Introduction

Il y a un métier qui ressort dans la Bible, c'est celui de berger.

En effet, parmi toutes les professions que nous trouvons dans les Saintes Écritures, celui de berger a une attention toute particulière :

  • Dieu Lui-même se présente comme un berger.
  • De nombreux « grands hommes » ont exercé le rôle de berger.
  • Le Messie n'hésite pas à prendre le berger comme illustration de son ministère.

Si les notions qui tournent autours du métier de berger sont si récurrentes, c'est parce que Dieu se révèle à ceux qui ont un cœur de berger. Il n'est donc pas étonnant que le jour où Jésus est né, Dieu a envoyé ses anges pour prévenir des simples bergers.

Qui sont les bergers de nos jours ?
Il est vrai que le mot « berger » renvoie au mot « pasteur ». Pour autant, la Bible enseigne que tout chrétien est un berger, c'est-à-dire qu'il est appelé à s'occuper d'un groupe selon ce que le Saint-Esprit lui aura confié :

  • Les parents s'occupent spirituellement des enfants.
  • Les amis s'occupent spirituellement des autres amis.
  • Les membres d'une église locale s'occupent des uns des autres.
  • ... etc ...
« s'occuper de » signifie au moins trois choses :
  • Pourvoir aux besoins de troupeau.
  • Agir à la place du troupeau quand celui-ci est dépassé.
  • Sauver le troupeau de tout danger.

Ainsi, le chrétien doit cultiver un cœur de berger pour approfondir sa relation avec son Seigneur.

1. Le Seigneur est mon berger

Commençons par nous promener dans le Livre de Psaume pour voir que Dieu Lui-même se présente comme un berger.

1.1. Dieu pourvoit à nos besoins
L'Éternel est mon berger : je ne manquerai de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles. Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, À cause de son nom.
Psaume 23 : 1-3

Ce passage nous apprend que Dieu pourvoit à tous nos besoins tel un berger qui pourvoit à tous les besoins de son troupeau :

  • Corps : Les verts pâturages et les eaux paisibles montrent qu'Il pourvoit à tout en ce qui concerne les besoins physiques.
  • Âme : Il restaure l'âme découragée, triste et accablée par le péché.
  • Esprit : Les sentiers de la justice mènent vers la communion avec le Père.
Cela nous apprend donc que nous pouvons avoir confiance en l'Éternel car Il prend soin de tout notre être.
1.2. Dieu maîtrise pour nous les circonstances
Les eaux t'ont vu, ô Dieu ! Les eaux t'ont vu, elles ont tremblé ; les abîmes se sont émus.
Les nuages versèrent de l'eau par torrents, Le tonnerre retentit dans les nues, Et tes flèches volèrent de toutes parts.
Ton tonnerre éclata dans le tourbillon, Les éclairs illuminèrent le monde ; la terre s'émut et trembla.
Tu te frayas un chemin par la mer, Un sentier par les grandes eaux, Et tes traces ne furent plus reconnues.
Tu as conduit ton peuple comme un troupeau, Par la main de Moïse et d'Aaron.
Psaume 77 : 16-20

Dans cet extrait, nous voyons que le berger de nos âmes nous conduit et nous protège.

En effet, ce passage fait référence à l'exode des israélites lorsque Dieu les délivra de l'esclavage en Égypte :

  • Dieu a conduit son peuple jusqu'au bon port (terre promise).
  • Dieu a déployé toute sa puissance pour les protéger. Ici, il est supérieur à la nature.

Cela nous apprend donc que nous pouvons avoir confiance en l'Éternel car Il maîtrise toutes les situations qui nous submergent.

1.3. Dieu nous sauve

Prête l'oreille, berger d'Israël, Toi qui conduis Joseph comme un troupeau ! Parais dans ta splendeur, Toi qui es assis sur les chérubins !
Devant Éphraïm, Benjamin et Manassé, réveille ta force, Et viens à notre secours !
O Dieu, relève-nous ! Fais briller ta face, et nous serons sauvés !
Psaume 80 : 1-3

Dans ce dernier passage, nous voyons que Dieu s'engage pour son peuple. Il est présent et visible. Par conséquent, il est intéressant de voir que le salut vient en levant les yeux vers Lui.

Concrètement, cela se passe dans la prière, par la méditation de la Bible, par la communion fraternelle... En fait, cela revient à chercher toutes sortes d'occasions pour connaître le Père.

Cela nous apprend donc que nous pouvons avoir confiance en l'Éternel car son secours est accessible.

2. Quelques bergers dans la Bible

Dieu se présente comme un berger. Or, il nous a créés à son image. Il n'est donc pas étonnant que les hommes qu'Il a utilisés aient exercé la fonction de berger car c'est l'école que le Seigneur avait prévue pour les former.

2.1. Abel, image d'un berger qui pourvoit
Ève enfanta encore son frère Abel. Abel fut berger, et Caïn fut laboureur. Au bout de quelque temps, Caïn fit à l'Éternel une offrande des fruits de la terre ; et Abel, de son côté, en fit une des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse. L'Éternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande ;
Genèse 4 : 2-4

Le personnage d'Abel est une bonne illustration d'un berger car Il pourvoit à l'être entier.

  • Comme Caïn, son métier pourvoit aux besoins du corps en ce concerne la nourriture.
  • Mais là où le sacrifice d'Abel va plus, c'est qu'il pourvoit au besoin de l'âme : il obtient le pardon de Dieu par son sacrifice, donc la paix du cœur.
  • Évident, le sacrifice d'Abel pourvoit au besoin de l'Esprit car nous voyons que par son sacrifice, il est en communion avec son père céleste.
2.2. Moïse, image d'un berger qui maîtrise les circonstances
Moïse faisait paître le troupeau de Jéthro, son beau-père, sacrificateur de Madian ; et il mena le troupeau derrière le désert, et vint à la montagne de Dieu, à Horeb.
L'ange de l'Éternel lui apparut dans une flamme de feu, au milieu d'un buisson. Moïse regarda ; et voici, le buisson était tout en feu, et le buisson ne se consumait point.
Exode 3 : 1-2

Ce passage se situe au moment de l'appel de Moïse. Nous savons par la suite tous les miracles que Dieu fera par sa main. Mais avant cela, il a dû aller à l'école du Seigneur : être un berger.

Souvenons-nous que Moïse a grandi à la cour de pharaon. Mais cela ne lui servira à rien pour conduire le peuple.

Ce qu'il fallait à Moïse, c'est apprendre à avoir un cœur de berger qui prendra le peuple par la main toutes les fois où celui est dépassé.

2.3. Le roi David, image d'un berger qui sauve
Le contexte du passage suivant est l'affrontement contre Goliath. Tout le peuple avait alors peur d'affronter celui qui était en train de les insulter. C'est à ce moment-là que David arrive sur le champ de bataille.
David dit à Saül : que personne ne se décourage à cause de ce Philistin ! Ton serviteur ira se battre avec lui.
Saül dit à David : tu ne peux pas aller te battre avec ce Philistin, car tu es un enfant, et il est un homme de guerre dès sa jeunesse.
David dit à Saül : ton serviteur faisait paître les brebis de son père. Et quand un lion ou un ours venait en enlever une du troupeau,
je courais après lui, je le frappais, et j'arrachais la brebis de sa gueule. S'il se dressait contre moi, je le saisissais par la gorge, je le frappais, et je le tuais. 
1 Samuel 17 : 32-35

Ce passage révèle que le métier de berger est la bonne école pour apprendre le courage. En effet, pour s'occuper d'un troupeau, il ne faut pas s'enfuir dès le premier danger mais au contraire, il faut y faire face.

Or celui qui a un cœur de berger a appris à son montrer valeureux au moment opportun. C'est ainsi que David aura la bravoure pour affronter Goliath.

3. Jésus est le bon berger

Nous avons donc vu que Dieu s'est révélé par de nombreux bergers et c'est pour cela qu'il a donné ce titre aux responsables des assemblées, car « pasteur » signifie « berger ».

Malheureusement, les hommes sont d'une manière ou d'une autre faillibles :

  • Abel est mort. Qui pourvoira ?
  • Moïse a manqué de patience. Qui affrontera les circonstances pour nous ?
  • David est tombé dans l'adultère et le meurtre. Qui nous délivrera ?
  • Je ne parle même pas des bergers d'Israël au temps de Jérémie :
    Les bergers ont été stupides, Ils n'ont pas cherché l'Éternel ; c’est pour cela qu'ils n'ont point prospéré, Et que tous leurs troupeaux se dispersent. (Jérémie 10 : 21)

L'Éternel connaissait les limites humaines et c'est pour cela qu'Il a décidé de donner de bons bergers. Il l'avait annoncé au temps de Jérémie :

Je vous donnerai des bergers selon mon cœur, Et ils vous paîtront avec intelligence et avec sagesse.
Jérémie 3 : 15

Qui sera ce bon berger qui agira avec intelligence et sagesse ?
C'est Jésus, l'élu de Dieu.

Et si ce n'est pas clair, voici ce qu'Il dira ouvertement à ses disciples :

Je suis le bon berger.
Jean 10 : 11

En effet, il accomplira pleinement ce que Dieu attend d'un berger :

  • Il pourvoit entièrement aux besoins du corps car Il nous ressuscitera au dernier jour.
  • Il pourvoit entièrement aux besoins de notre âme car manifeste le fruit de l'Esprit dans notre cœur.
  • Il pourvoit entièrement aux besoins de notre esprit car nous serons pour toujours auprès de Dieu.
  • Il maîtrise pour nous les mauvaises circonstances car le tentateur ne pourra plus nous faire tomber.
  • Il n'a pas manqué de courages devant les démons ou lorsqu'il a fallu qu'Il donne sa vie sur la croix.
En somme, Il nous délivre de tous les dangers car j'ai l'assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ notre Seigneur. (Romains 8 : 37-38)

Conclusion

  • Ainsi, réjouissons-nous parce que Dieu veut se comporter comme un berger. C'est quasiment la même chose qu'un Père mais la différence réside dans le nombre d'enfants.
  • Réjouissons-nous aussi parce que nous n'avons pas à remettre notre vie entre les mains d'hommes limités.
  • Réjouissons-nous enfin parce que notre Souverain berger est tout puissant pour pourvoir à tous nos besoins.

Puisque notre sauveur est un berger et qu'il veut que nous le suivions, comportons-nous aussi comme un berger ! Notons que nous n'avons plus à devenir bergers car le Saint-Esprit Lui-même nous transforme à l'image de Jésus.

En attendant que notre bon berger revienne nous chercher, répondons à son amour par l'adoration :

Venez, prosternons-nous et humilions-nous, Fléchissons le genou devant l'Éternel, notre créateur !
Car il est notre Dieu, Et nous sommes le peuple de son pâturage, Le troupeau que sa main conduit... Oh ! si vous pouviez écouter aujourd'hui sa voix !
Psaume 95 : 6-7