Introduction

Depuis longtemps, Les rabbins ont identifié deux aspects et deux destinées concernant le Messie. Or, ce qui est troublant en étudiant les passages de l'Ancien Testament, c'est que ces deux types de prophéties au sujet du Messie s'opposent totalement. Ils leur ont donné les noms suivants :

  • Messie, fils de David
  • Messie, fils de Joseph (pour lire cette étude, cliquez ici)

Dans cette étude, nous allons voir le Messie fils de David à travers l'histoire de la bataille entre le roi David et Goliath, relatée en 1 Samuel 17. Nous verrons que Jésus a accompli ce qu'on pouvait attendre du Messie.

Avant d'entrer dans le vif du sujet, notons que le chapitre 16 introduit la personne du Messie :

  • verset 1 : Ce passage annonce les origines géographiques du Messie : Bethléem. Miché 5 : 1 nous disait déjà que le Messie naîtrait à Bethléem et Matthieu 2 : 1 nous confirme que Jésus a bien accompli cette prophétie : Il est né à Bethléem.
  • Verset 11 : Nous apprenons par ce verset le rôle que jouera l'Oint de l'Éternel : un berger qui s'occupe de ses brebis. De même, le premier problème du Messie sera les brebis égarées d'Israël dans un premier temps, puis le reste de l'humanité. Jésus ira jusqu’à affirmer qu’il est le bon berger (Jean 10 : 11).

Ce chapitre 16 nous montre que Jésus est bien le Messie, fils de David. Alors voyons maintenant son œuvre.

Dans le chapitre 17, Saül et le peuple représentent chacun d’entre nous sans le secours du Messie. Nous seulement l’Esprit de Dieu n’est pas naturellement en nous à cause de nos péchés, mais en plus comme nous le verrons, sans le Messie, nous sommes sans force, destinés à l’esclavage d’un très mauvais maître et donc destinés à la mort.

Versets 1-3

Nous voyons qu’une bataille va commencer entre les philistins et les Hébreux. Cela nous rappelle aussi dans la guerre spirituelle dans laquelle nous sommes concernés et il n’y a que 2 camps : ceux qui sont avec le Messie et ceux qui ne sont pas avec le Messie.

Versets 4-7

Voici l’entrée de Goliath, qui symbolise Satan. Il est vêtu d’airain, ce qui symbolise la condamnation, le besoin de purification. Le passage nous montre un homme très impressionnant : 3 mètres de haut. Cela montre que le diable est plus fort qu’un homme mais comme nous connaissons déjà la fin de l’histoire, bien moins fort que le Messie.

Versets 9-10

Comme il se faisait parfois à l’époque, pour éviter des grandes batailles avec beaucoup de morts, les chefs choisissaient un héros dans chaque camp et l’issue du combat en un contre un déterminait l’issue de la bataille. Et c’est ce que propose ici Goliath, avec beaucoup d'arrogance. Mais arrogance ou pas, dans ces versets, il énonce réellement l’enjeu de la bataille : Qui sera assujetti à qui ?
Pour nous, la question demeure vraie aujourd’hui. Jésus a dit :

en vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché.
Jean 8 : 34

Et si nous perdons la bataille face au péché, alors nous en serons esclaves sachant que le fruit du péché c’est la mort.

Verset 11

Quelle est la réaction du peuple ? Ils sont effrayés. Il n’y a rien d’étonnant face à une personne de 3 mètres de haut. En fin de compte, c’est peut-être une réaction qui les a sauvés parce que sinon c’est la mort assurée. De nos jours, nous vivons dans une époque où nous affectionnons ce qui est extrême à tel point que nous oublions que Satan est dangereux. De nos jours, la tendance est de sous-estimer tellement les dégâts du péché que le monde va jusqu’à appeler le mal bien ! Nous croyons que jouer avec le péché c’est comme faire un saut à l’élastique : il y a un happy-end. Attention ! qui se frotte au péché s'y pique !

Verset 16

Le chiffre quarante représente dans la Bible le temps de l’épreuve (40 ans dans le désert, 40 jours et 40 nuits pour l’épreuve de Jésus…). Ainsi, la Bible souligne ici à quel point le peuple est découragé. Pendant 40 jours, Goliath vient montrer combien il est fort et donc, combien le peuple est faible, impuissant. Nous voyons toutes les caractéristiques de l’accusateur de nos âmes : Satan. Satan vient jour après jour nous montrer nos chutes, tous nos actes manqués… Le pire, c’est que Goliath n’a pas besoin de passer à l’attaque ! Parler suffit. Et pour nous il en va de même. Le rappel de nos faiblesses suffit à nous donner envie d’aller au fond d'un trou.

Verset 17-19

Quand tout va mal, nous sommes tentés d’accuser Dieu de nous avoir abandonnés. La réalité est tout autre : de même que Isaï envoya son fils pour savoir comment vont ses frères, de même Dieu a envoyé son fils unique pour nous sauver. Dieu n’est pas indifférent à notre sort.

Verset 20

Quel beau verset : David quitta ses brebis pour sauver celle qui était perdue. De même, Jésus quitta son trône de gloire pour venir nous sauver. Jésus l’a rappelé dans la parabole de la brebis perdue :

quel homme d'entre vous, s'il a cent brebis, et qu'il en perde une, ne laisse les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller après celle qui est perdue, jusqu'à ce qu'il la retrouve ? Lorsqu'il l'a retrouvée, il la met avec joie sur ses épaules, et, de retour à la maison, il appelle ses amis et ses voisins, et leur dit :
Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé ma brebis qui était perdue. De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de repentance.
Luc 15 : 4-7

En venant sur terre, Jésus a montré qu'il est réellement le bon berger.

Verset 28

David est rejeté par ses propres frères de sang !! De même, Jésus sera aussi rejeté par ses frères de sang. Le père a envoyé celui qui devait les sauver, et eux, ils le rejettent. Cette réaction est malheureusement humaine mais ce n’est pas une fatalité : les frères changeront d’avis.


En fin de compte, c’est le point culminant de la déchéance des hommes. Commettre un péché, c’est déjà grave, mais rejeter le seul qui puisse nous sauver est la pire des choses. Ce n’est pas une question sentimentale, mais logique. Si une personne est en train de se noyer rejette la bouée qu’on lui a jetée, c’est la mort et tout ce que nous pouvons faire, c’est supplier la personne de se saisir de la bouée.

À travers ce partage de la Bible, c'est mon objectif : vous supplier d'accepter la bouée que Dieu vous envoie, c'est-à-dire, mettre votre confiance en Jésus-Christ.

Versets 42-47

Un des enjeux principaux du combat est la gloire de Dieu. De même, dans tout ce que Jésus a accompli, il a toujours cherché la gloire de son Père.

Versets 48-51

David terrassa le géant d'une pierre. Cela nous rappelle que Satan a été vaincu en un seul acte : dans la mort et la résurrection de Jésus-Christ, selon qu'il est écrit :

Car il est mort, et c'est pour le péché qu'il est mort une fois pour toutes ; il est revenu à la vie, et c'est pour Dieu qu'il vit. Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus Christ.
Romains 6 : 10-11

De même que les philistins ont pris la fuite, de même, le péché n'a plus le pouvoir de nous contraindre à lui obéir. Ainsi, le chrétien qui se confie dans son sauveur à l'assurance de la victoire dans les diverses épreuves. Cette victoire, c'est notre sanctification, selon qu'il est écrit :

ce que Dieu veut, c'est votre sanctification ; c'est que vous vous absteniez de l'impudicité
1 Thessaloniciens 4:3

Ainsi, le chrétien est libéré de son impudicité qui rendait son âme si triste dans le passé.

Verset 52

La joie du peuple ne réside finalement que dans la victoire de David. De même, notre joie peut exploser aujourd’hui parce que Jésus a vaincu la mort et le péché.

Allons plus loin : le peuple commence à être victorieux uniquement que parce que David a été victorieux. De même, nous pouvons victorieux dans nos vies seulement après notre conversion parce que Jésus a été victorieux. Quelles sont les conséquences de la victoire de Jésus ?

  • Romains 5 : 1 > Nous avons la paix avec Dieu.
  • Romains 8 : 33-35 > Rien ne nous séparera de l'amour de Christ
.

Conclusion

Nous pouvons dire qu'il s'en soit fallu de peu pour que le peuple soit esclave des philistins. Mais Dieu a suscité un sauveur.

Cette anecdote nous rappelle que devant le péché, nous sommes tous faibles au point d'en être esclaves. La preuve est que nous avons tous péché. Mais heureusement pour nous, Dieu a suscité un sauveur, selon qu'il est écrit :

et nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé le Fils comme Sauveur du monde.
1 Jean 4 : 14

L’épilogue nous montre la gloire du père de David ! De même, à la fin des temps, Dieu sera glorifié en Jésus-Christ. Nous glorifierons aussi Dieu grâce à Jésus et c’est là notre vraie victoire.

Cette victoire peut être une réalité dès aujourd’hui si vous vous repentez de vos péchés et que vous croyez en l'œuvre salvatrice du Messie.

1 Samuel 17

1. Les Philistins réunirent leurs armées pour faire la guerre, et ils se rassemblèrent à Soco, qui appartient à Juda ; ils campèrent entre Soco et Azéka, à Éphès Dammim.
2. Saül et les hommes d'Israël se rassemblèrent aussi ; ils campèrent dans la vallée des térébinthes, et ils se mirent en ordre de bataille contre les Philistins.
3. Les Philistins étaient vers la montagne d'un côté, et Israël était vers la montagne de l'autre côté : la vallée les séparait.
4. Un homme sortit alors du camp des Philistins et s'avança entre les deux armées. Il se nommait Goliath, il était de Gath, et il avait une taille de six coudées et un empan.
5. Sur sa tête était un casque d'airain, et il portait une cuirasse à écailles du poids de cinq mille sicles d'airain.
6. Il avait aux jambes une armure d'airain, et un javelot d'airain entre les épaules.
7. Le bois de sa lance était comme une ensouple de tisserand, et la lance pesait six cents sicles de fer. Celui qui portait son bouclier marchait devant lui.
8. Le Philistin s'arrêta ; et, s'adressant aux troupes d'Israël rangées en bataille, il leur cria : Pourquoi sortez-vous pour vous ranger en bataille ? Ne suis-je pas le Philistin, et n'êtes-vous pas des esclaves de Saül ? Choisissez un homme qui descende contre moi !
9. S'il peut me battre et qu'il me tue, nous vous serons assujettis ; mais si je l'emporte sur lui et que je le tue, vous nous serez assujettis et vous nous servirez.
10. Le Philistin dit encore : Je jette en ce jour un défi à l'armée d'Israël ! Donnez-moi un homme, et nous nous battrons ensemble.
11. Saül et tout Israël entendirent ces paroles du Philistin, et ils furent effrayés et saisis d'une grande crainte.
12. Or David était fils de cet Éphratien de Bethléhem de Juda, nommé Isaï, qui avait huit fils, et qui, du temps de Saül, était vieux, avancé en âge.
13. Les trois fils aînés d'Isaï avaient suivi Saül à la guerre ; le premier-né de ses trois fils qui étaient partis pour la guerre s'appelait Éliab, le second Abinadab, et le troisième Schamma.
14. David était le plus jeune. Et lorsque les trois aînés eurent suivi Saül,
15. David s'en alla de chez Saül et revint à Bethléhem pour faire paître les brebis de son père.
16. Le Philistin s'avançait matin et soir, et il se présenta pendant quarante jours.
17. Isaï dit à David, son fils : Prends pour tes frères cet épha de grain rôti et ces dix pains, et cours au camp vers tes frères ;
18. porte aussi ces dix fromages au chef de leur millier. Tu verras si tes frères se portent bien, et tu m'en donneras des nouvelles sûres.
19. Ils sont avec Saül et tous les hommes d'Israël dans la vallée des térébinthes, faisant la guerre aux Philistins.
20. David se leva de bon matin. Il laissa les brebis à un gardien, prit sa charge, et partit, comme Isaï le lui avait ordonné. Lorsqu'il arriva au camp, l'armée était en marche pour se ranger en bataille et poussait des cris de guerre.
21. Israël et les Philistins se formèrent en bataille, armée contre armée.
22. David remit les objets qu'il portait entre les mains du gardien des bagages, et courut vers les rangs de l'armée. Aussitôt arrivé, il demanda à ses frères comment ils se portaient.
23. Tandis qu'il parlait avec eux, voici, le Philistin de Gath, nommé Goliath, s'avança entre les deux armées, hors des rangs des Philistins. Il tint les mêmes discours que précédemment, et David les entendit.
24. A la vue de cet homme, tous ceux d'Israël s'enfuirent devant lui et furent saisis d'une grande crainte.
25. Chacun disait : Avez-vous vu s'avancer cet homme ? C'est pour jeter à Israël un défi qu'il s'est avancé ! Si quelqu'un le tue, le roi le comblera de richesses, il lui donnera sa fille, et il affranchira la maison de son père en Israël.
26. David dit aux hommes qui se trouvaient près de lui : Que fera-t-on à celui qui tuera ce Philistin, et qui ôtera l'opprobre de dessus Israël ? Qui est donc ce Philistin, cet incirconcis, pour insulter l'armée du Dieu vivant ?
27. Le peuple, répétant les mêmes choses, lui dit : C'est ainsi que l'on fera à celui qui le tuera.
28. Éliab, son frère aîné, qui l'avait entendu parler à ces hommes, fut enflammé de colère contre David. Et il dit : Pourquoi es-tu descendu, et à qui as-tu laissé ce peu de brebis dans le désert ? Je connais ton orgueil et la malice de ton coeur. C'est pour voir la bataille que tu es descendu.
29. David répondit : Qu'ai-je donc fait ? ne puis-je pas parler ainsi ?
30. Et il se détourna de lui pour s'adresser à un autre, et fit les mêmes questions. Le peuple lui répondit comme la première fois.
31. Lorsqu'on eut entendu les paroles prononcées par David, on les répéta devant Saül, qui le fit chercher.
32. David dit à Saül : Que personne ne se décourage à cause de ce Philistin ! Ton serviteur ira se battre avec lui.
33. Saül dit à David : Tu ne peux pas aller te battre avec ce Philistin, car tu es un enfant, et il est un homme de guerre dès sa jeunesse.
34. David dit à Saül : Ton serviteur faisait paître les brebis de son père. Et quand un lion ou un ours venait en enlever une du troupeau,
35. je courais après lui, je le frappais, et j'arrachais la brebis de sa gueule. S'il se dressait contre moi, je le saisissais par la gorge, je le frappais, et je le tuais.
36. C'est ainsi que ton serviteur a terrassé le lion et l'ours, et il en sera du Philistin, de cet incirconcis, comme de l'un d'eux, car il a insulté l'armée du Dieu vivant.
37. David dit encore : L'Éternel, qui m'a délivré de la griffe du lion et de la patte de l'ours, me délivrera aussi de la main de ce Philistin. Et Saül dit à David : Va, et que l'Éternel soit avec toi !
38. Saül fit mettre ses vêtements à David, il plaça sur sa tête un casque d'airain, et le revêtit d'une cuirasse.
39. David ceignit l'épée de Saül par-dessus ses habits, et voulut marcher, car il n'avait pas encore essayé. Mais il dit à Saül : Je ne puis pas marcher avec cette armure, je n'y suis pas accoutumé. Et il s'en débarrassa.
40. Il prit en main son bâton, choisit dans le torrent cinq pierres polies, et les mit dans sa gibecière de berger et dans sa poche. Puis, sa fronde à la main, il s'avança contre le Philistin.
41. Le Philistin s'approcha peu à peu de David, et l'homme qui portait son bouclier marchait devant lui.
42. Le Philistin regarda, et lorsqu'il aperçut David, il le méprisa, ne voyant en lui qu'un enfant, blond et d'une belle figure.
43. Le Philistin dit à David : Suis-je un chien, pour que tu viennes à moi avec des bâtons ? Et, après l'avoir maudit par ses dieux,
44. il ajouta : Viens vers moi, et je donnerai ta chair aux oiseaux du ciel et aux bêtes des champs.
45. David dit au Philistin : Tu marches contre moi avec l'épée, la lance et le javelot ; et moi, je marche contre toi au nom de l'Éternel des armées, du Dieu de l'armée d'Israël, que tu as insultée.
46. Aujourd'hui l'Éternel te livrera entre mes mains, je t'abattrai et je te couperai la tête ; aujourd'hui je donnerai les cadavres du camp des Philistins aux oiseaux du ciel et aux animaux de la terre. Et toute la terre saura qu'Israël a un Dieu.
47. Et toute cette multitude saura que ce n'est ni par l'épée ni par la lance que l'Éternel sauve. Car la victoire appartient à l'Éternel. Et il vous livre entre nos mains.
48. Aussitôt que le Philistin se mit en mouvement pour marcher au-devant de David, David courut sur le champ de bataille à la rencontre du Philistin.
49. Il mit la main dans sa gibecière, y prit une pierre, et la lança avec sa fronde ; il frappa le Philistin au front, et la pierre s'enfonça dans le front du Philistin, qui tomba le visage contre terre.
50. Ainsi, avec une fronde et une pierre, David fut plus fort que le Philistin ; il le terrassa et lui ôta la vie, sans avoir d'épée à la main.
51. Il courut, s'arrêta près du Philistin, se saisit de son épée qu'il tira du fourreau, le tua et lui coupa la tête. Les Philistins, voyant que leur héros était mort, prirent la fuite.
52. Et les hommes d'Israël et de Juda poussèrent des cris, et allèrent à la poursuite des Philistins jusque dans la vallée et jusqu'aux portes d'Ékron. Les Philistins blessés à mort tombèrent dans le chemin de Schaaraïm jusqu'à Gath et jusqu'à Ékron.
53. Et les enfants d'Israël revinrent de la poursuite des Philistins, et pillèrent leur camp.
54. David prit la tête du Philistin et la porta à Jérusalem, et il mit dans sa tente les armes du Philistin.
55. Lorsque Saül avait vu David marcher à la rencontre du Philistin, il avait dit à Abner, chef de l'armée : De qui ce jeune homme est-il fils, Abner ? Abner répondit : Aussi vrai que ton âme est vivante, ô roi ! je l'ignore.
56. Informe-toi donc de qui ce jeune homme est fils, dit le roi.
57. Et quand David fut de retour après avoir tué le Philistin, Abner le prit et le mena devant Saül. David avait à la main la tête du Philistin.
58. Saül lui dit : De qui es-tu fils, jeune homme ? Et David répondit : Je suis fils de ton serviteur Isaï, Bethléhémite.