1 Timothée 1

Paul, apôtre de Jésus Christ, par ordre de Dieu notre Sauveur et de Jésus Christ notre espérance, à Timothée, mon enfant légitime en la foi : que la grâce, la miséricorde et la paix, te soient données de la part de Dieu le Père et de Jésus Christ notre Seigneur !
Je te rappelle l'exhortation que je te fis, à mon départ pour la Macédoine, lorsque je t'engageai à rester à Éphèse, afin de recommander à certaines personnes de ne pas enseigner d'autres doctrines, et de ne pas s'attacher à des fables et à des généalogies sans fin, qui produisent des discussions plutôt qu'elles n'avancent l’œuvre de Dieu dans la foi.
Le but du commandement, c'est une charité venant d'un cœur pur, d'une bonne conscience, et d'une foi sincère.
Quelques-uns, s'étant détournés de ces choses, se sont égarés dans de vains discours ; ils veulent être docteurs de la loi, et ils ne comprennent ni ce qu'ils disent, ni ce qu'ils affirment.
Nous n'ignorons pas que la loi est bonne, pourvu qu'on en fasse un usage légitime, sachant bien que la loi n'est pas faite pour le juste, mais pour les méchants et les rebelles, les impies et les pécheurs, les irréligieux et les profanes, les parricides, les meurtriers, les impudiques, les infâmes, les voleurs d'hommes, les menteurs, les parjures, et tout ce qui est contraire à la saine doctrine, — conformément à l'Évangile de la gloire du Dieu bienheureux, Évangile qui m'a été confié.
Je rends grâces à celui qui m'a fortifié, à Jésus Christ notre Seigneur, de ce qu'il m'a jugé fidèle, en m'établissant dans le ministère, moi qui étais auparavant un blasphémateur, un persécuteur, un homme violent. Mais j'ai obtenu miséricorde, parce que j'agissais par ignorance, dans l'incrédulité ;
et la grâce de notre Seigneur a surabondé, avec la foi et la charité qui est en Jésus Christ.
C'est une parole certaine et entièrement digne d'être reçue, que Jésus Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs, dont je suis le premier.
Mais j'ai obtenu miséricorde, afin que Jésus Christ fît voir en moi le premier toute sa longanimité, pour que je servisse d'exemple à ceux qui croiraient en lui pour la vie éternelle.
Au roi des siècles, immortel, invisible, seul Dieu, soient honneur et gloire, aux siècles des siècles ! Amen !
Le commandement que je t'adresse, Timothée, mon enfant, selon les prophéties faites précédemment à ton sujet, c'est que, d'après elles, tu combattes le bon combat, en gardant la foi et une bonne conscience.
Cette conscience, quelques-uns l'ont perdue, et ils ont fait naufrage par rapport à la foi. De ce nombre son Hyménée et Alexandre, que j'ai livré à Satan, afin qu'ils apprennent à ne pas blasphémer.

Introduction

Timothée

Timothée est un jeune homme que Paul avait pris avec lui pour ses voyages missionnaires. Paul l'a formé au point qu'il dira de lui qu'il est son enfant légitime dans le Seigneur. Après quelques années, Timothée a gagné assez de maturité pour prendre des responsabilités au niveau des églises locales. Malgré la distance qui sépare les deux hommes, Paul continue de s'occuper de lui par des correspondances. Nous trouvons dans la Bible deux des lettres que Paul a envoyées à son protégé.

Thème de l'Épître

Le thème principal dans la première Épître à Timothée est un encouragement à avoir une bonne conduite dans l'Église :

Je t'écris ces choses, avec l'espérance d'aller bientôt vers toi, mais afin que tu saches, si je tarde, comment il faut se conduire dans la maison de Dieu, qui est l'Église du Dieu vivant, la colonne et l'appui de la vérité.
1 Timothée 3 : 14-15

Quel est l'objectif de cet enseignement ?

Le but du commandement, c'est une charité venant d'un cœur pur, d'une bonne conscience, et d'une foi sincère.
1 Timothée 1 : 5

Plus précisément, le but n'est pas de créer l'amour de Christ comme s’il n'existe pas mais plutôt de le maintenir dans les assemblées tel qu'il a été enseigné et reçu. Cela doit être conforme à l'Évangile de la gloire du Dieu bienheureux.
Tel est le bon combat à mener pour toutes les églises locales.

Que pouvons-nous donc espérer pour les églises locales dans le monde ?
C'est qu'elles maintiennent pour leurs membres un cœur pur, une bonne conscience et une foi sincère. De cela naîtra un amour fraternel, c'est-à-dire que nous serons comment nous comporter dans la maison de Dieu.

1. Un cœur pur

À cause du péché, nul ne peut affirmer qu'il a un peu de pureté dans son cœur. Notre seule espérance est que Dieu fasse un miracle : qu'Il intervienne pour purifier notre cœur.

Paul était un homme qui combattait le mauvais combat :
De son point de vue, il avait du zèle pour Dieu donc il persécutait l'Église. Mais du point de vue de Jésus, il était :

  • Ignorant : lui qui pensait tout connaître de la théologie car il appartenait au groupe des pharisiens.
  • Incrédule : lui qui pensait avoir une foi en Dieu au-dessus de la masse populaire.
  • Blasphémateur : lui qui pensait glorifier Dieu par sa vie.
  • Persécuteur de Christ : lui qui pensait être l'ami préféré de Dieu.
  • Un homme belliqueux : lui qui pensait être irréprochable quant à la loi.

En somme, aux yeux de Jésus, il était perdu. Qu'est-ce que cela signifie ?
Si on considère sa vie, ses actions, ses pensées et ses motivations, Paul n'avait aucun moyen de plaire à Dieu et il n'avait donc aucune possibilité d'échapper à l'enfer.
→ Aux yeux de Dieu, sa vie, ses actions, ses pensées et ses motivations étaient impures !

Jésus a vu cela pour chacun d'entre nous et Il veut nous sauver. Concrètement, Il permet de situations de repentances. Si nous nous humilions, Il nous promet qu'Il nous purifiera, selon qu'il est écrit :

si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.
1 Jean 1 : 9

Lorsque Jésus purifie notre cœur, alors notre vie est purifiée parce que nous voulons agir comme notre Sauveur et Seigneur :

  • Agir avec miséricorde (Tendre une corde lorsque l'autre est au plus bas).
  • Faire surabonder la grâce (Vouloir bénir plus qu'on ait été maudit).

En agissant comme notre Sauveur, l'église locale se comportera comme il se doit. Maintenons donc le désir d'être purifiés à titre personnel mais aussi à titre collectif.

2. Une bonne conscience

Lorsque Dieu purifie notre vie, nous retrouvons une bonne conscience.

Qu'est-ce qu'une bonne conscience ?
Une bonne conscience ne consiste pas à minimiser les péchés. Il ne faut pas agir comme suit :

  • J'ai commis ce qui est mal, donc j'ai mauvaise conscience.
  • Je me trouve des excuses, donc j'ai bonne conscience.

Non ! Avoir une bonne conscience c'est avoir conscience du salut que Dieu offre en Jésus-Christ.

Quelles sont les choses qu'un chrétien prend conscience ?

  • Dieu, le maître de l'univers, a en horreur chacun de mes péchés.
  • Nous sommes faibles pour accomplir le bien mais zélés pour faire le mal.
  • Parce que nous avons conscience que Jésus devrait être le Seigneur alors nous avons conscience qu'il doit venir nous sauver.

Si le chrétien a une bonne conscience de la sainteté de Dieu et de sa dépravation et qu'il a une bonne conscience du salut que Dieu lui accorde en Jésus-Christ, alors :

  • Il sera reconnaissant.
  • Il sera un véritable adorateur.

Cette bonne conscience est précieuse et nous devons l'entretenir. Dans les Épîtres pour Timothée, Paul met au centre l'enseignement car se maintenir dans la conscience de la vérité est un vrai combat :

  • Le monde fait tout pour changer notre conscience de la vérité.
  • Satan fait tout pour altérer notre conscience de la vérité.
  • Nos désirs naturels veulent pervertir la conscience de la vérité.

Au sein des églises dont Timothée avait la charge, il y avait des champions du changement de conscience : les légalistes.

Ce sont des personnes qui ne connaissent pas Dieu et qui arrivent avec la Bible. Ils disent ce que nous avons à faire selon leur vision. Généralement, ont les reconnaît parce qu'ils ont des thèmes favoris, un "dada" comme on dit.
Dans le premier chapitre, ce sont des personnes qui aiment débattre des généalogies. Ils tolèrent l'impureté dans les vies mais font un scandale sur des détails. (Un détail est un thème qui n'est pas directement lié au salut en Jésus-Christ).

À force de parler de choses secondaires, ils n'ont aucune conscience des choses essentielles.
Pour répondre à cela, Paul dit qu'il ne faut pas perdre du temps à les contrer mais rester dans l'enseignement de la vérité.

3. Une foi sincère

En effet, avoir conscience des bonnes choses est l'ingrédient indispensable pour avoir une foi sincère. Notons l'avertissement de la fin du verset 19 b. Si nous altérons notre connaissance du salut de Dieu, nous deviendrons des naufragés de la foi.
→ Être conscient des bonnes des vérités de Dieu est indispensable à la foi salutaire.

Comment définir la foi qui nous fait parvenir au salut ?

  • Cela commence par la prise d'information : cela s'appelle l'enseignement.
  • Ensuite, cela doit avoir un impact dans notre vie : nous suivons que ce que nous croyons.
  • Enfin, cela abouti à une espérance : la certitude d'être accepté par Dieu dès aujourd'hui et à tout jamais.

Mais si nous avons souillé notre pureté et si nous altérons la vérité, Dieu ne se servira pas de nous pour faire avancer son œuvre dans la foi.

Comment vivre par la foi ?
C'est naviguer avec les instruments (la Bible) et non avec les yeux (Ce que nous ressentons). C'est un peu comme un pilote d'avion qui vole la nuit. La seule chose qu'il regarde est l'information qu'indiquent ses instruments de vol.

Avec Dieu, c'est la même chose : si nous voulons avancer vers Lui, la seule chose que nous devons regarder est notre bonne conscience lorsque Dieu a purifié notre cœur.

Nous ne voyons pas grand-chose mais Dieu permet quand même qu'il y soit quelques fruits palpables :

  • Verset 2 : Mon enfant légitime en la foi → Paul est encouragé parce que Dieu lui fait connaître le fruit de son travail, à savoir la fidélité de Timothée.
  • Verset 14 : La foi a surabondé dans la vie de Paul.

Continuons à titre personnel de réagir et d'entreprendre de nouvelles actions par la foi et pour la foi. C'est ainsi que nos assemblées se comporteront bien aux yeux de Dieu.

Conclusion

Que pouvons-nous donc espérer pour nos assemblées locales ?

  • Maintenons nos cœurs purs.
  • Maintenons une bonne conscience.
  • Maintenons une foi sincère.

C'est comme cela que nos églises locales avanceront d'une manière digne de l'Évangile. De cela naîtra un amour fraternel, c'est-à-dire que nous serons comment nous comporter dans la maison de Dieu.

Surtout, ne nous trompons pas de combat ! Que tout ce que nous entreprenons annonce clairement le salut en Jésus-Christ. C'est ainsi que nous pourrons affirmer à la face du monde :

c’est une parole certaine et entièrement digne d'être reçue, que Jésus Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs, dont je suis le premier. (verset 1 : 15)