2 Pierre 3

Voici déjà, bien-aimés, la seconde lettre que je vous écris. Dans l'une et dans l'autre je cherche à éveiller par des avertissements votre saine intelligence, afin que vous vous souveniez des choses annoncées d'avance par les saints prophètes, et du commandement du Seigneur et Sauveur, enseigné par vos apôtres, sachant avant tout que, dans les derniers jours, il viendra des moqueurs avec leurs railleries, marchant selon leurs propres convoitises, et disant : Où est la promesse de son avènement ? Car, depuis que les pères sont morts, tout demeure comme dès le commencement de la création.
Ils veulent ignorer, en effet, que des cieux existèrent autrefois par la parole de Dieu, de même qu'une terre tirée de l'eau et formée au moyen de l'eau, et que par ces choses le monde d'alors périt, submergé par l'eau, tandis que, par la même parole, les cieux et la terre d'à présent sont gardés et réservés pour le feu, pour le jour du jugement et de la ruine des hommes impies.
Mais il est une chose, bien-aimée, que vous ne devez pas ignorer, c'est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour. Le Seigneur ne tarde pas dans l'accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient ; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu'aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance. Le jour du Seigneur viendra comme un voleur ; en ce jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les œuvres qu'elle renferme sera consumée.
Puisque donc toutes ces choses doivent se dissoudre, quelles ne doivent pas être la sainteté de votre conduite et votre piété, tandis que vous attendez et hâtez l'avènement du jour de Dieu, à cause duquel les cieux enflammés se dissoudront et les éléments embrasés se fondront !
Mais nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre, où la justice habitera. C'est pourquoi, bien-aimés, en attendant ces choses, appliquez-vous à être trouvés par lui sans tache et irrépréhensibles dans la paix.
Croyez que la patience de notre Seigneur est votre salut, comme notre bien-aimé frère Paul vous l'a aussi écrit, selon la sagesse qui lui a été donnée. C'est ce qu'il fait dans toutes les lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Écritures, pour leur propre ruine.
Vous donc, bien-aimés, qui êtes avertis, mettez-vous sur vos gardes, de peur qu'entraînés par l'égarement des impies, vous ne veniez à déchoir de votre fermeté. Mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ. À lui soit la gloire, maintenant et pour l'éternité !
Amen !

Introduction

Le retour du Seigneur est l'un des sujets les plus importants de la Bible.

La façon dont nous vivons cette attente dépend la façon dont nous vivrons ce moment : dans la joie ou dans l'affliction. Cela signifie que si une personne vit comme si le Seigneur ne reviendra jamais, sa surprise sera grande, dans le mauvais sens. Ce jour sera terrible pour elle, selon qu'il est écrit :

ce jour est un jour de fureur, Un jour de détresse et d'angoisse, Un jour de ravage et de destruction, Un jour de ténèbres et d'obscurité, Un jour de nuées et de brouillards
Sophonie 1 : 15

À l'opposé, ceux qui se seront confiés en Christ et qui auront mis leur espérance dans la rédemption que Dieu seul peut offrir, le jour où Jésus reviendra sera un jour de fête, selon qu'il est écrit :

Quand Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire.
Colossiens 3 : 4

Ainsi donc, puisque notre présent est l'image imparfaite de notre éternité, trouvons dans la Parole de Dieu dès aujourd'hui la puissance de vivre de manière pieuse et sainte. Ne nous lassons de chercher Jésus-Christ car il est le sujet principal de notre éternité, selon qu'il est écrit :

Or, la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ.
Jean 17 : 3

Ce pour cette raison que l'apôtre Pierre termine sa lettre en nous exhortant à grandir dans la connaissance de notre Seigneur. Et c'est pour cette même raison que le Seigneur appelle à ne pas côtoyer ces moqueurs de peur qu'ils nous embarquent dans leurs affronts.

1. Les moqueurs 

1.1 Signes distinctifs (versets 1-4)

Le Seigneur nous avertit que dans les derniers temps, il viendra des moqueurs. Comment les reconnaîtra-t-on ?

Leurs paroles seront composées de railleries, de moqueries à l'égard de ceux qui cherchent à vivre de manière pieuse, cherchant la moindre chute dans la faiblesse des chrétiens pour le ridiculiser davantage. La seule chose qui les intéresse est d'assouvir les excès que leur corps recherche en trouvant leur inspiration dans les activités perverses que la société expose. Mais leur plus grand sujet de moquerie est la Parole de Christ, qui leur annonce qu'Il reviendra un jour. Dans leur arrogance, ils rient de cela et se complaisent à vivre dans la légèreté comme si le Seigneur n'est pas un Dieu vivant. Leurs propos se résumeraient comme suit :
« Le Seigneur ne reviendra pas. Nous en voulons pour preuve qu'aujourd'hui, nous pouvons faire n'importe quoi. Alors, quand Il parle de son retour, cela nous est bien égal, de toute façon, il n'y aura pas de punition... »

Leur vision de la vie commence à leur naissance et se termine à aujourd'hui comme si le passé ou l'avenir n'existaient pas.

1.2. Rejet de la Parole (versets 5-7)

Ces moqueurs rejettent donc avant tout la Parole de Dieu. Cela signifie qu'ils font le choix d'oublier la toute-puissance de celle-ci. Ils nient par exemple que c'est la Parole de Dieu qui a créé le monde, cela leur permet de vivre dans l'illusion que la Parole de Dieu n'a pas la puissance de détruire ce qui leur est cher : ce monde voué à la destruction. Effectivement, ils pensent que si la Parole de Dieu n'a pas la puissance de créer le monde, cette même Parole n'aura pas la puissance de les juger et de les condamner.

Alors, ils préfèrent pratiquer la politique de l'autruche et rester dans l'illusion que ce monde durera éternellement tel qu'il est car il est trop difficile de penser que l'objet de notre espérance est destiné à la destruction. Dans ce sens, ils préfèrent oublier les avertissements passés comme l'histoire de Noé. En effet, Jésus-Christ Lui-même avait averti que son retour est comparable à ce qui arriva au temps de ce patriarche, selon qu'Il a dit :

ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l'avènement du Fils de l'homme. Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche ; et ils ne se doutèrent de rien, jusqu'à ce que le déluge vînt et les emportât tous : il en sera de même à l'avènement du Fils de l'homme.
Matthieu 24 : 27-29

Ce qui est comparable, c'est que les contemporains de Noé vivaient avec le choix de mettre de côté les avertissements de Noé. Leur espérance était terrestre alors, à travers l'exemple des mariages, ils s'investissaient dans ce qui est temporaire.

Mais, Dieu avait décrété qu'il y aurait une échéance à leur rébellion vis-à-vis de la Parole. Le jour où Noé et sa famille entrèrent dans l'arche, il était devenu trop tard pour se repentir. Il n'y avait plus pour eux que l'exécution du jugement divin et ils périrent.

1.3. Avertissement

Il est écrit :

Heureux l'homme qui... ne s'assied pas en compagnie des moqueurs
Psaume 1 : 1

Ne laissons donc pas dominer sur notre âme l'attrait que génère la vie de ces moqueurs. Au contraire, comme l'apôtre Pierre nous exhorte, attachons-nous à la Parole car la connaissance accrue de notre Seigneur est la vie éternelle, selon ce qui est écrit dans la suite du Psaume 1 :

heureux celui qui trouve son plaisir dans la loi de l'Éternel, Et qui la médite jour et nuit !
Psaume 1 : 2

Nous serons heureux dans le paradis de Dieu parce que nous Le connaîtrons tel qu'Il nous a connus. Ce bonheur, nous pouvons le vivre dès à présent si notre vie est conduite par la Bible.

2. Le jour du Seigneur

Nous avons déjà évoqué le jour du Seigneur, c'est-à-dire le jour où Jésus-Christ reviendra pour juger toutes les nations. Voyons les éléments que le Saint-Esprit donne à travers les écrits de l'apôtre Pierre concernant ce jour.

2.1. Un jour déjà défini (versets 8-9a)

Jésus dit :

pour ce qui est du jour et de l'heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le père seul.
Matthieu 24 : 36

Nul ne connait le jour du Seigneur, même pas le Fils. Si la date est inconnue, soyons conscients que la date est arrêtée devant Dieu. Le Seigneur ne dévoile pas le jour parce qu'Il souhaite que les chrétiens vivent dans la vigilance.

Si nous savons que le Christ reviendra demain, comment agirions-nous aujourd'hui ?
Chaque chrétien a une réponse qui lui est propre et la réponse personnelle à cette question est l'attitude que le Seigneur qualifie de vie de pieuse et sainte. C'est pour cette raison que le Seigneur dit expressément que nous sommes dans les derniers temps. En d'autres termes, comprenons que le Seigneur revient bientôt.

Les moqueurs objecteront que cela fait deux mille ans que Jésus est parti et Il n'est toujours pas revenu ! Mais la Parole dite que mille ans est comme un jour et réciproquement. Ne calculons pas et soyons simplement en état d'urgence ; comme si le Seigneur reviendra demain.

2.2. Un jour où la grâce sera mise en évidence (versets 9b-10a)

Si le temps semble long à vue humaine, c'est parce que le Seigneur use de patience envers nous, comme l'apôtre Pierre précise plus loin au verset 15 :

croyez que la patience de notre Seigneur est votre salut
2 Pierre 3 : 15

En effet, si Dieu a laissé du temps aux contemporains de Noé, c'est parce que Dieu voulait les sauver gratuitement du déluge. Si donc il y a un seul jour de jugement, combien de jours de grâce y aura-t-il eu ?

Nous voyons dans le livre d'Apocalypse que les gens haïront Dieu pour ce jour parce que dans sa justice, Il les châtiera. Mais avaient-ils compté le nombre de jours où Dieu leur tendait la main pour qu'ils parviennent gratuitement au salut ?

Il est écrit au sujet de Dieu :

j’ai tendu mes mains tout le jour vers un peuple rebelle, Qui marche dans une voie mauvaise, Au gré de ses pensées
Ésaïe 65 : 2

Ce jour, c'est le jour où Dieu est venu en la personne de Christ sur la terre. Plus précisément, c'est le jour où Jésus fut cloué par les mains sur la croix. Ce jour-là, il a tendu les mains vers chacun d'entre nous. Pour résumer ses pensées d'après la Parole, c'est comme s'Il nous disait : « Je sais que tu marches selon ta propre volonté mais sache qu'à la fin de ta marche, tu trouveras la perdition éternelle. Aujourd'hui, sur la croix, je subis la condamnation que tu mérites et je tends les mains vers toi pour te donner la vie éternelle ».

Le Seigneur est un Dieu d'amour et il a laissé un grand nombre de jours pour que chaque personne ait le temps de venir à Lui. Finalement, le jour où il reviendra pour appliquer sa justice mettra d'autant plus en exergue les innombrables jours où il mettait en pratique sa grâce.

Il y a une question que nous nous posons souvent : que veut le Seigneur ?
Le verset 10a est clair : il veut que nous parvenions tous à la repentance. Voyez l'amour du Seigneur qui nous laisse le temps d'y parvenir au moyen de la Parole. Alors, si le Seigneur vous appelle, venez à Lui parce que c'est exactement pour cette raison qu'il n'est pas encore revenu.

2.3. Un jour terrible

Nous avons déjà évoqué que ce jour sera terrible. Cette terre sera consumée par le feu. Si une personne ne s'est pas réconciliée avec Dieu alors, elle n'aura aucun moyen d'échapper à la colère de Dieu. Cela est juste, parce que nous sommes coupables devant Lui à cause de nos péchés.

Nous avons remarqué qu'il y a de nombreuses concordances avec le jour où Dieu ferma la porte de l'arche de Noé et qu'Il détruisit la terre avec les eaux. Mais, lorsque Noé et sa famille sortirent de l'arche, Dieu conclut une alliance dans laquelle Il s'engagea à ne plus détruire la terre avec cet élément, selon qu'il est écrit :

J'établis mon alliance avec vous : aucune chair ne sera plus exterminée par les eaux du déluge, et il n'y aura plus de déluge pour détruire la terre.
Genèse 9 : 11

Souvenons-nous donc que, selon les Saintes Écritures, ce qui détruira la terre est le feu. La Parole détaille les caractéristiques de ce feu. Il est violent et éternel, selon qu'il est écrit par exemple :

Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort.
Apocalypse 21 : 8
... la géhenne où leur ver ne meurt point, et où le feu ne s'éteint point.
Marc 9:48

Ce feu est violent car c'est un étang ardent de feu et de soufre et ce feu ne s'éteindra jamais. Le pire, c'est que le pécheur, symbolisé par le ver, sentira sa douleur éternellement car il ne mourra pas.

Une fois de plus, comprenons qu'établir l'enfer pour demeure éternelle pour les pécheurs n'est pas la volonté première de Dieu. Il veut que tous parviennent à la repentance. Le jugement de Dieu est terrible alors voyez aujourd'hui tout son amour : il nous laisse encore le temps de venir à Lui et de lui demander pardon pour tous nos péchés passés.

3. Celui qui vit selon la Parole 

3.1. Sa Parole nous tient éveillés (versets 11-12)

La raison pour laquelle le Seigneur nous révèle tout cela n'est pas de nous maintenir dans une peur ambiante, bien au contraire, c'est pour que notre joie soit parfaite. Le Seigneur nous révèle son plan parce qu'Il veut que nous participions à son œuvre de salut. Notre manière d'y participer est de nous approprier dès aujourd'hui la vie qu'Il veut nous donner. Même si les qualificatifs « pieux » et « saint » sont dénigrés dans notre société, souvenons-nous que cela sera notre joyeux quotidien pour l'éternité.

Tant que nous sommes ici bas, notre vie pieuse et sainte semblera être vécue de manière partielle, et donc notre joie peut aussi paraître partielle, mais laissons le Saint-Esprit nous rappeler chaque matin que la joie est auprès de Dieu, selon qu'il est écrit :

tu me feras connaître le sentier de la vie ; il y a d'abondantes joies devant ta face, Des délices éternelles à ta droite.
Psaumes 16 : 11

Telle une fiancée qui est pressée de se marier, hâtons le retour du Seigneur. Ce jour est pour nous le jour de notre mariage et nous savons que le jugement des nations ne nous concerne pas.

Il est écrit :

la crainte n'est pas dans l'amour, mais l'amour parfait bannit la crainte ; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n'est pas parfait dans l'amour.
1 Jean 4 : 18

Ceux qui craignent un jugement n'aiment pas le Seigneur. Mais pour nous, nous savons que grâce aux mérites de Christ, nous serons exempts du châtiment. Cela signifie que nous pouvons vivre pleinement l'amour de Dieu, qualité première de celui qui participe à la nature divine. Rappelons simplement la signification d'aimer Dieu, c'est-à-dire aimer le Christ :

si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, de même que j'ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans son amour.
Jean 15 : 10

Jésus-Christ est notre modèle et Il ne nous demande jamais rien qu'Il n'ait pas fait Lui-même. Pour Jésus-Christ, aimer le Père, c'est garder ses commandements. Pour nous qui emboitons son pas, il en va de même : Aimer Christ, c'est garder ses commandements, c'est-à-dire, vivre dans la piété et la sainteté.

3.2. Sa parole nous pousse à l'adoration (verset 13)

Nous pouvons vraiment glorifier le Seigneur parce qu'Il s'est engagé par des promesses. Nous savons que la vie telle que nous la connaissons n'est pas la fin de toute chose. Le Seigneur s'est engagé à donner de nouveaux cieux et une nouvelle terre. La Bible nous parle succinctement de la réalisation de cette promesse :

il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et celui qui était assis sur le trône dit :
Voici, je fais toutes choses nouvelles. Et il dit : écris ; car ces paroles sont certaines et véritables.
Apocalypse 21 : 4-5

Pour nous qui sommes pressés qu'Il vienne nous chercher, nous savons sur la base de sa Parole que ces choses sont certaines et véritables. Notre espérance n'est pas vaine parce que nous savons que Dieu a déjà réalisé dans le passé ses promesses. Alors tel Abraham, nous savons que Dieu ne ment pas, selon qu'il est écrit :

ayant la pleine conviction que ce qu'il promet il peut aussi l'accomplir.
Romains 4 : 11

Le Seigneur seul peut créer une vie collective où la justice règnera. Et la bonne nouvelle en Jésus-Christ, c'est que nous en ferons partie. Savoir cela suscite dans le chrétien l'empressement que Jésus revienne et le fortifie ici bas dans la participation à l'œuvre rédemptrice que Dieu accomplit. Savoir cela pousse le chrétien à remercier Dieu. Or, la reconnaissance est un bon moyen de vivre de manière pieuse et sainte parce que :

  • Remercier Dieu rappelle sa grandeur
  • Remercier Dieu garde nos pensées en Christ

Cherchons donc à connaître Christ et cela fera de nous les adorateurs que le Père cherche.

Conclusion

Le Seigneur Jésus a dit :

déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée.
Jean 15 : 3

Le chrétien se purifie rien qu'en lisant la Bible. Ou plus précisément, Dieu purifie le chrétien lorsqu'il lit sa Bible.

En effet, la Parole de Dieu nous annonce des choses incroyables. Si nous ne sommes pas au Seigneur, cela génère de la moquerie mais prenez garde à votre sort final si vous restez du côté des moqueurs :

Les châtiments sont prêts pour les moqueurs
Proverbes 19 : 29

Mais pour celui qui est né de nouveau, les choses sont différentes. En lisant sa Bible, le Seigneur le fortifie, le Seigneur lui montre sa grandeur et sa puissance, le Seigneur lui montre la belle vie éternelle qu'Il réserve à ses enfants.

2 Pierre 3 se termine avec l'exhortation de grandir dans la grâce et la connaissance de Jésus-Christ. C'est en connaissance davantage le Seigneur et la grâce qu'Il nous offre que nous serons à même de tenir ferme.

Alors, ne nous privons jamais de la joie de mieux le connaître et par la puissance de sa Parole, il nous trouvera sans tâche ni reproche lors de son retour.