INTRODUCTION

Cette étude concerne les deux premiers chapitres du Livre de Job.

Dans la vie, nous ne sommes pas aussi maîtres de nos départs que nous le voudrions. Les changements brusques dans notre quotidien nous échappent souvent car nous n’avons pas la maîtrise sur toutes les circonstances.

Ce qui en résulte, c’est que les nouveaux départs se font sans notre volonté. Notre part est juste d'y faire face.

D’un point de vue émotionnel, nous vivons ces changements différemment selon nos sensibilités. Mais, ce qui est important pour bien les vivre, c’est de traverser ces changements en restant dans la volonté de Dieu.

Il y a un homme qui a connu un nouveau départ dans la vie, c’est-à-dire que tout ce qu’il a connu et ce qu’il s’efforçait de garder ont volé en éclat en deux jours. La conséquence est qu’il est obligé de commencer une nouvelle vie.

Au travers de son histoire, nous verrons que nous ne sommes pas maîtres des circonstances de la vie.

Par contre, nous sommes responsables de vivre dans la volonté de Dieu car les changements entrainent des tentations : le vrai enjeu est donc une croissance spirituelle ou alors un éloignement de Dieu.

1. Job

Job a vraisemblablement vécu entre Noé et Abraham. Il était un homme riche et vivait à Uts, en Edom.

À son époque, la Loi (la Torah) n’était pas encore donnée. Alors, en tant que père de famille, c’est lui qui devait officier en tant que prêtre, c’est-à-dire qu'il devait se présenter devant Dieu avec des sacrifices pour intercéder pour le peuple.

C’est ce que Job faisait surtout au moment critique ; c’est-à-dire au lendemain des fêtes ; ces moments où la joie du moment peut nous faire oublier que nous devons rester attacher aux vraies réjouissances que Dieu seul offre.

2. Nouveau départ

Les nouveaux départs sont souvent liés à des attachements et des détachements. Dans le cas de Job, c’est surtout des séparations de ses biens. En effet, dans la situation de Job, ses possessions sont décrites avec les chiffres 3, 7 et 1.000 :

  • 3 et 7 sont des chiffres utilisées pour décrire la perfection divine.
  • 1.000 est un chiffre utilisé pour décrire l’abondance.
Concrètement :
  • 7 Fils / 3 filles.
  • 7.000 brebis.
  • 3.000 chameaux.
  • 500 bœufs et 500 ânes (→ 1.000 bêtes).

En d’autres termes, cet homme était le plus considérable de tous les fils de l'Orient. Mais, en une journée, il est devenu l’homme le plus pauvre de l’orient.

De plus, il était en bonne santé et en une journée, il est devenu l’homme le plus malade de l’orient.

Comme si cela ne suffisait pas, son aide le plus précieux, sa femme, a cessé de jouer son rôle de soutien.

Ces séparations forcent l’homme à prendre un nouveau départ dans la vie.

Comment appréhenda-t-il ce nouveau départ ?

Attention Ce n’est pas une question d’état d’âme mais une question de rester droit devant Dieu car en fin de compte, ces changements entraineront une maturation spirituelle ou une chute par rapport aux diverses tentations.


3. Que s'est-il donc passé ?

Cette histoire est un peu spéciale parce que nous voyons deux scènes :

  • Ce qui se passe dans le ciel.
  • Ce qui se passe sur la terre.
3.1. Ce qui se passe au ciel
L’Éternel dit à Satan : As-tu remarqué mon serviteur Job ? Il n'y a personne comme lui sur la terre ; c'est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal. Il demeure ferme dans son intégrité, et tu m'excites à le perdre sans motif.
Job 2 : 3

Ce verset nous apprend que Satan use de toute sorte de moyens pour que nous, les humains, nous périssions. Son arme favorite est de nous conduire dans des situations où il est fort probable que nous ferons le choix de ne pas suivre la volonté de Dieu : cela s'appelle la tentation. Ainsi, Dieu aura des chefs d'accusation pour que Dieu Lui-même nous condamne.
L'ultime but de Satan sera atteint : nous garder pour l'éternité loin de la présence de Dieu dans un lieu qui s'appelle l'enfer.

Dans le cas de Job, il demande la permission de lui donner une vie épouvantable car il espère que Job le maudira, selon qu'il est écrit :
Et Satan répondit à l'Éternel : Peau pour peau ! tout ce que possède un homme, il le donne pour sa vie. Mais étends ta main, touche à ses os et à sa chair, et je suis sûr qu'il te maudit en face.
Job 2 : 4-5
3.2. Ce qui se passe sur terre

Dieu va permettre à Satan de toucher à la famille de Job et sa santé pour faire éclater sa gloire car son serviteur Lui resta fidèle :

  • Job ne pécha point et n'attribua rien d'injuste à Dieu. (Job 1 : 22)
  • En tout cela Job ne pécha point par ses lèvres. (Job 2 : 10)

Notons bien que Job ne sait pas ce qui s'est passé au ciel. seule connaissance des faits est qu'il est devant un choix :

  • Bénir Dieu.
  • Ou, maudire Dieu.

4. Le bon combat

Le prologue du livre de Job nous donne un bon enseignement sur le bon combat à mener : C’est de rester dans la volonté de Dieu quelque soit les circonstances. Comme Job, en toute chose, nous devons/pouvons être victorieux par la foi.

Que signifie être vainqueur dans la tentation ?
Cela signifie vivre dans la grâce de Dieu et Le louer chaque jour.

Nous lisons ceci au début du livre :

Et quand les jours de festin étaient passés, Job appelait et sanctifiait ses fils, puis il se levait de bon matin et offrait pour chacun d'eux un holocauste ; car Job disait : peut-être mes fils ont-ils péché et ont-ils offensé Dieu dans leur cœur. C'est ainsi que Job avait coutume d'agir.
Job 1 : 5

Job savait que tout homme était pécheur et donc coupable devant Dieu. Mais, il savait aussi qu'il pouvait compter chaque jour sur le pardon que Dieu offre à celui qui cherche auprès de Lui le salut.

C'est parce que Job vivait dans la grâce de Dieu qu'il est décrit à plusieurs reprises comme un homme intègre, notamment selon qu'il est écrit dès la première ligne :

cet homme était intègre et droit ; il craignait Dieu, et se détournait du mal. (Job 1 : 1)

Conclusion

Nous vivons dans une société où nous savons seulement maudire Dieu.

Aujourd'hui, Satan n'a même plus besoin de toucher à nos biens matériels ou à notre santé : Dieu est rejeté/oublié même dans l'abondance.
En revanche, à la moindre contrariété, nous maudissons Dieu en Lui attribuant tous nos malheurs !!

Devant cette nouvelle situation, Job a été victorieux car non seulement Job n'a attribué rien d’injuste à Dieu mais, en plus il Lui a attribué ce qui est juste !

Le chrétien doit donc prendre garde à ne pas se laisser entrainer par la pensée du monde qui l’entoure. Dans les épreuves, même si nous ne savons pas pourquoi les choses sont ainsi, nous devons glorifier Dieu car nous savons par la foi qu'Il nous donnera ce qu'il y a réellement de meilleur.

Ainsi soyons victorieux en bénissant Dieu en toute chose, selon qu'il nous est recommandé :

rendez grâces en toutes choses, car c'est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus Christ.
1 Thessaloniciens 5 : 18