Hébreux 11 : 24-31

C'est par la foi que Moïse, devenu grand, refusa d'être appelé fils de la fille de Pharaon, aimant mieux être maltraité avec le peuple de Dieu que d'avoir pour un temps la jouissance du péché, regardant l'opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l'Égypte, car il avait les yeux fixés sur la rémunération.
C'est par la foi qu'il quitta l'Égypte, sans être effrayé de la colère du roi ; car il se montra ferme, comme voyant celui qui est invisible.
C'est par la foi qu'il fit la Pâque et l'aspersion du sang, afin que l'exterminateur ne touchât pas aux premiers-nés des Israélites.
C'est par la foi qu'ils traversèrent la mer Rouge comme un lieu sec, tandis que les Égyptiens qui en firent la tentative furent engloutis.
C'est par la foi que les murailles de Jéricho tombèrent, après qu'on en eut fait le tour pendant sept jours. C'est par la foi que Rahab la prostituée ne périt pas avec les rebelles, parce qu'elle avait reçu les espions avec bienveillance.

Introduction

L'auteur de l'Épître aux Hébreux démontre que nous pouvons être parfaitement sauvés de l'enfer grâce à ce que Jésus-Christ a accompli. En conséquence, il nous exhorte à retenir fermement notre espérance, c'est-à-dire à ne pas abandonner la foi en attendant le retour du Messie.

En effet, notre vie chrétienne a commencé par la foi et elle doit continuer avec la même foi, selon qu'il est écrit :

Et mon juste vivra par la foi mais, s'il se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui.
Hébreux 10 : 38

Ce verset peut faire peur parce qu'il sous-entend que le chrétien peut perdre son salut. Mais, le verset dit surtout que la foi est la démonstration visible de ce que Dieu a accompli de manière invisible dans nos vies, selon ce que les versets suivants montrent :

Nous, nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre, mais de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme. Or la foi est une ferme assurance des choses qu'on espère, une démonstration de celles qu'on ne voit pas. Pour l'avoir possédée, les anciens ont obtenu un témoignage favorable.
Hébreux 10 : 39 & 11 : 1

En effet, les chrétiens n'abandonnent pas car la foi que Dieu leur a donnée pour les sauver contient la même puissance que celle qui leur permettra d'avancer. Or, il faut bien admettre qu'il y a besoin de s'appuyer sur la puissance de Dieu car le diable séduit le chrétien pour qu'il se décourage dans sa marche ici bas : cette séduction peut-être telle que le chrétien chute.

Le chapitre 11 nous présente un grand nombre de personnes qui ont persévéré dans la foi. Dans ce billet, nous nous concentrerons surtout sur l'exode des Hébreux du pays d'Égypte vers la terre promise.

1. Extirpé du péché (versets 24 à 27)

La foi commence par l'extirpation de l'esclavage du péché.
En effet, l'esclavage que le peuple hébreu a connu en Égypte est une image de l'esclavage de tout homme par rapport au péché. La comparaison peut se faire au niveau de :

  • La privation de liberté.
  • La pénibilité.
  • La vie terne et sans espérance.

Mais, ce qui est pire que l'esclavage physique, c'est l'esclavage psychologique. Dans le premier cas, les méfaits sont produits au niveau du corps :

  • Interdiction d'aller ou bon nous semble.
  • Le corps est soumis à des tâches accablantes.
  • Nous ne pouvons rien entreprendre pour nous-mêmes.

Mais dans le deuxième cas, les dégâts sont au niveau de l'âme, et ça, c'est pire que tout :

  • Interdiction de penser comme bon nous semble.
  • L'âme est soumise constamment à de violents bouleversements
  • Nous n'avons plus d'espérance

Les Égyptiens avaient réussi à amener l'esclavage psychologique car il est étonnant de lire que lorsque Moïse entama les démarches sur l'ordre de Dieu pour libérer son peuple, ce dernier s'opposa à son libérateur dès la première difficulté, selon qu'il est écrit :

Les commissaires des enfants d'Israël virent qu'on les rendait malheureux, en disant : Vous ne retrancherez rien de vos briques ; chaque jour la tache du jour. En sortant de chez Pharaon, ils rencontrèrent Moïse et Aaron qui les attendaient. Ils leur dirent : que l'Éternel vous regarde, et qu'il juge ! Vous nous avez rendus odieux à Pharaon et à ses serviteurs, vous avez mis une épée dans leurs mains pour nous faire périr.
Exode 5 : 19-21

Il en va de même du péché. C'est un maître tellement dur qu'il enlève toute espérance et dès que l'esclave tente de le quitter, il augmente la pénibilité de la vie si bien que nul n'a la force de le quitter. Ainsi, il arrive à faire miroiter à ses victimes que la vie qu'il offre est la meilleure !

Il y a donc besoin d'une force extérieure à l'homme pour s'extirper du péché. La force que Dieu donne est la foi.

En effet, grâce à cette faveur de Dieu, Moïse eut assez de discernement pour rejeter la vie égyptienne, bien que pour lui, elle lui offrait des réjouissances éphémères. Il préféra porter l'opprobre de Christ parce qu’il avait l'espérance que cela serait plus rémunérateur.

Il en est de même pour le chrétien. L'esprit de ce monde exerce un véritable esclavage et nul n'a la force de s'extirper psychologiquement de cette pensée unique. Ce monde nous séduit par des jouissances qui ne rassasient jamais et de ce fait, il maintient une emprise parfaite : attirer sans satisfaire.

Mais Dieu nous donne une issue : vivre par la foi. Cela veut dire que nous Lui confions notre vie pour qu'Il la dirige. En effet, soyons comme Moïse qui n'a pas fixé les regards sur les illusions que vend ce monde contre notre âme, mais il fixait les regards sur les bénédictions offertes par Dieu.

Si nous nous regardons à Dieu, au nom de Jésus-Christ, nous le verrons agir puissamment pour nous délivrer.

Moïse quitta sa vie d'esclave sans crainte de Pharaon ni de sa grande armée car c'est Dieu qui a opéré la délivrance. De même, le chrétien peut quitter sa vie d'esclave du péché sans peur de la colère, des moqueries ou du mépris de ce monde car :

  • C'est Jésus-Christ qui opère la délivrance
  • Le chrétien se dirige vers une meilleure vie


Au regard de nos contemporains, nous pouvons ressentir une honte de suivre Christ, mais persévérons car la vie éternelle est au bout de la route.

2. Réconcilié avec Dieu (verset 28)

Le peuple de Dieu était esclave en Égypte mais, toute cette souffrance ne signifie en aucun cas qu'ils étaient purs aux yeux de Dieu. En effet, à cause de la nature pécheresse qu'Adam a transmise à toute sa génération, tout homme est condamné devant Dieu, et dans le texte que nous étudions, cela demeure vrai qu'il est juif ou égyptien.

Dieu a montré qu'il condamne le péché, dont la première manifestation est la rébellion contre notre créateur, en envoyant le destructeur qui devait tuer tout premier-né, selon qu'il est écrit :

au milieu de la nuit, l'Éternel frappa tous les premiers-nés dans le pays d'Égypte, depuis le premier-né de Pharaon assis sur son trône, jusqu'au premier-né du captif dans sa prison, et jusqu'à tous les premiers-nés des animaux.
Exode 12 : 29

En frappant les Égyptiens ainsi, Dieu rappelle qu'Il est plus puissant qu'eux. Pour nous, cela rappelle que Dieu est plus puissant que la mort et ceux qui pèchent contre lui.

Les juifs auraient dû subir le même sort mais Dieu leur a préparé une échappatoire :

Moïse appela tous les anciens d'Israël, et leur dit : Allez prendre du bétail pour vos familles, et immolez la Pâque. Vous prendrez ensuite un bouquet d'hysope, vous le tremperez dans le sang qui sera dans le bassin, et vous toucherez le linteau et les deux poteaux de la porte avec le sang qui sera dans le bassin. Nul de vous ne sortira de sa maison jusqu'au matin. Quand l'Éternel passera pour frapper l'Égypte, et verra le sang sur le linteau et sur les deux poteaux, l'Éternel passera par-dessus la porte, et il ne permettra pas au destructeur d'entrer dans vos maisons pour frapper.
Hébreux 12 : 21-23

Lorsque l'Éternel verra le sang d'un animal sur les portes, Il ne tuera pas le premier-né de cette maison. Pour être sauvés, les Hébreux devaient saisir par la foi ce que Dieu leur a dit : faire confiance et obéir. Cette foi a engendré le salut. Ainsi, nous voyons que la foi vient toujours de la Parole de Dieu.

Cette histoire montre à toutes les générations futures ce que Jésus-Christ allait faire : Offrir le salut pour ceux qui croient à l'œuvre de Christ dont le sang a coulé sur la croix, représentée par le linteau et les deux poteaux de la porte, selon qu'il est écrit :

étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, à qui nous devons d'avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l'espérance de la gloire de Dieu.
Romains 5 : 1-2

Maintenant que le péché du peuple a été expié par le sang d'un animal innocent, ils peuvent quitter ce territoire pour la terre promise. De même, celui à qui Jésus-Christ a lavé les péchés passés est libre de commencer une vie meilleure.

3. Engagé pour Dieu (verset 29)

Après avoir fêté la première pâque, Moïse a conduit le peuple vers le pays promis. Dans sa souveraineté, Dieu a choisi que l'itinéraire ne passe pas la mer Rouge. Il a voulu montrer aux Hébreux et à tous les hommes sa toute-puissance.

C'est ainsi que Moïse a ouvert la mer Rouge afin que les juifs puissent la traverser à sec, selon ce qui est écrit :

Moïse étendit sa main sur la mer. Et l'Éternel refoula la mer par un vent d'orient, qui souffla avec impétuosité toute la nuit ; il mit la mer à sec, et les eaux se fendirent. Les enfants d'Israël entrèrent au milieu de la mer à sec, et les eaux formaient comme une muraille à leur droite et à leur gauche.
Exode 14 : 21-22

Ensuite la mer s'est refermée sur elle-même en engloutissant toute l'armée de Pharaon. Et comme la Bible s'éclaire d'Elle-même, Elle explique les applications de ce périple :

Frères, je ne veux pas que vous ignoriez que nos pères ont tous été sous la nuée, qu'ils ont tous passé au travers de la mer, qu'ils ont tous été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer
1 Corinthiens 10 : 1-2

L'apôtre Paul interprète la traversée de la mer rouge : elle représentait le baptême.

Le baptême chrétien est une des deux ordonnances que le Seigneur à laisser aux églises ; l'autre étant la Sainte Cène. Le rite consiste à plonger entièrement une personne sous l'eau et la faire ressortir aussitôt, comme Jean-Baptist fit pour Jésus (étude ici).

Quel symbole cela représente-t-il ?

  • L'entière plongée dans l'eau représente la mort de notre ancienne condition d'esclave au péché.
  • La sortie de l'eau représente une nouvelle naissance que Dieu accorde gratuitement à ceux qui ont placé leur foi en Jésus-Christ, une nouvelle naissance en tant qu'enfant de Dieu, donc libre de tout esclavage du péché.

En effet, le chrétien se fait baptiser parce qu'il a choisi de suivre Jésus-Christ dans sa mort et dans sa résurrection, selon qu'il est écrit :

Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.
Romains 6 : 4

Quelle importance cela a-t-il pour le chrétien ?

Dieu donne donc une vie nouvelle. Le chrétien l'a saisi par la foi le jour de sa conversion et il s'engage à persévérer dans cette nouvelle vie en passant par les eaux du baptême, selon qu'il est écrit :

Cette eau était une figure du baptême, qui n'est pas la purification des souillures du corps, mais l'engagement d'une bonne conscience envers Dieu, et qui maintenant vous sauve, vous aussi, par la résurrection de Jésus Christ, qui est à la droite de Dieu, depuis qu'il est allé au ciel, et que les anges, les autorités et les puissances, lui ont été soumis.
1 Pierre 3 : 21-22

Le baptême ne purifie pas l'âme mais c'est simplement un engagement public à suivre Jésus-Christ devant Dieu et les hommes.

C'est exactement la même chose que la célébration d'un mariage : les mariés se sont aimés avant de passer devant le maire mais, à la mairie, ils s'engagent l'un envers l'autre.

Pour le chrétien, il est sauvé par la foi et il doit continuer avec la foi, selon qu'il est écrit :

êtes-vous tellement dépourvus de sens ? Après avoir commencé par l'Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair ?
Galates 3 : 3

Pour le chrétien, le bon combat est de comprendre que chaque jour, il a besoin d'entendre la Parole de Dieu pour avoir la force d'avancer.

4. Modelé par Dieu

Le piège pour le chrétien est de ne plus avancer avec la foi mais avec la loi : en général, nous comprenons que nous sommes sauvés par la foi mais nous oublions que nous sommes aussi sanctifiés par la foi. J'oppose ce principe à l'idée fausse que le chrétien mérite sa croissance spirituelle par de bonnes œuvres. En effet, il faut mettre sa confiance en Dieu, et non en nous, pour porter des fruits dignes de la repentance.

De ce fait, le chrétien doit renouveler sa foi chaque jour ; c'est-à-dire qu'il doit replacer son espérance sur Jésus-Christ en vue de Lui obéir. Sans cela, le chrétien sera aussi abattu que les Hébreux dans le désert, selon ce que Jésus dit :

je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruits, car sans moi vous ne pouvez rien faire.
Jean 15 : 5

En effet, dans le désert, les Hébreux ont manqué de foi et la conséquence est qu'ils ont erré quarante ans au lieu de bénéficier du pays promis, selon qu'il est écrit :

mais la plupart d'entre eux ne furent point agréables à Dieu, puisqu'ils périrent dans le désert. Or, ces choses sont arrivées pour nous servir d'exemples, afin que nous n'ayons pas de mauvais désirs, comme ils en ont eu. Ne devenez point idolâtres, comme quelques-uns d'eux, selon qu'il est écrit : le peuple s'assit pour manger et pour boire ; puis ils se levèrent pour se divertir. Ne nous livrons point à l'impudicité, comme quelques-uns d'eux s'y livrèrent, de sorte qu'il en tomba vingt-trois mille en un seul jour. Ne tentons point le Seigneur, comme le tentèrent quelques-uns d'eux, qui périrent par les serpents. Ne murmurez point, comme murmurèrent quelques-uns d'eux, qui périrent par l'exterminateur. Ces choses leur sont arrivées pour servir d'exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin du siècle. Ainsi donc, que celui qui croit être debout prenne garde de tomber !
1 Corinthiens 10 : 5-12

Ces échecs ont toujours commencé par la baisse de la foi : ils ont fixé leur regard sur ce qu'ils voyaient et non sur Dieu car ils voulaient satisfaire leurs passions au lieu de chercher la gloire de Dieu.

Le pire moment est quand ils ont envoyé des émissaires pour inspecter le pays de Canaan, la terre que Dieu s'était engagé à leur livrer. Lorsqu'ils ont vu que leur héritage était habité par des géants, ils ont eu peur et ils ont refusé d'aller le conquérir. Cela mit le Seigneur en colère et toute cette génération périt dans le désert.

L'application pour nous est qu'une fois baptisée, il y a des choses à apprendre car parfois nous regardons la vie avec les mêmes yeux que ceux d'un esclave du péché. Mais, le Seigneur se présente en fidèle pédagogue : Il nous dépouille de l'influence de notre veille nature, selon qu'il est écrit :

je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche ; et tout sarment qui porte du fruit, il l'émonde, afin qu'il porte encore plus de fruits.
Jean 15 : 1-2

Le Seigneur permet donc que nous passions par des déserts dans l'objectif de nous émondés : le but est d'enlever tout ce qui encombre notre vie d'adorateur afin d'être prêt pour vivre abondamment la vie que le Seigneur veut nous donner.

Ces moments paraissent accablants mais, le but du jeu pour le chrétien est de persévérer dans la foi : malgré nos chutes, toujours faire confiance dans la bonté du Seigneur et savoir que nous pouvons le servir sans crainte si nous demandons pardon.

À force d'être façonné par le Seigneur, il arrive un moment ou est prêt à se consacrer pleinement à Lui. Il y a eu un temps pour être sauvé et il y a un temps pour se donner. Pour les Hébreux, ce moment correspond à la conquête du pays promis.

5. Employé par Dieu (versets 30-31)

Le temps de la traversée du désert est variable selon les personnes. Cela peut être le jour de la conversion, pour d'autres c'est l'affaire de quelques semaines et pour d'autres cela dure quelques années après s'être fait baptiser. Parfois, cela se voit parce qu'elles ont abandonné un temps l'église locale, parfois ça se voit moins mais la douleur est la même.

Mais, il y a un jour où le chrétien revient à son Seigneur et s'engage pour redevenir le serviteur qu'il a toujours voulu être. Dans l'histoire des Hébreux, ce moment correspond à la traversée du Jourdain. Cela est relaté dans le livre de Josué :

et dès que les sacrificateurs qui portent l'arche de l'Éternel, le Seigneur de toute la terre, poseront la plante des pieds dans les eaux du Jourdain, les eaux du Jourdain seront coupées, les eaux qui descendent d'en haut, et elles s'arrêteront en un monceau.
Josué 3 : 13

Le Seigneur a ouvert la mer Rouge pour faire passer les juifs de l'esclavage à la liberté et là, Il a stoppé le court du Jourdain pour les faire passer de l'enfance à la maturité spirituelle.

Un enfant a besoin qu'on s'occupe de lui mais un adulte est toujours dans l'optique de servir. Pour les Hébreux, il y a eu un temps où Dieu devait s'occuper de leur cas personnel, et après la traversée du Jourdain, les Hébreux qui ont persévéré dans la foi ont atteint la maturité spirituelle, c'est-à-dire qu'ils servent le Seigneur de tout leur cœur. Notre passage dans l'Épitre de Jacques nous montre deux exemples : la prise de la ville de Jéricho et la conversion de Rahab, la prostituée.

Quand le chrétien persévère et grandit dans la foi, alors le Seigneur a prévu pour lui deux sortes de bénédictions :

  • La bénédiction de participer à la victoire de Dieu.
  • La bénédiction de voir des âmes venir à Lui.

Il est surprenant de voir comment la ville de Jéricho est tombée :

Jéricho était fermée et barricadée devant les enfants d'Israël. Personne ne sortait, et personne n'entrait. L'Éternel dit à Josué : Vois, je livre entre tes mains Jéricho et son roi, ses vaillants soldats. Faites le tour de la ville, vous tous les hommes de guerre, faites une fois le tour de la ville. Tu feras ainsi pendant six jours. Sept sacrificateurs porteront devant l'arche sept trompettes retentissantes ; le septième jour, vous ferez sept fois le tour de la ville ; et les sacrificateurs sonneront des trompettes. Quand ils sonneront de la corne retentissante, quand vous entendrez le son de la trompette, tout le peuple poussera de grands cris. Alors la muraille de la ville s'écroulera, et le peuple montera, chacun devant soi.
Josué 6 : 1-5

Et la ville fut prise comme l'Éternel avait dit. Comme son peuple Lui a fait confiance et qu'il Lui a obéi, il a pu participer à Sa divine victoire. De même, celui qui persévère dans la foi en Jésus-Christ verra de grandes choses selon ce que Jésus-Christ Lui-même avait promis :

Jésus lui (Nathanaël) répondit : Parce que je t'ai dit que je t'ai vu sous le figuier, tu crois ; tu verras de plus grandes choses que celles-ci.
Jean 1 : 50

C'est comme cela qu'ont vécu ceux que nous appelons communément les héros de la foi : la liste de personnages présentés dans le chapitre onze de l'Épître aux Hébreux :

Et que dirai-je encore ? Car le temps me manquerait pour parler de Gédéon, de Barak, de Samson, de Jephthé, de David, de Samuel, et des prophètes, qui, par la foi, vainquirent des royaumes, exercèrent la justice, obtinrent des promesses, fermèrent la gueule des lions, éteignirent la puissance du feu, échappèrent au tranchant de l'épée, guérirent de leurs maladies, furent vaillants à la guerre, mirent en fuite des armées étrangères. Des femmes recouvrèrent leurs morts par la résurrection ; d'autres furent livrés aux tourments, et n'acceptèrent point de délivrance, afin d'obtenir une meilleure résurrection ; d'autres subirent les moqueries et le fouet, les chaînes et la prison ; ils furent lapidés, sciés, torturés, ils moururent tués par l'épée, ils allèrent çà et là vêtus de peaux de brebis et de peaux de chèvres, dénuées de tout, persécutés, maltraités, eux dont le monde n'était pas digne, errant dans les déserts et les montagnes, dans les cavernes et les antres de la terre. Tous ceux-là, à la foi desquels il a été rendu témoignage, n'ont pas obtenu ce qui leur était promis, Dieu ayant en vue quelque chose de meilleur pour nous, afin qu'ils ne parvinssent pas sans nous à la perfection.
Hébreux 11 : 32-40

Nous comprenons bien que la liste n'est pas figée et que nous sommes invités à ajouter notre propre nom si nous consacrons tout notre cœur au Seigneur.

Parmi les grandes choses que les chrétiens voient, rien n'égale le miracle d'une conversion. Cela est normal parce que le chrétien sait d'où il vient et comment le Seigneur a manifesté tant de miséricorde de lui. Alors, il éprouve beaucoup d'émotions quand une personne se convertit. Sa joie fait partie de la grande joie qu'il y a au ciel, selon qu'il écrit :

de même, je vous le dis, il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent.
Luc 15 : 10

Rahab, la prostituée, était une femme qui n'avait rien pour être adoptée par Dieu :

  • Elle ne faisait pas partie du peuple que Dieu a choisi.
  • Sa profession n'était pas très louable.

Mais lorsque Dieu vint la visiter par les espions que les juifs avaient envoyés, elle ne laissa pas passer l'occasion pour placer sa foi sur le Tout-Puissant. Non seulement sa foi l'a sauvée mais en plus Dieu lui a accordé le privilège d'être dans la généalogie du Messie, selon qu'il est écrit :

Généalogie de Jésus Christ, fils de David, fils d'Abraham [...] Salmon engendra Boaz de Rahab ; Boaz engendra Obed de Ruth ;
Matthieu 1 : 1 & 5

Cela montre qu'elle était vraiment aimée de Dieu.

Consacrons donc nos cœurs afin de contempler et participer à tout ce que Dieu fait dans sa toute-puissance. Notre persévérance dans la foi nous donnera une vie palpitante avec le Seigneur.

Conclusion

La foi commence par l'œuvre de Jésus-Christ qui nous a délivré de la puissance du péché. En retour, nous nous sommes engagés en passant par les eaux du baptême. Ce dernier point n'est que le début de l'aventure car nous sommes appelés à persévérer dans la foi.

La foi nous apprendra à lever les yeux vers le ciel. En effet, la vie d'une personne consacrée à Dieu est belle parce qu'elle est libérée de son égocentrisme, de son égoïsme et de son narcissisme. Lorsque nous passons notre vie à regarder notre nombril, nous avons la tête baissée. Alors, le Seigneur nous façonne pour que nos préoccupations journalières concernent les choses d'en haut et ainsi, nous aurons la tête levée.

En levant les yeux et en fixant les regards sur Jésus, nous contemplerons la puissance de Dieu au jour le jour ; et cela est déjà beau. Mais, ce qui est encore plus beau, c'est que dans notre progression spirituelle de sorte qu'Il nous fait participer à Ses victoires.

Alors, tenons fermes dans notre foi, selon qu'il est écrit :

Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu'il a inaugurée pour nous au travers du voile, c'est-à-dire, de sa chair, et puisque nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu, approchons-nous avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs purifiés d'une mauvaise conscience, et le corps lavé d'une eau pure. Retenons fermement la profession de notre espérance, car celui qui a fait la promesse est fidèle.
Hébreux 10 : 19-23