1 Timothée 2 : 1-8

J'exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des Actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté.
Cela est bon et agréable devant Dieu notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité.
Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme, qui s'est donné lui-même en rançon pour tous. C'est là le témoignage rendu en son propre temps, et pour lequel j'ai été établi prédicateur et apôtre, -je dis la vérité, je ne mens pas, -chargé d'instruire les païens dans la foi et la vérité.
Je veux donc que les hommes prient en tout lieu, en élevant des mains pures, sans colère ni mauvaises pensées.

Introduction

Le thème principal dans la première Épître à Timothée est un encouragement à avoir une bonne conduite dans l'Église :

Je t'écris ces choses, avec l'espérance d'aller bientôt vers toi, mais afin que tu saches, si je tarde, comment il faut se conduire dans la maison de Dieu, qui est l'Église du Dieu vivant, la colonne et l'appui de la vérité.
1 Timothée 3 : 14-15

Quel est l'objectif de cet enseignement ?

Le but du commandement, c'est une charité venant d'un cœur pur, d'une bonne conscience, et d'une foi sincère.
1 Timothée 1 : 5

Avec le chapitre 2, nous verrons la première exhortation qui découle d'une foi sincère : l'église locale doit être une maison de prière.

J'exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières
1 Timothée 2 : 1

Que pouvons-nous espérer pour nos assemblées ?
C'est que nous ayons ensemble une foi sincère. Cela se manifestera par le fait que rien ne viendra faire obstacle à nos prières ; plus précisément, à toute sorte de prières (supplications, des requêtes ou des Actions de grâces...). C'est là un bon combat.

Or comme tout combat, il y a des obstacles qui viennent enlever la victoire. Or, la victoire est liée à l'acceptation de la volonté de Dieu.

→ Pour que rien ne fasse obstacle à nos prières, comprenons la volonté de Dieu, et soumettons ensuite notre volonté à la sienne.

1. Les qualificatifs de la volonté de Dieu

→ 1er piège : Refuser de comprendre que la volonté de Dieu pour ma vie est meilleure que ma volonté pour ma vie.

Le verset 3 rappelle que la volonté de Dieu est agréable, bonne et on pourrait rajouter « parfaite » si nous pensons au verset de Romains 12 : 2.

Mais ne nous méprenons pas :
Sa volonté est bonne, agréable et parfaite pour Lui, et non pas pour notre nature pécheresse. Pour un homme qui ne marche pas par l'Esprit de Dieu, elle est mauvaise, écœurante et largement améliorable. En effet, il est écrit :

Je dis donc : marchez selon l'Esprit, et vous n'accomplirez pas les désirs de la chair. Car la chair a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit en a de contraires à ceux de la chair ; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez.
Galates 5 : 17-18

Cela signifie concrètement que si nous écoutons notre propre volonté, nous n'avons pas envie d'aller sur le terrain de la prière : ça, c'est accomplir les désirs selon la chair.

Mais lorsque Jésus nous a ouvert les yeux, Il nous a donné le désir de mettre notre satisfaction dans sa gloire et ainsi, Il nous donne le souhait de soumettre notre personne sa volonté qui est bonne, agréable et parfaite :

  • Bonne : En grec c'est le mot qui signifie « beau ». Or ce qu'il y a de plus beau aux yeux de Dieu, c'est de voir ses enfants le chercher dans la prière pour la sanctification des autres.
  • Agréable : Nous voulons lui faire plaisir, faire ce qui lui est agréable c'est-à-dire Le laisser être en communion avec ses enfants.
  • Parfait : Nous prenons conscience que Dieu est satisfait de répondre à nos prières.

Ainsi, ne laissons pas notre nature pécheresse être un obstacle à notre vie de prières mais aimons ce que Dieu aime.

2. Le contenu de la prière

→ 2ème piège : Ne pas vouloir prier pour ce que Dieu veut que je prie.

Le verset 1 rappelle le contenu de nos prières, du moins, dans quel sens une église doit prier : le salut de tous les êtres humains. Cela détermine donc la raison d'être d'une assemblée locale : annoncer le salut à tous les hommes.

Une fois de plus, cela est contre nature car nous avons tendance à faire du favoritisme. L'épître de Jacques nous met en garde à ce sujet :

mes frères, que votre foi en notre glorieux Seigneur Jésus Christ soit exempte de toute acception de personnes.
Jacques 2 : 1.

Nous devons être capables d'accueillir et d'annoncer l'Évangile de la même manière à tous ceux que le Seigneur conduit dans notre assemblée.
En effet, lorsque Jésus-Christ nous a ouvert les yeux, Il nous a fait comprendre qu'Il a aimé les uns autant que les autres et qu'il veut sauver les uns comme les autres.

Si nous annonçons l'Évangile de la même manière à tout le monde, alors, nous saurons prier pour tout le monde car le favoritisme ne fera pas obstacle à notre prière pour cette personne. De plus, notons que le message que nous devons partager est toujours le même, que la personne se dise chrétienne ou pas. En effet, ce qu'un chrétien a besoin d'entendre, c'est l'Évangile.

Ainsi Dieu veut que nous priions pour le salut tous les hommes, quel qu'il soit. Ne laissons donc pas l'acception de personne être un obstacle à nos prières.

3. La puissance de la prière

→ 3ème piège : Ne pas croire que ce que Dieu veut, il a la puissance de l'accomplir.

Le verset 2 nous exhorte à prier pour les personnes qui sont au pouvoir. Et il y a un but à cela : ce n'est pas directement leur conversion mais c'est afin que nous menions une vie paisible.
/!\ Attention : « Paisible » ne veut pas dire se la couler douce. Le but est que nous puissions prier en paix pour le salut de tous les hommes.

En effet, si Dieu veut que nous priions pour incliner leurs cœurs en notre faveur, c'est parce que Dieu est plus puissant qu'eux. Nous pouvons penser à Pharaon qui a résisté à Dieu : au final, il a laissé le peuple de Dieu partir adorer en paix.

Le problème n'est donc pas du côté de Dieu, mais il se peut que les moindres difficultés circonstancielles nous servent d'excuses pour ne plus prier.

N'oublions pas que Dieu veut que nous soyons une assemblée de prières et qu'Il déploiera sa toute-puissance pour que son église locale soit une maison de prière.

Ne laissons donc pas notre manque de foi être un obstacle à nos prières.

4. La puissance de notre intercesseur

→ 4ème piège : Oublier que Dieu veut que nous passions par Jésus-Christ.

Je ne sais pas comment vous voyez le cycle de vie d'une prière. (Comment naît-elle ? Par ou passe-t-elle ? Comment arrive-t-elle jusqu'aux oreilles de Dieu ?)

Dans le monde évangélique, nous disons que nous sommes en contact direct avec Dieu et nous pensons que nos prières montent directement à Dieu. Ce n'est pas tout à fait exact : pour être plus précis, nous sommes en contact direct avec Jésus-Christ et c'est Lui qui est réellement en contact avec Dieu.

Le verset 5 nous rappelle une grande vérité :
C'est Jésus-Christ qui est le vrai intercesseur ! C'est-à-dire que Lui seul est habilité à apporter une requête auprès du Père. Cela est illustré dans la Bible que Jésus est notre souverain sacrificateur.

C'est pour cela que nos prières sont faites au nom de Jésus-Christ. Qu'est-ce que cela change ?
Cela nous rappelle que nous venons devant Dieu revêtu de Christ. Être revêtu de Christ n'est pas une option : Nous avons besoin que nos fautes soient couvertes/cachées par son sang.

→ Cela invite à se souvenir de la faiblesse de notre nature pécheresse et de l'amour de Dieu.

Une prière, c'est comme une grande pétition qu'on veut apporter au président de la République.
Les citoyens signent la pétition. Mais après, il faut que quelqu'un apporte toutes ses signatures au président. Or, tout le monde n'a pas accès au président.

Avec Dieu c'est pareil, en disant « amen » à une prière, nous signons la requête des frères et sœurs. Ensuite, c'est Jésus-Christ qui apporte cette prière auprès du Père. C'est une bonne nouvelle à plusieurs égards :

  • L'écoute de la requête ne repose pas sur nos mérites mais sur le mérite de Jésus-Christ.
  • Il en va de même pour la réponse car Dieu ne refuse rien à Jésus-Christ.

C'est pour cela que Jésus-Christ a dit :

jusqu'à présent vous n'avez rien demandé en mon nom. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite.
Jean 16 : 24

N'oublions jamais Jésus-Christ car cette omission serait un obstacle à nos prières.

5. La place de l'homme

→ 5ème piège : Refuser de comprendre que Dieu veut que les hommes se lèvent.

À partir du verset 8, Paul va montrer un distinguo entre ce que Dieu veut pour les hommes (de sexe masculin) et ce que Dieu veut pour les femmes.

Ce verset 8 nous rappelle la clé de la victoire : la victoire vient quand les hommes prient, c'est-à-dire quand les hommes prennent leurs responsabilités.

Il y a plusieurs raisons qui font que les hommes ne prient pas dans les assemblées  :

  • En tout lieu :
    La science physique nous apprend que le temps et l'espace sont indissociables. Prier en tout lieu veut dire prier tout le temps.
    → Que les hommes apprennent donc à prier sans cesse et quand vient le temps de s'assembler pour le culte, ils auront aussi à cœur de prier.
  • Les mains pures :
    Avec tous les médias, un homme peut se laisser si facilement happer par l'impureté.
    → Que les hommes cherchent donc chaque jour à chercher la purification auprès de notre sauveur.
  •  Avec douceur :
    La colère peut couper court à nos prières (contre les frères, contre les rois, contre Dieu...).
    → Que les hommes cherchent donc leur pardon auprès de notre sauveur pour pouvoir le redistribuer au temps convenable.
  • Avec la pensée de Dieu :
    Les mauvaises pensées sont les pensées fausses, les mensonges auxquels nous tenons. Cela vient du fait que nous ne côtoyons pas assez la Bible.
    → Que les hommes cherchent donc chaque jour le Seigneur dans sa Parole pour prier selon sa volonté.

Conclusion

Nous avons vu 5 pièges qui peuvent faire obstacle à la vie de prières dans une église locale. Mais en nous appuyant sur les promesses de Dieu, sachons les éviter :

  • Apprenons à soumettre notre volonté à celle de Dieu : ne fuyons pas les moments de prières.
  • Apprenons à prier pour la sanctification de tout le monde.
  • Apprenons à faire confiance à Dieu.
  • Souvenons-nous que sans Jésus-Christ, nous ne pouvons rien faire.
  • Encourageons les hommes à assumer leur rôle d'homme.

Que nos églises locales soient donc des maisons de prières comme Jésus l'a enseigné :

ma maison sera appelée une maison de prière.
Matthieu 21 : 13

La suite de l'étude de ce chapitre se passe ici.