Jacques 1 : 2-25

Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l'épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien.
[…]
Heureux l'homme qui supporte patiemment la tentation ; car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que le Seigneur a promise à ceux qui l'aiment. Que personne, lorsqu'il est tenté, ne dise : c’est Dieu qui me tente. Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne. Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. Puis la convoitise, lorsqu'elle a conçu, enfante le péché ; et le péché, étant consommé, produit la mort.
[…]
Car, si quelqu'un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel, et qui, après s'être regardé, s'en va, et oublie aussitôt quel il était. Mais celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n'étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l’œuvre, celui-là sera heureux dans son activité.

Introduction

Dans cette lettre, Jacques, frère de Jésus, s'adresse aux églises locales où il encourage les frères et sœurs à appliquer la loi de Jésus-Christ.
Que dit cette loi ?

Elle dit que le chrétien deviendra parfait en toute chose par la grâce de Dieu :

  • Devenir parfait dans le combat contre l'épreuve et la tentation.
  • Devenir parfait dans son cœur.
  • Devenir parfait dans sa condition sociale.

La loi basée sur Jésus-Christ est parfaite parce que Dieu a parfaitement équipé ses enfants : Jésus-Christ dans leurs cœurs. Si le chrétien laisse donc la place à son Seigneur pour accomplir cette nouvelle loi, tout ce qu'il fera réussira.

1. La loi de Christ

D'une manière générale, une loi peut être un ensemble d'obligations et d'interdictions pour une population donnée. Pour la Loi de Moïse, le peuple devait s'y plier sous peine de mort, selon qu'il est écrit :

en effet, Moïse définit ainsi la justice qui vient de la loi : l’homme qui mettra ces choses en pratique vivra par elles.
Romains 10 : 5

Cela signifie que pour mériter de vivre, une personne doit s'être acquittée de toutes les propositions qui composent la Torah. Il est évident qu'il est impossible pour qui que ce soit de respecter rigoureusement chaque article de la Loi donnée à Moïse. En effet, quel constat la Bible fait :

il n'y a point de juste, Pas même un seul ; nul n'est intelligent, Nul ne cherche Dieu ; tous sont égarés, tous sont pervertis ; Il n'en est aucun qui fasse le bien, Pas même un seul
Romains 3 : 10-12

Puis-ce que personne n'est capable de mériter la faveur de Dieu par l'observation de la Loi de Moïse, Dieu a introduit dans la Torah la grâce : Les péchés pouvaient être recouverts par le sacrifice d'un animal innocent. Étant justifié gratuitement par le sang versé d'un animal, le coupable pouvait rester vivre parmi le peuple de Dieu.

Cela montrait déjà la loi parfaite que Dieu instaurerait : Dieu intervient gratuitement pour que les hommes puissent vivre dans la justice. De plus, la foi sera le moyen de bénéficier du don de Dieu, selon qu'il est écrit :

Où donc est le sujet de se glorifier ? Il est exclu. Par quelle loi ?
Par la loi des œuvres ? Non, mais par la loi de la foi. Car nous pensons que l'homme est justifié par la foi, sans les œuvres de la loi.
Romains 3 : 27-28

Ce passage de Romains est intéressant parce qu'il introduit une nouvelle loi : la loi de la foi. Une nouvelle qui a supplanté Celle donnée à Moïse (la Torah).

Quelle est donc cette nouvelle loi que l'apôtre Paul nomme « La loi de la foi » et que Jacques appelle « loi parfaite » ou encore, « loi de la liberté » ?

Pour suppléer à l'incapacité de l'homme à satisfaire la justice divine, Dieu est intervenu en la personne de Jésus-Christ : il est mort pour expier nos péchés et Il est ressuscité pour nous donner la vie. Avec la nouvelle vie qu'il nous donne, Il nous a donné la force d'être les adorateurs qu'Il a toujours attendus de ses créatures.

De ce fait, la définition de loi de Christ n'est pas un ensemble de règlements à observer mais elle se définit plutôt comme un théorème : une cause produit inéluctablement une conséquence. Dans notre cas, la cause est « Christ agit pour moi » et la conséquence est « Je deviens parfait », selon qu'il est écrit :

Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne œuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus Christ.
Philippiens 1 : 6

Celui qui a commencé à transformer la vie des chrétiens de l'église de Philippes est Dieu le Père et le Seigneur Jésus Christ. Ce travail a commencé avec la mort et la résurrection du Fils et la direction du Saint-Esprit dans leur vie.

Le groupe verbal « rendra parfaite » nous informe que la perfection est un processus qui s'achèvera le jour où le chrétien sera réuni avec son Sauveur et Seigneur Jésus-Christ.

Pourquoi cette espérance est-elle certaine ?
Tout simplement parce qu'elle ne dépend pas des hommes mais, elle dépend uniquement de l'œuvre du Messie, selon qu'il est écrit :

Or, c'est par lui que vous êtes en Jésus Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption
1 Corinthiens 1 : 30

Ainsi :

  • Si je suis sage, c'est parce que ma pauvre sagesse est cachée derrière celle de Christ.
  • Si je suis justifié, c'est parce que les raisons de ma justification devant Dieu se trouvent en Christ.
  • Si je suis sanctifié, c'est parce que Christ a donné sa vie à Dieu pour moi.
  • Si je suis racheté, c'est parce que Christ a payé le prix pour moi.

En somme, comme Christ a parfaitement accompli son œuvre pour moi, alors le processus de ma perfection aboutira, selon qu'il est écrit :

… jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ
Éphésiens 4 : 13

Dieu a donc déployé diverses actions pour rendre parfait les élus : C'est cela la loi de Christ.

L'Épître de Jacques développe trois domaines où s'applique ce théorème :

  • Dans l'épreuve et la tentation.
  • Dans le cœur.
  • Dans les différentes conditions sociales.

Pour ce billet, nous verrons le domaine de l'épreuve et de la tentation. Jacques développe l'idée que le chrétien saura affronter de mieux en mieux les épreuves et les tentations parce que c'est Jésus-Christ qui lui donne les victoires dans sa vie.

Quels points communs y a-t-il entre une épreuve et une tentation ?
Dans les cas, c'est un ensemble d'évènements qui ébranle une personne. Ce sont des circonstances où la personne est appelée à s'efforcer de prendre la bonne décision pour que son cœur reste attacher à Dieu.

Quelles sont les différences entre une épreuve et une tentation ?

  • L'épreuve vient de Dieu ; la tentation vient du diable.
  • L'épreuve a pour finalité de parfaire le chrétien ; la tentation a pour finalité l'éloignement avec Dieu.
  • Il ne faut pas s'inquiéter des circonstances d'une épreuve ; il faut fuir/détruire/combattre des circonstances des tentations.

2. L'épreuve

Comme nous avons vu, le chrétien est soumis à un principe implacable : Jésus-Christ le fera grandir spirituellement. Jésus ne le fera pas grandir d'un coup mais, telle une plante, la croissance se fera petit à petit. Ceci est un sujet de joie immense pour le chrétien parce que si Jésus ne prend pas en main notre sanctification alors, cela signifie que notre glorification s'accomplira sans aucun doute. Comme Jacques est très pratique, il développe comment Dieu va s'y prendre concrètement : il permet des épreuves dans notre vie, c'est-à-dire qu'Il permettra que nous expérimentions des moments difficiles tels la pauvreté, la maladie, la solitude, le martyr…

Le chrétien sait que ces épreuves viennent de Dieu et qu'ils ont un but : sa sanctification. Il peut considérer cela comme un sujet de joie car Il sait que le Seigneur est en train de le former. Il y a toute sorte d'épreuves mais le résultat attendu par Dieu est toujours le même : chercher sa face en Le priant et Le laisser s'occuper de ces circonstances car Il maitrise toute chose.

Comme nous avons vu, le chrétien n'est pas appelé à affronter son épreuve mais simplement à persévérer dans son cœur en comptant sur la grâce du Seigneur. Par exemple, le chrétien n'a pas à combattre sa pauvreté, ni à combattre ceux qui le persécutent, ni à chercher la guérison... L'exemple de Job est remarquable à ce sujet : Nous n'avons pas à contester avec Dieu mais, nous devons rechercher sa justice chaque jour, selon qu'il est écrit :

ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas : que mangerons-nous ?
Que boirons-nous ? de quoi serons-nous vêtus ? Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus.
Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.
Matthieu 6 : 31-34

Dieu sait tout ce qui nous arrive, alors notre part est juste de préserver notre âme.

La tentation suprême pour le chrétien est de vouloir combattre l'épreuve au lieu de s'attendre à Dieu car, si nous laissons Dieu agir, alors le fruit son Esprit dans nos cœurs nous formera si bien que notre caractère ressemblera petit à petit à celui de Jésus-Christ. Or, ressembler à Christ est le but du chrétien selon qu'il est écrit :

Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. Car ceux qu'il a connus d'avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. Et ceux qu'il a prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu'il a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu'il a justifiés, il les a aussi glorifiés.
Romains 8 : 28-30

L'apôtre Paul dit que nous savons que toutes choses, même les épreuves, ont pour finalité le bien du chrétien. Il ajoute que l'issue est la ressemblance à l'image de Jésus.

Dans le texte de Jacques, le fruit de l'Esprit que Dieu veut nous donner à travers les épreuves est la patience. Sans ce trait de caractère, le chrétien s'expose à des tentations inutiles : par exemple, cela fut très néfaste à Abraham et Sarah face à la stérilité quand ils ont accepté qu'il aille vers Agar pour avoir un fils. À cause de l'impatience, beaucoup de chrétiens ont perdu du temps dans leur sanctification. Certains se sont engagés dans des relations amoureuses dévastatrices, d'autres se sont lancés dans des achats inconsidérés...

Est-ce pour autant que le chrétien est disqualifié aux yeux de Dieu ?
Non car Dieu veut que nous apprenions à Le laisser agir. C'est un apprentissage, un long processus. Dans un sens, il est normal d'échouer par moment mais le vrai chrétien est celui qui sait revenir vers Dieu pour demander la grâce d'être pardonné et la grâce d'avancer encore.
Le vrai chrétien sait que le Seigneur le suit chaque pour le protéger, pour l'encourager et le fortifier, comme Il l'a été pour Jacob lors de sa fuite devant Ésaü :

voici, je suis avec toi, je te garderai partout où tu iras, et je te ramènerai dans ce pays ; car je ne t'abandonnerai point, que je n'aie exécuté ce que je te dis.
Genèse 28 : 15

Le Seigneur a un plan : notre sanctification. Et tant que ce plan n'a pas été exécuté, le Seigneur sera à nos côtés dans nos épreuves.

Lorsque le Seigneur nous éprouve, soyons donc patients car Il contrôle toute chose en vue de notre bien. Ne succombons pas à la tentation d'agir à la place de Dieu car si c'est Dieu qui a permis l'épreuve, alors rien ne pourra l'enlever. Dieu est en train de rendre parfait celui qui est éprouvé alors, profitons donc pleinement de la loi de Christ sans plus tarder, selon qu'il est écrit :

Prenez donc garde de vous conduire avec circonspection, non comme des insensés, mais comme des sages ; rachetez le temps, car les jours sont mauvais. C'est pourquoi ne soyez pas inconsidérés, mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur.
Éphésiens 5 : 15-17

3. La tentation

La tentation vient du Diable pour nous faire chuter, c'est-à-dire qu'il nous séduit dans le but de nous éloigner de Dieu.

Les deux grands exemples sont :

  • La tentation d'Adam et Ève.
  • La tentation de Jésus.

La comparaison entre les deux tentations est étudiée ici. Dans les deux cas, Satan a usé de mensonges afin d'attirer à lui ses proies et du même coup, les éloigner de Dieu. À travers Adam et Ève, nous voyons toute la faiblesse de l'homme face à la force d'attraction de Satan. Le diable est très subtil et très persuasif pour nous éloigner de Dieu.

Mais, Adam et Ève ont échoué là où le Messie a réussi. La différence entre ces deux issus est importante si nous considérons ce qui est écrit :

car nous n'avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses ; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.
Hébreux 4 : 15-16

Ces versets nous apprennent que le Messie a connu la tentation et Il n'a pas péché, c'est-à-dire qu'Il a toujours répondu aux attentes de Dieu.

Ils indiquent aussi que nous qui n'avons pas la force de résister à la tentation, nous pouvons venir auprès de Lui pour trouver la puissance qu'il nous manque. Nous pouvons nous approcher du trône de la grâce avec assurance, c'est-à-dire avec la certitude que Dieu nous accueillera avec tout son amour et pas tout son jugement. Quand nous nous approchons du trône de la grâce, le Seigneur fait preuve de compassion et de compréhension en vue d'agir à notre place, pour notre bien : c’est cela la loi de Christ.

Le Messie est donc toujours prêt à intervenir pour le chrétien en détresse et c'est pour cela qu'il est écrit :

aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter.
1 Corinthiens 10 : 13

Ce verset met en avant la fidélité de Dieu : Il ne permet pas que Satan vienne nous séduire au-delà de ce que nous pouvons résister. Cela signifie que pour toutes les tentations, le chrétien peut chercher le moyen pour la fuir. En effet, contrairement à l'épreuve, les circonstances de la tentation sont à combattre.

Si chaque tentation est unique car les vies sont uniques, le moyen que Dieu a prévu est toujours le même : Regarder à Jésus, selon qu'il est écrit :

Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d'une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus
Hébreux 12 : 1-2

Regardons à Jésus pour rejeter le péché.

Si nous ne regardons pas à Jésus, Satan nous vaincra par ses mensonges. Celui qui focalise ses pensées sur la personne de Christ lors de la tentation se souvient que :

  • Le salaire du péché, c'est la mort.
  • Christ est mort pour nous enlever toute culpabilité.
  • Christ est ressuscité pour nous permettre de marcher en nouveauté de vie.
  • Christ est amour et qu'Il nous envoie vers les autres pour pratiquer l'amour (donc pas de temps pour le péché).
  • Christ reviendra et nous glorifiera.

Toutes ces choses, nous les avons comprises le jour de notre conversion. Le jour où nous nous sommes consacrés au Seigneur, aucune tentation ne pouvait venir nous faire chuter et nous avions même peut-être pris des résolutions ou quitter des situations délicates. Le jour de notre conversion, nous avons subi la loi de Christ : devenir plus que vainqueur par la toute-puissance de Celui qui peut sauver les âmes. Celui qui regarde à Christ ne tombe pas au jour de la tentation.

Une manière de regarder à Christ est la prière, selon qu'il est écrit :

veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation ; l'esprit est bien disposé, mais la chair est faible.
Matthieu 26 : 41

Ce verset invite à chercher les forces au bon endroit : auprès de Dieu. Les forces peuvent manquer quand nous sommes sur le point de faire quelque chose qui n'est pas convenable (un péché) ou de ne pas faire ce qui est convenable, par exemple prendre la parole pour témoigner de Jésus.

L'esprit sait que nous devons le faire mais la chair est trop faible pour l'accomplir. Alors, il faut savoir se tourner vers Dieu au nom de Jésus-Christ pour trouver durant les moments difficiles la force d'avancer. Celui qui s'est fié dans le Seigneur sort victorieux de la tentation et il est heureux parce qu'il a accompli dans sa vie ce qui est juste aux yeux de Dieu, selon ce que le texte nous dit :

Heureux l'homme qui supporte patiemment la tentation ; car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que le Seigneur a promise à ceux qui l'aiment.
Jacques 1 : 12

Le Seigneur a promis beaucoup de bénédictions à ceux qui l'aiment. Parmi celles-là, il y a la vie abondante, la vie épanouissante.

4. Pour le non-chrétien

Jusque-là, nous avons vu uniquement l'épreuve et la tentation pour le chrétien parce que le thème global est la loi de Jésus-Christ : il rend vainqueur celui qui le suit.

Mais qu'en est-il du non-chrétien ?
En effet, tout homme est exposé aux épreuves et aux tentations. Comme celui qui ne suit pas Jésus-Christ vit-il cela ?

Pour les épreuves, Dieu veut seulement une seule chose : leur donner la crainte de Dieu. Malheureusement, au lieu de se réjouir que leur créateur les cherche, ils s'aigrissent contre Lui. Ils ne peuvent donc pas trouver un sujet de joie dans les diverses épreuves qui leur arrivent.

Pourtant, quand dans sa grâce, Dieu leur fait du bien, ils s'enorgueillissent en déduisant qu'ils sont plus forts que les circonstances que Dieu envoie. Mais ils oublient que la vie ici bas se finira et quoiqu'ils aient vécu sur terre, ils devront répondre de leurs actes devant Jésus-Christ, Lui qui a l'autorité de condamner éternellement les âmes.

Pour les tentations, ils sont totalement livrés à eux-mêmes si bien qu'au bout du compte, ils vont de défaites en défaites. Les chrétiens ne sont pas plus forts mais, ils se différencient dans le fait que le Dieu toute puissance les aide à aller de l'avant.

Ainsi, le non-chrétien est sous le même type de loi que la Loi de Moïse : ils doivent accomplir des choses pour être agréés de Dieu. Mais, cela n'est pas inéluctable : ils peuvent saisir par la foi le pardon en Jésus-Christ et passer sous une autre loi. La loi qui dit : Christ rend vainqueur celui qui vient à Lui.

Conclusion

Il y a deux lois qui régissent l'homme par rapport Dieu :

  • Accomplir des œuvres pour être agréé de Dieu.
  • Se confier en Christ et avoir la certitude devenir parfait.

Personne n'est capable de satisfaire la première loi et la conséquence est la mort. Mais, celui qui a consacré sa vie à Dieu en croyant au nom de Jésus-Christ est sous la deuxième loi et la conséquence est la vie éternelle.

Le chrétien n'a aucune gloire en lui-même car c'est Jésus-Christ qui a tout fait pour lui : Jésus-Christ le fait grandir à travers les épreuves et Il le forme de mieux en mieux à résister aux tentations. La part du chrétien est de regarder à Jésus-Christ dans la prière.

Ainsi, le fruit du travail de Jésus-Christ dans le quotidien du chrétien est la vie abondante et épanouissante.