'Israël : Dites à l'homme qui vous a envoyés vers moi :
Ainsi parle l'Éternel : voici, je vais faire venir des malheurs sur ce lieu et sur ses habitants, toutes les malédictions écrites dans le livre qu'on a lu devant le roi de Juda. Parce qu'ils m'ont abandonné et qu'ils ont offert des parfums à d'autres dieux, afin de m'irriter par tous les ouvrages de leurs mains, ma colère s'est répandue sur ce lieu, et elle ne s'éteindra point.
Mais vous direz au roi de Juda qui vous a envoyés pour consulter l'Éternel : ainsi parle l'Éternel, le Dieu d'Israël, au sujet des paroles que tu as entendues :
Parce que ton cœur a été touché, parce que tu t'es humilié devant Dieu en entendant ses paroles contre ce lieu et contre ses habitants, parce que tu t'es humilié devant moi, parce que tu as déchiré tes vêtements et que tu as pleuré devant moi, moi aussi, j'ai entendu, dit l'Éternel.
Voici, je te recueillerai auprès de tes pères, tu seras recueilli en paix dans ton sépulcre, et tes yeux ne verront pas tous les malheurs que je ferai venir sur ce lieu et sur ses habitants. Ils rapportèrent au roi cette réponse.
2 Chroniques 34 : 20-28

Lorsqu'on est confronté à la Parole de Dieu et que celle-ci nous touche, nous voulons Le connaître davantage car nous sommes prêts à entendre la vérité. En effet, nous souhaitons que Dieu devienne notre Seigneur mais nous remarquons que malgré toutes les bonnes actions de nos vies, nous sommes toujours pécheurs.
Alors si nous voulons que Dieu soit notre Seigneur mais qu'en même temps nous nous sentons trop indignes, alors le Seigneur va se présenter à nous comme un sauveur.

Ce qu'on recherche dans la Parole, c'est le moyen donc d'être sauvé de notre penchant à aimer le péché. C'est dans ce contexte que le Seigneur va se révéler :

  • Le Seigneur nous annonce sa justice.
  • Le Seigneur nous annonce sa grâce.
2.3. L'engagement

Quand on a été confronté à la Parole, le pas suivant est l'engagement. Cela ressemble à un couple qui se marie :

  • On se cherche sans se connaître.
  • Quand on s'est trouvé, on échange nos visions.
  • Quand l'échange est concluant, on s'engage.

C'est exactement ce que Josias a vécu. Bien sur qu'il n'est pas parfait mais il a compris une chose :
Il s'engage à s'allier au Seigneur car c'est le vrai moyen de se désengager du péché.

La célébration de la pâque

Comme pour un mariage, après l'engagement vient la célébration.

3.1. Un désir d'exprimer sa foi
Josias célébra la Pâque en l'honneur de l'Éternel à Jérusalem, et l'on immola la Pâque le quatorzième jour du premier mois.
2 Chroniques 35 : 1

Remarquez que c'est une célébration de la pâque et non la pratique de la pâque. En effet, la première pâque est un événement unique !
Ainsi, pour être sauvé, il ne sert à rien de peindre les linteaux des portes de sa maison.

Par contre, la célébration de ce jour est importante parce que c'est l'occasion de confirmer sa foi :

  • Croire que nous sommes autant esclaves du péché que les Hébreux étaient esclaves des Égyptiens (digne de mort).
  • Croire que le salut vient de la mort d'un être innocent (un agneau).

Suite à son engagement, Josias a voulu exprimer sa foi par la célébration de la pâque.

3.2. Un désir de fraternité
Immolez la Pâque, sanctifiez-vous, et préparez-la pour vos frères, en vous conformant à la parole de l'Éternel prononcée par Moïse.
Josias donna aux gens du peuple, à tous ceux qui se trouvaient là, des agneaux et des chevreaux au nombre de trente mille, le tout pour la Pâque, et trois mille boeufs ; cela fut pris sur les biens du roi. Ses chefs firent de bon gré un présent au peuple, aux sacrificateurs et aux Lévites. Hilkija, Zacharie, et Jehiel, princes de la maison de Dieu, donnèrent aux sacrificateurs pour la Pâque deux mille six cents agneaux et trois cents boeufs.
Conania, Schemaeja et Nethaneel, ses frères, Haschabia, Jeïel et Jozabad, chefs des Lévites, donnèrent aux Lévites pour la Pâque cinq mille agneaux et cinq cents boeufs.
2 Chroniques 35 : 6-9

Une particularité de la célébration de la foi est le fait qu'on désire honoré Dieu le Père. Or qui dit « Père » dit « enfants ». Si les enfants veulent honorer leurs parents, le meilleur moyen est qu'ils viennent ensemble devant eux.

De même, Josias a eu le désir de rassembler le peuple pour honorer le Père.

Notons que le nombre d'animaux montre la grande joie fraternelle !

3.3. Un désir de chanter
Les chantres, fils d'Asaph, étaient à leur place, selon l'ordre de David, d'Asaph, d'Héman, et de Jeduthun le voyant du roi, et les portiers étaient à chaque porte ; ils n'eurent pas à se détourner de leur office, car leurs frères les Lévites préparèrent ce qui était pour eux.
2 Chroniques 35 : 15

Les cantiques avaient pleinement leur place au milieu des réjouissances. En effet, Dieu a inventé la musique pour que ses enfants puissent le louer d'une seule voie.

Conclusion

Josias est un roi qui a vu le péché de son père mais qui a tout fait pour vivre le contraire. Lorsqu'il a été confronté à la Bible, sa vie a été bouleversée : il s'est repenti devant Dieu et Dieu lui a fait la grâce de devenir son enfant.

Quand une personne réalise à quel point elle est mauvaise alors, elle peut comprendre le grand pardon de Dieu. C'est cela qui donne la force de s'engager pour Dieu pleinement et de l'adorer de tout son être.

Ce verset 18 n'est donc pas étonnant :

Aucune Pâque pareille à celle-là n'avait été célébrée en Israël depuis les jours de Samuel le prophète ; et aucun des rois d'Israël n'avait célébré une Pâque pareille à celle que célébrèrent Josias, les sacrificateurs et les Lévites, tout Juda et Israël qui s'y trouvaient, et les habitants de Jérusalem.
2 Chroniques 35 : 18