Ha ! La jeunesse chrétienne ! Qu’elle est belle, pleine de fougue, de zèle et de foi pour transporter les montagnes. Sa soif d’idéal étant étanchée par Jésus-Christ, elle est prête pour le combat, en fidèle soldat du Christ !

Mais cette jeunesse chrétienne est aussi difficile que belle. Car le combat justement est dur, celui des passions de la jeunesse. Elles viennent bien vite les heures de doutes, de luttes, de chutes, de tentations et de hontes.

Mon frère, ma sœur, quand tu es accablé par ce combat contre tes propres passions, n’oublie jamais que tu es plus que vainqueur EN JÉSUS-CHRIST.

De même que le sarment ne peut porter du fruit que s’il est attaché au cep, de même tu ne peux obtenir la victoire sur le péché que si tu es enraciné en ton Sauveur.

Que toutes tes pensées, tes paroles et tes actions soient motivées par l’amour pour ton Sauveur. Alors seulement tu pourras vaincre le mal par le bien, fuir les passions de la jeunesse, aimer tes ennemis, bénir ceux qui te maudissent, rechercher le bien et la paix.

Dans les moments de choix décisifs, face aux tentations, puisses-tu te poser trois questions :

Que ferait Jésus-Christ à ma place ?
Il est sûr que beaucoup d’erreurs et de péchés dans nos vies auraient été évités par cette simple question.

Si Jésus-Christ revenait maintenant, aurais-je honte ?
C’est cela que de marcher dans la crainte de Dieu.

Si Jésus-Christ revenait maintenant, me dirait-il : « C’est bien, bon et fidèle serviteur, entre dans la joie de ton maître »

Alors, frères et sœurs, gardons les yeux fixés sur le chef de notre foi : Jésus-Christ. Fortifions-nous et prenons courage ! Il a vaincu le monde !

Recherchons la justice, la foi, la charité, la paix, avec ceux qui invoquent le Seigneur d’un cœur pur.

Jésus revient bientôt...