Introduction

Les problématiques liées à la vie en détention reviennent de manière chronique dans les médias. Quel que soit le crime, la prison d'aujourd'hui pose plus de questions qu'elle n'apporte de réponses :

  • Est-il humain d'entasser des personnes dans un lieu surpeuplé ?
  • Peut-on relâcher une personne sachant que la récidive est possible ?
  • En sort-on réellement plus sociable et moins dangereux ?
  • Quel sens y a-t-il à garder une personne captive plus de 20 ans ?
  • 3 ans en prison pour viol ? Est-ce peu ? Est-ce trop ?
  • ... etc...

Dans la France de 2013, ces questions sont importantes et je laisserai les spécialistes apporter leurs réponses. Cela signifie que je me soumets volontiers aux décisions prises par l'état, je n'appelle à aucune modification des lois existantes et je ne revendique aucune révolution dans la justice telle qu'elle fonctionne aujourd'hui. En effet, je me contente d'attendre le retour de Jésus-Christ qui rétablira toute chose par sa toute puissance.

Ce qui nous intéressera dans ce billet, c'est de voir la notion de prison dans la Bible et par la même occasion, comment Dieu appliquera sa justice.

Nous verrons que Dieu n'avait jamais pensé à la prison. Ainsi, la prison est une invention humaine. En effet, la prison est une façon pour la société de gérer le mal au milieu d'elle tandis que la perspective de Dieu est d'ôter le mal du milieu de son peuple.

1. Prison, invention des hommes

Dans le Livre de la Genèse, nous trouvons l'origine des prisons : elle a été créée par des peuples qui ont rejeté l'Éternel.

1.1. L'histoire de Lot

La première notion de prisonnier est mentionnée avec l'histoire de Lot. Ce dernier vivait dans la ville de Sodome. Lors d'une guerre contre les rois de Schinear et ses 3 alliés, la ville de Sodome et ses 4 alliés connurent une grande défaite. Toutes leurs villes furent donc emmenées captives. Voici comment cela s'est fini :

les vainqueurs enlevèrent toutes les richesses de Sodome et de Gomorrhe, et toutes leurs provisions ; et ils s'en allèrent. Ils enlevèrent aussi, avec ses biens, Lot, fils du frère d'Abram, qui demeurait à Sodome ; et ils s'en allèrent.
Un fuyard vint l'annoncer à Abram, l'Hébreu ; celui-ci habitait parmi les chênes de Mamré, l'Amoréen, frère d'Eschcol et frère d'Aner, qui avaient fait alliance avec Abram.
Dès qu'Abram eut appris que son frère avait été fait prisonnier, il arma trois cent dix-huit de ses plus braves serviteurs, nés dans sa maison, et il poursuivit les rois jusqu'à Dan. Il divisa sa troupe, pour les attaquer de nuit, lui et ses serviteurs ; il les battit, et les poursuivit jusqu'à Choba, qui est à la gauche de Damas.
Il rapporta toutes les richesses ; il ramena aussi Lot, son frère, avec ses biens, ainsi que les femmes et le peuple.
Genèse 14 : 11-16

Lot s'est laissé séduire par la vie de Sodome mais au final, il a trouvé la captivité. Remarquons que la captivité physique n'est pas une invention divine mais elle est pratiquée par des peuples qui ne connaissaient pas Dieu.

1.2. L'histoire de Joseph

Continuons avec la deuxième mention de la prison. S'il y a une personne qui a connu l'incarcération, c'est Joseph, fils de Jacob. Nous voyons que la prison est vraiment liée dans la Bible à la méchanceté du cœur des hommes.

La première fois, ses frères le retiennent captif dans une citerne car ils sont jaloux de lui.

Ses frères virent Joseph de loin ; et, avant qu'il fût près d'eux, ils complotèrent de le faire mourir. Ils se dirent l'un à l'autre : voici le faiseur de songes qui arrive. Venez maintenant, tuons-le, et jetons-le dans une des citernes ; nous dirons qu'une bête féroce l'a dévoré, et nous verrons ce que deviendront ses songes.
Genèse 39 : 18-20

Suite à cela, il est vendu comme esclave en Égypte. Il vivra une deuxième fois la prison à cause de la convoitise charnelle d'une femme.

Après avoir entendu les paroles de sa femme, qui lui disait : Voilà ce que m'a fait ton esclave ! le maître de Joseph fut enflammé de colère. Il prit Joseph, et le mit dans la prison, dans le lieu où les prisonniers du roi étaient enfermés : il fut là, en prison. L'Éternel fut avec Joseph, et il étendit sur lui sa bonté. Il le mit en faveur aux yeux du chef de la prison.
Genèse 39 : 19-21

Une fois de plus, nous voyons que la prison n'est pas une invention de Dieu mais des hommes. Mais la Bible désigne les peuples étrangers à Dieu comme les créateurs des prisons.

2. Comment Dieu traite-t-Il les malfaiteurs ?

Nous avons vu jusque-là que Dieu n'a pas prévu les prisons dans sa sagesse. Mais, comment comptait-Il gérer les malfaiteurs ? Nous allons donc voir dans deux autres histoires dans la Bible qui rappellent que la mort est la seule issue du péché, selon qu'il est écrit :

le salaire du péché, c'est la mort
Romains 6 : 23
2.1. L'histoire d'Acan

La première histoire nous parle d'un homme qui a pris des objets de valeurs alors que Dieu a demandé que ces choses soient dévouées par interdit, c'est-à-dire qu'elles sont détruites. Cela s'est passé environ 40 ans après que le peuple hébreu soit sorti du pays d'Égypte en traversant la mer rouge et qu'ils ont commencé à conquérir le pays.

Les enfants d'Israël commirent une infidélité au sujet des choses dévouées par interdit. Acan, fils de Carmi, fils de Zabdi, fils de Zérach, de la tribu de Juda, prit des choses dévouées...
Josué dit à Acan : Mon fils, donne gloire à l'Éternel, le Dieu d'Israël, et rends-lui hommage. Dis-moi donc ce que tu as fait, ne me le cache point.
Acan répondit à Josué, et dit :
Il est vrai que j'ai péché contre l'Éternel, le Dieu d'Israël, et voici ce que j'ai fait. J'ai vu dans le butin un beau manteau de Schinear, deux cents sicles d'argent, et un lingot d'or du poids de cinquante sicles ; je les ai convoités, et je les ai pris ; ils sont cachés dans la terre au milieu de ma tente, et l'argent est dessous.
Josué envoya des gens, qui coururent à la tente ; et voici, les objets étaient cachés dans la tente d'Acan, et l'argent était dessous. Ils les prirent du milieu de la tente, les apportèrent à Josué et à tous les enfants d'Israël, et les déposèrent devant l'Éternel. Josué et tout Israël avec lui prirent Acan, fils de Zérach, l'argent, le manteau, le lingot d'or, les fils et les filles d'Acan, ses boeufs, ses ânes, ses brebis, sa tente, et tout ce qui lui appartenait ; et ils les firent monter dans la vallée d'Acor.
Josué dit :
Pourquoi nous as-tu troublés ? L'Éternel te troublera aujourd'hui. Et tout Israël le lapida. On les brûla au feu, on les lapida, et l'on éleva sur Acan un grand monceau de pierres, qui subsiste encore aujourd'hui.
Et l'Éternel revint de l'ardeur de sa colère. C'est à cause de cet événement qu'on a donné jusqu'à ce jour à ce lieu le nom de vallée d'Acor.
Josué 7 : 1 & 19-26

Cette histoire nous apprend beaucoup sur la manière dont Dieu traite les malfaiteurs :

  • Ce qui est répréhensible est surtout ce qui offense la sainteté et la pureté de Dieu.
  • Ce que Dieu veut, c'est ôter le mal du milieu du peuple.
  • Pour cela, Il a permis que la mort existe.
2.2. L'histoire d'Ananias et Saphira

Nous entendons parfois que le Dieu de l'Ancien Testament est dur tandis que le Dieu du Nouveau Testament est plein d'amour. Ceci est une ineptie car Il ne change pas. Il a toujours été saint et Il a toujours cherché à sauver tous les hommes.

La deuxième histoire parle d'un couple qui a menti à Dieu. Cela s'est déroulé après que Jésus soit ressuscité et qu'Il ait commencé à instaurer l'église.

Mais un homme nommé Ananias, avec Saphira sa femme, vendit une propriété, et retint une partie du prix, sa femme le sachant ; puis il apporta le reste, et le déposa aux pieds des apôtres.
Pierre lui dit :
Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton coeur, au point que tu mentes au Saint-Esprit, et que tu aies retenu une partie du prix du champ ? S'il n'eût pas été vendu, ne te restait-il pas ? Et, après qu'il a été vendu, le prix n'était-il pas à ta disposition ? Comment as-tu pu mettre en ton coeur un pareil dessein ? Ce n'est pas à des hommes que tu as menti, mais à Dieu.
Ananias, entendant ces paroles, tomba, et expira. Une grande crainte saisit tous les auditeurs.
Actes 5 : 1-5

Cette histoire est quasiment identique à l'histoire d'Acan. Nous voyons que Dieu ne veut pas gérer le mal au milieu de son peuple mais Il veut l'ôter radicalement.

Nous voyons cela encore avec la manière dont la Bible nous présente les autorités humaines :

le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, craint ; car ce n'est pas en vain qu'il porte l'épée, étant serviteur de Dieu pour exercer la vengeance et punir celui qui fait le mal.
Romains 13 : 4

Notons ce que le magistrat tient dans sa main : ce ne sont pas des clés de prison mais une épée pour exercer la vengeance.

3. Pourtant, tous ne sont pas morts !

Il est bon de constater que si nous parcourons la Bible, les histoires comme celle d'Acan et celle d'Ananias ne sont pas fréquentes. Cela pourrait nous laisser penser que :

  • Le peuple de Dieu est devenu parfait par la suite.
  • Ou alors Dieu a baissé son standard de sainteté.

Les 2 cas sont évidemment faux. Que ce soit au temps d'Acan, d'Ananias ou aujourd'hui, l'homme n'a pas changé. De plus, Dieu non plus n'a pas changé car Il est le même hier, aujourd'hui et éternellement.

Si Dieu a toujours autant de répulsion vis-à-vis du mal et que les hommes continuent de pécher en l'offensant sans pour autant subir la mort immédiate, c'est parce que Dieu use de patience envers nous afin de nous donner du temps pour nous extirper de la mort.

Cela est écrit dans la Bible comme ceci :

Ce que je désire, est-ce que le méchant meure ? dit le Seigneur, l'Éternel. N'est-ce pas qu'il change de conduite et qu'il vive ?
Ézéchiel 18 : 23

Dieu ne veut pas la mort du méchant et dans Sa Sainteté, Il ne veut pas gérer le mal. Ce que Dieu veut, c'est que la personne change de conduite pour avoir la vie afin de répandre la vie. Cela signifie que Dieu laisse du temps à la personne pour saisir la main qu'Il tend afin d'échapper à la peine capitale qui l'attend.

Ainsi, la conversion est la manière dont Dieu a prévu pour ôter définitivement le mal.

Malheureusement, beaucoup de personnes considèrent ce temps que Dieu laisse pour persévérer dans leur mauvaise voie et se moquer davantage de Lui. Mais, la Bible nous avertit clairement :

mais il est une chose, bien-aimée, que vous ne devez pas ignorer, c'est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour.
Le Seigneur ne tarde pas dans l'accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient ; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu'aucun ne périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance. Le jour du Seigneur viendra comme un voleur ; en ce jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les oeuvres qu'elle renferme sera consumée.
Puisque donc toutes ces choses doivent se dissoudre, quelles ne doivent pas être la sainteté de votre conduite et votre piété, tandis que vous attendez et hâtez l'avènement du jour de Dieu, à cause duquel les cieux enflammés se dissoudront et les éléments embrasés se fondront !
2 Pierre 3 : 8-12

La Parole de Dieu nous invite donc à profiter de ce temps pour vivre de tout notre cœur pour Lui. Cela commence par la repentance, c'est-à-dire implorer son divin pardon.

Conclusion

Ainsi, Dieu n'a pas inventé la prison avec tous les problèmes éthiques que cela suppose. La prison est vraiment une invention diabolique qui est véhiculée par les hommes qui rejettent Dieu. En effet, cela permet à Satan de faire vivre les nations avec le mal au milieu d'elles de manière constante.

Pour autant, Dieu ne tolère pas le mal, c'est-à-dire qu'Il ne tolère pas qu'une personne puisse l'offenser par ses pensées ou par ses actes. Ainsi, ce que Dieu veut, c'est que le mal soit ôté.

Si Dieu accomplissait sa justice, il n'y aurait plus personne sur terre ! Alors, Il use de patience envers chacun d'entre nous pour que nous nous tournions vers Lui et que nous trouvions la Vie (avec un V majuscule).

Cette vie, l'apôtre Paul la qualifiera comme étant prisonnier de Christ. Il dira à Timothée :

n'aie donc point honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni de moi son prisonnier. Mais souffre avec moi pour l'Évangile, par la puissance de Dieu qui nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation, non à cause de nos œuvres, mais selon son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus Christ avant les temps éternels, et qui a été manifestée maintenant par l'apparition de notre Sauveur Jésus Christ, qui a détruit la mort et a mis en évidence la vie et l'immortalité par l'Évangile.
2 Timothée 1 : 8-10

Au final, Dieu sera vainqueur parce que le mal sera ôté de la terre :

  • Soit par la conversion des pécheurs que nous sommes tous.
  • Soit par la condamnation éternelle des pécheurs qui auront refusé son amour.