Ésaïe 50

Ainsi parle l'Éternel :
Où est la lettre de divorce par laquelle j'ai répudié votre mère ? Ou bien, auquel de mes créanciers vous ai-je vendus ?
Voici, c'est à cause de vos iniquités que vous avez été vendus, Et c'est à cause de vos péchés que votre mère a été répudiée.
Je suis venu : pourquoi n'y avait-il personne ?
J'ai appelé : pourquoi personne n'a-t-il répondu ? Ma main est-elle trop courte pour racheter ? N'ai-je pas assez de force pour délivrer ? Par ma menace, je dessèche la mer, Je réduis les fleuves en désert ; Leurs poissons se corrompent, faute d'eau, Et ils périssent de soif. Je revêts les cieux d'obscurité, Et je fais d'un sac leur couverture.
Le Seigneur, l'Éternel, m'a donné une langue exercée, Pour que je sache soutenir par la parole celui qui est abattu ; Il éveille, chaque matin, il éveille mon oreille, Pour que j'écoute comme écoutent des disciples. Le Seigneur, l'Éternel, m'a ouvert l'oreille, Et je n'ai point résisté, Je ne me suis point retiré en arrière.
J'ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, Et mes joues à ceux qui m'arrachaient la barbe ; Je n'ai pas dérobé mon visage Aux ignominies et aux crachats. Mais le Seigneur, l'Éternel, m'a secouru ; C'est pourquoi je n'ai point été déshonoré, C'est pourquoi j'ai rendu mon visage semblable à un caillou, Sachant que je ne serais point confondu.
Celui qui me justifie est proche : Qui disputera contre moi ? Comparaissons ensemble ! Qui est mon adversaire ? Qu'il s'avance vers moi !
Voici, le Seigneur, l'Éternel, me secourra : Qui me condamnera ? Voici, ils tomberont tous en lambeaux comme un vêtement, La teigne les dévorera.
Quiconque parmi vous craint l'Éternel, Qu'il écoute la voix de son serviteur ! Quiconque marche dans l'obscurité et manque de lumière, Qu'il se confie dans le nom de l'Éternel, Et qu'il s'appuie sur son Dieu !
Voici, vous tous qui allumez un feu, Et qui êtes armés de torches, Allez au milieu de votre feu et de vos torches enflammées ! C'est par ma main que ces choses vous arriveront ; Vous vous coucherez dans la douleur.

Introduction

Ce chapitre 50 commence de la même manière que le chapitre 59 que nous avons étudier ici. Dans les deux cas, Dieu annonce son projet de se glorifier en mettant fin aux péchés. Et Il en est capable puisqu’Il est omnipotent.

Ainsi, comme au chapitre 59, le Seigneur commence par rappeler :

  • La définition du péché : la séparation entre Dieu et sa création.
  • La raison du péché : Leur décision d’abandonner Dieu.

En effet, le Seigneur rappelle les vérités au sujet du péché pour deux les raisons suivantes :

  • Nous trouvons si facilement de fausses raisons pour nos échecs spirituels.
  • Le Seigneur veut nous affranchir du péché par la vérité ; par la puissance de Sa Parole.

Or la vérité que nous avons déjà vu, et que nous ne lasserons pas de rappeler, est que Dieu est tout puissant et dans sa souveraineté et dans Son amour, Il souhaite nous racheter du diable.

Dans le chapitre 59, le Seigneur a voulu détailler la vie de celui qui a abandonné l’Éternel et Il a montré qu’Il allait résoudre le péché de deux manières :

  • Soit par le jugement.
  • Soit par le pardon, en permettant aux hommes de se convertir.

Si ce chapitre 50 traite du même thème (l’omnipotence de Dieu pour résoudre les problèmes du péché), il insiste plus sur le salut en Jésus-Christ que sur les détails du péché.

Nous allons donc voir que la bonne nouvelle en Jésus-Christ :

  • Il nous a pardonné de notre révolte contre Lui.
  • Il nous transforme au jour le jour à l’image de son Fils.

1. Les fausses raisons concernant le péché (versets 1-2)

Dans ce chapitre 50, la Bible expose des fausses excuses en ce qui concerne les échecs spirituels dans une vie.

Avant même de les lister, notons que dès que la communion avec Dieu est coupée, notre intelligence se retrouve automatiquement dans les ténèbres si bien que nous n’avons plus de discernement. Plus précisément, nous sommes tellement devenus faibles que nous n’avons même pas envie de reconnaître la vérité et nous préférons les mensonges.

Remarquons que le Seigneur veut toujours nous extirper de l’enlisement du péché par sa Parole. C’est uniquement dans la foi en la Parole de Dieu que nous trouverons l’efficacité de quitter cet état de mort spirituel.

1.1 Quand Dieu aime, c'est pour toujours

Dieu demande à son peuple où est la lettre de répudiation de leur mère. En somme, Dieu est en train de demander comment cela se fait-il qu’ils croient que Dieu est revenu sur son choix d’aimer Israël ?

En Deutéronome 7, nous apprenons que Dieu avait choisi Israël parmi toutes les nations. Leur ministère est que c’est par eux que les autres nations devaient être bénies. En effet, c’est à Israël que Dieu a confié les patriarches, les prophètes, la Torah… et même la lignée du Messie.

Pourquoi Jacob, et pas une autre personne ?
Uniquement par amour. Il a plu à Dieu de choisir le plus faible pour d'une part manifester son amour et d'autre part pour prouver à toutes les autres nations sa toute-puissance en utilisant ce qui est fragile.

Ainsi, dans ce premier verset, Israël semble dire : Dieu a rompu son alliance le premier car Il nous aime plus.

Évidemment, cela n’est pas vrai. La première fausse raison sur la coupure de la communion avec Dieu est de croire que c’est Lui qui est parti car Il n’aimait plus son peuple.

Quand Dieu aime, c’est pour toujours. Dieu aime et aimera toujours Israël selon sa parole :

Crie de nouveau, et dis : Ainsi parle l'Éternel des armées : mes villes auront encore des biens en abondance ; l'Éternel consolera encore Sion, il choisira encore Jérusalem.
Zacharie 1 : 17 (et 2 : 12)
1.2 Dieu ne pense pas à la manière des hommes

Dieu demande aussi au verset 1 auxquels de ses créanciers le peuple a été vendu. Cette question soulève deux problèmes concernant Dieu :

Le premier mensonge est de croire que Dieu peut devoir quelque chose à quelqu’un. En effet, il écrit :

qui lui a donné le premier, pour qu'il ait à recevoir en retour ? C'est de lui, par lui, et pour lui que sont toutes choses. À lui la gloire dans tous les siècles ! Amen !
Romain 11 : 35-36

Dieu n’est pas comme les hommes : il est le créateur et tout lui appartient. Face à Dieu, tout le monde est débiteur car, quelle que soit la chose que nous possédions, c’est Lui qui nous l’a accordé dans sa grâce.

Le deuxième mensonge est de penser que Dieu nous a sacrifiés aux dépens de Son bien-être. Cela est faux car dans son amour, Dieu s’est dépouillé de sa gloire pour venir sur terre en la personne de Jésus-Christ dans le but de nous sauver.

Dieu n’est pas un homme pour penser de manière égoïste. Par nature, Dieu est amour : il l’a prouvé en mourant à notre place alors que nous étions encore Ses ennemis.

1.3 Seul le péché qui explique notre errance spirituelle

Ainsi, Dieu a écarté les mensonges sur l’état désastreux de notre âme :

  • Ce n’est pas un manque d’amour de Sa part.
  • Ce n’est pas non plus dû au fait que Dieu soit comme les hommes, c’est-à-dire un égoïste débiteur.

La seule raison de notre naufrage spirituel est notre rébellion contre notre créateur. Cela a commencé par le désir de ne plus être sous la direction de sa Parole et ça s’est manifesté par des péchés divers et variés.

En effet, la Parole de Dieu appelle et il n’y a eu personne pour répondre. Nous lisons même dans le premier chapitre l’Évangile de Jean que le verbe incarné est venu chez les siens, mais les siens ne l'ont pas reçu.

Mais, sachez que si vous lisez ces quelques lignes, c’est parce que Dieu veut vous délivrer de la condamnation que vous méritez.

2. Dieu nous délivre par sa main puissante (versets 2-4)

Continuions encore un peu avec les erreurs que le peuple pensait à propos de Dieu.

Lorsque nous sommes sous le joug de la servitude du péché, nous vivons dans l’aveuglement total. Entre autres, Il y a deux réalités que nous sommes incapables de savoir si la Parole de Dieu ne venait pas nous éclairer :

  • Notre déchéance spirituelle totale.
  • La toute-puissance de Dieu.

En effet, notre déchéance est telle que nous n’avons aucune vigueur pour nous dépêtrer de l’asservissement du diable. Lorsqu’une personne est séparée de Dieu, elle ne voit pas que seule la toute-puissance de Dieu peut la relever.

Un aspect de cet aveuglement est l’orgueil. L’orgueil est l’aspiration naturelle chez chacun d’entre nous de penser que :

  • Si nous échouons, ce n’est pas de notre faute.
  • Si nous réussissons, c’est grâce à notre force.

Cela signifie que sans l’action régénératrice de la Bible, il est impossible pour une personne d’arriver à l’humilité salvatrice :

  • Si j’ai échoué, c’est de ma faute.
  • Si j’ai réussi, c’est grâce à Dieu.

Le drame de l’orgueil est que si une personne compte sur ses forces pour résoudre les questions spirituelles dans sa vie, elle ira d’échec en échec. Face à cela, son orgueil la poussera encore dans l’aveuglement jusqu’à appeler ce qui est mal bien.

Si vous lisez ces lignes, c’est peut-être parce que Dieu veut vous amener à cette humilité salvatrice. Soyez confiant que dans sa toute-puissance, la main de Dieu n’est pas trop courte pour vous délivrer.

La force de Dieu est telle qu’Il a le pouvoir de venir sur cette terre pour détruire à notre place la mort et son aiguillon : le péché.

Pour illustrer sa toute-puissance, Dieu rappelle ce qu’Il a déjà accompli. Il a ouvert la mer rouge pour libérer son peuple des Égyptiens. Il y a plusieurs vérités à saisir dans cet épisode :

  • Le péché est aussi puissant que l’armée de Pharaon.
  • Nous sommes aussi faibles que les Hébreux.
  • Il faut un miracle aussi grand que l’ouverture et la fermeture de la mer Rouge pour que nous échappions à la puissance du péché et que nous soyons victorieux.
  • Il y a autant de comparaisons entre la vie avant la traversée et la vie après la traversée de la mer Rouge que la vie avant la conversion et la vie après : aucune.

C’est sur dernier point que je voudrais insister maintenant : lorsqu’une personne est à Christ, Dieu l’a rendu libre dans le but de vivre totalement autre chose : devenir enfant de Dieu.

Comprenons donc bien que de même qu’il a fallu une délivrance surnaturelle pour que les Hébreux puissent servir Dieu, de même il faut une conversion surnaturelle pour servir Dieu.

En quoi le salut est-il surnaturel ?

Venir ou revenir à Dieu est surnaturel car notre nature charnelle n’a pas les moyens pour accomplir le salut. Il faut donc une intervention en extérieur à nous pour que ce miracle ait lieu.

C’est pour cela qu’il est erroné de penser de la manière suivante : je vais faire le bien pour que Dieu m'accepte. C’est impossible car nous voyons bien que notre nature pécheresse n’a pas les ressources en elle pour cela : la preuve, personne n’a réussi à pratiquer toute la Torah.

Il faut donc une force extérieure qui transcende notre personne pour nous délivrer. En d’autres termes, nous ne pouvons pas servir pour être sauvés mais nous sommes sauvés pour servir.

3. Le Messie (versets 4-7)

Les versets 4 à 7 enchaînent sur une description du Messie.

3.1 Pourquoi décrire le Messie ?

Nous pouvons nous demander pourquoi Dieu continue avec la description du Saint d’Israël.

Comme nous l’avons vu, Dieu veut en finir avec le péché. Pour cela, soit Il condamnera le pécheur, soit Il le rachètera de sa vie pour le libérer. Il est exaltant de savoir que le pécheur, qui est converti, est libéré mais, c’est mieux de savoir dans quel but. Il est écrit :

Car ceux qu'il a connus d'avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.
Romains 8 : 29

Le but de Dieu lorsqu’Il nous a sauvés, c’est que nous devenions semblables à l’image de Son fils. Une fois de plus, comprenons bien que :

  • Cela n’est possible que si c’est Dieu qui opère de manière prodigieuse.
  • C’est une erreur de penser qu’en essayant de ressembler au Fils, Dieu nous sauvera. Au contraire, Dieu nous a sauvés pour que nous ressemblions à Son Fils.

Ainsi, cette description est présente pour nous montrer l’espérance vers laquelle Dieu achemine ses rachetés.

3.2 Le Messie et la Parole (verset 4 et 5)

La première caractéristique que nous lisons au verset 4, c’est que le Messie est intimement lié à la Parole de Dieu. Cela nous rappelle le premier chapitre de Jean qui indique qu’Il est la Parole de Dieu en qui se trouve la vie.

Ainsi, la Parole que le Messie a reçue est agissante car Elle est la personne de Dieu même.

  • Cette Parole est Celle qui a créé le monde à partir du néant.
  • Cette Parole est la vérité qui libère du péché.
  • Cette Parole est Celle qui éclaire les sentiers du racheté.
  • Cette Parole est aussi Celle qui jugera et condamnera ceux qui mourront dans un état de pécheur.

C’est pour cela que Jésus est capable de soutenir celui qui est fatigué par Sa Parole.

Quand Jésus nous soutient, ce n’est pas simplement pour traiter les symptômes mais c’est pour tout changer de fond en comble. Quand Jésus nous soutient, c’est la toute-puissance de Dieu qui est en œuvre.

Si notre incapacité à Lui plaire est illustrée par une lèpre, ne pensons pas que Dieu nous donne un Doliprane. Plus qu’une guérison, Il nous donne un nouveau corps.

La Parole de Dieu n’est pas des petits mots doux qui nous illusionnent sur la réalité. Sa Parole a la puissance pour changer notre réalité.

Ainsi, la première des choses à faire pour une personne que le Seigneur a sauvée, c’est de venir à la Parole pour écouter, recevoir la nourriture solide qui fortifie.

Nous voyons aussi qu’il était annoncé plus de cinq siècles à l’avance que le Messie obéirait au Père. En effet, Jésus n’a jamais agi hors du plan qu’Il avait établi souverainement au ciel avant de venir sur terre. C’est pour cela qu’Il dit :

car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé.
Jean 6 : 38

Jésus s’est présenté sur terre comme un disciple bien qu’Il soit le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs.

Ainsi, nous aussi nous sommes appelés à être des disciples, aptes à servir, et la première des choses qu’un disciple fait est d'être à l’écoute du Père. Et le Saint-Esprit montra plus concrètement les autres bonnes œuvres que Dieu a préparées d’avance.

3.3 Le Messie et sa mort (verset 6)

Le verset 6 nous expose ce que Jésus-Christ allait endurer pour nous sauver de la condamnation de l'enfer. Notons que c’est Lui qui a livré sa vie et non ses ennemis qui Lui ont pris par la force. C’est pour cela qu’Il n’a pas cherché  à éviter les coups durs, même les crachats.

Nous lisons qu’Il s’est donné entièrement jusqu’à tendre la joue à ceux qui Le frappaient.

Au passage, nous voulons souligner qu’Il a Lui-même obéi à Ses propres commandements :

Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu'un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l'autre.
Matthieu 5 : 39

Pourquoi Christ a-t-Il accepté de subir tout cela ?

Comprenons bien que l’horreur de la croix est le châtiment que mérite toute personne qui n’est pas en communion avec Dieu. Mais Il a vu que si Sa main ne venait pas à notre secours, nous serions morts à cause de nos péchés.

Alors, parce que Dieu est juste et qu’il ne peut pas laisser impuni le péché, Il a décidé de venir pour mourir à notre place.

Si nous comprenons ce que Jésus-Christ a fait pour nous, nous comprendrons vers quelle vie notre rédempteur veut nous diriger : étant racheté pour célébrer sa gloire, Il veut nous utiliser pour servir à l’avancement de son royaume.

De par notre nouvelle nature, nous trouverons notre place dans ce monde quand nous mourons à nos envies pour nous laisser diriger par Christ.

Pour servir Christ, cela peut passer par l’ignominie à cause de Son Nom mais, comme nous savons que c’est pour Lui que nous souffrons, nous ne serons pas accablés outre mesure. C’est pour cela qu’il est écrit :

Heureux serez-vous, lorsqu'on vous outragera, qu'on vous persécutera et qu'on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux ; car c'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous.
Matthieu 5 : 11-12

Celui qui veut vivre pieusement souffrira mais, comme il sait qu’il est dans la volonté de Dieu, il ne se plaindra pas mais, en tout temps, il glorifiera son Père, tel Pierre qui chantait des cantiques dans la prison.

3.4 Le Messie et sa résurrection (verset 7)

Nous lisons dans ce verset 7 l’annonce de la résurrection de Christ. En effet, ce verset prophétise la victoire de Jésus-Christ sur la mort. La victoire appartient à Jésus et avec la victoire, l’honneur, la gloire et la louange. Ce caillou blanc peut représenter la gloire qui n’a jamais été entachée par le péché.

Nous retrouvons cette blancheur le jour de la transfiguration. Nous voyons que la gloire de Jésus-Christ est en rapport avec la puissance de Dieu, selon qu’il est écrit :

Il leur dit encore : Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici ne mourront point, qu'ils n'aient vu le royaume de Dieu venir avec  puissance. Six jours après, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et il les conduisit seul à l'écart sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux ;  ses vêtements devinrent resplendissants, et d'une telle blancheur qu'il n'est pas de foulon sur la terre qui puisse blanchir ainsi.
Marc 9 : 1-3

Ce caillou, qui représente la victoire sur la mort, Jésus veut nous le donner aussi, selon qu’il est écrit :

Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises : À celui qui vaincra je donnerai de la manne cachée, et je lui donnerai un caillou blanc ; et sur ce caillou est écrit un nom nouveau, que personne ne connaît, si ce n'est celui qui le reçoit.
Apocalypse 2 : 17

Oui, le Seigneur souhaite que nous passions de la mort à la vie et cela est illustré par un nom nouveau qui est écrit sur caillou blanc. Cela montre :

  • Si Jésus nous donne un caillou, c’est que le salut ne vient pas nous.
  • Si un nouveau nom est écrit dessus, c’est que Jésus nous donne une nouvelle identité.

Dans cette nouvelle identité, nous n’avons plus la même façon de voir les choses car Dieu a changé notre cœur. Dieu nous a fait le cadeau de pouvoir Lui être agréable, c’est-à-dire que Dieu nous a fait la faveur d’avoir l’Esprit de son Fils qui règne sur notre cœur. Par exemple, il est écrit :

que celui qui dérobait ne dérobe plus ; mais plutôt qu'il travaille, en faisant de ses mains ce qui est bien, pour avoir de quoi donner à celui qui est dans le besoin.
Éphésiens 4 : 28

Dieu a donné à l’ancien voleur le désir de ne plus voler. Alors, Il lui dit de travailler car comme un bébé qui vient au monde a besoin qu’on lui apprenne à vivre, de même un nouveau converti a besoin que la Parole lui apprenne les nouveaux fonctionnements de sa nouvelle personnalité.

Et toutes les exhortations vont dans ce sens : Dieu qui nous annonce ce qu’Il nous a rendus désormais capables de faire (aimer, s’offrir, être patient, être parfait...).

C’est cela la bonne nouvelle en Jésus-Christ : Dieu nous rend capables de ressembler au Messie.

C’est pour cela qu’avant toute chose, le chrétien aura toujours besoin de contempler au moyen de la Bible le modèle parfait.

Conclusion

Peut-être que vous dîtes : Ce n’est pas vrai, la preuve je pêche encore.

Il est vrai que tant que le chrétien est sur cette terre, son corps l’entraînera encore à pécher. Pourtant, qui l’accusera ? Celui qui le justifie est proche car Christ est ressuscité. Ceci est admirable parce que cela signifie que, pour le chrétien, Jésus-Christ ne joue pas le rôle du juge qui condamne, mais du brillant avocat qui plaide pour nous et qui obtient la grâce de Celui qui a la puissance de tout détruire.

Les versets 8 à 11 nous parlent de l’assurance du salut du chrétien et cela fera l’objet d'un prochain billet.

Ce qui est important pour le moment, c’est de comprendre que Dieu, dans sa toute-puissance, a réussi :

  • À enlever notre ancienne nature qui ne cherchait pas Dieu mais qui se délectait dans la rébellion.
  • À nous donner un cœur nouveau qui aime Dieu et qui est rassasié puisque Dieu lui a offert de pouvoir répondre aux exigences divines.

Nous pouvons affirmer cela, selon qu’il écrit :

je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau ; j'ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair.
Ézéchiel 36 : 26