1 Roi 17 : 8-24

Alors la parole de l'Éternel lui fut adressée en ces mots :
Lève-toi, va à Sarepta, qui appartient à Sidon, et demeure là. Voici, j'y ai ordonné à une femme veuve de te nourrir.
Il se leva, et il alla à Sarepta. Comme il arrivait à l'entrée de la ville, voici, il y avait là une femme veuve qui ramassait du bois. Il l'appela, et dit : Va me chercher, je te prie, un peu d'eau dans un vase, afin que je boive. Et elle alla en chercher. Il l'appela de nouveau, et dit : Apporte-moi, je te prie, un morceau de pain dans ta main.
Et elle répondit : L'Éternel, ton Dieu, est vivant ! je n'ai rien de cuit, je n'ai qu'une poignée de farine dans un pot et un peu d'huile dans une cruche. Et voici, je ramasse deux morceaux de bois, puis je rentrerai et je préparerai cela pour moi et pour mon fils ; nous mangerons, après quoi nous mourrons.
Élie lui dit : Ne crains point, rentre, fais comme tu as dit. Seulement, prépare-moi d'abord avec cela un petit gâteau, et tu me l'apporteras ; tu en feras ensuite pour toi et pour ton fils. Car ainsi parle l'Éternel, le Dieu d'Israël : La farine qui est dans le pot ne manquera point et l'huile qui est dans la cruche ne diminuera point, jusqu'au jour où l'Éternel fera tomber de la pluie sur la face du sol. Elle alla, et elle fit selon la parole d'Élie. Et pendant longtemps elle eut de quoi manger, elle et sa famille, aussi bien qu'Élie. La farine qui était dans le pot ne manqua point, et l'huile qui était dans la cruche ne diminua point, selon la parole que l'Éternel avait prononcée par Élie.
Après ces choses, le fils de la femme, maîtresse de la maison, devint malade, et sa maladie fut si violente qu'il ne resta plus en lui de respiration. Cette femme dit alors à Élie :
Qu'y a-t-il entre moi et toi, homme de Dieu ? Es-tu venu chez moi pour rappeler le souvenir de mon iniquité, et pour faire mourir mon fils ?
Il lui répondit :
Donne-moi ton fils. Et il le prit du sein de la femme, le monta dans la chambre haute où il demeurait, et le coucha sur son lit. Puis il invoqua l'Éternel, et dit :
Éternel, mon Dieu, est-ce que tu affligerais, au point de faire mourir son fils, même cette veuve chez qui j'ai été reçu comme un hôte ?
Et il s'étendit trois fois sur l'enfant, invoqua l'Éternel, et dit : Éternel, mon Dieu, je t'en prie, que l'âme de cet enfant revienne au dedans de lui !
L'Éternel écouta la voix d'Élie, et l'âme de l'enfant revint au dedans de lui, et il fut rendu à la vie. Élie prit l'enfant, le descendit de la chambre haute dans la maison, et le donna à sa mère.
Et Élie dit :
Vois, ton fils est vivant.
Et la femme dit à Élie :
Je reconnais maintenant que tu es un homme de Dieu, et que la parole de l'Éternel dans ta bouche est vérité.

Luc 4 : 14-26

Jésus, revêtu de la puissance de l'Esprit, retourna en Galilée, et sa renommée se répandit dans tout le pays d'alentour. Il enseignait dans les synagogues, et il était glorifié par tous. Il se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et, selon sa coutume, il entra dans la synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture, et on lui remit le livre du prophète Ésaïe. L'ayant déroulé, il trouva l'endroit où il était écrit :
L'Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés, Pour publier une année de grâce du Seigneur.
Ensuite, il roula le livre, le remit au serviteur, et s'assit. Tous ceux qui se trouvaient dans la synagogue avaient les regards fixés sur lui. Alors il commença à leur dire :
Aujourd'hui cette parole de l'Écriture, que vous venez d'entendre, est accomplie.
Et tous lui rendaient témoignage ; ils étaient étonnés des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche, et ils disaient : N'est-ce pas le fils de Joseph ?
Jésus leur dit :
Sans doute vous m'appliquerez ce proverbe : Médecin, guéris-toi toi-même ; et vous me direz : Fais ici, dans ta patrie, tout ce que nous avons appris que tu as fait à Capernaüm. Mais, ajouta-t-il, je vous le dis en vérité, aucun prophète n'est bien reçu dans sa patrie.
Je vous le dis en vérité : il y avait plusieurs veuves en Israël du temps d'Élie, lorsque le ciel fut fermé trois ans et six mois et qu'il y eut une grande famine sur toute la terre ; et cependant Élie ne fut envoyé vers aucune d'elles, si ce n'est vers une femme veuve, à Sarepta, dans le pays de Sidon.

Introduction

Après avoir étudié de manière générale le ministère du prophète Élie (ici), nous allons nous attarder aujourd'hui sur l'épisode où Dieu envoie son serviteur vers la veuve de Sarepta.

Le prophète est envoyé en exil vers cette sidonienne pour fuir la colère de la Reine Jézabel, elle-même originaire de cette province.

Il est étonnant de voir qu'Élie trouvera dans cette province idolâtre une femme de foi. Cela contraste totalement avec le peuple de Dieu qui s'embourbe dans le péché même si un homme de Dieu les visite.

Jésus-Christ a mentionné cette histoire lorsqu'Il était revenu dans sa région natale, au début de son ministère. Mais, de même que les Hébreux ont rejeté l'envoyé de Dieu, de même le souverain sacrificateur a rejeté le Messie. Pourtant, Il était venu accomplir la prophétie messianique dépeinte dans le Livre d'Ésaië.

Soulignons que Sarepta ne fait pas partie du royaume d'Israël. Ceci montre que Dieu bénira toutes les nations, comme cela fut promis à Abraham. Toutes les bénédictions apportées par Élie sont donc des illustrations de ce que Jésus apportera aux nations.

Nous pouvons couper en deux parties l'exil d'Élie chez cette dame :

  • versets 8-16 : il y a une première partie concernant l'obéissance. Cette partie est relative aux choses matérielles et terrestres.
  • Versets 17-27 : Une deuxième partie concernant la foi. Cette partie est relative aux choses spirituelles et célestes.

À l'étude de ces deux parties, nous verrons que suivre des principes de vie selon Dieu amène des bénédictions matérielles et terrestres, donc, des bénédictions temporelles tandis que croire la Parole de Dieu amène des bénédictions spirituelles et célestes, donc des bénédictions éternelles.

1. Les bénédictions temporaires

1.1 Élie, consacré pour guérir les cœurs brisés (versets 10-12)

Ces versets présentent la veuve comme une femme besogneuse. Étant veuve, elle devait travailler plus que les autres et cette sécheresse n'a pas dû l'aider dans son quotidien. D'ailleurs, nous voyons qu'elle n'avait plus d'espoir : encore un dernier repas et c'est la mort. Pour décrire son cœur, le Seigneur a laissé dans sa Bible le témoignage de sa serviabilité et de son obéissance. Parce qu'elle a démontré de l'humilité, le Seigneur lui a donné une faveur qu'elle ne méritait pas. Dieu lui a donc envoyé Élie pour guérir son cœur brisé par la mort certaine de son fils.

Jésus a eu plusieurs fois compassion dans son ministère pour des personnes qui ont eu l'humilité de venir à Lui pour sauver une proche. Mentionnons la femme cananéenne :

Et voici, une femme cananéenne, qui venait de ces contrées, lui cria :
Aie pitié de moi, Seigneur, Fils de David ! Ma fille est cruellement tourmentée par le démon.
Matthieu 15 : 22

Cet exemple est remarquable parce qu'il concerne une femme non-juive qui avait la mort dans l'âme à cause de son enfant. Jésus lui explique dans un premier temps qu'Il est venu pour les juifs mais voyant sa foi (sa confiance, son obéissance et son humilité), Jésus lui accorde la grâce de guérir sa fille.

Rappelons que la région de Sidon subit cette catastrophe parce que les pratiques odieuses de la reine Jézabel y étaient courantes. Or, la Bible annonce clairement que la mort est la conséquence du péché.

La mort est le lot quotidien du pécheur et cela est déprimant. Mais, Dieu a pitié de nous et Il nous éclaire aujourd'hui par la Bible pour donner la capacité de changer de destinée et d'avoir une âme guérie, comme ce fut le cas pour la Sidonienne. Mais cette bénédiction est possible seulement pour ceux, qui comme elle, ont la foi ; c'est-à-dire, se tenir humblement devant Dieu.

Ainsi, la vie de cette femme continue avec l'âme restaurée.

1.2 Élie, consacré pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres (versets 13-14)


Élie est envoyé vers cette veuve pour lui annoncer une bonne nouvelle : elle n'a plus rien à craindre !

Tout dans sa vie lui donnait raison d'avoir peur du lendemain mais Dieu dit à cette femme qu'elle peut être rassurée parce qu'Il va prendre soin d'elle. Il connait son cœur et sa situation, mais rien n'est trop compliqué pour Dieu.

Ainsi, le Seigneur lui demande de continuer dans son attitude de foi en donnant à son prophète la première part.

Cela rappelle que le message de Jésus lors du sermon sur la montagne :

Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas : Que mangerons-nous ? que boirons-nous ? de quoi serons-nous vêtus ? Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.
Matthieu 6 : 31-34

Le Seigneur rappelle que celui qui vient à Lui n'a plus rien à craindre. Si le Seigneur dit cela, c'est parce qu'Il connait l'état de pauvreté matérielle de son auditoire. Mais s'ils ont eu l'humilité de venir à Lui, alors qu'ils restent près de Lui dans la paix.

Comme Dieu a demandé à la sidonienne de lui donner la première part, Jésus nous demande de chercher d'abord son royaume et sa justice sachant que les autres choses viendront par la suite.

Ainsi, la bonne nouvelle est que le chrétien n'est plus obligé de perdre du temps à s'inquiéter pour le lendemain mais il peut se consacrer sa vie sur terre à son service, à l'exemple de la femme de Sarepta qui sert le prophète Élie.
1.3 Élie, consacré pour renvoyer libre l'opprimé (versets 15-16)

La veuve de Sarepta était opprimée par les faux dieux qu'elle suivait : la preuve, la mort est au bout du chemin. Comme elle les a servis toute sa vie, elle est enchainée à eux pour la mort. Il est plus juste de dire que comme elle a suivi les faux prophètes de Baal toute sa vie, il est normal qu'elle partage la même mort qu'eux, selon qu'il est écrit :

ils leur promettent la liberté, quand ils sont eux-mêmes esclaves de la corruption, car chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui.
2 Pierre 2 : 19

Mais, il est intéressant de voir que Dieu est venu sauver une personne qui appartenait à une idole. Étant esclave, elle n'avait pas la force de s'extraire du lien qui l'unissait à son maître spirituel. Elle pouvait seulement espérer dans la grâce du Tout-Puissant, tel un condamné à mort aux USA qui espère la grâce du gouverneur.

Cela rappelle l'œuvre parfaite de Jésus-Christ. À cause de nos péchés, notre vie sur terre était oppressante. Certains l'ont payé de :

  • Leur maison
  • Leur liberté en tant que citoyens
  • Leur santé
  • Leur vie familiale
  • … etc.

Cela rappelle que Jésus rétablit socialement celui qu'Il libère, selon qu'il est écrit :

Ils vinrent auprès de Jésus, et ils virent le démoniaque, celui qui avait eu la légion, assis, vêtu, et dans son bon sens ; et ils furent saisis de frayeur. Ceux qui avaient vu ce qui s'était passé leur racontèrent ce qui était arrivé au démoniaque et aux pourceaux.
Alors ils se mirent à supplier Jésus de quitter leur territoire. Comme il montait dans la barque, celui qui avait été démoniaque lui demanda la permission de rester avec lui. Jésus ne le lui permit pas, mais il lui dit : Va dans ta maison, vers les tiens, et raconte-leur tout ce que le Seigneur t'a fait, et comment il a eu pitié de toi.
Il s'en alla, et se mit à publier dans la Décapole tout ce que Jésus avait fait pour lui. Et tous furent dans l'étonnement.
Marc 5 : 15-20

Quand Dieu nous libère, nous sommes réellement délivrés de ceux qui nous opprimaient et nous pouvons reprendre notre vie de citoyen, à l'image de cette dame qui est rétablie dans son rôle de mère et d'hôtesse.

1.4 Bénis sur terre

Pour conclure cette première partie, je voudrais attirer votre attention sur le fait que l'obéissance de la femme est pour le moment dans le domaine terrestre : son espérance et ses actions concernent les choses matérielles.

Il est intéressant de constater que ceux qui suivent les principes bibliques trouvent des bénédictions sur terre, même s'ils rejettent Dieu :

  • Ceux qui honorent leurs parents
  • Ceux qui honorent le mariage
  • Ceux qui montrent de la compassion
  • Ceux qui sont travailleurs
  • … etc.

Il y a de nombreux exemples où des athées sont bénis sur terre parce qu'ils obéissent, malgré eux, aux règles que Dieu a établies.

Mais, est-ce qu'une bénédiction terrestre, donc temporelle, est une vraie bénédiction ? Ces bénédictions ne sont-elles pas accordées par Dieu pour rappeler que les vraies bénédictions sont spirituelles et célestes ?

Dans la deuxième partie, nous verrons que Dieu veut bénir éternellement celle qui a espéré en Lui.

2. Les bénédictions éternelles

2.1 Élie, consacré pour proclamer aux captifs la délivrance (versets 17-18)

La veuve de Sarepta semblait être comblée car sa vie sur terre était bénie. Mais, Dieu a permis une maladie pour lui rappeler qu'il y a une vie après… la vie !

Un drame survint : son fils est mort. La dame est dans tous ses états d'un point de vue émotionnel. Dans cette tempête, le souvenir de sa vie de pécheresse remonte à la surface des eaux. Elle prend à partie le prophète de Dieu et lui reproche ses fautes à elles.

Cela rappelle que quelles que soient les bénédictions sur terre, la mort physique est au bout voyage. Profitons donc de notre vie physique pour régler notre vie après la mort.

Jésus eut la même démarche avec la femme samaritaine lorsqu'Il lui demande d'amener son mari pour qu'ils bénéficient ensemble d'une bénédiction terrestre : de l'eau en abondance. Il est écrit :

va, lui dit Jésus, appelle ton mari, et viens ici. La femme répondit : Je n'ai point de mari. Jésus lui dit :
Tu as eu raison de dire : Je n'ai point de mari. Car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n'est pas ton mari. En cela tu as dit vrai. Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète
Jean 4 : 16-19

Il y a de nombreux points communs dans les deux histoires :

  • L'homme de Dieu s'adresse à une femme étrangère
  • (non juive).
  • La rencontre a lieu dans un pays étranger
  • .
  • Il est question de bénédiction terrestre
  • .
  • Le péché des femmes est révélé pour montrer que la vraie bénédiction ne concerne pas la vie sur cette terre
  • .

Pourquoi faut-il passer par la révélation du péché ?
Tout simplement parce que la vraie captivité est l'emprisonnement de l'âme par Satan, et son outil est le péché. La vraie captivité est le fait d'être coupé de Dieu à cause de notre impureté.

Ainsi, la vraie délivrance réside dans le fait que Dieu a cassé le péché, jusqu'à purifier notre cœur, pour que nous soyons libres de venir près de Lui, selon qu'il est écrit :

Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement.
Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les œuvres du diable. Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui ; et il ne peut pécher, parce qu'il est né de Dieu.
1 Jean 1 : 8-9

En effet, Jésus est venu pour nous délivrer de nos péchés. La conséquence est que nous avons la vraie bénédiction : la vie éternelle auprès de Dieu, selon qu'il est écrit :

Que ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous.
Si ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous, vous demeurerez aussi dans le Fils et dans le Père. Et la promesse qu'il nous a faite, c'est la vie éternelle.
1 jean 2 : 25

La mort, conséquence du péché, n'est pas le souhait de Dieu et il va le démontrer à cette femme.

2.2 Élie, consacré pour publier une année de grâce du Seigneur

Devant la mort de l'enfant, Élie se confie en Dieu et nous voyons que Dieu a répondu favorablement à sa prière : nous assistons pour la première fois dans la Bible à une résurrection.

Tout le monde dans cette maison savait que cette mort était méritée à cause du péché mais Dieu a envoyé Élie pour annoncer haut et fort que le Seigneur est plus fort que la mort et qu'Il donne gratuitement la vie à ceux qui s'humilient devant Lui.

Cela prédit encore le ministère de Jésus-Christ : il a ressuscité Lazar après avoir dit à sa sœur de croire qu'Il est la résurrection et la vie, selon qu'il est écrit :

Marthe dit à Jésus : Seigneur, si tu eusses été ici, mon frère ne serait pas mort. Mais, maintenant même, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l'accordera. Jésus lui dit : Ton frère ressuscitera. Je sais, lui répondit Marthe, qu'il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. Jésus lui dit : Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? Elle lui dit : Oui, Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde.
Jean 11 : 21-27

La foi de Marthe est extraordinaire : elle avait compris que la vraie bénédiction résidait dans la vie après la mort. Mais, pour nous, Jésus-Christ a ressuscité son frère pour bien démontrer qu'Il est plus fort que la mort.

Ainsi, la vie triomphe de la mort. Et, le Seigneur nous demande qu'une seule chose pour avoir cette vie éternelle : c'est de croire au nom de Jésus-Christ.

Celui qui croit en l'œuvre rédemptrice de Jésus-Christ pourra se réjouir en l'éternel, selon qu'il est écrit :

Je les rachèterai de la puissance du séjour des morts, Je les délivrerai de la mort. O mort, où est ta peste ? Séjour des morts, où est ta destruction ? Mais le repentir se dérobe à mes regards !
Osée 13 : 14
2.3 Consacré pour redonner la vue

Suite à sa repentance, la veuve de Sarepta a ouvert les yeux sur la vraie nature de Dieu : elle croit en Sa Parole. Dans sa miséricorde et sa patience, Dieu a permis à la femme de Le connaître.

Au début, l'Éternel n'était que le Dieu du prophète : elle veut bien être bénie par Lui mais elle refusait qu'Il interfère dans sa vie surtout concernant ses péchés. À la fin, elle croit en la Parole de Dieu.

Lorsqu'une personne ouvre les yeux spirituellement, elle s'émerveille de comprendre la grandeur de Dieu dans la Bible.

Jésus a redonné la vue à des aveugles mais son but est que nous ouvrions les yeux sur la Parole de Dieu. Cela est si important que le premier chapitre de l'Évangile de Jean nous présente le Messie comme la Parole, selon qu'il est écrit :

Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu… Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.
Jean 1 : 1 & 14

Si Jésus-Christ vous a redonné la vue, servez-vous de ce sens retrouvé pour lire la Bible et ainsi, vous verrez tout l'amour de Dieu en Jésus-Christ.

Conclusion

Nous voyons au verset 1 Roi 17 : 8 que c'est l'Éternel qui envoie et qui mandate le prophète Élie. Il est remarquable de voir que l'homme de Dieu suit les instructions à la lettre. En cela, il était vraiment en communion avec Dieu.

Cela rappelle que Jésus-Christ s'est toujours conformé au plan divin, sans dévier d'un degré. D'ailleurs, lorsque Jésus cite ce passage, il était revêtu du Saint-Esprit car son ministère allait commencer. Son ministère consiste à accomplir ce qu'Ésaïe avait dit au sujet du Christ :

L'Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés, Pour publier une année de grâce du Seigneur.
Luc 4 : 18-19

Il est vrai que le Seigneur veut nous bénir sur cette terre mais tout ce qui est matériel est voué à disparaître. Ainsi, Jésus-Christ veut nous donner la vraie bénédiction : la vie éternelle.

Élie a été consacré pour donner l'éternité à la veuve de Sarepta mais la bonne nouvelle est que cela n'était que l'illustration de ce que Jésus-Christ accomplira pour toutes les nations.