Introduction

Ce billet, assez long je reconnais, est pour tout ceux qui se posent la question de la définition du couple selon Dieu.

La Bible nous présente le plan final de Dieu pour l'Église : son union avec le Messie.

Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes remplies des sept derniers fléaux vint, et il m'adressa la parole, en disant : Viens, je te montrerai l'épouse, la femme de l'agneau. Et il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne. Et il me montra la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel d'auprès de Dieu, ayant la gloire de Dieu.
Apocalypse 21 : 9-10

La ville de Jérusalem céleste sera composée de tous ceux qui auront mis leur confiance dans l'œuvre rédemptrice du Messie. En effet, la Bible présente une histoire d'amour extraordinaire : l’amour du créateur pour sa créature.

Dieu a composé le genre humain d'homme et de femme à son image afin que leur mariage illustre les vérités concernant l'amour de Dieu pour nous.

Les deux premiers chapitres de la Bible montrent la création et la dégénération de l'union entre Dieu et les hommes. En effet, la relation que Dieu a établie a été rompue par le péché d'Adam et Ève. Mais, l'histoire ne se finit pas avec le divorce consommé entre Dieu et les hommes car nous voyons que le reste de Bible expose comment Dieu a rétabli cette relation à travers l'œuvre de Jésus-Christ avec pour motivation l'amour inconditionnel.

En parallèle, nous verrons que le mariage, image de la réalité de la relation entre Dieu et les hommes, suit le même parcours : Dieu a créé le mariage mais, celui-ci est ébranlé à cause du péché et dans sa grâce, l'œuvre du Messie rétablit le rôle des conjoints.

1. Et Dieu créa le mariage

L'Éternel Dieu dit :
Il n'est pas bon que l'homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui. L'Éternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l'homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l'homme. Et l'homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs ; mais, pour l'homme, il ne trouva point d'aide semblable à lui.
Alors l'Éternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l'homme, qui s'endormit ; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place.
L'Éternel Dieu forma une femme de la côte qu'il avait prise de l'homme, et il l'amena vers l'homme. Et l'homme dit : voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! on l'appellera femme, parce qu'elle a été prise de l'homme. C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair.
L'homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n'en avaient point honte.
Genèse 2 : 18-25

Dans le premier chapitre de la Bible, Dieu présente comment Il a créé les cieux et la terre, les végétaux, les animaux et les hommes. La création des hommes est une création très différente des autres créations. Pour tous les éléments de la création, Dieu qualifie leur création de bon mais pour l'homme, cela était très bon (Genèse 1 : 31).

De plus, parmi les êtres vivants, Dieu donna à l'homme et la femme une distinction particulière :

Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez ; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre.
Genèse 1 : 27-28

Dieu a créé l'homme et la femme à son image car Il voulait qu'ils aient la capacité de comprendre et de vivre pleinement Son amour et aussi qu'ils aient la faculté d'y répondre.

Dieu est un être intelligent. Il a donc doté les êtres humains de l'aptitude intellectuelle à discerner les subtilités de son amour. En retour, les hommes peuvent aimer Dieu dans leur rôle de créature en le louant et l'adorant de tout leur cœur.

En effet, lorsque nous considérons la beauté de l'œuvre de Dieu ne serait-ce qu'au niveau de la nature, nous pourrions nous exclamer comme le psalmiste et dire avec Lui :

Quand je contemple les cieux, ouvrage de tes mains, La lune et les étoiles que tu as créées : Qu'est-ce que l'homme, pour que tu te souviennes de lui ? Et le fils de l'homme, pour que tu prennes garde à lui ? Tu l'as fait de peu inférieur à Dieu, Et tu l'as couronné de gloire et de magnificence. Tu lui as donné la domination sur les oeuvres de tes mains, Tu as tout mis sous ses pieds…
Psaume 8 : 3-6

Oui, que sommes-nous pour que Dieu nous fasse la grâce de s'intéresser à nous ? Que sommes-nous pour que Dieu nous donne la domination sur toute la création, comme cela est indiqué dans le verset de Genèse 1 : 28 mentionné plus haut ? Ainsi, Dieu règne et il a voulu nous créer à sa ressemblance : des êtres qui règnent aussi.

Ainsi, la place exceptionnelle que le genre humain a dans le cœur de Dieu montre tout son amour pour nous. Étant à son image, Dieu nous a équipés avec la compétence d'aimer aussi.

Nous voyons que Dieu a créé l'homme en premier. C'est à Lui que Dieu a confié la responsabilité du jardin d'Éden. C'est encore à Adam que Dieu a confié ses ordres lorsqu'Il lui dit :

L'Éternel Dieu donna cet ordre à l'homme : Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras.
Genèse 2 : 16-17

Adam était garant de l'obéissance à la Parole de Dieu. S'il échoue dans ce rôle, le Seigneur le prévient qu'il mourra.

Étant créé avec l'aspiration d'aimer, Dieu vit qu'Adam était bien malheureux. Voyons comment Dieu a introduit la femme :

Dieu a bien vu que l'homme était triste tout seul. Dieu lui avait donné la responsabilité de la création avant qu'Ève n'apparaisse mais travailler seul n'est pas réjouissant ; il lui fallait une aide. Alors pour mettre en exergue son besoin de vis-à-vis, il fit d'abord venir tous les animaux avant de lui donner Ève. Bien sur, les animaux peuvent tenir compagnie et ils peuvent être de bon secours pour certaine tâche mais, comme ils n'ont pas été créés à l'image de Dieu, ils sont limités dans la relation, limitée dans l'échange d'affection, limités dans l'aide de prise de décision et surtout, limités dans l'adoration.

Mais un jour, Ève apparut ! Alors nous pouvons imaginer sa joie de voir Ève à son réveil. Enfin un être capable de l'aimer comme lui il aime ! Enfin un être capable de penser comme lui il pense ! Enfin un être sur qui il peut vraiment s'appuyer dans le quotidien ! enfin un vrai vis-à-vis capable d'exprimer une adoration comme lui adorerait !
Gardons bien à l'esprit que cela nous fait comprendre la joie que Dieu a eue lorsqu’Il nous a créés. C'est pour cela qu'il qualifia la création de l'homme et de la femme bonne de très bonne.

De plus, remarquons que Ève a été prise de la cote d'Adam. Comme dirait l'autre, elle n'a pas été tirée de sa tête pour qu'elle domine sur lui, ni de ses pieds pour être écrasée ; mais d’une de ses côtes pour être son égale, sous son bras pour être protégée ; et près de son cœur pour être aimée.

En résumé, Dieu a créé Adam à son image afin que :

  • Adam soit capable de comprendre l'amour de Dieu
  • Adam soit capable de répondre à son amour
  • Adam soit capable de prendre part à l'œuvre de Dieu en tant que responsable de la création

Créé pour aimer, il fallait à Adam une personne semblable à lui, c'est-à-dire un vis-à-vis qui soit aussi à l'image de Dieu. En tant qu'être humain, Ève a aussi la faculté de comprendre et de répondre personnellement à l'amour de Dieu. De plus, la Bible précise que son rôle est d'aider son mari Adam à assumer ses responsabilités.
Ainsi, la relation que Dieu a voulue entre Lui et le genre humain est illustrée par le couple. L'intimité du couple reflète que Dieu veut être proche de nous. La nudité sans honte représente cette communion sans impureté. Comme la responsabilité de chacun est d'avoir une relation sans tâches avec Dieu, la responsabilité du mari est aussi que rien ne vienne faire honte dans le couple et la femme est là pour l'aider.

Remarquons que la polygamie est exclue de la pensée de Dieu. En effet, Dieu nous a aimés spécialement parmi toutes ses créatures. L'homme doit donc refléter cela en aimant une seule femme. De plus, nous sommes appelés à adorer Dieu seul donc, la femme doit se tourner vers un seul homme.

2. Les hommes ont détruit le mariage

Adam et Ève étaient dans le jardin d'Éden. Ils ont pu bénéficier du repos de Dieu jusqu'au jour où Adam a échoué dans son rôle de responsable. En effet, il n'a pas réussi que le couple fasse uniquement confiance à la Parole de Dieu : ils ont écouté Satan.

Que s'est-il passé ?
Satan s'est introduit dans le jardin et il s'en est pris à la femme en la séduisant, en l'incitant à enfreindre la seule interdiction que Dieu avait formulée. Adam l'a suivi dans sa désobéissance sans réfléchir non plus.

Quelle est la conséquence ? La Bible nous dit que la pratique du péché entraine la mort, selon qu'il est écrit :

que personne, lorsqu'il est tenté, ne dise : c’est Dieu qui me tente. Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne. Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. Puis la convoitise, lorsqu'elle a conçu, enfante le péché ; et le péché, étant consommé, produit la mort.
Jacques 1 : 13-15

C'est exactement ce qui s'est passé pour Adam et Ève : Satan a réussi à amorcer leur convoitise et la consommation du péché a produit la mort.

Soulignons que la mort à trois aspects :

  • La mort spirituelle : être séparé de Dieu
  • La mort dans l'âme : la vie devient insupportable
  • La mort corporelle : la vie biologique est limitée dans le temps

La mort spirituelle est la plus grave parce qu’elle entraine les deux autres. La mort spirituelle est le fait de ne plus être en relation avec Dieu. Cette séparation existe parce que les hommes et les femmes ont péché. La conséquence est que nous ne vivons pas sous la volonté de Dieu mais nous sommes livrés à nous-mêmes. Les conséquences sont dramatiques parce que c’est exactement comme si nous livrons un enfant à lui-même : entre les jeux mortels et le fait de ne pas savoir prendre soin de lui, la mort arriverait bien vite.

De par leur péché, Adam et Ève se sont donc coupés de Dieu et nous allons voir que cette mort spirituelle a entrainé la mort dans l’âme puis la mort physique.

2.1 La mort dans l’âme

Depuis qu’Adam et Ève ont cassé le modèle d’amour de Dieu, les bonnes attitudes que Dieu avait mises dans le cœur sont mortes. Livrés à eux-mêmes, leur volonté est affectée par des choses mauvaises qui rejaillissent en actes et en paroles.

Pour exemple, nous pouvons constater la mort de la solidarité. Lorsque Dieu demande à Adam ce qui s’est passé, sa réponse est de tout mettre sur le dos de sa femme, comme si c’était elle qui était responsable. Il ne la considère plus comme la personne à aimer, à défendre et à protéger mais, il l’abandonne totalement pour l’exposer à la colère de Dieu.

Il est intéressant de voir que sans Dieu, l’homme ne prend plus ses responsabilités en mains mais il se positionne dans la position de victime. C’est de la faute de tout le monde sauf de la sienne : c’est la faute de la femme et c’est surtout la faute de Dieu car c’est Lui qui a mis cette femme-là. Adam a profité de la faiblesse de sa femme pour jouir du plaisir temporaire du péché. Dans tout péché, il y a un plaisir mais ce plaisir laisse vite sa place à la réalité : l’horreur de l’esclavage du péché.

Adam s’est donc comporté en ce sens comme un homme moderne qui profite de sa femme pour avoir ce que ses mauvais penchants désirent et la rejette au moment d’assumer les conséquences.

Tout cela est malheureusement normal parce qu'en raison de son rejet de la Parole de Dieu, il n’a plus de modèle à suivre.

Nous pouvons aussi prendre l’exemple de la mort de la conscience pure. Adam et Ève vivaient nus dans le jardin d’Éden et ils n’avaient pas honte. Cette nudité est l’image d’une conscience pure et sans tâches devant Dieu.

Tant qu’ils obéissaient à Dieu, rien n’est venu souiller cette conscience, mais avec l’introduction du péché, la honte est apparue. Leur réflexe a été de vouloir corriger eux-mêmes leur faute en se faisant des ceintures de feuilles de vigne mais cela n’a enlevé en rien leur opprobre car cela n’a pas enlevé leur culpabilité.

Adam et Ève étaient placés par Dieu dans le jardin afin de vivre éternellement le sabbat ; le repos divin. Dans la relation que Dieu avait prévue, Il mettait ceux qu’Il aime dans un lieu qu’Il avait préparé pendant cinq jours puis Il les a créés le sixième jour pour qu’à partir du septième jour, ils profitent tous ensemble du jardin bucolique. Mais à cause de la négligence de la Parole de Dieu, leur vie sur terre allait devenir pénible :

L’homme et la femme gardent respectivement leur rôle mais cela sera désormais difficile. L’homme garde son rôle de responsable de nourrir la famille mais, désormais, la terre produira des ronces et c’est en suant qu’il tira les fruits de la nature. La femme garde son rôle de celle qui aide le mari à avoir une famille en tant que procréatrice, mais cette tâche se fera avec souffrance. Ainsi, donner la vie est accompagné de souffrances ; que ce soit donner la vie à un enfant ou entretenir la vie en nourrissant le corps.

Dieu aurait pu ôter la vie physique à Adam et Ève mais au lieu de cela, Il leur fait la grâce d’avoir la possibilité de se réconcilier avec Lui. Mais, avec la souffrance liée à la vie, Dieu rappelle que sans Lui, la vie n’est pas possible.

En fin de compte, la mort dans l’âme accable une vie car :

  • Le rapport avec soi est insoutenable parce que nous nous savons coupables.
  • Le rapport avec son vis-à-vis est invivable parce qu’il n’y a plus solidarité.
  • Le rapport avec son quotidien est pénible parce que pour toute chose, il faut souffrir.

Tout cela fait que la vie sur terre est pénible et fatigante : voilà les conséquences du péché.

2.2 La mort corporelle

Le plus dramatique, c’est que sans Dieu, supporter toute cette souffrance ne sert à rien puisqu’au bout du voyage il y a la mort. Dieu avait donné l’ordre à Adam et Ève de transmettre la vie physique mais, sans Dieu, ils sont réduits à transmettre la mort.

En effet, Adam et Ève étaient destinés à vivre éternellement ainsi que leurs enfants. C’est pour cela que Dieu leur avait donné l’ordre de remplir la terre. Mais, avec le péché, leur vie est devenue limitée dans le temps ainsi que celle de leurs enfants.

Nous voyons au chapitre 5 du livre de la Genèse la généalogie d’Adam à Noé. La mort marque ce passage alors que normalement, Dieu nous a créés pour la vie. Depuis que le modèle avec le Dieu vivant est coupé, le couple met au monde des enfants avec une durée de vie limitée.

Il est notable de voir que non seulement Adam et Ève mettent au monde des enfants qui auront une durée de vie limitée, mais en plus ils leurs ont transmis leur propre rébellion : Un meurtrier se trouvait parmi leurs premiers enfants : Caïn tua son frère Abel.

Depuis l’exclusion du jardin d’Éden, la mort donc a pris une grande place sur la terre par divers moyens. Que ce soit la vieillesse, des raisons naturelles ou des meurtres… la mort est au bout du chemin.

Effectivement, le salaire du péché c’est bien la mort !

2.3 Responsable, donc coupable

Remarquons que Dieu dit à Adam « puisque… » contrairement à la femme. Nous pouvons analyser ce qui s’est passé pour comprendre le rouage de la faillite d’Adam et Ève mais la Bible nous dit bien que puisqu’Adam était responsable, alors c’est lui le coupable, selon qu’il est écrit :

Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ
1 Corinthiens 15 : 22

Il n’est pas dit que tous meurent en « Ève » ou même tous meurent en « Adam et Ève » mais uniquement en Adam. Ce qui est normal car le responsable a un devoir de résultat.

Si l’histoire de l’humanité se terminait là, nous pouvons tous être désespérés et abattus parce que la vie de souffrance sur cette terre n’a aucune raison d’être supportée. Alors, après cette mauvaise nouvelle, je voudrais vous annoncer la bonne nouvelle en Jésus-Christ : Adam nous a transmis la mort, mais Jésus-Christ nous redonne la vie ; comme nous venons de le lire.

3. Jésus-Christ rétablit le mariage (Éphésiens 5)

3.1 Dieu et les hommes

Après avoir rappelé ce qu’étaient (pécheurs) et ce qu’ils sont devenus (rachetés pour Dieu), l'apôtre Paul rappelle aux Éphésiens que les bénédictions commencent dès ici-bas, selon qu’il est écrit :

À cause de cela, je fléchis les genoux devant le Père, duquel tire son nom toute famille dans les cieux et sur la terre, afin qu'il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d'être puissamment fortifiés par son Esprit dans l'homme intérieur, en sorte que Christ habite dans vos coeurs par la foi ; afin qu'étant enracinés et fondés dans l'amour, vous puissiez comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et connaître l'amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu. Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons, lui soit la gloire dans l'Église et en Jésus-Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles ! Amen !
Éphésiens 3 : 14-21

L’apôtre Paul rappelle qu’ici bas, le chrétien est puissamment fortifié pour marcher d’une manière digne de Dieu et il rappelle la raison : Dieu agit puissamment en nous au-delà de tout ce que nous pouvons imaginer. En effet, si nous regardons à nos propres capacités, nous en aurons vite fait le tour car nous savons que nous sommes si faibles et que le seul fruit que nous sommes capables de produire est la mort. Mais, c’est exactement pour cette raison que nous sommes venus à Jésus-Christ : nous sommes venus à Lui pour confesser que nous sommes dignes d’être condamnés et que nous avons besoin de son secours !

Alors, Jésus-Christ a commencé par payer pour nos péchés et son œuvre va beaucoup plus loin : il agit en nous de sorte que là où nous échouons, Lui nous donne la victoire. Quand Adam a échoué, il a apporté la mort dans l’âme mais, grâce aux mérites de Jésus-Christ, le Saint-Esprit a totalement inversé ce qui se passe dans le cœur.

3.2 Adam et Ève

Il est écrit :

Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur ; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l'Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur. Or, de même que l'Église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l'être à leurs maris en toutes choses. Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l'Église, et s'est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l'avoir purifiée par le baptême d'eau, afin de faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible.
Éphésiens 5 : 21-27

Parmi les choses impensables que l'apôtre Paul développe au sujet des choses que seule la puissance de Dieu peut accomplir, il y a notamment le mariage. Nous avons vu que couper de Dieu, l’homme et la femme n’ont plus la capacité d’être un mari selon Dieu et d’être une femme selon Dieu. Cependant, Dieu affirme à nouveau dans l'Épître aux Éphésiens que le couple doit refléter l’union entre Lui et les êtres humains ; ou plus précisément, entre Jésus-Christ et les êtres humains.

Cela serait impossible sans Dieu mais, maintenant que Christ est dans le cœur des chrétiens, cela est accessible.

3.2.1 La femme mariée selon la Bible

Dieu rappelle aux femmes que par sa puissance, elles peuvent revenir à leur rôle initial : refléter l’Église universelle, c’est-à-dire l’ensemble de ceux qui ont cru au nom de Jésus-Christ. Si nous réfléchissons sur la place de l’Église par rapport Jésus-Christ, nous constatons que :

  • Chaque chrétien qui la compose s’est donné lui-même au Seigneur.
  • Chaque chrétien qui la compose cherche la volonté de Jésus-Christ.

La femme chrétienne peut refléter cela à son niveau en s'appuyant sur le Saint-Esprit. Nous comprenons pourquoi l'apôtre Paul leur rappelle qu’en Jésus-Christ, elles ont la capacité de se soumettre à leur mari, c’est-à-dire de respecter leur place de responsable du foyer que Dieu lui a donné.

Remarquons qu’il n’est jamais écrit que les maris doivent soumettre leurs femmes ! De même que chaque chrétien qui compose l’Église se soumet volontairement à Jésus-Christ, de même la soumission que Dieu attend est uniquement la soumission et le respect que la femme voudra donné. C’est donc la soumission et le respect volontaires que la femme doit donner à son mari parce que c’est ainsi que l’Église se comporte avec Jésus-Christ.

Si une femme se pose la question : comment dois-je me comporter vis-à-vis de mon mari ?
Elle devra réfléchir sur l'attitude de l'Église par rapport à Christ (attitude, dévouement, soumission...).

Malheureusement, les hommes ne sont pas aussi faciles à suivre que Jésus-Christ. Entre ceux qui sont irresponsables, colériques, ivrognes, débauchés ou ennemis de Dieu... la tâche n'est pas toujours aisée. C'est pour cela qu'elle devra beaucoup prier et elle trouvera la bonne attitude pour respecter son mari sans compromis avec le péché et ainsi elle saura être une épouse selon Dieu.

3.2.2 Le mari selon la Bible


Dieu rappelle aux maris que par sa puissance, ils peuvent revenir à leur rôle initial : refléter Jésus-Christ par rapport à l’Église universelle.

Si nous réfléchissons sur le rôle Jésus-Christ par rapport l’Église, nous constatons que :

  • Christ a payé de sa vie que chaque chrétien ait la vie éternelle.
  • Christ a payé de sa vie pour que chaque chrétien soit sanctifié.
  • Christ a payé de sa vie pour que chaque chrétien soit glorifié quand il reviendra.

Le mari chrétien peut refléter cela à son niveau en marchant par l'Esprit. Nous comprenons pourquoi Paul leur rappelle qu’en Jésus-Christ, ils ont la capacité d’aimer leurs femmes comme leur propre corps. Le rôle du mari est de s’assurer que sa femme se porte bien :

Physiquement au point de donner sa vie pour elle s’il le faut.
Moralement au point de ravaler son orgueil afin que la joie et la paix soient dans le cœur du couple.
Spirituellement au point d’abandonner toutes ses petites priorités pour être sûr que c’est Dieu qui domine le foyer
C’est ainsi que le mari doit aimer sa femme parce que c’est ainsi que Christ à aimer son Église.

Si un homme se pose la question : comment dois-je me comporter vis-à-vis de ma femme ?
Elle devra réfléchir sur l'attitude de Christ par rapport à l'Église (amour inconditionnel...).

Malheureusement, les femmes ne sont pas toujours faciles à aimer. Entre celles qui sont autoritaires, pas aimables, antipathiques, moqueuses, méprisantes... la tâche n'est pas toujours aisée. C'est pour cela que le mari doit se confier dans le Seigneur afin de savoir comment aimer sa femme sans compromis avec le péché et ainsi, il saura être un mari selon Dieu.

Conclusion

Nous avons vu que Dieu a créé l’homme et la femme à son image pour être pleinement en communion avec eux. Pour qu’ils comprennent davantage cette relation, Dieu leur a donné le mariage pour illustrer le lien vertical entre le Créateur et sa créature, avec un rôle de responsable à l’homme et un rôle d’aide à la femme.

Malheureusement, Adam et Ève ont commis un adultère dans le sens où ils ont suivi la voix d’un autre maître que Dieu. La conséquence est que leur vie s’est transformée en mort.

Mais dans sa grâce, Dieu a racheté la vie perdue à cause d’Adam. Il est venu sur terre en la personne de Jésus-Christ, et il est allé volontairement donner sa vie en mourant sur la croix de sorte que la condamnation que nous méritions est tombée sur le Messie. Et comme Dieu est plus fort que la mort, Jésus-Christ est ressuscité le troisième jour.

Si Christ est mort, c’est pour que notre péché soit expié. S’il est revenu à la vie, c’est pour que nous puissions nous raccrocher à Lui dans sa résurrection de sorte que la vie éternelle soit notre destiné. Cela doit être notre espérance d'un point de vue spirituelle, morale ou physique.

Dans cette vie que Jésus donne, il y a toute sorte de bénédictions spirituelles et cela concerne le mariage : maintenant que Dieu a rétabli la communion avec les humains, Il a aussi rétabli la relation dans le couple car Il nous donne la faculté de redevenir des maris et des femmes selon Sa volonté. Cela n’était pas possible par nos propres forces mais, uniquement avec la puissance de Dieu.

Les vies sont uniques et il n’est pas possible de donner des exemples concrets de soumission et d’amour. Mais ce qui est sur, c’est que si un homme se demande comment il doit agir envers sa femme pour que son couple marche, la réponse sera toujours « avec amour ». De même, si une femme se demande comment elle doit agir envers son mari pour que son couple marche, la réponse sera toujours « avec soumission et respect ».
En effet, c'est ainsi que le couple reflétera l'amour de Jésus-Christ pour son Église.

N'oublions jamais que la prière sera l'arme idéale pour être un mari ou une épouse selon Dieu en toute circonstance car Jésus-Christ a promis qu'Il nous guidera à travers le Saint-Esprit.

Et en parlant de prière, nous conclurons avec ces versets tirés de 1 Pierre 3 : 1-7 :

Femmes, soyez de mêmes soumises à vos maris, afin que, si quelques-uns n'obéissent point à la parole, ils soient gagnés sans parole par la conduite de leurs femmes, en voyant votre manière de vivre chaste et réservée.
Ayez, non cette parure extérieure qui consiste dans les cheveux tressés, les ornements d'or, ou les habits qu'on revêt, mais la parure intérieure et cachée dans le cœur, la pureté incorruptible d'un esprit doux et paisible, qui est d'un grand prix devant Dieu.
Ainsi se paraient autrefois les saintes femmes qui espéraient en Dieu, soumises à leurs maris, comme Sara, qui obéissait à Abraham et l'appelait son seigneur. C'est d'elle que vous êtes devenues les filles, en faisant ce qui est bien, sans vous laisser troubler par aucune crainte.
Maris, montrer à votre tour de la sagesse dans vos rapports avec vos femmes, comme avec un sexe plus faible; honorez-les, comme devant aussi hériter avec vous de la grâce de la vie.
Qu'il en soit ainsi, afin que rien ne vienne faire obstacle à vos prières