Exode 25 : 17-22

Tu feras un propitiatoire d'or pur ; sa longueur sera de deux coudées et demie, et sa largeur d'une coudée et demie.
Tu feras deux chérubins d'or, tu les feras d'or battu, aux deux extrémités du propitiatoire ; fais un chérubin à l'une des extrémités et un chérubin à l'autre extrémité ; vous ferez les chérubins sortant du propitiatoire à ses deux extrémités.
Les chérubins étendront les ailes par-dessus, couvrant de leurs ailes le propitiatoire, et se faisant face l'un à l'autre ; les chérubins auront la face tournée vers le propitiatoire. Tu mettras le propitiatoire sur l'arche, et tu mettras dans l'arche le témoignage, que je te donnerai.
C'est là que je me rencontrerai avec toi ; du haut du propitiatoire, entre les deux chérubins placés sur l'arche du témoignage, je te donnerai tous mes ordres pour les enfants d'Israël.

Introduction

propitiaoire.jpgLe propitiatoire était le couvercle rectangulaire qui couvrait l'arche de l'alliance. Il était en or et deux chérubins (sorte d'ange) étaient sculptés de part et d'autre regardant le couvercle. De plus, ce couvercle cachait le contenu de l'arche, entre autres les deux tables de la Loi.

Une fois par an, le jour du grand pardon, le souverain sacrificateur venait asperger de sang ce couvercle d'un animal sur dans le but d'obtenir le pardon de Dieu à cause des péchés du peuple.

La Bible enseigne que cela préfigurait l'œuvre du Messie car c'est le sang de Jésus-Christ qui ôte réellement le péché du monde.

Quelle est la raison d'être de ce propitiatoire ?
Dieu veut résoudre le problème de tout homme : la séparation avec Lui en raison du péché. Si nous salissons un drap, il suffit de le laver pour qu'il soit propre mais, si nous salissons notre vie, comment faire pour le rendre pur ?

Cela est impossible aux hommes mais pas pour Dieu.

Le terme « propitiatoire » ou « rendre propice » dérive d'un mot qui signifie « couvrir » mais aussi d'un mot qui signifie « expier » ; d'où l'interprétation « propitiatoire », c'est-à-dire « rendre favorable ». En effet, c'est le sang répandu d'un animal sur ce couvercle qui redonnait au peuple la faveur de Dieu. Ainsi, notre vie qui mérite la mort à cause du péché a été rachetée par une vie innocente ; celle de l'animal.

Les chérubins n'avaient donc plus les regards fixés sur la Loi et ses transgressions mais, sur le sang versés par le souverain sacrificateur. Le peuple pouvait espérer obtenir la clémence de Dieu par ce sacerdoce.

1. La communion rétablie

Le problème de tout homme est que sa communion avec Dieu est définitivement coupée à cause du péché. Mais, Dieu dans sa grâce, a pourvu à un moyen de la rétablir : sacrifier une victime propitiatoire, c'est-à-dire que Dieu nous est propice par la mort d'un animal innocent.

Nous comprenons maintenant pourquoi Dieu avait décidé de rencontrer les hommes entre les deux chérubins. Dieu voulait marquer le fait que la communion n'est possible avec un pécheur que sur la base de l'acte expiatoire d'une vie innocente.

Remarquons que pour être agréée de Dieu, la victime devait être sans défauts. Cela nous rappelle qu’une personne coupable d'un péché ne peut pas être elle-même la source de son expiation. C'est comme si nous lavions une vaisselle sale avec une éponge sale…
Cela signifie qu'aucune œuvre, même bonne, ne peut rétablir la communion avec Dieu. Cette source est forcément extérieure à la personne et c'est pour cela que la source est une victime : l'innocent a payé pour le coupable. Heureusement que Dieu a pourvu Lui-même à un moyen de rétablir la relation !

Comme Dieu l'avait demandé, Aaron, le tout premier souverain sacrificateur suivit scrupuleusement ce que Dieu avait dit à son frère Moïse, selon qu'il est écrit :

L'Éternel dit à Moïse : Parle à ton frère Aaron, afin qu'il n'entre pas en tout temps dans le sanctuaire, au dedans du voile, devant le propitiatoire qui est sur l'arche, de peur qu'il ne meure ; car j'apparaîtrai dans la nuée sur le propitiatoire.
Lévitique 16 : 2

Notons que Aaron était aussi un pécheur, alors il devait aussi faire son service pour lui-même et sa famille, selon qu'il est écrit :

il prendra du sang du taureau, et il fera l'aspersion avec son doigt sur le devant du propitiatoire vers l'orient ; il fera avec son doigt sept fois l'aspersion du sang devant le propitiatoire. Il égorgera le bouc expiatoire pour le peuple, et il en portera le sang au-delà du voile. Il fera avec ce sang comme il a fait avec le sang du taureau, il en fera l'aspersion sur le propitiatoire et devant le propitiatoire. C'est ainsi qu'il fera l'expiation pour le sanctuaire à cause des impuretés des enfants d'Israël et de toutes les transgressions par lesquelles ils ont péché. Il fera de même pour la tente d'assignation, qui est avec eux au milieu de leurs impuretés. Il n'y aura personne dans la tente d'assignation lorsqu'il entrera pour faire l'expiation dans le sanctuaire, jusqu'à ce qu'il en sorte.
Il fera l'expiation pour lui et pour sa maison, et pour toute l'assemblée d'Israël.
Lévitique 16 : 14-17

2. Le sang du Messie rend Dieu propice

La Bible dit :

en effet, la loi, qui possède une ombre des biens à venir, et non l'exacte représentation des choses, ne peut jamais, par les mêmes sacrifices qu'on offre perpétuellement chaque année, amener les assistants à la perfection.
Hébreux 10 : 1

Les sacrifices de l'Ancien Testament étaient importants parce qu'ils nous expliquaient comment Dieu veut agir pour rétablir la communion avec Lui mais ces cultes n'ont en eux-mêmes aucun pouvoir réel d'expiation.

Le sang innocent qui rend réellement Dieu de nouveau favorable est celui d'un homme, puisqu'il s'agit de racheter des hommes. Pas n'importe quel homme : celui d'un homme qui n'a jamais péché de sa vie, celui d'un homme parfait. Or, qui est parfait si ce n'est le Messie que de nombreuses personnes ont attendu, selon qu'il est écrit :

Lui qui n'a point commis de péché, Et dans la bouche duquel il ne s'est point trouvé de fraude
1 Pierre 2 : 22

Le sang versé de Jésus-Christ sur la croix est le sang qui fait de Lui la victime expiatoire qui nous sauve de nos péchés. Cela permet de rétablir notre communion avec Dieu, selon qu'il est écrit :

car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus Christ. C'est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu'il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience, afin, dis-je, de montrer sa justice dans le temps présent, de manière à être juste tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus.
Où donc est le sujet de se glorifier ? Il est exclu.
Par quelle loi ? Par la loi des œuvres ? Non, mais par la loi de la foi. Car nous pensons que l'homme est justifié par la foi, sans les œuvres de la loi.
Romains 3 : 23-28

3. La bonne nouvelle en Jésus-Christ : le voile est déchiré

Comme nous l'avons lu dans Lévitique 16 : 2, Aaron ne pouvait pas se tenir en tout temps devant Dieu. Il y a une double raison à cela :

  • Aaron était un pécheur, Dieu ne peut pas se mêler avec ce qui est ténébreux.
  • Le culte qu'il officiait n'avait en lui-même aucune force pour rendre pur car n'était que l'illustration de ce que le Messie accomplira pleinement

Pour bien marquer la sainteté de Dieu, c'est-à-dire sa séparation avec ce qui est impur, Dieu a mis un voile. Ainsi, le voile de la tente d'assignation, mais aussi du temple plus tard, montre deux aspects de Dieu :

  • La justice de Dieu : Il ne qualifie pas de bien ce qui est mal en ce qui concerne nos vies
  • L'amour de Dieu : Il se tient disponible, proche de sa créature de sorte qu'il y ait au moins une solution pour le rétablissement de la communion.

Nous avons déjà dit que les cultes passés n'étaient là que pour expliquer ce que le Messie effectuera. Lorsque Jésus-Christ mourut sur la croix en tant que victime expiatoire, le voile du temple s'est déchiré, selon qu'il est écrit :

mais Jésus, ayant poussé un grand cri, expira. Le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu'en bas.
Marc 15 : 37-38

Que cela signifie-t-il ?
Cela signifie que Jésus-Christ a ouvert pour nous pleinement le chemin qui mène à Dieu, selon qu'il est écrit :

Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire par la route nouvelle et vivante qu'il a inaugurée pour nous au travers du voile, c'est-à-dire, de sa chair, et puisque nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu, approchons-nous avec un coeur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs purifiés d'une mauvaise conscience, et le corps lavé d'une eau pure.
Hébreux 10 : 19-22

Ce chemin commence à la croix : le pécheur se reconnait coupable et il se réfugie devant la colère de Dieu dans l'appel de Christ qui a dit « venez à moi ». Et ce chemin se termine au paradis de Dieu, c'est-à-dire la vie éternelle, puisque Christ a enlevé ce qui nous coupait de Dieu : le voile.

Nous comprenons mieux pourquoi Jésus disait :

Jésus lui dit : je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l'avez vu.
Jean 14 : 6-7

4. La nouvelle vie en Jésus-Christ

Cette vie est bien plus qu'une échappatoire à l'enfer. Dans cette nouvelle vie qui durera toute l'éternité avec Dieu, Dieu nous a rendus capable de lui être agréable, selon la promesse qu'Il avait formulée :

Je leur donnerai un même cœur, Et je mettrai en vous un esprit nouveau ; j’ôterai de leur corps le cœur de pierre, Et je leur donnerai un cœur de chair, Afin qu'ils suivent mes ordonnances, Et qu'ils observent et pratiquent mes lois ; et ils seront mon peuple, et je serai leur Dieu.
Ézéchiel 11 : 19-20

Par nature, un homme a un cœur de pierre : il ne veut pas obéir à Dieu. Les cultes de l'Ancienne Alliance ne pouvaient pas régler ce problème, pour preuve, il fallait recommencer chaque année les mêmes sacrifices.

Mais avec l'œuvre du Messie, les choses sont tout autres : celui qui a mis sa confiance en Lui a un cœur de chaire. Cela signifie que Dieu a tellement tout changé dans sa vie que désormais son seul désir est de lui obéir. En Jésus-Christ, Dieu a pleinement accompli sa promesse.

Notons bien que le nouveau cœur vient du Saint-Esprit qui est dans le croyant, selon qu'il est écrit :

mais voici l'alliance que je ferai avec la maison d'Israël, Après ces jours-là, dit le Seigneur : Je mettrai mes lois dans leur esprit, Je les écrirai dans leur cœur ; et je serai leur Dieu, Et ils seront mon peuple. Aucun n'enseignera plus son concitoyen, Ni aucun son frère, en disant : Connais le Seigneur ! Car tous me connaîtront, Depuis le plus petit jusqu'au plus grand d'entre eux ; parce que je pardonnerai leurs iniquités, Et que je ne me souviendrai plus de leurs péchés. En disant : une alliance nouvelle, il a déclaré la première ancienne ; or, ce qui est ancien, ce qui a vieilli, est près de disparaître.
Hébreux 8 : 10-13

Ce nouveau cœur nous fera connaître pleinement Dieu. Il n'y aura plus besoin d'intermédiaire humain parce qu'en Jésus-Christ, rien ne peut plus séparer de l'amour de Dieu. Connaître Dieu n'est pas une question d'âge car les plus petits peuvent venir à Lui. Nous comprenons pourquoi Dieu avait décidé de remplacer l'Ancienne Alliance (avec Moïse) avec une nouvelle (avec le Messie) car Dieu voulait changer notre vie de manière très profonde.

Conclusion

De même que les juifs mettaient leur confiance dans l'aspersion de l'arche de l'alliance par le sang d'un animal, de même nous devons aussi mettre notre confiance dans le sang versé de Jésus-Christ afin que Dieu nous voie d'un œil favorable malgré nos péchés.

À Dieu donc soit la seule gloire car nous ne sommes que les heureux bénéficiaires de sa miséricorde. Si les chrétiens sont considérés comme justes aujourd'hui, c'est uniquement grâce aux mérites de Jésus-Christ. Oui, grâce au sacerdoce de Christ, le pécheur a le cœur droit et il peut louer son rédempteur comme le fit David :

Heureux celui à qui la transgression est remise, A qui le péché est pardonné ! [...] [Justes, réjouissez-vous en l'Éternel et soyez dans l'allégresse ! Poussez des cris de joie, vous tous qui êtes droit de cœur !
Psaume 32 : 1 & 11