Jacques 5 : 13-18

Quelqu'un parmi vous est-il dans la souffrance ? Qu'il prie. Quelqu'un est-il dans la joie ? Qu'il chante des cantiques.
Quelqu'un parmi vous est-il malade ? Qu'il appelle les anciens de l'Église, et que les anciens prient pour lui, en l'oignant d'huile au nom du Seigneur ; la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera ; et s'il a commis des péchés, il lui sera pardonné. Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficace.
Élie était un homme de la même nature que nous : il pria avec instance pour qu'il ne plût point, et il ne tomba point de pluie sur la terre pendant trois ans et six mois. Puis il pria de nouveau, et le ciel donna de la pluie, et la terre produisit son fruit.

Introduction

La fin de l'Épître de Jacques donne un enseignement sur la prière. Il prend pour exemple le prophète Élie car il est un homme de la même nature que nous : cela signifie qu'Élie n'avait pas un pouvoir extraordinaire. Ce n'est pas par une force mystique qu'il fit arrêter de pleuvoir pendant trois ans et demi mais simplement parce que sa prière a été exaucée par le Tout-Puissant.

Jacques invite chaque chrétien à prier parce que le même Dieu qui a entendu Élie est le même aujourd'hui. Il prête la même attention à ses serviteurs et il est toujours prêt à les faire participer à son royaume en déployant Sa puissance.

Ainsi, si nous le prions selon sa Parole, Il exaucera nos prières.

Nous allons donc voir premièrement dans ce billet le contexte où Élie est mentionné. Cela donnera de bonnes bases pour étudier les quatre types de prière :

  • La prière solitaire.
  • Les cantiques.
  • La prière des anciens.
  • La prière des frères et sœurs.

Nous verrons ainsi que Dieu exhausse ses serviteurs, car ils sont attachés à la Bible.

1. La prière d'Élie

Élie était un prophète. Son rôle était donc de rapporter aux hommes un message confié par Dieu. En l'occurrence, il devait rencontrer le roi Achab pour lui signifier la colère de Dieu :

Élie, le Thischbite, l'un des habitants de Galaad, dit à Achab : L'Éternel est vivant, le Dieu d'Israël, dont je suis le serviteur ! il n'y aura ces années-ci ni rosée ni pluie, sinon à ma parole.
1 Roi 17 : 1

Et la pluie cessa de tomber pendant trois années et la famine a été grande dans toute la Samarie. Après cela, le Seigneur a encore parlé à Élie :

Bien des jours s'écoulèrent, et la parole de l'Éternel fut ainsi adressée à Élie, dans la troisième année : va, présente-toi devant Achab, et je ferai tomber de la pluie sur la face du sol.
1 Roi 18 : 1

Comme à son habitude, Élie obéi à la Parole de Dieu et Dieu accomplit Sa Parole : la pluie tomba après la prière d’Élie. C'est donc dans ce cadre-là qu'Élie est montré comme exemple de prieur : il a écouté la Parole de Dieu et en tant que serviteur, il a obéi.

Que signifie obéir ?
Il ne s'est pas contenté de son divin mandat pour montrer à tous sa puissance, non ! Il a prié. De plus, le contenu de sa prière comportait uniquement des propos que Dieu lui a confiés pour sa mission.

Dans ce cas, est-il surprenant que Dieu exhausse Élie ?
Cela n'est pas étonnant car il est normal que Dieu agisse comme il a dit, selon qu'il est écrit :

À toujours, ô Éternel ! Ta parole subsiste dans les cieux.
Psaumes 119 : 89

Jésus dit encore :

le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.
Matthieu 24 : 35

Ainsi, cela nous invite à réfléchir sur le contenu de nos prières. Un mauvais contenu est basé sur notre égo-centrisme comme Jacques précise plus haut dans sa lettre :

vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions.
Jacques 4 : 3

Ces prières adressées à Dieu pour satisfaire nos passions naissent parce que la personne n'est pas disposée à servir Dieu. Les intérêts de Dieu ne sont absolument pas ses priorités. Seul compte pour cette personne son envie de combler ce que sa nature pécheresse l'incite à vivre. Or, il est écrit :

or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution, l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu.
Galates 5 : 19-21

Si nous n'avons pas un cœur de serviteur et que nous côtoyons Dieu par les Saintes Écritures, nos prières se réduiront à demander des requêtes pour assouvir nos mauvais désirs et elles ne seront pas entendues.

Il n'en est pas ainsi du serviteur. Le serviteur médite dans son cœur la Parole de Dieu et cela s'entend dans sa bouche, même au moment de la prière.

Sa prière est imprégnée de la Parole de Dieu et à l'exemple du prophète Élie, ses désirs sont cachés derrière ceux de Dieu. Or, comme Dieu est fidèle à sa Parole, Il exauce la prière de celui qui cherche à Lui plaire, selon qu'il est écrit :

ne t'irrite pas contre les méchants, N'envie pas ceux qui font le mal. Car ils sont fauchés aussi vite que l'herbe, Et ils se flétrissent comme le gazon vert. Confie-toi en l'Éternel, et pratique le bien ; aie le pays pour demeure et la fidélité pour pâture. Fais de l'Éternel tes délices, Et il te donnera ce que ton coeur désire. Recommande ton sort à l'Éternel, Mets en lui ta confiance, et il agira.
Psaume 37 : 5

Élie est un exemple de prieur car il a mis en pratique ces quelques versets :

  • Il n'a pas perdu son temps à haïr ceux qui en voulaient à sa vie.
  • Il s'est confié en Dieu et cela s'est vu par son obéissance.
  • Il a aimé ce que Dieu a aimé.

Au vu de cela, Dieu a agi. Sommes-nous comme Élie, des prieurs fidèles à la Parole de Dieu ? Connaissons-nous la volonté de Dieu pour savoir comment prier ?

2. La prière

Revenons au passage de la lettre de Jacques et voyons son exhortation à la prière.

2.1. La prière solitaire (verset 13)

Il est écrit que si quelqu'un souffre, qu'il prie.

Ici, les souffrances n'incorporent pas la maladie physique car elle est évoquée plus loin. Les souffrances concernent tout ce qui chagrine le cœur. Il y a tant de raisons d'être abattu et la Parole de Dieu invite le chrétien à prier.

La difficulté lorsque nous souffrons, c'est de savoir si c'est pour une bonne raison ou non. Le pire pour le chrétien est de se sentir coupable de souffrir pour tel ou tel motif ; la tempête dans le cœur n'en est que plus grande. C'est justement dans ce cas qu'il faut davantage prier en s'aidant de la Bible.

Premièrement, la Parole nous dit :

Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu'une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager âme et esprit, jointures et moelles ; elle juge les sentiments et les pensées du cœur.
Hébreux 4 : 12

Cela signifie que lorsque nous prions avec l'aide de la Bible, Dieu nous éclaire sur ce qui vient de nous et sur ce qui vient de Lui. La Bible sépare ce que le Saint-Esprit dit à notre esprit de ce que notre nature pécheresse propose.

Dans la souffrance, la prière biblique sépare l'orgueil de l'amour, les excuses de nos manquements, la convoitise du zèle…

De ce fait, nous constatons parfois que la souffrance vient d'un péché. Mais, avec l'aide des promesses du Seigneur, nous avons les moyens de revenir vers Lui, selon qu'il est écrit :

en effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais, tandis que la tristesse du monde produit la mort.
2 Corinthiens 7 : 10

Dans d'autres cas, nous n'avons rien à nous reprocher car nous ne faisons que partager les souffrances de Jésus-Christ, lorsqu'Il était triste pour Jérusalem, selon qu'il est écrit :

comme il approchait de la ville, Jésus, en la voyant, pleura sur elle, et dit : si toi aussi, au moins en ce jour qui t'est donné, tu connaissais les choses qui appartiennent à ta paix ! Mais maintenant elles sont cachées à tes yeux.
Luc 19 : 41

Nous aussi sommes parfois tristes pour nos biens aimés qui ne veulent pas venir à Jésus.

Dans tous les cas, nous avons besoin de ne pas perdre trop de temps sur le sujet de la souffrance elle-même mais, nous devons ouvrir la Bible pour savoir implorer le secours du Seigneur. De la sorte, notre prière sera écoutée car nous ne faisons que demander à Dieu ce qu'Il a écrit Lui-même.

2.2. La prière chantée (verset 13)

Il est écrit que si quelqu'un est dans la joie, qu'il chante.

Le chant n'est pas un art comme les autres dans la Bible car c'est un art qui verbalise l'œuvre de Dieu. Les cantiques de Moïse nous donnent la vision de Dieu sur ce point.

Nous voyons que les cantiques sont créés pour bénir l'Éternel, c'est-à-dire pour exprimer ses biens faits ; notamment la délivrance, selon qu'il est écrit :

Alors Moïse et les enfants d'Israël chantèrent ce cantique à l'Éternel. Ils dirent : je chanterai à l'Éternel, car il a fait éclater sa gloire ; il a précipité dans la mer le cheval et son cavalier.
Exode 15 : 1

Contrairement aux temps de Moïse, nous avons toute la Bible en plus de notre vécu ! Quelle grâce que nos cantiques peuvent inclure autant de sujet de joie !

Moïse a été également inspiré lorsque Dieu a pourvu à leur besoin, selon qu'il écrit :

de là ils allèrent à Beer. C'est ce Beer, où l'Éternel dit à Moïse : rassemble le peuple, et je leur donnerai de l'eau. Alors Israël chanta ce cantique : Monte, puits ! Chantez en son honneur !
Nombre 21 : 16-17

Avec l'aide de la Bible, notre joie est d'autant plus parfaite que nous savons quels sont les vrais sujets de joie. La samaritaine s'est réjouie dans un premier temps parce qu'elle pensait avoir de l'eau en abondance, mais elle a pu expérimenter la vraie joie : son salut ainsi que celui de tout son village.

Un cantique sert aussi à sceller un enseignement, selon qu'il est écrit :

en ce jour-là, Moïse écrivit ce cantique, et il l'enseigna aux enfants d'Israël.
Deutéronome 31 : 19

Quelle joie pour le chrétien quand il a saisi de nouvelles vérités bibliques ! Quand un cantique traite du sujet, nous le chantons plus de la même manière, n'est-ce pas ?

C'est trois exemples montrent les sujets de joie que le Saint-Esprit inspire aux chrétiens d'exprimer :

  • La victoire, la délivrance.
  • La grâce de Dieu, Sa miséricorde, Sa bonté.
  • Le fait de mieux le connaître.

Chanter un cantique lorsque nous sommes dans la joie permet de rester à notre place d'adorateur et de rejeter tout orgueil.

L'avantage des cantiques, c'est qu'ils sont facilement mémorisables : cela permet de montrer à toutes les générations la grandeur de Dieu. En effet, les cantiques de Moïse seront repris car Dieu délivre toujours son peuple, Il pourvoie toujours et Il enseigne toujours, comme il est écrit :

et ils chantent le cantique de Moïse, le serviteur de Dieu, et le cantique de l'agneau, en disant : Tes oeuvres sont grandes et admirables, Seigneur Dieu tout puissant ! Tes voies sont justes et véritables, roi des nations !
Apocalypse 15 : 3
2.3. La prière des anciens (versets 14-15)

Dans ce paragraphe, nous abordons la question de la souffrance physique et dans ce cadre, la Bible explique un rôle des anciens : prier.

Notons que l'onction d'huile était la manière normale de traiter un malade à l'époque. De nos jours, cela reviendrait à soigner une personne par des médicaments. Nous voyons l'utilisation de cette huile dans la parabole du bon Samaritain :

il s'approcha, et banda ses plaies, en y versant de l'huile et du vin ; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui.
Luc 10 : 34

Si l'huile est moyenne scientifique, il y a une chose que les anciens font en plus : ils agissent au nom du Seigneur.

Agir au nom de Jésus n'est pas une formule magique. C'est simplement exprimer que la confiance est surtout mise dans la puissance de Celui qui bravé la mort pour nous. C'est aussi sous-entendre que tout ce qui est fait, surtout à prière, est sur la base des promesses de Dieu. Les anciens peuvent implorer Dieu avec le malade en citant ses Paroles. Nous remarquons que c'est Dieu qui relève, autrement dit, c'est Lui qui guérit dans sa souveraineté.

Il peut s'avérer parfois que :

  • La maladie soit la conséquence d'un péché. Ce temps de prière est aussi un temps pour le malade de demander pardon.
  • Le malade n’est pas sauvé. Ce temps de prière est le moment de donner au malade une occasion de sauver son âme : il peut saisir par la foi le salut en Jésus-Christ.

Le temps de prière est aussi l'occasion pour l'église locale de souffrir avec ceux qui souffrent. Certaines maladies sont telles qu'une personne n'a plus la force de prier. Envoyer une délégation d'anciens permet de soutenir ceux qui sont affaiblis physiquement.

2.4. La prière des uns pour les autres (verset 16)

La Bible nous exhorte enfin à prier les uns pour les autres.

La communion fraternelle ne se réduit pas à fréquenter ensemble le temps du culte. La vraie communion va jusqu'à demander aux uns et aux autres de l'aide pour rester dans les voies du Seigneur.

Cela peut passer par une confession de ses péchés aux frères.

Disons-le tout de suite, cela n'a rien d'obligatoire car il ne faut jamais oublier que Jésus est notre berger et notre avocat : c'est à Lui qu'il faut tout confesser.

Ceci étant dit, ayons assez d'amour pour avoir la capacité d'entendre la confession d'une personne pour pouvoir prier avec elle : de la sorte, nous combattons pour elle et elle combat pour nous.

Cette communion, Jésus l'a voulu lorsque dit :

Père saint, garde en ton nom ceux que tu m'as donnés, afin qu'ils soient un comme nous.
Jean 17 : 11

Attention que la confession de péchés ne salisse pas les frères et sœurs.

En tout cas, ne négligeons pas cet aspect de la communion fraternelle car il en va de la guérison spirituelle. Ce n'est pas parce que certains mouvements abusent de cette pratique que nous devons l'exclure.

Mais une fois de plus, avant de confesser quoi que ce soit, prenons bien garde que la Parole condamne bien tel ou tel péché. Que dans cette communion, la Bible dirige tout échange.

Conclusion

Élie a été pleinement utilisé par Dieu pour montrer sa puissance : commander la pluie. Or, la Bible précise que le prophète était un homme de la même nature que nous. En effet, s'il a pu commander à la pluie de s'arrêter et de revenir, c'est parce que ses prières reprenaient simplement ce que Dieu a dit. C'est en cela qu'il est un exemple d'homme de prière.

Il doit être de même pour nous : quel que soit le sujet de notre prière, nos prières doivent être imprégnées de la Parole de Dieu. Cela nous empêchera de dire des choses fausses à Dieu.

Et c'est ainsi que nous prierons selon Sa volonté et que nous serons exhaussés, selon qu'il est écrit :

autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, Et mes pensées au-dessus de vos pensées. Comme la pluie et la neige descendent des cieux, Et n'y retournent pas Sans avoir arrosé, fécondé la terre, et fait germer les plantes, Sans avoir donné de la semence au semeur Et du pain à celui qui mange, Ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche :
Elle ne retourne point à moi sans effet, Sans avoir exécuté ma volonté Et accompli mes desseins. Oui, vous sortirez avec joie, Et vous serez conduits en paix ; les montagnes et les collines éclateront d'allégresse devant vous, Et tous les arbres de la campagne battront des mains. Au lieu de l'épine s'élèvera le cyprès, Au lieu de la ronce croîtra le myrte ; et ce sera pour l'Éternel une gloire, Un monument perpétuel, impérissable.
Ésaïe 55 : 9-13

Ne tardons donc plus à Lui faire remonter Sa Parole car au passage, Elle aura agi puissamment dans notre vie.