Jean 2 : 13-25

La Pâque des Juifs était proche, et Jésus monta à Jérusalem. Il trouva dans le temple les vendeurs de bœufs, de brebis et de pigeons, et les changeurs assis. Ayant fait un fouet avec des cordes, il les chassa tous du temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il dispersa la monnaie des changeurs, et renversa les tables ; il dit aux vendeurs de pigeons :
Ôtez cela d'ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic.
Ses disciples se souvinrent qu'il est écrit :
Le zèle de ta maison me dévore.
Les Juifs, prenant la parole, lui dirent :
Quel miracle nous montres-tu, pour agir de la sorte ?
Jésus leur répondit :
Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai.
Les Juifs dirent :
Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce temple, et toi, en trois jours tu le relèveras !
Mais il parlait du temple de son corps. C'est pourquoi, lorsqu'il fut ressuscité des morts, ses disciples se souvinrent qu'il avait dit cela, et ils crurent à l'Écriture et à la parole que Jésus avait dite.
Pendant que Jésus était à Jérusalem, à la fête de Pâque, plusieurs crurent en son nom, voyant les miracles qu'il faisait. Mais Jésus ne se fiait point à eux, parce qu'il les connaissait tous, et parce qu'il n'avait pas besoin qu'on lui rendît témoignage d'aucun homme ; car il savait lui-même ce qui était dans l'homme.

Introduction

La Bible dit à propos de la véritable lumière, c'est-à-dire Jésus-Christ :

mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu
Jean 1 : 12

Ce verset montre les deux éléments dans une vie qui mènent une personne à être adoptée par Dieu : il faut recevoir Christ et croire en son nom.

La Bible dit souvent que celui qui croit au nom de Jésus-Christ est sauvé de l'enfer. Mais, nous vivons dans une société où les mots ont besoin d'être définis, et le verbe « croire » en fait partie. En effet, il y a plusieurs manières de croire et si nous croyons de la mauvaise manière, le paradis ne sera pas sa destinée.

Cette étude cherche donc à bien définir la croyance qui sauve. Nous verrons que cette croyance salvatrice est de recevoir Jésus comme le Messie que l'Ancien Testament annonçait ; car si une personne croit en Jésus de la mauvaise manière, c'est parce qu'elle espère quelque chose qui ne coïncide pas avec la charge du Messie.

La Bible décrit le Messie et ses œuvres. Nous devons espérer dans ce Messie pour l'identifier le jour où il viendra. Accueillir le Messie c'est croire ce que les Écritures annonçaient à l'avance à son sujet : tous les hommes sont des pécheurs et donc méritent la mort. Notre seule espérance est d'attendre le Messie pour qu'Il nous sauve. Une fois identifié, il est possible de mettre notre confiance en Lui pour qu'il nous délivre du jugement juste de Dieu.

Croire en Jésus, c'est confesser que Jésus de Nazareth est ce Messie tant attendu. Croire en Jésus, c'est reconnaître qu'Il a été conforme à la description de l'oint de l'Éternel faite dans l'Ancien Testament ; Il a été conforme dans ses actes, dans ses paroles ou dans son caractère.

Nous pouvons donc croire que Jésus est le nom par lequel nous serons sauvés.

1. La description du Messie dans l'Ancien Testament

Pour bien définir la croyance qui permet de devenir enfant de Dieu, nous devons nous rappeler quelle espérance le Messie comblera car recevoir le Messie que l'Ancien Testament dépeint est équivalent à mettre notre espérance en Lui.

Prenons un extrait du Psaume 38, qui montre bien ce qu'un homme peut attendre du Messie :

Éternel ! c'est en toi que j'espère ; tu répondras, Seigneur, mon Dieu ! Car je dis : ne permets pas qu'ils se réjouissent à mon sujet, Qu'ils s'élèvent contre moi, si mon pied chancelle ! Car je suis près de tomber, Et ma douleur est toujours devant moi. Car je reconnais mon iniquité, Je suis dans la crainte à cause de mon péché. Et mes ennemis sont pleins de vie, pleins de force ; ceux qui me haïssent sans cause sont nombreux. Ils me rendent le mal pour le bien ; ils sont mes adversaires, parce que je recherche le bien. Ne m'abandonne pas, Éternel ! Mon Dieu, ne t'éloigne pas de moi ! Vient en hâte à mon secours, Seigneur, mon salut !
Psaume 38 : 16-23

Nous pouvons simplement relever quelques idées clés :

1.1. Par rapport aux problèmes

Nous lisons que les problèmes sont liés à ces éléments :

  • Le péché, source de tous les maux (... car je reconnais mon iniquité...)
  • Même le bien que nous faisons ne suffit pas à nous sauver (... je recherche le bien...)
  • Les conséquences du péché (... chute, douleur, crainte...)

De nos jours, le problème est toujours présent. Le péché dans notre vie est la source de tous nos maux. Ce n'est pas avec nos bonnes actions sporadiques que les conséquences tragiques seront enlevées. Si nous continuons dans cette voie, la fin sera terrible. Recevoir le Messie de la Bible, c'est comprendre que Dieu veut régler par son Fils le péché dans nos vies. Dieu veut que nous nous détachions du péché pour nous attacher à ce qui est saint.

1.2. Par rapport à la solution

Nous lisons que la solution est liée à ces éléments :

  • Comprendre que Dieu seul peut sauver (... c'est en toi que j'espère...)
  • Se repentir (... car je reconnais mon iniquité...)
  • Compter sur sa réponse (... Tu répondras...)

Comme au temps de David, la solution est le même : tourner les yeux vers le ciel et crier à Dieu que nous sommes à bout de force ! Cela commence par reconnaître nos péchés. La Bible dit que dans sa grâce, Dieu entend notre usure et qu'Il changera notre vie. Recevoir le Messie, c'est comprendre que Dieu nous écoutera uniquement à travers Jésus-Christ. Et sa réponse à notre vrai problème (le péché) est Jésus-Christ.

1.3. Par rapport à l'aboutissement

Nous lisons que l'aboutissement est lié à ces éléments :

  • Les conséquences du péché sont effacées (... mon secours...)
  • La communion avec Dieu est rétablie (... ne t'éloigne pas...)
  • Vivre pour toujours au paradis (... mon salut...)

L'aboutissement de la foi en Jésus-Christ est que Dieu ne se souviendra plus de nos péchés et donc, notre communion avec Lui sera rétablie pour toujours. Recevoir le Messie, c'est suivre Jésus-Christ dans sa mort et dans sa vie.

Un homme doit attendre du Messie qu'Il accomplisse le plan de secours de Dieu. Si vous êtes usés par vos péchés, à la lumière de la Bible, espérez dans le Messie car c'est par Lui que Dieu veut vous sauver.

Voilà l'espérance qui habitait dans le cœur des disciples avant de rencontrer Jésus : qui sera le Messie qui me délivrera de mes propres péchés ?

2. Christ, l'accomplissement des Écritures

Si nous revenons à Jean 2, les versets 13 à 17, nous voyons que Jésus monte à Jérusalem pour célébrer la Pâque. Mais en arrivant, il voit que le temple est devenu un lieu de trafic et cela le met dans une sainte colère. Jésus est atterré parce que les hommes ont détourné la fonction première du temple.

Pourquoi Dieu a-t-il permis que les hommes Lui construisent un temple ?
Les hommes, de par leur rébellion contre Dieu, ont un moyen (culte au temple) de retrouver leur relation avec Dieu. En sacrifiant des animaux au temple, ils illustrent qu'un innocent a payé le prix de leurs péchés ; par conséquent, le pécheur redevenait juste devant celui qui juge les âmes.

La Bible dit bien que les sacrifices tirés de la Torah n'étaient qu'une illustration de ce que le Messie allait accomplir, selon qu'il est écrit :

en effet, la loi, qui possède une ombre des biens à venir, et non l'exacte représentation des choses, ne peut jamais, par les mêmes sacrifices qu'on offre perpétuellement chaque année, amener les assistants à la perfection.
Hébreux 10 : 1
Car, par une seule offrande, il (Jésus) a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés.
Hébreux 10 : 14

Ainsi, la seule chose que Christ avait à cœur était de délivrer les hommes du jugement du péché pour les amener à la perfection. Alors, il est compréhensible que le Seigneur déploie tant d'énergie pour expulser tous ces trafiquants du temple : c'est un lieu où Dieu donne gratuitement sa grâce et les hommes ont voulu prendre une commission.
En effet, les changeurs fournissaient la monnaie légale pour le temple contre d'autres monnaies. C'était un commerce licite, mais sujet à l'abus, car il offrait la tentation de taux de change exorbitant.

Quelle est la réaction des disciples ?
Ils ont tout de suite fait le rapprochement avec les Écritures en pensant au verset suivant :

je suis devenu un étranger pour mes frères, Un inconnu pour les fils de ma mère. Car le zèle de ta maison me dévore, Et les outrages de ceux qui t'insultent tombent sur moi.
Psaume 69 : 9-10

Ce verset tiré des psaumes montre que le Messie sera totalement à contre-courant pour ses contemporains parce qu'à la différence de ces derniers, il sera zélé pour la maison de Dieu ; c'est-à-dire que la raison d'être du temple aura beaucoup d'importance à ses yeux.

C'est exactement ce qui se passe dans cette scène qui a surpris plus d'une personne j'imagine. Si Jésus crée un incident, la raison est claire : il veut protéger la maison de son Père. Notons bien qu'Il n'avait pas agi pour Lui-même, Il ne recherche aucune gloire de cela mais, il agit par idéal. De ce fait, il est normal que les disciples lui attribuent l'accomplissement du psaume 69 : 10. Cela signifie que les disciples espéraient que lorsque le Messie viendra, il rétablira le bon fonctionnement du temple, étant eux-mêmes indignés par ce commerce.

Nous voyons donc là que les disciples avaient la foi qui sauve : ils ont vu en Jésus de Nazareth l'accomplissement des Écritures. D'un point de vue théorique, les disciples espéraient que le Messie mettrait définitivement fin à leurs vies de pécheur en purifiant la pratique du culte au temple, et dans la pratique, ils ont mis un nom à ce divin sauveur : Jésus.

Comme les disciples, croyez-vous que c'est Jésus qui réalise le plan de salut ? Si oui, sur quel critère croyez-vous cela ?

Comme les disciples, soyons versés dans toutes les Écritures pour nous rendre à l'évidence que Jésus est le Christ. Si nous croyons que Jésus est le Christ, alors c'est cette croyance-là qui nous sauvera et notre espérance d'être trouvé juste devant Dieu sera comblée.

3. La preuve ultime : La résurrection

Nous voyons aux versets 18 à 22 que les chefs religieux qui ont assisté à la scène ne croyaient pas que Jésus était le Messie. Alors, ils Lui demandent un miracle pour montrer que l'autorité qui Lui permet d'agir ainsi est bien divine.

La réponse de Jésus est surprenante, et la Parole montre bien que même ces disciples n'avaient pas compris : il a répondu que le miracle qu'Il fera est de reconstruire le temple en trois jours.
Le verset 21 donne le sens du message de Jésus : il parlait de son corps.

En effet, chaque fois que les juifs lui demandent un miracle, il annonce sa mort et sa résurrection :

Alors quelques-uns des scribes et des pharisiens prirent la parole, et dirent : Maître, nous voudrions te voir faire un miracle. Il leur répondit :
Une génération méchante et adultère demande un miracle ; il ne lui sera donné d'autre miracle que celui du prophète Jonas. Car, de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre d'un grand poisson, de même le Fils de l'homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre.
Matthieu 12 : 38-40

Ainsi, non seulement Jésus a accompli les Écritures passées, mais en plus il a accompli ses propres Paroles.

Pourquoi Jésus parle-t-il de sa mort de sa résurrection lorsque son auditoire lui demande un miracle ?

  • Premièrement, Sa résurrection est la preuve que Dieu a voulu donner pour prouver que Jésus est le Messie, selon qu'il est écrit :
    ... ce dont il a donné à tous une preuve certaine en le ressuscitant des morts...
    Actes 17 : 31
  • Deuxièmement, sa résurrection est le moyen pour que Jésus puisse accomplir la mission qui lui a été confiée : racheter pour Dieu des pécheurs ; selon qu'il est écrit :
    tu (Jésus) as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation
    Apocalypse 5 : 9
  • Troisièmement, Jésus demande à ses vrais disciples de faire la même chose de leur vivant : mourir à soi-même pour vivre pour Christ ; selon qu'il est écrit :
    En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais, s'il meurt, il porte beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle.
    Jean 12 : 24-25

Quelle est la réaction des disciples ?

En entendant la réponse de Jésus, ils n'ont rien compris ; mais après coup, ils se sont souvenus et ils ont cru. Il est intéressant de constater que les disciples ont cru les Écritures et les Paroles de Jésus. Aujourd'hui, tout cela est consigné dans un seul Écrit : la Bible.

Nous voyons une deuxième fois que les disciples avaient la foi qui sauve : ils ont vu en Jésus de Nazareth l'accomplissement des Écritures. C'est vraiment Lui qui comblera l'espérance que les disciples ont mise dans le Messie.

La Bible décrit comment Dieu donnera une nouvelle vie dans son paradis et que cette joie durera éternellement. Croire que cette nouvelle vie aura comme base Jésus en tant que Seigneur, fera connaitre Jésus le sauveur.

4. Attention aux fausses croyances qui mènent à la perdition

Les versets 23 à 25 sont très surprenants. La Bible relate qu'un certain nombre de personnes ont cru au nom de Jésus mais le passage laisse penser qu'ils n'étaient pas pour autant sauvés.

Quelle différence y a-t-il entre ces personnes et les disciples ?
La différence entre eux est que ces nouveaux adeptes n'ont jamais reçu le Messie décrit par la Bible :

  • Le problème du péché n'est pas un point gênant dans leur vie
  • Comme ils ne se sentent pas perdus, ils ne se tournent pas vers Dieu
  • Comme ils ne sentent pas leur misère, ils n'espèrent rien du Messie

Pourtant, ils ont décidé de croire au nom de Jésus !

Ce genre de personne est totalement guidé par leurs impulsions. Lorsque Jésus a fait des miracles, il est tout à fait normal que les gens accourent pour voir. Ils ne viennent pas au-devant du Roi des rois pour se soumettre et se laisser transformer mais ils viennent voir un spectacle.

En effet, s'ils venaient voir Jésus, le Christ, cela supposerait qu'ils laisseraient une chance au Messie de réformer leur vie mais ce n'est pas le cas : ils ne veulent pas être transformés car ils aiment trop leur vie de péché et ils n'en voient même plus la ruine qu'elle leur apporte.

À quelle occasion se dévoilent les mauvaises croyances ?
Les mauvaises croyances se dévoilent le jour où Jésus veut entrer pleinement dans le cœur de la personne pour avoir une communion personnelle : elle préfère se retirer de Lui, fuir loin de Lui et sa Parole ; selon qu'il est écrit :

Dès ce moment, plusieurs de ses disciples se retirèrent, et ils n'allaient plus avec lui (Jésus)
Jean 6 : 66

Dans le contexte de ce verset, Jésus dit que le vrai disciple, c'est celui qui mange son corps et boit son sang. Jésus voulait dire par là qu'Il voulait vraiment faire un avec le disciple. Mais, la fausse foi, celle qui mène à la perdition, est une foi uniquement de groupe, c'est juste le suivi d'un mouvement de foule. Mais quand Christ arrive à la personne et qu'il veut entrer personnellement dans son cœur, elle se désiste et préfère tout oublier.

La Bible parle de disciples qui ont avancé un temps avec le Seigneur et au moment de prendre la décision d'accepter la communion intime de Jésus, ils se retirent. Ces gens-là n'ont jamais reçu le Messie décrit par les Écritures et n'ont jamais connu la croyance qui sauve. C'est toujours triste de voir des personnes qui s'avancent un peu et qui en fin de compte, par amour pour leur vie sur cette terre, retournent à la vie qui les a dégoutés lorsqu'ils ont entendu le message de l'Évangile, selon qu'il est écrit :

en effet, si, après s'être retiré des souillures du monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus Christ, ils s'y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première. Car mieux valait pour eux n'avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l'avoir connue, du saint commandement qui leur avait été donné. Il leur est arrivé ce que dit un proverbe vrai : le chien est retourné à ce qu'il avait vomi, et la truie lavée s'est vautrée dans le bourbier.
2 Pierre 2 : 22

Le vomi du chien et le bourbier représentent le péché. Ces gens-là sont retournés à leur péché passé.

Conclusion

Comment Jésus les considère-t-Il ?

La Parole rapporte que Jésus ne se fiait pas en eux. Jésus n'est pas venu sur terre pour avoir un maximum de disciples mais Il est venu sauver ceux qui se savent malades.

Peut-être que vous êtes lassés de votre vie et vous savez que c'est votre méchanceté qui est la source : ce n'est pas le voisin, ce n'est pas les parents ni votre situation matérielle mais vous savez très bien que c'est votre cœur rebelle...

Peut-être que vous vous dites qu'il doit y avoir un Dieu là-haut qui a pitié...

Alors, dites-lui votre lassitude, confessez à Dieu vos péchés et il vous répondra. Sa réponse, Il l'a consigné dans un livre qui s'appelle la Bible. En la lisant, vous verrez que Dieu voit votre état et il veut vous sauver de là par son Fils, Jésus-Christ.

Cette croyance, vous la trouverez en lisant la Bible (en commençant par exemple en lisant tout l'Évangile de Jean), selon qu'il est écrit :

ainsi la foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la parole de Christ.
Romains 10 : 17