Jean 5 : 31-47

Jésus dit aux chefs religieux juifs :

si c'est moi qui rends témoignage de moi-même, mon témoignage n'est pas vrai. Il y en a un autre qui rend témoignage de moi, et je sais que le témoignage qu'il rend de moi est vrai.
Vous avez envoyé vers Jean, et il a rendu témoignage à la vérité. Pour moi ce n'est pas d'un homme que je reçois le témoignage ; mais je dis ceci, afin que vous soyez sauvés. Jean était la lampe qui brûle et qui luit, et vous avez voulu vous réjouir une heure à sa lumière. Moi, j'ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les oeuvres que le Père m'a donné d'accomplir, ces oeuvres mêmes que je fais, témoignent de moi que c'est le Père qui m'a envoyé. Et le Père qui m'a envoyé a rendu lui-même témoignage de moi. Vous n'avez jamais entendu sa voix, vous n'avez point vu sa face, et sa parole ne demeure point en vous, parce que vous ne croyez pas à celui qu'il a envoyé.
Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage de moi. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie !
Je ne tire pas ma gloire des hommes. Mais je sais que vous n'avez point en vous l'amour de Dieu. Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez.
Comment pouvez-vous croire, vous qui tirez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez point la gloire qui vient de Dieu seul ?
Ne pensez pas que moi je vous accuserai devant le Père ; celui qui vous accuse, c'est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance. Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, parce qu'il a écrit de moi. Mais si vous ne croyez pas à ses écrits, comment croirez-vous à mes paroles ?

Introduction

Après avoir guéri le paralytique de la piscine de Béthesda un jour du sabbat (texte étudié ici), les chefs religieux juifs se sont indignés et ont accusé Jésus d'enfreindre leur loi. Alors, Jésus leur répliqua que c'est eux qui sont dans l'erreur et qu'ils doivent se soumettre à Lui car :

  • Sa divine autorité est supérieure à l'autorité des hommes (texte étudié ici)
  • Il a des témoins qui attestent son autorité

C'est ce deuxième point que nous développerons de ce billet.

Étant Dieu, Jésus n'a pas besoin de témoins qui appuient son identité. En effet, au jour du jugement dernier, c'est Lui qui jugera les âmes. Mais, aujourd'hui, Il n'est pas dans ce rôle de juge mais dans celui du sauveur.

Jésus ne souhaite qu'une seule chose aujourd'hui : sauver chacun d'entre nous (verset 34). C'est pour cela qu'Il nous présente des témoins valables pour que nous venions à Lui.

Malgré ces témoins, les juifs n'ont pas voulu Le suivre bien qu'ils aspiraient à plaire à Dieu. Ils n'avaient pas compris que plaire à Dieu consiste à suivre Jésus-Christ. Nous verrons que l'orgueil est la raison principale de leur perdition.

1. Les témoins

Jean-Baptiste est un personnage clé dans la Bible car il est un principal témoin de Jésus-Christ. Faisons attention de ne pas confondre Jean-Baptiste (celui qui baptisait d'eau) et l'apôtre Jean, l'apôtre qui a écrit l'Évangile, les trois Épîtres et l'Apocalypse ;-)

Il est écrit à propos de son ministère :

Jean est celui qui avait été annoncé par Ésaïe, le prophète, lorsqu'il dit :
C'est ici la voix de celui qui crie dans le désert : préparez le chemin du Seigneur, Aplanissez ses sentiers.
Matthieu 3 : 3

À la lumière du contexte des Écrits de Esaïe, le ministère de Jean-Baptiste avait deux aspects :

  • Annoncer l'arrivée de Dieu.
  • Préparer le cœur des hommes.

Il a annoncé l'arrivée de Dieu sur terre lorsqu'il a dit de Jésus à deux reprises qu'Il est l'agneau de Dieu (Jean 1 : 29 & 36) ou lorsqu'il a baptisé Jésus. Il a préparé le cœur des hommes lorsqu'il ne cessa de prêcher la repentance par le baptême.

Le but de son ministère était donc d'appeler les hommes à renoncer à leurs péchés pour être en communion avec le Messie, selon qu'il est écrit :

et toute chair verra le salut de Dieu.
Luc 3 : 6
1.1. Jean-Baptiste, la lumière temporaire (verset 35)

Lorsque Jésus parle de Jean-Baptiste comme la lumière qui brille une heure, il fait référence à ce qui est écrit dans le premier chapitre de l'Évangile de Jean :

Il y eut un homme envoyé de Dieu : son nom était Jean. Il vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui. Il n'était pas la lumière, mais il parut pour rendre témoignage à la lumière. Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme.
Jean 1 : 6-9

La Parole explicite le rôle de témoin de Jean :

  • Il était mandaté par Dieu.
  • Il devait être connu des hommes.
  • Le contenu de son message faisait connaître la vraie lumière : Jésus-Christ.
  • Il devait s'effacer quand la lumière viendra. Il dira à propos de Jésus : il faut qu'il croisse, et que je diminue (Jean 3 : 30).

Jean-Baptiste était apprécié de ses contemporains et beaucoup venaient à lui pour faire le baptême de repentance. Nous retrouvons même des disciples de Jean-Baptiste loin de Jérusalem, comme à Éphèse par exemple (Actes 18 : 24-25).

En effet, il est écrit :

les habitants de Jérusalem, de toute la Judée et de tout le pays des environs du Jourdain, se rendaient auprès de lui (Jean-Baptiste) ; et, confessant leurs péchés, ils se faisaient baptiser par lui dans le fleuve du Jourdain […]
Moi, je vous baptise d'eau, pour vous amener à la repentance ; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu.
Matthieu 3 : 5-6 & 11

C'est ainsi que Jean-Baptiste a bien accompli sa mission : il a annoncé le travail que Dieu allait faire en préparant les cœurs des hommes par la repentance.

1.2. Les miracles attestent le Christ (verset 36)

Jésus présente un deuxième signe qui atteste son autorité divine : les miracles qu'Il a opérés. Un miracle est un fait surnaturel qui dépasse l'entendement humain. Les miracles sont des signes que Jésus envoie pour nous signaler qu'Il va rentrer dans son règne. Il est donc temps de se repentir et de l'invoquer, selon qu'il est écrit :

(Jésus dit à ses soixante-dix disciples) :) guérissez les malades qui s'y trouveront, et dites-leur : Le royaume de Dieu s'est approché de vous. Mais dans quelque ville que vous entriez, et où l'on ne vous recevra pas, allez dans ses rues, et dites : Nous secouons contre vous la poussière même de votre ville qui s'est attachée à nos pieds ; sachez cependant que le royaume de Dieu s'est approché.
Luc 10 : 9-11

Nous voyons dans la Bible que d'une manière générale, ceux qui se convertissent sont surtout ceux qui ont cru simplement à ce qui leur a été annoncé du Messie. C'est le cas par exemple du proconsul de Paphos (Ile de Chypre) qui a vu un miracle de la main des apôtres mais s'est converti d'après la doctrine qu'il a entendue et non du miracle qu'il a vu :

Alors le proconsul, voyant ce qui était arrivé, crut, étant frappé de la doctrine du Seigneur.
Actes 13 : 12

En revanche, toujours d'après ce qui est relaté dans la Bible, ceux qui s'attachent uniquement aux miracles ne viennent pas à Jésus. En fin de compte, les miracles ne sont pour eux que des éléments à charge, selon qu'il est écrit :

et toi, Capernaüm, seras-tu élevée jusqu'au ciel ? Non. Tu seras abaissée jusqu'au séjour des morts ; car, si les miracles qui ont été faits au milieu de toi avaient été faits dans Sodome, elle subsisterait encore aujourd'hui. C'est pourquoi je vous le dis : au jour du jugement, le pays de Sodome sera traité moins rigoureusement que toi.
Matthieu 11 : 23-24

Ainsi, ceux qui s'attachent uniquement au côté spectaculaire des miracles viennent rarement à la repentance tandis que ceux qui s'attachent à la Parole de Dieu voient dans ses signes que le royaume de Dieu est proche, selon qu'il est écrit :

Arrivés auprès de Jésus, ils dirent : Jean Baptiste nous a envoyés vers toi, pour dire : es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? À l'heure même, Jésus guérit plusieurs personnes de maladies, d'infirmités, et d'esprits malins, et il rendit la vue à plusieurs aveugle. Et il leur répondit : Allez rapporter à Jean ce que vous avez vu et entendu : les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres. Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute !
Luc 7 : 20-23
1.3. Le Père certifie le Fils (verset 37a)

Jésus dit que le père en personne Lui a rendu témoignage. Jésus fait référence à ce qui s'est passé lorsqu'il a été baptisé par Jean-Baptiste :

dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l'eau. Et voici, les cieux s'ouvrirent, et il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles : celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection.
Matthieu 3 : 16-17

Nous voyons ici la trinité : l’unité indissociable du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Il y a beaucoup de choses à dire sur le baptême de Jésus (étude ici), mais nous nous intéresserons surtout au fait que le Père atteste que Jésus est le Messie. Son baptême était un événement public donc, tous ceux qui étaient présents ont entendu la voix venant du ciel. Parmi les présents, il y avait notamment les pharisiens et les sadducéens (leaders religieux) mais, malgré cela, ils sont restés dans leur endurcissement.

Ainsi, Jésus a exposé trois témoignages différents dont le but est d'attirer à Lui les âmes. Les trois témoignages sont présentés de manière ordonnée :

  • Du terrestre vers le céleste (un homme, actions divines vues des hommes, Dieu).
  • Du temporel vers l'éternel (un homme décapité, des miracles qui ont continué avec les apôtres, l'Éternel)

Tous ces témoins ont été présentés afin que nous soyons sauvés d'après la Parole de Dieu.

2. Description de ceux qui ont rejeté la grâce

Les chefs religieux juifs avaient un héritage extraordinaire du fait qu'ils étaient juifs :

… qui sont Israélites, à qui appartiennent l'adoption, et la gloire, et les alliances, et la loi, et le culte, et les promesses, et les patriarches, et de qui est issu, selon la chair, le Christ, qui est au-dessus de toutes choses, Dieu béni éternellement. Amen !
Romains 9 : 4-5

Tout cela faisait que leur quotidien était imprégné de Dieu. Mais, Jésus va leur montrer que la seule chose qui compte est de venir à Lui et non l'héritage cultuel. Ce qui est important, c'est que le cœur soit soumis à l'autorité de Christ et non pas que la vie de tous les jours soit remplie d'actes religieux.

2.1. Les sens éteints (verset 37b)

Jésus leur reproche de n'avoir jamais entendu ni vu son Père bien que leur religion soit tournée vers le vrai Dieu. Ce reproche peut étonnant car Dieu est esprit (Jean 4 : 24).

Il y en a un autre qui a demandé à Jésus de montrer le Père, c'est Philippe. Voyons comment Jésus a accordé sa requête :

Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit. Jésus lui dit : il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m'as pas connu, Philippe ! Celui qui m'a vu a vu le Père ; comment dis-tu : montre-nous le Père ? Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; et le Père qui demeure en moi, c'est lui qui fait les œuvres. Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi ; croyez du moins à cause de ces œuvres.
Jean 14 : 8-9

La réponse de Jésus est : tu as vu le Père parce que je suis Dieu.

Nous comprenons pourquoi l'apôtre Jean nous dit :

Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains sont touché, concernant la parole de vie, — car la vie a été manifestée, et nous l'avons vue et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée, — ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous. Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus Christ.
1 Jean 1 : 1-3

Dieu est vivant et il s'est manifesté physiquement en la personne de Jésus-Christ afin que nous soyons sauvés et que nous soyons en pleine communion avec Lui.

Mais, les chefs religieux ont fermé leurs cinq sens et n’ont donc jamais été en communion avec le Père bien que Jésus était au milieu d'eux, selon qu'il est écrit :

car le cœur de ce peuple est devenu insensible ; ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, De peur qu'ils ne voient de leurs yeux, qu'ils n'entendent de leurs oreilles, Qu'ils ne comprennent de leur cœur, Qu'ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse.
Matthieu 13 : 15
2.2. La Parole de Dieu refoulée (verset 38-40)

Jésus leur reproche de ne pas croire en Lui, de ne pas venir à Lui. Cela est normal parce qu'ils ne veulent pas se soumettre à la Bible. La conséquence est que l'enfer sera leur destinée finale au lieu de la vie éternelle à laquelle ils aspirent.

Relevons qu'étudier la Bible comme une œuvre littéraire ou comme un livre mystique n'est pas la bonne démarche pour trouver la vie éternelle. La seule bonne manière d'aborder les Saintes Écritures est de la considérer comme la Parole de Dieu et donc de la lire avec le désir de s'y soumettre.

Il est intéressant de comparer la manière dont ces juifs religieux étudient la Bible et la manière des juifs de la ville de Bérée :

aussitôt les frères firent partir de nuit Paul et Silas pour Bérée. Lorsqu'ils furent arrivés, ils entrèrent dans la synagogue des Juifs. Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique ; ils reçurent la parole avec beaucoup d'empressement, et ils examinaient chaque jour les Écritures, pour voir si ce qu'on leur disait était exact. Plusieurs d'entre eux crurent, ainsi que beaucoup de femmes grecques de distinction, et beaucoup d'hommes.
Actes 17 : 10-12

Les juifs de Bérée ont eu la bonne attitude : confronter ce qui a été dit oralement de Jésus-Christ à ce qui est écrit dans la Bible (l'Ancien Testament en l'occurrence).

Ainsi, le moyen de venir au Messie pour avoir la vie éternelle est de se soumettre à la Bible.

Sans cela, l'étude de la Bible amènera à la même destination que les juifs contemporains de Jésus : ne jamais croire, ne jamais venir à Jésus et jamais avoir la vie éternelle.

En effet, enlever Jésus-Christ de la Bible n'a aucun sens puisque Jésus est la Parole de Dieu, c'est-à-dire, Sa pensée et toute Sa sagesse, selon qu'il est écrit :

Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.
Jean 1 : 1

De plus, chercher la vie éternelle sans Jésus n'a pas de sens car Il est la vie, selon qu'il est écrit :

Jésus lui dit : je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ;
Jean 11 : 25

Alors, étudions la Bible pour y trouver la vie éternelle en ayant bien à l'esprit que c'est Jésus qui est la source de toute chose.

2.3. La gloire de Dieu rejetée (versets 41-44)

Jésus met le doigt sur le vrai problème : il n'aime pas Dieu. La vérité est qu'ils préfèrent être glorifiés des hommes au lieu de glorifier Dieu.

Ainsi, Jésus leur reproche de se flatter mutuellement car comme cela ils sont honorés ici bas. Dans l'inconscience collective de cette époque, une personne populaire est forcément une personne religieuse. Alors, ils ont opté pour une vie religieuse afin d'avoir la gloire des hommes.

Sachons qu'être glorifié des hommes est bien vain, selon qu'il est écrit :

gardez-vous de pratiquer votre justice devant les hommes, pour en être vus ; autrement, vous n'aurez point de récompense auprès de votre Père qui est dans les cieux […]Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense.
Matthieu 6 : 1 & 5

Jésus invite son auditoire à chercher la récompense éternelle qui se trouve auprès de Dieu et non la vaine récompense temporaire qui se trouve dans la gloire des hommes.

Ce qui est triste dans le comportement des adversaires de Jésus est qu'ils ont négligé l'amour que Dieu leur a manifesté ouvertement. Cet amour avait été prophétisé depuis l'époque de Moïse, selon qu'il est écrit :

l'Éternel, ton Dieu, t'a choisi… parce que l'Éternel vous aime
Deutéronome 7 : 6-8

Cet amour a été ensuite proclamé et accompli par Jésus :

car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.
Jean 3 : 16

Ainsi, Dieu a prouvé son amour à son peuple et notre part est juste de répondre à cet amour par la foi. Attention à ne pas être orgueilleux comme les pharisiens qui ont préféré attirer la gloire sur eux que donné gloire à Dieu.

2.4. La liberté refusée (versets 45-47)

Ceux qui contestaient l'autorité s'appuyaient sur Moïse, ou plus précisément sur la Loi que Dieu a donné par Moïse (Torah). En cela, ils pensaient avoir l'autorité absolue sur terre.

Mais, Jésus leur dit que c'est cette même Loi qui les accusera. Il vient de leur expliquer que c'est Lui qui sera le juge et les principaux chefs d'accusation sont écrits dans la Torah.

En effet, nul ne sera justifié devant Dieu d'après la Loi de Moïse selon qu'il est écrit :

car tous ceux qui s'attachent aux oeuvres de la loi sont sous la malédiction ; car il est écrit : Maudit est quiconque n'observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique. Et que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu'il est dit :
Le juste vivra par la foi.
Galates 3 : 10-11

La Loi a surtout été écrite pour définir ce que Dieu considère comme mal, selon qu'il est écrit :

pourquoi donc la loi ?
Elle a été donnée ensuite à cause des transgressions, jusqu'à ce que vînt la postérité à qui la promesse avait été faite.
Galates 3 : 19

La Loi n'a donc aucun pouvoir d'amener qui que ce soit au salut mais elle a été donné pour :

  • Comprendre la sainteté de Dieu.
  • Comprendre que tout le monde a besoin de demander à Dieu de lui grâce.

Ce but est expliqué par l'auteur de l'Épître aux Hébreux :

il y a ainsi abolition d'une ordonnance antérieure, à cause de son impuissance et de son inutilité, — car la loi n'a rien amené à la perfection, — et introduction d'une meilleure espérance, par laquelle nous nous approchons de Dieu.
Hébreux 7 : 18-19

La meilleure espérance dont il est question ici est que le salut est un don gratuit de Dieu. Il s'obtient désormais par la foi en Jésus-Christ.

Dans toutes les religions humaines, il est question d'accomplir de bonnes œuvres en vue de s'approcher de Dieu. Cela représente la façon de vivre la foi selon les juifs qui étaient dans l'erreur. Mais, avec Jésus-Christ, le pécheur est justifié sans accomplir la moindre bonne action en vue de pratiquer une vie juste qui plaît à Dieu, selon qu'il est écrit :

Mais Dieu qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés) ; il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ, afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus Christ. Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions.
Éphésiens 2 : 4-10

Ainsi, attention à ne pas rester sous l'esclavage du péché en pensant s'affranchir par la pratique de Loi ! Notre seul moyen de devenir libre, c'est de nous confier par la foi en Jésus-Christ, selon qu'il écrit :

si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres.
Jean 8 : 36

Conclusion

Jésus sera à la fin du monde le juge des âmes. C'est Lui qui décidera dans sa justice de donner la vie éternelle ou de condamner pour l'éternité. Or, sans mettre sa confiance et son obéissance en Jésus-Christ, la Loi de Moïse nous a déjà condamnés à l'avance si nous avons commis ne serait-ce qu'un seul péché dans le passé !

Mais, aujourd'hui encore, Jésus veut nous sauver de l'enfer ; il veut nous attirer à Lui car Il veut nous donner la vie éternelle, selon qu'il écrit :

car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur.
Romains 6 : 23

Pour nous convaincre de nous placer sous son autorité, Dieu a suscité des témoins :

  • Jean-Baptiste.
  • Les miracles.
  • Le père Lui-même.

Tous ces témoins attestent que Jésus est le Christ et que nous devons le considérer en tant que tel pour le salut de nos âmes.